En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 20 min 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 35 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 49 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 58 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 27 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 50 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 8 min
Atlantico Business

EDF, SNCF, Orange, La Poste, Engie... quand l’Etat actionnaire se fait plus vorace que les actionnaires privés

Publié le 29 juin 2016
Une étude réalisée par l'Ifrap et la Cour des comptes, vient de montrer ce dont tout le monde se doutait : l'Etat actionnaire pompe des dividendes dans ses entreprises comme aucun actionnaire privé n'oserait le faire.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude réalisée par l'Ifrap et la Cour des comptes, vient de montrer ce dont tout le monde se doutait : l'Etat actionnaire pompe des dividendes dans ses entreprises comme aucun actionnaire privé n'oserait le faire.

Quand on regarde la façon dont l'Etat se comporte avec les entreprises dans lesquelles l’Etat a des participations, on constate qu’il impose une politique de dividende qu‘aucun actionnaire privé n’oserait exiger. Dans bien des cas, ça n’est plus du dividende, c’est du racket d’Etat.

Le vrai scandale, c’est qu’en plus, l’Etat ne se gêne pas pour intervenir dans la gestion des entreprises et bloquer leurs prix de façon à ne pas froisser le client ou l’usager.

En clair, si EDF est gêné aux entournures, c’est parce que EDF a fait des erreurs de stratégie dans le passé, dans l’organisation de la filière nucléaire, mais c’est aussi parce que EDF n'est pas libre de fixer ses tarifs. Idem pour La Poste, idem pour la SNCF.

Le point le plus choquant a été mis en évidence par l'IFRAP, un think tank spécialisé dans l’étude des politiques publiques.

L’Etat possède aujourd’hui quelques 77 entreprises dans des proportions variables et dont les participations sont gérées par l’agence des participations d’Etat, une sorte de holding publique.

Ces participations sont multiples, 85% dans EDF, 100 % de La Poste ou de la SNCF, mais des parts significatives dans Renault, PSA groupe, Orange, Air France ou CNP-assurances...

La Cour des comptes qui rappelle qu’en 2014, le total des dividendes versés à l'Etat par les entreprises là où l’Etat est presque chez lui, dépassait les objectifs du budget puisqu’ils atteignaient les 4,1 milliards.

Toujours pour la Cour des comptes, ces résultats financiers sont supérieurs à la moyenne des résultats des entreprises du CAC 40.

En clair, les entreprises privées distribuent en général moins de 50% de leurs résultats. Les entreprises publiques distribuent à l’Etat plus de 50% parfois 60%.

L'Etat français serait plus vorace que les actionnaires qu il n’arrête pas de critiquer.

Si on ajoute les impôts sur les sociétés, l'Etat exerce une formidable pression sur ces entreprises en captant l’essentiel de la création de richesse.

Cette politique a deux principales conséquences :

1.     Celle d’empêcher les entreprises de financer et surtout de concevoir des plans de développement ambitieux. C’est le cas de EDF qui est par ailleurs coincé dans sa politique tarifaire.

2.     Celle d’obliger les entreprises à s’endetter, c’est le cas d'Orange ex-France Télécom, mais c’est aussi le cas de La Poste ou de la SNCF, les grandes entreprises publiques qui croulent sous l'endettement et qui n'ont pas les moyens de restaurer leur appareil industriel.

Au bout du compte, on est obligé de s’interroger sur le rôle de cette holding d’Etat ou tous les objectifs se superposent et se mélangent.

L’Etat est présent dans l’économie à la fois pour aider des entreprises fragiles, comme dans l’automobile. Mais normalement, un Etat bien géré revendrait les participations pour récupérer les plus values. L'Etat ne le fait pas. Pourquoi ?

L’Etat est présent pour permettre à des entreprises d'assurer un service public comme à EDF, à la SNCF, ou à La Poste, mais ça ne peut pas durer éternellement. Il faut trouver un modèle économique qui permette à l’entreprise de tenir en équilibre et de se développer.

L'Etat est présent pour protéger l’entreprise de prédateurs éventuels mais dans ce cas là, il doit y avoir une stratégie de sortie.

L'Etat ne peut pas utiliser ses participations publiques pour faire tout à la fois et n’importe quoi. Il ne peut pas fabriquer du pouvoir d'achat pour les consommateurs d’électricité ou pour les voyageurs, assurer la sécurité à long terme, investir pour assumer la concurrence et au final pour manger les résultats avec plus de gourmandises qu'un actionnaire privé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/06/2016 - 23:40
Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas...
Si l'état reste "présent dans l'économie pour aider les entreprises fragiles", cela signifie qu'il lése les autres, indirectement. Et donc, il fausse la loi du marché et empêche les entreprises françaises plus fortes de conquérir des parts de marché à l'international. Indirectement, il aide donc les pays les plus libéraux, qui font confiance aux mécanismes de marché, à conquérir des parts du marché mondial aux dépens de la France. Cette politique "un pied de ans, un pied dehors" est donc totalement mortifère pour l'économie française...et pas seulement par les dividendes que ponctionne l'état PS!
zouk
- 29/06/2016 - 16:25
Jeu de bonneteau
L'Etat ruine les entreprises publiques, impôts, ,taxes, dividendes et une fois bien ruinées, les subventionne, moyen efficace de leur imposer une soumission absolue et tous les crimes économiques contre le plus élémentaire bon sens qui passent par la tête des dirigeants, surtout venus du PS idéologue.
lexxis
- 29/06/2016 - 09:36
UN ACTIONNAIRE INCROYABLEMENT DISTRAIT!
Ne pas oublier qu'en outre l'État n'a pas su tenir son rôle lorsque plusieurs de ces entreprises se sont lancées dans des programmes d'acquisitions délirants à l'étranger, qui ont durablement plombé leurs résultats tout autant que leurs capacités d'investissement futur. On se demande à quoi peuvent bien servir tous ces inspecteurs des
Finances incapables d'alerter leur patron sur des acquisitions initiées par volonté de puissance et par des "egos" surdimensionnés et dans lesquelles aucun entrepreneur privé ne se serait jamais aventuré.