En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 2 min 27 sec
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 52 min 23 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 3 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 9 heures 2 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 20 heures 6 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 27 min 35 sec
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 2 heures 34 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 8 heures 43 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 20 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Le silence est d'or, la parole est d'argent

Marine Le Pen, reine des sondages grâce... ou malgré sa stratégie de la France apaisée ?

Publié le 24 juin 2016
En pleine cure de silence médiatique (bien que légèrement rompue parfois...) Marine Le Pen applique à la lettre la stratégie de Jacques Pilhan qui veut qu'en communication politique, le meilleur choix est de se taire. Une tactique qui connait néanmoins ses limites.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En pleine cure de silence médiatique (bien que légèrement rompue parfois...) Marine Le Pen applique à la lettre la stratégie de Jacques Pilhan qui veut qu'en communication politique, le meilleur choix est de se taire. Une tactique qui connait néanmoins ses limites.

Atlantico : Selon le dernier baromètre Ifop-Paris Match relatif aux intentions de votes pour l'élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen parvient à fédérer environ 30% de l'électorat (ce qui varie de quelques points selon les hypothèses testées). Dans quelle mesure Marine Le Pen est-elle avantagée ou affaiblie par sa stratégie consistant à mettre en avant une "France apaisée" ? 

Bruno Cautrès : Cette stratégie vise à rassurer la majorité de Français que le FN effarouche. Si le parti a enregistré des gains et progrès électoraux depuis 2012 et si une incontestable dynamique s’exprime dans les intentions de vote, une majorité de Français continue de penser que le FN n’est pas un parti comme les autres. Il tente donc de se présenter depuis début janvier comme le parti de la paix et de la concorde, affiches "La France apaisée" à l'appui. Notons d’ailleurs qu’en optant pour cette stratégie, le FN s'est inspiré d'une figure classique de la communication politique : l'apaisement. Cette stratégie semble pour le moment ne pas compromettre la dynamique du FN. Elle s’accompagne d’ailleurs d’une autre stratégie, celle pour Marine Le Pen d’apparaître moins souvent sur le devant de la scène médiatique, appliquant là encore une recette bien connue de la communication politique selon laquelle il faut se faire plus rare pour être entendu lorsque l’on s’exprime. 

Ce socle de 30% d'intention de vote, qui lui permettrait de s'imposer au premier tour, ne serait-il pas insuffisant pour lui donner une chance de l'emporter au second tour ? Dès lors, comment Marine Le Pen justifie-t-elle sa stratégie au sein du Front national, au regard notamment de l'efficacité prévisible d'un éventuel front républicain contre sa candidature ? Le Front national est-il contraint à cette retenue, les autres partis étant jugés moins durement lorsqu'ils tiennent des discours radicaux ?

La première chose à remarquer, à propos des sondages d’intentions de vote, est que s’ils constituent une très intéressante photographie des rapports de forces électoraux aujourd’hui, l’élection présidentielle se tiendra dans dix mois. Toute prédiction ou anticipation doit donc être considérée avec prudence. Il faut également remarquer que Marine Le Pen est en tête des intentions de vote au premier tour sauf dans ce cas d’une candidature Juppé ; dans ce cas-là, elle arriverait en seconde position mais avec un score très élevé de l’ordre de 29 ou 30%.

Enfin, quelques sondages récents indiquent que si le second tour de la présidentielle opposait la présidente du FN à François Hollande elle l’emporterait avec un peu plus de 50% des exprimés. Une fois ces précisions posées, on ne peut néanmoins que constater la solidité de la mesure des intentions fortes à un tel niveau pour Marine Le Pen. Cette solidité est là depuis de nombreux mois et elle vient en écho des bons résultats du FN dans les élections intermédiaires depuis 2012. Marine Le Pen n’a donc sans doute pas vraiment de problème à légitimer en interne de son parti sa stratégie de « dédiabolisation » et sa relative cure d’abstinence médiatique depuis ces dernières semaines. Le thème de la « France apaisée » est avant tout une stratégie de communication qui s’inscrit dans le plan d’ensemble de « dédiabolisation » et qui vise à tenter de couper l’herbe sous le pied au « Front républicain » ou à le rendre plus difficile à justifier pour les autres partis.

Au stade où en est aujourd’hui le FN, il s’agit sans doute pour lui de finir de consolider le solide matelas d’intentions de vote dont dispose Marine Le Pen, de le faire fructifier en 2017 (parvenir en tête au soir du premier tour de la présidentielle, être donc qualifiée pour le second tour et s’approcher le plus possible des 50%°). Il y a aussi un enjeu stratégique pour le FN : capitaliser sur cette élection pour franchir un nouveau plafond de verre, celui du nombre de députés élus aux législatives de 2017. 

Dans le contexte actuel, une stratégie de la colère, plus offensive, ne serait-elle pas susceptible de convaincre les électeurs qui lui manquent encore de rallier sa candidature ? A l'inverse, comment cette stratégie pourrait-elle lui nuire ? En quoi le discours de "dédiabolisation" du Front national peut-il être un frein, ou au contraire un obstacle, à la progression du parti ? 

