En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
info atlantico
© Reuters
Info Atlantico

Un trou d’air… relatif : Alain Juppé se maintient à 52% des intentions de vote chez les sympathisants Républicains certains d’aller voter

Publié le 01 juillet 2016
Des résultats qui laissent l'idée d'un scénario où les deux candidats seraient presque autant légitimes l'un que l'autre. Une forte participation des sympathisants de gauche, du centre et du FN ferait pencher la balance en faveur du maire de Bordeaux, selon un sondage exclusif pour Atlantico.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des résultats qui laissent l'idée d'un scénario où les deux candidats seraient presque autant légitimes l'un que l'autre. Une forte participation des sympathisants de gauche, du centre et du FN ferait pencher la balance en faveur du maire de Bordeaux, selon un sondage exclusif pour Atlantico.

Atlantico : Quels enseignements peut-on tirer de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : On observe une stabilité auprès de l'ensemble du corps électoral potentiel de la primaire, c'est-à-dire ceux qui déclarent être tout à fait certain d'y participer. Ces derniers représentent d'ailleurs près de 10% de la population, ce qui est élevé.

Leurs choix, à ce stade n'a pas beaucoup bougé depuis la dernière enquête d'il y a un mois puisque nous avons toujours Alain Juppé en tête avec 35% des intentions de vote, suivi de Nicolas Sarkozy en deuxième place avec 28% (+1), Bruno Le Maire et François Fillon étant au coude à coude avec respectivement 13% et 11%. 

Cliquez pour agrandir

Si ces résultats donnent l'idée d'une stabilisation, quand on regarde dans le détail, on s'aperçoit qu'il y a un mouvement auprès des électeurs "primaristes" de droite, sur lesquels les sarkozystes comptent beaucoup. Alain Juppé et Nicolas Sarkozy étaient au coude-à-coude, avec un mouvement de baisse de l'ancien président continu depuis 2015, en passant de 50% à 34%. Ni la sortie de son livre ni la victoire des régionales n'avaient enrayé ce mouvement. Mais l'écart s'est considérablement réduit pour finir par disparaître avec cette enquête. Nicolas Sarkozy reprend 5 points depuis le mois dernier, Alain Juppé reste stable, Bruno Le Maire et François Fillon perdent quant à eux deux points. Nicolas Sarkozy repasse devant le maire de Bordeaux et inverse la tendance baissière. Cette avance n'est pas encore massive mais elle est là.

On peut l'expliquer par le contexte actuel, avec un climat social tendu, et une menace terroriste toujours présente. Il y a dans ce contexte une prime à l'autorité et à la fermeté. Dans un autre sondage pour Atlantico, Fait éclairant, Nicolas Sarkozy était d'ailleurs nettement préféré à Alain Juppé sur sa capacité à incarner une certaine forme d'autorité.

Doit-on voir dans ces nouvelles tendances la perspective d'un "scénario noir", où les deux candidats du second tour auraient des scores tellement proches qu'il pourrait y avoir matière à les contester ?

Les résultats de l'enquête sur le second tour de la primaire montrent là encore une grande stabilité avec Bruno Le Maire et François Fillon très proches l'un de l'autre, et Nicolas Sarkozy et Alain Juppé devant eux. Il n'y a pas de scénario de montée de l'un des deux outsiders. Et si cela devait arriver, il y a de fortes chances de croire que ce sera le résultat du décrochement de l'un des deux, et non de la chute de Nicolas Sarkozy ou d'Alain Juppé. Le scénario à la Montebourg en 2011, avec un troisième homme, ne se profile pas.

Cette campagne, qui peine à intéresser les électeurs de droite se polarise donc sur ce duel Juppé-Sarkozy. Au second tour, s'il y a un vrai écart entre ceux qui disent vouloir se déplacer (avec 60% pour Alain Juppé et 40% pour Nicolas Sarkozy), chez les républicains sûrs d'y aller ce résultat se resserre nettement avec respectivement 52% et 48%, un vrai mouchoir de poche. 

De deux choses l'une, soit les sarkozystes ont raison et le corps électoral sera chimiquement pur, composé de sympathisants de droite, ce qui donnerait corps au scénario noir que vous décrivez, avec un clash comme la droite l'a connu entre Coppé et Fillon. Soit ceux qui disent qu'ils iront voter iront vraiment, sympathisants de gauche, du FN et du centre compris, et il y aura une avance nette pour Alain Juppé.

Plusieurs sondages et enquêtes ont donné l'idée que le maire de Bordeaux amorçait une chute dans les sondages... Est-ce que cela se confirme ?

Cette enquête jouit d'un échantillon robuste avec un millier de personnes sûres d'aller voter à la primaire. On ne peut pas dire qu'alain Juppé baisse dans les sondages, et encore moins qu'il s'agit d'une tendance durable. Il y a une sur-interprétation de la part des médias au moindre mouvement sondagier, car il faut raconter une histoire. A la veille du tour de France, il faut parler d'échappée, d'ascensions... Il faut savoir raison garder. Sur les différentes mesures que nous avons faites depuis novembre dernier, ce qui est frappant c'est justement la grande stabilité des scores dans les sondages. Au global, il n'y a pas d'échappée de François Fillon ou de Bruno Le Maire, ni d'Alain Juppé ou de Nicolas Sarkozy. La campagne n'a pas encore commencée, et la droite est dans l'opposition. Ce n'est pas anormal à ce stade qu'il y ait une telle inertie, il est plus difficile de se faire entendre que lorsque l'on est au gouvernement.

publié par Atlantico

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Septentrionale
- 03/07/2016 - 09:15
Directeur du casuel pour vendre du père-linpinpin
Mettre des non-concernés dans le chapeau pour supputer l'incertain, examiner l'éventuel, mesurer l'hypothétique, rejauger l'improbable pour dénombrer dans l'arbitraire et sortir du chapeau des désirs pour des réalités. Résultat des courses le vétuste Juppé candidat de la gauche pour que rien ne change pour eux et sur l'autel de leur fantasmagorie obsessionnelle, Nicolas Sarkozy. ~~~ A Droite, nous avons un premier de cordée qualifié, expérimenté, sérieux pour relever la France de la désolation socialiste, François Fillon.
kronfi
- 02/07/2016 - 11:06
Faudra un jour que les europeistes mondialistes nous expliquent
en quoi le souverainisme est incompatible avec la mondialisation des affaires...dans le respect des nations.
Les europeistes ont quelque chose de pathétiques, mais pire, ils n'ont pas confiance en eux...Pour réussir d’après eux il faut perdre sa personnalité, au profit d'une personnalite sans âme sans culture sans langue, sans histoire.
l'UE n'ayant profite qu'a l'Allemagne, ils en redemandent, se fondre de plus en plus dans le moule étranglant des allemands..hier le couple franco allemand c;était a moi l'industrie a toi l'agriculture, aujourd'hui ils nous ont pris et l'industrie et l'agriculture, demain, ca sera quoi?
zouk
- 02/07/2016 - 11:05
A. Juppé
Aveuglement et oubli de ses exploits passés au service de Chirac expliquent seuls ces résultats suicidaires pour notre avenir.