En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 31 min 2 sec
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 1 heure 44 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 35 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 36 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 23 heures 10 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 1 jour 7 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 22 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 3 heures 51 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 18 heures 57 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 20 heures 5 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 23 heures 16 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 1 jour 52 min
© Reuters
© Reuters
Encore des complications...

Primaire à gauche, une victoire de la démocratie ? Les 2 questions que zappent ceux à qui l'envie de se débarrasser de François Hollande fait oublier le reste

Publié le 24 juin 2016
C'est donc acté depuis samedi : une primaire aura bel et bien lieu à gauche, faisant ainsi potentiellement de François Hollande le premier président sortant de la Vème République à devoir passer par une primaire pour se représenter.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est donc acté depuis samedi : une primaire aura bel et bien lieu à gauche, faisant ainsi potentiellement de François Hollande le premier président sortant de la Vème République à devoir passer par une primaire pour se représenter.

Atlantico : Les socialistes ont approuvé ce samedi l'organisation d'une primaire à gauche ouverte aux acteurs de la Belle Alliance populaire et à tous ceux qui soutiennent l'initiative. Autrement dit, pas à tout le monde...Dans ces conditions, comment le PS pourrait-il espérer une clarification à l'issue de ce scrutin interne, alors que la division règne au sein du parti depuis le dernier congrès à Poitiers il y a un an ? 

Jean Petaux : Il est clair que la décision du PS d’organiser des primaires dont le premier tour aurait lieu le dimanche 22 janvier 2017(cinq ans jour pour jour après le "discours du Bourget" de François Hollande) est une opération d’abord à usage interne, ensuite élargie aux alliés proches du PS : le PRG (qui renâcle quelque peu pour la forme) ; les Ecolos-Hollando-compatibles (de Rugy, Placé) et quelques individualités comme Jean-Luc Benhamias. La formule que vous citez et qui "ouvre" cette primaire "à tous ceux qui soutiennent cette initiative" exclut de fait des personnalités comme Jean-Luc Mélenchon (sa porte-parole, Danielle Simonnet, a clairement écarté l’hypothèse d’une participation), voire comme Cécile Duflot (dans l’hypothèse où elle souhaiterait être candidate sous l’étiquette EELV à la présidentielle). Sont directement concernés ici les "frondeurs" sous toutes leurs "couleurs" et dans toutes leurs diversités : Montebourg, Hamon, Lienemann, Filoche… Tous d’ailleurs cités par le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadelis, lors de sa conférence de presse après la réunion du Conseil national du PS.

D’une certaine façon, François Hollande a refermé les mâchoires du piège sur les mollets de tous ses contestataires à l’intérieur du Parti socialiste. Il est d’ailleurs frappant de constater que la quasi-totalité des "frondeurs" ont d’abord fait la fine-bouche sur ces "petites primaires" avant de se raviser et de dire, chacun de leur côté, "nous avons obtenu l’organisation des primaires" ou "c’est grâce à nous qu’elles vont avoir lieu". Jérôme Guedj, Christian Paul, Karine Berger, tous ont dû se féliciter de la décision de la direction du PS. En réalité, ils sont contraints de jouer le jeu de la compétition interne en étant dans la quasi-impossibilité, en cas de défaite, de "faire cavalier seul" et de se présenter en dissidence. Le risque pour eux est grand de voir la multiplication des candidatures à cette "primaire socialo-socialiste et plus si affinités" au point que l’opposition interne à François Hollande apparaitrait totalement explosée et éparpillée. D’ores et déjà Arnaud Montebourg (qui est loin d’être un naïf) a senti le piège, faisant dire par un de ses lieutenants (Jérôme Guedj) qu’il faut s’assurer du "filtre" mis en place (autrement dit, les conditions de présentation des candidatures) pour éviter l’éparpillement des petits candidats qui  "noieraient" en quelque sorte des "poids lourds" comme Montebourg lui-même.

Pour répondre complètement à votre question, je pense que la direction du PS (et donc François Hollande)  ne cherche pas une clarification, elle cherche plutôt une "victoire par KO" sur l’opposition interne à la ligne politique présidentielle.

Le risque, bien que réel, pour François Hollande, d’une défaite lors de cette "primaire sur mesure" est limité. Même si l’on ne peut qu’être impressionné par la profondeur abyssale de sa cote de popularité (1% de "très satisfaits" et "14% de plutôt satisfaits" dans un sondage IFOP-JDD réalisé du 9 au 18 juin 2016 et publié dans l’édition du dimanche 19 juin), François Hollande devrait l’emporter devant ses concurrents. Et s’il l’emporte il "calfeutrera" alors totalement les trous au sein du navire PS avant de partir à la reconquête de tout l’électorat. D’une certaine façon, cette "victoire électorale ", même réduite au "petit royaume de Bourges-Solférino" pourrait constituer une sorte de "booster" pour la "vraie campagne". C’est, on l’imagine, le dessein des promoteurs de cette primaire d’un genre quelque peu spécial.