Structurellement, le discours du FN et le « story telling » porté par ses leaders est un discours de colère et de contestation forte, voire radicale, du « système » tel qu’il fonctionne. D’une certaine manière, le FN n’a pas besoin de « surjouer » la colère. Tout son discours et toute sa doctrine s’articulent autour d’une vision tragique du destin actuel des sociétés occidentales comme la France. La thématique d’un déclin de nos sociétés, d’un ensemble de menaces « culturelles », économiques, sociales ou « identitaires » qui pèsent sur elles est omniprésente dans les représentations et les images qu’il propose à ses sympathisants, électeurs ou militants. Se raccroche à cela une vision du « système » en place et de ses élites comme complices : complices de la mondialisation, complices du déclin de la France, complices de priver le « peuple » de sa voix.

On retrouve ici des éléments clefs de l’opposition peuple/élites qui fonde le discours « populiste ». Par ailleurs, n’oublions pas deux aspects importants de la stratégie de « dédiabolisation » du FN : d’une part, il s’agit pour Marine Le Pen de symboliser la rupture avec les provocations verbales de Jean-Marie Le Pen et ainsi d’incarner la rupture avec le FN des origines, très marqué par l’anticommunisme, le rapport à la second guerre mondiale (et à Vichy) ou à la guerre d’Algérie ; d’autre part, les chercheurs qui ont travaillé de près sur cette stratégie, en étudiant le détails des propositions du FN d’aujourd’hui, relativisent beaucoup la portée réelle de la « dédiabolisation » et montrent des nombreux points de continuité et de similarité entre le FN du père et de la fille.

On peut néanmoins constater qu’en termes de communication et d’image, la « dédiabolisation » a déjà produit des effets positifs sur le FN si l’on en juge par ses résultats électoraux ou les intentions de vote en faveur de Marine Le Pen. Elle a accompagné une dynamique politique qui a attiré vers le FN de nouveaux cadres ou militants. Mais il ne fait de doute que le FN va activer ou réactiver à l’approche de la présidentielle les signaux de sa singularité dans le jeu politique français. Un FN « mainstream » et parti politique comme les autres, c’est un peu un oxymore….

En maintenant sa ligne actuelle, Marine Le Pen ne laisserait-elle pas le champ libre à d'autres candidats potentiels qui pourraient exploiter l'exaspération actuelle, comme Nicolas Sarkozy ou Manuel Valls ? Comment cet espace pourrait-il être occupé et par qui dans les moins qui viennent ? Où en sont ces candidats actuellement, en matière d'intention de vote ?

Le climat actuel en France, qui mêle la défiance politique, le pessimisme économique, les peurs et craintes en matière de sécurité et l’incompréhension des raisons pour lesquelles nous en sommes là ne peut que bénéficier aux hommes politiques qui incarnent la verticalité et  l’autorité et se situent dans un registre que les anglo-saxons appellent « law and order ».

La bataille pour préempter ce créneau puis l’occuper a déjà commencé. L’accélération donnée depuis quelques temps par Nicolas Sarkozy à sa candidature et ses prises de positions qui reviennent aux fondamentaux de sa dynamique de 2007, la fermeté que Manuel Valls veut afficher sur le thème de la sécurité publique, en sont des signes évidents. On voit d’ailleurs que les indicateurs d’opinion, pas forcément encore les intentions de vote, en faveur de Nicolas Sarkozy commencent à remonter de manière significative et en particulier parmi son cœur de cible des sympathisants LR et de droite. L’ancien chef de l’Etat qui aspire à le redevenir a encore du chemin à faire pour rattraper Alain Juppé mais il semble bénéficier du contexte d’aujourd’hui et dispose d’une vraie marge de progression dans les semaines qui arrivent.

Le cas de Manuel Valls est plus complexe : malgré une image d’incarnation de la verticalité, le cumul récent et dans une courte période de grèves dans les transports, de sites énergétiques bloqués,  de manifestations utilisées par des « casseurs », des violences des hooligans, de blocage total sur la loi El Khomri sans compter le sentiment de chaos sur la question de l’autorisation des manifestations du 23 juin, a miné l’image du premier ministre. Il ne fait guère mieux que François Hollande en matière d’intentions de vote s’il était candidat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 28/06/2016 - 15:01
A enem
Comment MLP n'aurait pas de programme économique, il est écrit par Philippot, de gauche et est meme publié. C'est tres long à lire, si vous voulez le meme en plus court lisez celui de Melanchon. Quand vous parlez de ceux qui ont fait baisser le chômage qui en 4 ans à fait autant de chomeurs en 5 ans que NS mais en periode quand la crise etait finie et qui a augmenté à peu près tous les impots de 55 milliards sans amélioration du déficit. Si vous voulez comparer NS à Hollande n'oubliez pas un PETIT DÉTAIL la crise juste après l'élection de NS. Un tiers des revenus de l'état du fait de cette crise . MLP si elle était élue, il y aurait vite les mêmes générée par le Brexit, devaluation, regret du vote dès le lendemain quand les anglais se sont rendu compte que cette election avait été gagnée grâce un enorme mensonge des pro Brexit. Ça ressemble beaucoup aux mensonges du FN qui serait incapable de mettre en œuvre son programme socialiste et qui joue avec le feu avec l'islam.
emem
- 24/06/2016 - 14:45
La critique est aisée...
Tout le monde prétend que Marine Le Pen n'a aucun projet économique. Et les autres en-ont-ils ?
Quel est celui de moi-président ? Quel était celui de Sarkozy ?
Lequel a fait baisser le chômage ?
emem
- 24/06/2016 - 14:45
La critique est aisée...
Tout le monde prétend que Marine Le Pen n'a aucun projet économique. Et les autres en-ont-ils ?
Quel est celui de moi-président ? Quel était celui de Sarkozy ?
Lequel a fait baisser le chômage ?