En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 10 heures 13 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 11 heures 44 min
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 16 heures 2 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 17 heures 27 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 17 heures 39 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 18 heures 3 min
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 11 heures 5 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 12 heures 53 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 14 heures 48 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 18 heures 8 min
O.K. Corral

Martinez contre El Khomri : pourquoi la guerre d’usure entre le gouvernement et la CGT va faire un mort

Publié le 18 juin 2016
La réunion entre Myriam El Khomri et Philippe Martinez qui s'est tenue vendredi 17 juin a montré l'impasse conflictuelle dans laquelle se sont enfermés les deux parties. La CGT devrait payer son zèle et le gouvernement n'en sortira pas indemne.
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réunion entre Myriam El Khomri et Philippe Martinez qui s'est tenue vendredi 17 juin a montré l'impasse conflictuelle dans laquelle se sont enfermés les deux parties. La CGT devrait payer son zèle et le gouvernement n'en sortira pas indemne.

Atlantico : Après plusieurs mois de négociations, le projet de loi El Khomri semble aboutir à une grande confusion. D'ajustement en ajustement, chacun semble désormais bien en peine d'identifier ce que les salariés, les syndicats, le gouvernement ou l'opposition y ont gagné. [Dans quelle mesure cet épisode révèle-t-il avant tout l'extrême complexité juridique des relations entre Etat, entreprises, organisations syndicales et salariés en France] ?

Bertrand Martinot : Le terme de « confusion » semble coller assez bien à la réalité ! Confusion sur le texte lui-même, qui a considérablement évolué au fil du temps. Au moment du passage au Parlement, le texte a largement été retravaillé, avec des amendements parfois pertinents (suppression des « principes Badinter »), parfois contre-productif (introduction d’une représentation du personnel pour un groupement de franchisés). Le texte va sans doute encore un peu évoluer lors de son retour à l’Assemblée début juillet. Certains compromis qui se dessinent (l’introduction d’un contrôle des branches sur les accords d’entreprise) seraient un grand pas en arrière, y compris par rapport au droit existant. 

Confusion des débats ensuite. De nouveau, notre démocratie s’avère incapable de débattre sereinement du droit du travail. Nous sommes rapidement tombés dans l’outrance et l’hystérie. Personne ne semble avoir lu le texte. Prenons comme exemple le désormais fameux article 2 dont ses opposants considèrent qu’il vient inverser la hiérarchie des normes (faire prévaloir l’accord d’entreprise sur l’accord de branche) en matière de temps de travail. Beaucoup de commentateurs oublient que cette réforme a déjà eu lieu pour l’essentiel par la loi du 20 août 2008, assouplissant considérablement les 35 heures (contingents d’heures supplémentaires, forfaits jours, annualisation/modulation du temps de travail…) par la voie de la négociation d’entreprise. Cet article ne fait qu’étendre ce principe à quelques nouveaux items (possibilité d’abaisser le taux de majoration des heures supplémentaires à 10 %, quoi qu’en dise la branche). Encore cette avancée prudente se fait-elle avec le nouveau verrou très important (et dangereux dans certaines entreprises) de l’accord majoritaire. Pas de quoi en appeler au blocage du pays !

Confusion, enfin, sur les modifications des règles du jeu social que cette loi va entraîner concrètement. Le référendum (certes très encadré) pourra donner lieu à quelques évolutions intéressantes. Mais au final, peu de choses devraient changer dans les entreprises, que ce soit pour les dirigeants, les salariés et les syndicats. 

Concernant le projet de loi El Khomri, les intérêts divergents des syndicats, leurs postures médiatiques allant parfois à l'encontre des intérêts de leur base, les concessions ou reculs du gouvernement, n'ont-ils pas abouti à un résultat final très éloigné de ses intentions de départ ?