Par la tenue de cette primaire, et s'il se présente en tant que candidat, François Hollande sera ainsi le premier président sortant de la Vème République à devoir passer par une primaire pour se représenter. Dans quelle mesure cette décision participe-t-elle à l'affaiblissement brutal de la Vème République ? N'est-ce pas réduire le rôle du président de la République à un simple porte-drapeau d'une fraction de la majorité ?

Vous avez parfaitement raison de poser le problème en ces termes. Le principe-même des primaires est contraire à l’esprit de la Constitution de la Vème République. Dans un entretien accordé à La Croix, Pascal Jan, professeur de Droit à Sciences Po Bordeaux, explique que les primaires imposent trois tours désormais à la présidentielle. On pourrait même dire "quatre tours" comme a pu les vivre François Hollande en 2012. Pascal Jan estime, à juste raison, que les primaires, bien que très appréciées des médias et d’une partie de l’électorat parce que donnant l’illusion d’une "démocratie participative" effective, portent en elles plus d’inconvénients que d’avantages. En matière d’inconvénients, en voilà un nouveau qui s’ajoute à tous les autres et que la France n’a pas connu depuis 1958 : le président sortant, candidat à sa succession, repasse par la case "primaires"… Deux questions se posent alors.

La première est fondamentale : qu’en est-il de la fonction présidentielle entre le 29 janvier 2017 (date probable du second tour de la primaire "Belle Alliance populaire") et le 7 mai 2017 (date officielle du second tour de l’élection présidentielle) dans l’hypothèse où le président en exercice serait battu à la primaire ? Comment "tenir" quatre mois et demi à l’Elysée, avec tous les pouvoirs propres au président de la République sous la Vème République (y compris l’usage du "feu nucléaire") en étant battu par un Montebourg ou un Hamon lors d’une consultation qui aura réuni entre un et trois millions de votants ?... Et encore ici écarte-t-on l’hypothèse d’une élimination directe dès le premier tour, le 22 janvier, pour défaut de qualification au second tour… En 1969, ayant mis en jeu son mandat présidentiel, le général de Gaulle démissionna moins de 24 heures après la victoire du "Non" au référendum sur la régionalisation. En 2017, battu lors d’une élection primaire, François Hollande demeurerait à l’Elysée pendant plus de 4 mois ?... On imagine la situation.

La seconde est fondatrice : que peut-il rester d’un parti comme le PS, au pouvoir depuis 5 ans, qui va procéder en "direct-live" à un inventaire sur les réussites et les échecs du président de la République sortant et issu de ses rangs au cours d’une campagne de primaires qui va nécessairement voir s’affronter des lignes politiques différentes et des projets concurrents pour le quinquennat à venir pendant plusieurs semaines à partir du moment où le chef de l’Etat aura officialisé ou non sa candidature à un second mandat ?  Les ravages d’un tel étalage seront dix fois plus importants qu’une éventuelle motion de censure soutenue ou pas par des "frondeurs" surtout soucieux de sauver leur siège de député… Qu’en sera-t-il d’ailleurs des investitures législatives socialistes dans un tel contexte ? Cet enjeu-là conditionne aussi le déroulement d’un éventuel second mandat présidentiel de François Hollande, lui qui n’a pas eu son mot à dire dans les investitures 2012 organisées par Martine Aubry qui n’a pas manqué de lui "savonner la planche" d’ailleurs sur ce terrain.

La fonction présidentielle, déjà très affaiblie par le quinquennat, rétrécie par la limitation à deux mandats consécutifs, plutôt dénaturée par le jeu des primaires - aussi perverses institutionnellement que populaires parce démagogiques et pseudo-démocratiques - n’avait vraiment pas besoin de ce dernier coup de couteau : un président en exercice redescend dans la mêlée pour participer à un combat qui ne devrait plus être le sien.

Dans une interview accordée au JDD, Manuel Valls affirme, à propos de cette primaire "c'est cela la démocratie". N'est-ce pas un élément de langage permettant de masquer la réalité de cette primaire, à savoir un champ de foire où les intérêts particuliers ne font que se confronter sans jamais se dépasser ?

