En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 21 min 11 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 13 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 13 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 15 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 14 heures 24 min
Bonnes feuilles

Et Brigitte Bardot créa (ou presque) le bikini...

Publié le 25 juin 2016
Il y a 70 ans apparaissait une petite invention française qui a révolutionné l’histoire de la mode et qui, chaque été, est portée par des millions de femmes sur toutes les plages du monde. Pour la première fois, Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau, spécialistes de la lingerie et des maillots de bain, racontent la véritable histoire du Bikini — créé par Louis Réard —, de sa présentation le 5 juillet 1946 à la piscine Molitor à nos jours. S’il fut peu porté au cours de la première décennie, sans doute trop osé pour l’époque, le petit deux-pièces noué sur les côtés a conquis le public notamment grâce à Brigitte Bardot qui en devint l’ambassadrice de charme, non sans laisser derrière elle un parfum de scandale. Il reste aujourd’hui un accessoire de mode iconique au succès planétaire. Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, aux éditions Michel Lafon (1/2).
Patrice Gaulupeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Gaulupeau est spécialiste de la lingerie et des maillots de bain.
Voir la bio
Ghislaine Rayer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Rayer est spécialiste de la lingerie et des maillots de bain.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 70 ans apparaissait une petite invention française qui a révolutionné l’histoire de la mode et qui, chaque été, est portée par des millions de femmes sur toutes les plages du monde. Pour la première fois, Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau, spécialistes de la lingerie et des maillots de bain, racontent la véritable histoire du Bikini — créé par Louis Réard —, de sa présentation le 5 juillet 1946 à la piscine Molitor à nos jours. S’il fut peu porté au cours de la première décennie, sans doute trop osé pour l’époque, le petit deux-pièces noué sur les côtés a conquis le public notamment grâce à Brigitte Bardot qui en devint l’ambassadrice de charme, non sans laisser derrière elle un parfum de scandale. Il reste aujourd’hui un accessoire de mode iconique au succès planétaire. Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, aux éditions Michel Lafon (1/2).

À la fin des années 1940 et au tout début des années 1950, le mot « bikini » n’est pas encore rentré dans le langage courant. Le bikini est toujours boudé par les médias et très peu porté par les femmes. Il entame alors une longue traversée du désert, certaines plages de l’Atlantique en France l’interdisant quand il est complètement banni dans des pays comme l’Espagne, l’Italie, la Belgique ou l’Allemagne. Louis Réard continue contre vents et marées à créer de nouvelles collections qu’il présente régulièrement à la presse. Ses catalogues comportent jusqu’à 50 modèles différents, des deux-pièces évidemment, mais aussi de nombreux une-pièce dont la mode et l’utilisation ne se départissent pas. Dans sa quête de notoriété, il essaie de reproduire le coup médiatique de Molitor en 1946 en créant, sans succès, des maillots de bain extraordinaires avec des matières improbables, comme le contreplaqué, le vinyle ou l’inox, à grand renfort de slogans publicitaires : « La collection de maillots de bain la plus formidable de tous les temps. » Il invente également le « Sexykini » qu’il avait déposé en même temps que le bikini, ainsi qu’un maillot de bain en lamé où le fil métallique sert d’antenne pour écouter la radio… Mais rien n’y fait, le charme est rompu, son heure est passée, l’histoire est en marche, Louis Réard n’y pourra plus rien, son invention lui a échappé. Le bikini va faire son entrée dans le dictionnaire, mais surtout il va rentrer dans les mœurs

En 1953, une autre bombe éclate sur la plage du Carlton à Cannes pendant le festival du film et contribue enfin à faire de bikini un nom commun. Brigitte Bardot, qui n’a alors que 18 ans pose en bikini sous les objectifs de très nombreux photographes. Ce n’est certes pas un Réard, mais dès le lendemain, le monde entier ne parle que du bikini de BB. La médiatisation internationale apportée par Brigitte Bardot aurait dû profiter au créateur, mais il n’en est rien, Louis Réard se perd en essayant d’interdire l’utilisation médiatique et commerciale du mot bikini dans les rares journaux de mode qui parlent de son invention. Déjà en délicatesse avec le monde très fermé de la mode, Louis Réard verra les portes de la renommée se fermer définitivement lorsque, pour accréditer son succès international et ses accointances avec le monde du cinéma américain, il se permettra de mentionner à tort dans ses publicités la clientèle de stars hollywoodiennes telles que Rita Hayworth, Dorothy Lamour ou Esther Williams. Dans un catalogue Réard, ou peut lire : « Nous avons réalisé certains maillots de bain qu’Esther Williams, la grande vedette nageuse de la Metro Goldwyn Mayer, portait dans les films Le Bal des sirènes et Frissons d’amour. » Mais, quand elle tourne ces deux films, la star nautique est déjà en contrat avec la marque Cole, avec laquelle elle a créé une licence à son propre nom, les maillots de bain Réard lui étant complètement inconnus.

En 1958, une boutique Réard est enfin ouverte dans le prestigieux quartier de l’Opéra à Paris, mais c’est déjà trop tard ! Louis Réard n’a pas su multiplier les points de vente, il est presque le seul et unique dépositaire de sa marque et sa communication ne trompe plus personne : « ATTENTION, tout le monde ne peut avoir un RÉARD. Fournisseur des plus grandes vedettes du monde entier, notre production est par cela même STRICTEMENT LIMITÉE. » Louis Réard fut donc un homme haut en couleur et à la personnalité contrastée. Les coups de génie de ce créateur inspiré, mais piètre gestionnaire, ne suffiront pas à faire de lui le styliste reconnu qu’il aurait dû être. Sa plus grande trouvaille est sans doute d’avoir popularisé un lieu géographique microscopique pour en faire un nom commun mondialement connu, un nom écrit et compris de façon identique dans toutes les langues, dans tous les pays et sur tous les continents.

Extrait de "Bikini, la légende", de Patrice Gaulupeau et Ghislaine Rayer, publié aux éditions Michel Lafon. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Occidentale
- 26/06/2016 - 18:09
J'aime tant la douceur de ce temps du bikini
Qu'est-il arrivé à notre société pour que l'intolérance mahométane s'enflamme pour un short. Le fascisme rampant musulman se révèle dans son sur-nombre et salope dans une violence multiforme notre société. Merci qui ?