En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 52 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 44 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 53 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 33 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 6 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 7 heures 10 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 7 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 12 heures 6 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 15 heures 6 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Divorce pluvieux, divorce heureux

Et si le mauvais temps était en partie responsable du vote des Britanniques en faveur d’un Brexit ?

Publié le 25 juin 2016
Selon une étude américaine, il suffirait de 2,5 cm de pluie pour qu'1 % des électeurs se résignent à rester chez eux. Le temps pluvieux a-t-il fait fuir les pro-européens britanniques ?
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude américaine, il suffirait de 2,5 cm de pluie pour qu'1 % des électeurs se résignent à rester chez eux. Le temps pluvieux a-t-il fait fuir les pro-européens britanniques ?

Simple coïncidence ? Peut-être pas. Une raison du vote massif des Britanniques pour la sortie de l'Union européenne pourrait bien être le temps pourri qui s'est abattu sur le Royaume uni ces dernières semaines. Comme en France, les Anglais ont vu des trombes de pluie se déverser sur leurs têtes, provoquant de graves inondations. Et ce temps de chien aurait ainsi pu influencer le résultat du scrutin. Et non, cette affirmation n'est pas pas un simple propos de comptoir !

2,5 cm de pluie font fuir 1 % des électeurs

Une étude menée par des chercheurs aux États-Unis a révélé qu'environ 2,5 cm de pluie réduisait de près de 1 % le taux de participation aux élections présidentielles aux Etats-Unis. Et que 2,5 cm de neige décidait 0,5 % des électeurs à rester cocooner à la maison. L'apparition du mauvais temps, ces 2,5 cm de pluie, aurait même pu contrebalancer les élections de 1960 et de 2000, estiment les scientifiques. Pour mémoire, en 1960, John Fitzgerald Kennedy ne l'a emporté sur Richard Nixon que de 112 827 voix, soit 0,17 %. Et en 2000, George W. Bush a dû attendre les résultats de l'état de Floride pour l'emporter de 537 voix contre Al Gore. Du mauvais temps, et le visage du monde en aurait été très certainement bouleversé.

Des résultats identiques aux Pays-Bas

Concernant les élections aux Pays-Bas, des chercheurs néerlandais ont trouvé des résultats similaires : il y aurait une corrélation entre 2,5 cm de pluie et une réduction de 1 % du taux de participation. En outre, ils ont calculé qu'une belle journée ensoleillée avec une hausse de température de 10 degrés décidait 1 % des électeurs à se rendre dans les bureaux de vote, explique le site New Scientist.

Pas de corrélations en Suède

Ailleurs dans le monde, les électeurs semblent moins gênés par la présence d'averses. Par exemple, des chercheurs suédois n'ont trouvé aucun effet de la météo sur le taux de participation. Ils suggèrent que cette différence peut s'expliquer par le sens élevé du devoir civique en Suède par rapport aux Etats-Unis, ce qui rendrait les électeurs prêts à braver une tempête. Ou la faible variabilité des précipitations en Suède peut aussi être un facteur, disent-ils.

Electo-climato sceptique

Il n'existe pas d'études détaillées sur la participation aux élections et le temps au Royaume-Uni. Cependant, le politologue John Curtice de l'Université de Strathclyde reste sceptique sur l'impact possible de la pluie. "Personne n'a jamais montré un lien entre le temps et le taux de participation, même si la météo peut évidemment jouer un rôle perturbateur et pousseur certaines personnes à rester chez elles," a-t-il déclaré au Daily Telegraph.

Une météo à l'anglaise

Reste qu'il n'est pas tombé des trombes d'eau le 23 juin, jour du référendum au Royaume-Uni. Il y a eu un temps mitigé, une météo à l'anglaise. Les résultats définitifs ont donné une victoire du Brexit à 51,9 % avec une participation à 72 %. Autant dire qu'avec un tel résultat, pluie, neige et brouillard n'auraient en rien décidé les Anglais à rester chez eux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 25/06/2016 - 10:25
À chaque élection ou référendum
il y a y a toujours une partie de l'électorat qui regrette de n'avoir pas participé. Le Brexit serait donc le résultat d'une « jospinade » ?
zouk
- 25/06/2016 - 10:23
Meteo, Brexit...
Qui a jamais prouvé la relation entre vote te météo. Cela ne peut expliquer que l'affluence/abstention, mais certainement pas le vote lui-même: quel socialiste ou militant FN va-t-il voter à droite ou à gauche parce qu'il pleut ou fait beau? Opinion stupide!