Tout n’est pas qu’une posture médiatique. Derrière les postures souvent caricaturales se cachent des oppositions anciennes. Cette affaire les a révélées en pleine lumière. Le paysage syndical est profondément divisé sur un sujet central, rien de moins que la place de la négociation collective dans la détermination de la norme sociale. D’un côté, la CFDT est, depuis toujours, plutôt décentralisatrice, fait confiance aux acteurs sociaux, tablent sur le fait que les salariés sont plus éduqués qu’avant et choisissent désormais par la voie de l’élection professionnelle (encore une loi de 2008… !) les syndicats représentatifs dans l’entreprise. 

De l’autre, FO et la CGT sont en quelque sorte les « gardiens du temple » dont les bases ont été construites à partir du Front populaire, puis à  la Libération. L’idée est que le droit du travail doit fonder une sorte de « statut général du salarié » basé sur la loi et auquel un accord collectif ne saurait déroger ou adapter aux circonstances locales. Dans cette vision du monde, c’est la loi, et dans une moindre mesure la branche, qui est le seul vecteur d’amélioration de la condition des travailleurs. 

Quant au gouvernement, le problème est justement que l’on ne saisit pas bien quelles étaient ses intentions de départ, avec cette loi qui n’avait été ni annoncée ni expliquée au préalable, pas travaillée en amont et hors programme ! 

Au total, il n’y a surtout des perdants : le pays, avant tout, qui dilapide une partie de son énergie dans des débats stériles et qui rate une nouvelle occasion de gagner en dynamisme économique ; le gouvernement, bien sûr, qui ne pourra pas mettre à son actif une quelconque réforme d’ampleur dans le champ du droit du travail. 

La CGT, et FO dans une moindre mesure, qui se trouvent ringardisées et renvoyées à la défense de quelques bastions (la SNCF, le secteur de l’énergie,…).  

La CFDT est la seule organisation syndicale qui peut tirer son épingle du jeu dans la mesure où, plus que jamais, elle est au centre du jeu social. En 2017, à l’issue du cycle actuel d’élections professionnelles, elle pourrait passer devant la CGT pour la première fois de son histoire. Cela étant, elle est un peu isolée et beaucoup trop de choses reposent sur ses épaules. 

"Le choc de simplification" voulu par François Hollande semble trouver ici une douloureuse illustration. Ce quinquennat a-t-il été particulier du point de vue de cette tendance à la complexité, ou s'inscrit-il dans la continuité des précédents, voire dans la lignée d'une véritable tradition nationale ?

Je ne sais pas si l’on peut parler de « tradition nationale », qui laisserait supposer que nous aurions, par nature, un esprit confus… ! Ce qui est sûr, c’est que, comme ses prédécesseurs, le gouvernement actuel se rend compte que simplifier est extraordinairement difficile dans notre pays.

Le droit du travail n’échappe pas à la règle. On compte plusieurs lois de simplification dans ce domaine ces dernières années et, ponctuellement, il y a eu en effet quelques simplifications. Mais au total, le droit du travail n’a fait que se complexifier. Il faut dire que cette complexité n’est pas le fait des seuls gouvernements et du législateur : les partenaires sociaux interprofessionnels s’y entendent très bien pour construire des usines à gaz que même dans les ministères personne n’aurait imaginées (pensons à la formation professionnelle, mais aussi, plus généralement, aux accords interprofessionnels en matière de droit du travail). Parfois également, le juge interprète les textes d’une manière inattendue et qui vient compliquer la vie des entreprises au-delà de ce qu’avait prévu le législateur !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 18/06/2016 - 21:20
On n'a pas intérêt à avoir une CGT trop faible !
Car plus elle recule, plus SUD et ses ultra gauchistes progressent ! Quant à une CFDT trop forte c'est aussi dangereux, car les "avancées sociales" du type de la pénibilité risquent d'être encore plus ravageuses que les 35 H !
abracadarixelle
- 18/06/2016 - 14:49
Un mort seulement ?
homme de peu de foi....Je souhaite la mort ( politique/ sociale) de tous les protagonistes.....