En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 15 min 5 sec
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 57 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 32 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 49 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 49 min 51 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 5 heures 6 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 49 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 52 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Herbicide controversé

Round-up : lettre d'un ingénieur agronome à Ségolène Royal

Publié le 30 juin 2016
Ce mercredi 29 juin, la Commission Européenne à annoncé une prolongation temporaire de l'autorisation du glyphosate au sein de l'UE. Il s'agit d'un herbicide qui fait sujet à débat entre les différents pays membres.
Pierre Bois D’Enghien
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bois D’Enghien est ingénieur agronome des régions tropicales, spécialiste de l'Environnement et est auditeur RSPO.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi 29 juin, la Commission Européenne à annoncé une prolongation temporaire de l'autorisation du glyphosate au sein de l'UE. Il s'agit d'un herbicide qui fait sujet à débat entre les différents pays membres.

Chère Ségolène Royal,

Alors que la renouvellement de l’homologation du glyphosate reste suspendue au niveau de la Commission Européenne et que les États membres peinent à se mettre d’accord, vous avez déclaré le 1er juin que la France voterait contre toute ré-autorisation. La France, lors du vote portant sur un renouvellement temporaire de 18 mois qui s’est tenu le 6 juin dernier, s’est pourtant abstenue. Comme pour faire bonne mesure auprès des anti-glyphosate, vous vous êtes empressée de rappeler, dès le lendemain sur RTL, que "le glyphosate est déjà interdit dans les jardins privés en France". On voit bien dans tout ce ballet que vous ne savez plus très bien sur quel pied danser. 

Certes, vous avez en tête l’idée d’interdire le glyphosate une fois pour toutes. Mais êtes-vous convaincue du bienfondé de cette volonté ? Il n’y a pas si longtemps, on se souvient que vous aviez dû vous excuser publiquement auprès de Ferrero, propriétaire de la marque Nutella, après vos déclarations sur la déforestation qu’entrainait selon vous la production de la pâte à tartiner. Je pense de même que, pour ce qui concerne le glyphosate, une connaissance plus approfondie du dossier vous fera voir les choses autrement. Une fois de plus, c’est l’homme de terrain qui vous parle ici, soucieux tout comme vous des problèmes environnementaux et conscient qu’il faut réinventer l’agro-industrie. Et très sérieusement, je ne vois pas en quoi se passer d’un agent chimique tel que le glyphosate permettrait d’améliorer la gestion de l’environnement. 

Quand je fais visiter une plantation avant épandage, j’aime surprendre mes hôtes par une petite démonstration : je trempe mon doigt pour goûter la solution à base de glyphosate - sous forme de concentré soluble et sans solvant. Ils me regardent alors avec de grands yeux et ont du mal à me croire lorsque je leur affirme que, sous forme de sel d’isopropylamine, le glyphosate est probablement l’herbicide le moins dangereux qui soit. Ce petit numéro, bien évidemment, n’enlève rien au fait qu’il faille une protection individuelle (EPIs) de rigueur pour ceux qui utilisent ce produit régulièrement ; ce sont des précautions habituelles, pas du tout anormales quand on manipule des produits chimiques. 

Une fois évacuée la question de la dangerosité du glyphosate, comme l’ont fait ma petite démonstration mais aussi, de façon plus rigoureuse, les dernières études en date, si l’on veut continuer de vouer le désherbant aux gémonies, ne reste qu’une question, cruciale, celle de l’efficacité des "alternatives". Je vous pose donc la question : "qu’allez-vous utiliser demain si vous souhaitez faire pousser des roses dans votre jardin ?" Voici quelques techniques que je vous suggère et qui constituent d’excellentes alternatives au Round-up et équivalents :  

  • - Le paillage pour éviter la repousse des végétaux indésirables,

  • - La destruction des plantes par la chaleur,

  • - Le binage, 

  • - Le rabattage des végétaux (y compris le rabattage tardif comme il est actuellement mis en œuvre le long de certaines routes)

Certes, comme le dit la devise, il faut savoir cultiver son jardin. Il est assez facile de mettre en œuvre ces techniques sur quelques ares de terrain (binage, paillage) et on pourra s’en féliciter ! Mais ces solutions deviennent tout de suite moins réalistes sur des exploitations à grande échelle, lorsqu’il faut désherber sélectivement des centaines d’hectares. A ma connaissance, aucune étude d’impact n’a été faite concernant le recours à une alternative telle que le traitement thermique, par exemple. Quid de la consommation en électricité ou en carburants fossiles nécessaires au bon fonctionnement de cette solution ? Le recours aux herbicides prend soudain tout son sens, et bien évidemment il s’agit de privilégier les herbicides les moins nocifs, dont le glyphosate fait partie.

Lasse, vous avez voulu interdire la vente de l’herbicide dans les jardineries et magasins de bricolage. L’intention est louable, puisqu’elle consiste à vouloir ménager la santé des Français, le geste est pourtant maladroit. N’y avait-il pas d’autres priorités ? Il me suffit de me promener dans les rayonnages de n’importe quel supermarché pour découvrir toute une liste de produits potentiellement bien plus dangereux que le glyphosate : les déboucheurs liquides à base de soude caustique, l’acétone, les solvants, les peintures, l’eau de javel, le ciment, les carburants … Chacun est libre d’acheter 20 litres d’essence dans un jerrycan, des litres d’eau de javel, des diluants pour la peinture à l’huile, et d’en faire un usage catastrophique, mais plus de se procurer un litre de glyphosate, dont tout indique qu’il est inoffensif. 

Je m’interroge quant aux critères de sélection des produits que vous vous attachez à black-lister. On se demande quel est l’agenda caché derrière cette obsession à vouloir gendarmer les Français sur des points précis anodins, alors que d’autres sujets bien plus sensibles ne sont pas abordés ? Ne vous étiez-vous pas insurgée contre l’écologie punitive ? Si encore la gestion de l’environnement en tirait quelque bénéfice, mais comme nous l’avons vu, les produits de substitution sont soient irréalistes, soient plus nocifs encore.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 02/07/2016 - 11:20
Glyphosate
Enfin un article bien informé d'un praticien compétent. Mais il est "écologique" de le dénoncer sans savoir ni chercher à s'informer. Ce que fit José Bové avec ses faucheurs: pur gâchis, dont d'ailleurs on en parle heureusement plus et pour cause, plus aucun chercheur n'ose expérimenter en France. Voilà un grand progrès!
moneo
- 01/07/2016 - 18:07
lecture très intéressante sur contrepoints sur le sujet
https://www.contrepoints.org/2016/06/29/258584-guerre-de-greenpeace-contre-glyphosate

enfin pour ceux qui veulent réfléchir par eux mêmes
Deneziere
- 01/07/2016 - 08:43
Personnel vs industriel
Que sous certaines conditions, qui peuvent être légales ou d'éthique personnelle de l'exploitant, un agriculteur utilise des aides chimiques, c'est , je pense, quasi inévitable. Encore qu'on pourrait limiter les abus. Par contre, le recours aux désherbants ET pesticides pour une plantation privée est ridicule, tellement il est facile de s'en passer pour des usages récréatifs. De plus, quand on débat de la toxicité de tel ou tel produit, on étudie rarement es effets de quantité et de répétition, et aussi ceux sur les équilibres naturels (la vraie écologie, la science, pas le pipo vert). Or il se trouve que les tonnages de produits phyto-sanitaires utilisés en usage privés sont surprenants par leur importance. (Pas le temps de retrouver le chiffre). On n'a aucune raison valable de balancer ces produits dans la nature. Cette interdiction est loin d'être absurde.