En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

06.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 28 min 56 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 1 heure 6 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 2 heures 11 sec
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 13 heures 54 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 14 heures 38 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 16 heures 4 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 17 heures 45 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 19 heures 4 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 33 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 49 min 57 sec
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 3 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 19 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 29 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 30 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 20 heures 55 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 23 heures 5 min
Bonnes feuilles

Et Brigitte Bardot créa (ou presque) le bikini...

Publié le 25 juin 2016
Il y a 70 ans apparaissait une petite invention française qui a révolutionné l’histoire de la mode et qui, chaque été, est portée par des millions de femmes sur toutes les plages du monde. Pour la première fois, Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau, spécialistes de la lingerie et des maillots de bain, racontent la véritable histoire du Bikini — créé par Louis Réard —, de sa présentation le 5 juillet 1946 à la piscine Molitor à nos jours. S’il fut peu porté au cours de la première décennie, sans doute trop osé pour l’époque, le petit deux-pièces noué sur les côtés a conquis le public notamment grâce à Brigitte Bardot qui en devint l’ambassadrice de charme, non sans laisser derrière elle un parfum de scandale. Il reste aujourd’hui un accessoire de mode iconique au succès planétaire. Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, aux éditions Michel Lafon (1/2).
Patrice Gaulupeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Gaulupeau est spécialiste de la lingerie et des maillots de bain.
Voir la bio
Ghislaine Rayer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Rayer est spécialiste de la lingerie et des maillots de bain.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 70 ans apparaissait une petite invention française qui a révolutionné l’histoire de la mode et qui, chaque été, est portée par des millions de femmes sur toutes les plages du monde. Pour la première fois, Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau, spécialistes de la lingerie et des maillots de bain, racontent la véritable histoire du Bikini — créé par Louis Réard —, de sa présentation le 5 juillet 1946 à la piscine Molitor à nos jours. S’il fut peu porté au cours de la première décennie, sans doute trop osé pour l’époque, le petit deux-pièces noué sur les côtés a conquis le public notamment grâce à Brigitte Bardot qui en devint l’ambassadrice de charme, non sans laisser derrière elle un parfum de scandale. Il reste aujourd’hui un accessoire de mode iconique au succès planétaire. Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, aux éditions Michel Lafon (1/2).

À la fin des années 1940 et au tout début des années 1950, le mot « bikini » n’est pas encore rentré dans le langage courant. Le bikini est toujours boudé par les médias et très peu porté par les femmes. Il entame alors une longue traversée du désert, certaines plages de l’Atlantique en France l’interdisant quand il est complètement banni dans des pays comme l’Espagne, l’Italie, la Belgique ou l’Allemagne. Louis Réard continue contre vents et marées à créer de nouvelles collections qu’il présente régulièrement à la presse. Ses catalogues comportent jusqu’à 50 modèles différents, des deux-pièces évidemment, mais aussi de nombreux une-pièce dont la mode et l’utilisation ne se départissent pas. Dans sa quête de notoriété, il essaie de reproduire le coup médiatique de Molitor en 1946 en créant, sans succès, des maillots de bain extraordinaires avec des matières improbables, comme le contreplaqué, le vinyle ou l’inox, à grand renfort de slogans publicitaires : « La collection de maillots de bain la plus formidable de tous les temps. » Il invente également le « Sexykini » qu’il avait déposé en même temps que le bikini, ainsi qu’un maillot de bain en lamé où le fil métallique sert d’antenne pour écouter la radio… Mais rien n’y fait, le charme est rompu, son heure est passée, l’histoire est en marche, Louis Réard n’y pourra plus rien, son invention lui a échappé. Le bikini va faire son entrée dans le dictionnaire, mais surtout il va rentrer dans les mœurs

En 1953, une autre bombe éclate sur la plage du Carlton à Cannes pendant le festival du film et contribue enfin à faire de bikini un nom commun. Brigitte Bardot, qui n’a alors que 18 ans pose en bikini sous les objectifs de très nombreux photographes. Ce n’est certes pas un Réard, mais dès le lendemain, le monde entier ne parle que du bikini de BB. La médiatisation internationale apportée par Brigitte Bardot aurait dû profiter au créateur, mais il n’en est rien, Louis Réard se perd en essayant d’interdire l’utilisation médiatique et commerciale du mot bikini dans les rares journaux de mode qui parlent de son invention. Déjà en délicatesse avec le monde très fermé de la mode, Louis Réard verra les portes de la renommée se fermer définitivement lorsque, pour accréditer son succès international et ses accointances avec le monde du cinéma américain, il se permettra de mentionner à tort dans ses publicités la clientèle de stars hollywoodiennes telles que Rita Hayworth, Dorothy Lamour ou Esther Williams. Dans un catalogue Réard, ou peut lire : « Nous avons réalisé certains maillots de bain qu’Esther Williams, la grande vedette nageuse de la Metro Goldwyn Mayer, portait dans les films Le Bal des sirènes et Frissons d’amour. » Mais, quand elle tourne ces deux films, la star nautique est déjà en contrat avec la marque Cole, avec laquelle elle a créé une licence à son propre nom, les maillots de bain Réard lui étant complètement inconnus.

En 1958, une boutique Réard est enfin ouverte dans le prestigieux quartier de l’Opéra à Paris, mais c’est déjà trop tard ! Louis Réard n’a pas su multiplier les points de vente, il est presque le seul et unique dépositaire de sa marque et sa communication ne trompe plus personne : « ATTENTION, tout le monde ne peut avoir un RÉARD. Fournisseur des plus grandes vedettes du monde entier, notre production est par cela même STRICTEMENT LIMITÉE. » Louis Réard fut donc un homme haut en couleur et à la personnalité contrastée. Les coups de génie de ce créateur inspiré, mais piètre gestionnaire, ne suffiront pas à faire de lui le styliste reconnu qu’il aurait dû être. Sa plus grande trouvaille est sans doute d’avoir popularisé un lieu géographique microscopique pour en faire un nom commun mondialement connu, un nom écrit et compris de façon identique dans toutes les langues, dans tous les pays et sur tous les continents.

Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, publié aux éditions Michel Lafon. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Occidentale
- 26/06/2016 - 18:09
J'aime tant la douceur de ce temps du bikini
Qu'est-il arrivé à notre société pour que l'intolérance mahométane s'enflamme pour un short. Le fascisme rampant musulman se révèle dans son sur-nombre et salope dans une violence multiforme notre société. Merci qui ?