Je ne sais pas s’il s’agit là d’un "élément de langage" mais en tout état de cause, c’est du "Manuel-Valls-dans-le-texte". En appeler à la démocratie pour justifier tel ou tel choix politique, c’est une forme de rhétorique habituelle et coutumière dans le discours politique qui permet soit de clore le débat, soit de renvoyer le contradicteur dans le camp des "anti-démocrates", voire des "dictateurs". Dans le même ordre de "mots valises, on peut également citer la "République", la "liberté", la "nation" et, pour faire bonne mesure car nous sommes en France, la "laïcité" quand même… En réalité une fois que l’on a dit que les "primaires sont la démocratie", que peut-on ajouter ou critiquer ? Plus grand-chose, sauf à sortir du piège dialectique tendu.

Il faudrait alors rappeler que les primaires ne sont pas apparues dans la vie politique française par "génération spontanée" ou par "l’opération du Saint-Esprit". Elles sont le produit d’une réalité électorale créée par l’hypothèse (devenue réalité une fois : le 21 avril 2002) d’une présence du Front national au second tour de l’élection présidentielle si le bloc de gauche ou le bloc de la droite républicaine ne se présente pas, chacun, le plus possible uni au premier tour.

Les primaires sont aussi la résultante d’une crise majeure et quasi-létale des partis politiques en France devenus de véritables coquilles vides, transformés en oligarchies qui confortent, 102 ans après, les travaux du sociologue italien Roberto Michels sur la social-démocratie allemande. Ces partis politiques dont la Constitution du 4 octobre 1958 dit "qu’ils concourent à l’exercice du suffrage" (article 4, alinéa 1) sont en réalité désormais totalement incapables de sélectionner convenablement les candidats à même de défendre leur projet politique. N’attirant plus personne et n’encadrant plus rien, les partis trouvent dans les primaires la feuille de vigne qui cache leur nudité.

Elles sont enfin, ces primaires, l’occasion donnée à quelques "seconds rôles » de prendre la lumière afin, non pas de briguer l’investiture présidentielle dans tel ou tel bloc, mais de percer pour prétendre ensuite à tel ou tel portefeuille ministériel. Et Manuel Valls est bien placé pour le savoir lui qui, fort de ses modestes 149 103 voix obtenues au soir du premier tour de la primaire de 2011 (sur 2 661 231 votants, soit 5,63% des voix) fut d’abord choisi pour être le responsable de la communication du candidat Hollande, puis fut nommé ministre de l’Intérieur avant de s’installer dans le fauteuil de Premier ministre le 31 mars 2014. Les "primaires, c’est peut-être cela la démocratie" pourrait-on dire à Manuel Valls, mais c’est aussi "un formidable accélérateur de trajectoire politique" pour ceux qui en ont compris le "bon usage".

Non Monsieur le Premier ministre, les primaires ne sont pas forcément et absolument le signe de la démocratie. Même si Mesdames Aubry, Lienemann, Berger et Messieurs Cambadelis, Montebourg, Hamon, Guedj, Filoche, s’en drapent comme d’une toge parée de toutes les vertus, sous les applaudissements béats de militants qui acceptent de voir leur parti transformé en "machine électorale" et en "club de supporters". Les primaires sont, en général, et a fortiori quand elle atteignent un président sortant candidat à une éventuelle réélection, le signe clinique d’un cancer généralisé qui ronge toutes nos institutions et désormais jusqu’à la plus forte d’entre elles :  la présidence de la République.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
D'AMATO
- 20/06/2016 - 16:48
La gauche: Encore des complications?.....
La gauche: toujours des complications pour tous, mariage pour tous, enfants pour tous, impôts pas pour tous, école en récession pour tous...pas de primaire ensuite primaire pour le président....ce ridicule en aurait tués bien d'autres, mais pas eux, les exemples du bien penser ...
D'AMATO
- 20/06/2016 - 16:47
La gauche: Encore des complications?.....
La gauche: toujours des complications pour tous, mariage pour tous, enfants pour tous, impôts pas pour tous, école en récession pour tous...pas de primaire ensuite primaire pour le président....ce ridicule en aurait tués bien d'autres, mais pas eux, les exemples du bien penser ...
vangog
- 20/06/2016 - 12:32
La gauche sous perfusion médiatique...
Pour éviter de commenter l'essentiel, la déchéance de la France et l'impuissance des politiciens archaïques, les journaleux vont commenter le mauvais feuilleton d'une gauche qui refuse de mourir, saison 1, saison, saison 3, 1er opus, 2eme opus. Je ne crois pas que les Français aiment encore ces feuilletons de mauvaise qualité à rallonges...