En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Retour vers le futur

L’infiltration des trotskistes au sein de la CGT explique-t-elle la radicalisation d’un conflit social qui échappe à tout contrôle ?

Publié le 24 juin 2016
Alors qu'une manifestation contre la loi Travail s'est tenue ce jeudi à la Bastille, la CGT, en lutte ouverte contre le gouvernement, radicalise de plus en plus ses positions. Ce durcissement du syndicat est la résultante d'une attitude plus contestataire à la base mais aussi au sommet de l'organisation.
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il vient de publier sa nouvelle note, La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il vient de publier sa nouvelle note, La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'une manifestation contre la loi Travail s'est tenue ce jeudi à la Bastille, la CGT, en lutte ouverte contre le gouvernement, radicalise de plus en plus ses positions. Ce durcissement du syndicat est la résultante d'une attitude plus contestataire à la base mais aussi au sommet de l'organisation.

Atlantico : Alors que la CGT est en lutte ouverte contre le gouvernement, dans quelle mesure les positions du syndicat se radicalisent-elles ? Quels sont les signes permettant de mettre en évidence une telle radicalisation idéologique ? Le fait qu'Elsa Conseil, membre du NPA, soit directrice de cabinet de Philippe Martinez n'en est-il pas une illustration ?

Sylvain Boulouque : La CGT se re-radicalise par rapport à une période plus centriste : du temps de Bernard Thibault, elle avait adopté une attitude plus conciliante vis-à-vis des pouvoirs publics. Nous sommes actuellement dans une phase de retour à une attitude plus dure qui est à la fois la résultante de l'attitude de la base (cette dernière étant beaucoup plus contestatrice qu'auparavant) et d'une attitude plus contestatrice au sommet. 

La présence d'Elsa Conseil et d'autres membres des partis trotskistes ne fait que traduire cette re-radicalisation de la base. Par ailleurs, l'ancien appareil de la CGT a soit pris sa retraite, soit abandonné le militantisme actif. Il y avait donc une place vide qui a été occupée par des militants plus jeunes et plus radicaux. 

Certaines fédérations de la CGT, comme celle de l'agroalimentaire ou de la chimie, ou encore le syndicat des cheminots de Versailles sont encore affiliés à la Fédération syndicale mondiale. Or celle-ci s'est récemment réunie à Damas, échanger sur le thème de la "rapacité impérialiste". Quelle est la vision du monde défendue par la Fédération syndicale mondiale ? Cette ligne extrémiste est-elle en progression au sein de la CGT ? 

La Fédération syndicale mondiale (FSM) est une très vieille structure à laquelle sont encore affiliées les centrales syndicales de la Corée du Nord et peut-être de Cuba. C'est l'héritage du système communiste international qui depuis 1917 était piloté de Moscou.

Au sein de la CGT, un certain nombre de syndicalistes, en grande partie pour des raisons de militantisme historique, sont encore affiliés à la FSM. Cette filiation est liée à la présence au sein de la CGT d'un certain nombre de communistes orthodoxes qui soutiennent ce qui reste du système communiste international et vont chercher des incarnations à Cuba, en Amérique latine (dans une moindre mesure) et pour quelques brontosaures extrêmement minoritaires, en Corée du Nord.

On assiste plutôt à une déperdition du phénomène : s'il y a 30 ans, toute la centrale était affiliée à la FSM , aujourd'hui, il s'agit de quelques syndicats ou de quelques fédérations syndicales qui peuvent adhérer ou se réclamer de la FSM. Le système communiste international est dans une phase de déclin très important même s'il reste encore quelques bastions qui se réclament du communisme le plus orthodoxe.  

En ce qui concerne la vision du monde de la FSM, on peut dire de façon un peu caricaturale qu'elle ressemble à la vision de Kim Jung Il : une interprétation du monde fondée sur la lutte des classes et qui considère qu'un seul pays incarne le communisme (tous les autres pays étant des ennemis jurés). Il convient de rappeler que l'on parle d'un phénomène archéologique en termes de militantisme : il s'agit des derniers militants qui se réclament du communisme marxiste orthodoxe.

Quelles sont les conséquences d'une telle radicalisation d'une partie de la CGT ? Cette mouvance est-elle susceptible d'entraîner une partie significative des membres de l'organisation vers un discours de plus en plus radical ? Existe-t-il une lutte interne entre différents courants idéologiques au sein de la CGT ?

Au niveau de la direction nationale, la CGT n'est plus du tout dans une situation de contrôle. Jusque dans les années 2000, la direction de la CGT contrôlait à peu près la base. Ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui dans la mesure où il y a un retour au fédéralisme très important  : chaque union locale et chaque syndicat au niveau local est autonome. Tout dépend de l'investissement des militants dans chacun des syndicats, dans chacune des fédérations. 

On peut parler de radicalisation car un certain nombre de dirigeants de la CGT au niveau local sont des militants d'extrême gauche. On peut citer plusieurs militants trotskistes clairement revendiqués qui sont des dirigeants locaux de la CGT : Philippe Poutou, le responsable de lutte ouvrière qui dirige la CGT à Aulnay…

Il y a donc localement une contestation assez forte de la base. Néanmoins, cela ne traduit pas nécessairement un accord de la majorité de la CGT. En effet, au regard des accords d'entreprise passés par les dirigeants locaux de la CGT, on constate que 70% des accords d'entreprise sont signés par les membres de la CGT et que ce sont des accords tout à fait réformistes et en aucun cas contestataires. 

Par ailleurs, Philippe Martinez a radicalisé son discours pour re-fédérer autour de lui une partie de la base. En effet, comme la CGT sortait d'une période compliquée suite à la démission forcée de Thierry Lepaon, Philippe Martinez avait besoin de recréer une unité et le seul moyen d'y parvenir était de tenir à un discours beaucoup plus radical. 

Il y a effectivement une lutte interne, un affrontement sourd entre deux voire trois visions du monde : une vision radicale, une vision qui s'inscrit dans une forme de continuité du mouvement communiste et une vision plus réformiste. En outre, dans la mesure où la direction de la CGT n'arrive plus à tenir sa base et qu'il n'y a plus du tout de centralité, les positions peuvent être extrêmement différentes en fonction des endroits où se trouvent les fédérations ou unions syndicales.  Un phénomène similaire se dessine d'ailleurs au sein de FO : certaines fédérations sont tenues par des trotskistes du POI alors que d'autres peuvent être aux mains de membres ou proches du FN. Le phénomène d'autonomisation du local par rapport au national est général. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 25/06/2016 - 10:12
Les permanents syndicaux suffisent pour faire une grosse manif
Le scandale du syndicalisme français , très peu d'adhérents et une pléthore de permanents et de bénéficiaires d'heures syndicales . Plusieurs dizaines de milliers de personnes , qui font stages et formations où ils apprennent à faire la guerre aux patrons . En fait ils vivent sur le dos des vrais travailleurs qui eux sont écoeurés par ce syndicalisme . Les chefs d'entreprises en plus des difficultés économiques doivent gérer tant bien que mal ces irresponsables . C'est quelqu' un qui a connu ça pendant quarante ans qui vous le dit
Yves3531
- 25/06/2016 - 09:13
Un autre exemple de la manipulation de l'histoire....
qui sait qu'une part des ministres de Pétain à Vichy étaient d'anciens socialistes et radicaux socialistes ?!!!
Geolion
- 24/06/2016 - 23:11
Vangog a raison !
Bien dit, Vangog !
Et n'oublions pas Marchais qui a travaillé volontairement en Allemagne nazie pendant la guerre dans les usines Messerschmitt !