En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

07.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 26 min 39 sec
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 14 heures 50 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 41 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 20 heures 24 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 21 heures 19 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 1 jour 56 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 3 heures 50 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 15 heures 40 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 21 heures 11 sec
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 23 heures 46 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Trop, c'est trop

Violences et dégradations dans le cadre des manifestations contre la loi Travail : pour Nicolas Dupont-Aignan, "l'autorité de l'Etat est en miettes, le pays à genoux, la République bafouée"

Publié le 17 juin 2016
En plein état d'urgence, en plein Euro de football et au lendemain d'un double meurtre revendiqué par l'Etat Islamique, la manifestation qui s'est tenue le 14 juin a été le théâtre de violences à l'encontre des policiers présents pour l'encadrement.
Nicolas Dupont-Aignan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Dupont-Aignan préside Debout la France, parti politique se revendiquant du gaullisme et est l'auteur de France, lève-toi et marche aux éditions Fayard.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En plein état d'urgence, en plein Euro de football et au lendemain d'un double meurtre revendiqué par l'Etat Islamique, la manifestation qui s'est tenue le 14 juin a été le théâtre de violences à l'encontre des policiers présents pour l'encadrement.

Atlantico : En dépit de l'état d'urgence, de l'Euro 2016 et de l'attentat perpétré dans la nuit du 13 au 14, la manifestation du 14 juin a été perturbée par une centaine d'individus cagoulés qui s'en sont violemment pris aux policiers présents. Comment peut-on expliquer une telle situation ? Qu'est-il advenu de l'autorité de l'État ?

Nicolas Dupont-Aignan :  L'autorité de l'État est en miette. Je pense tout d’abord à nos deux policiers massacrés à leur domicile. Du jamais-vu dans notre République. Cela n'est pas dû à une seule raison, mais bien à plusieurs. Il y a d'abord une faiblesse politique impardonnable, couplée à un laxisme judiciaire évident. N'oublions jamais  que les incendiaires de la voiture de police d'il y a quelques semaines ont été libérés par le juge des libertés et de la détention. À partir de ce moment-là, comment espérer que le Gouvernement ou que les forces de police soient respectés, quand les juges sont si faibles ? Il y a, enfin, un problème de moyens et de tactique. Or, si l'on additionne un pouvoir faible, une justice laxiste et l'absence de moyens évident, on comprend que face à des gens très déterminés et qui ne risquent rien l'on assiste à des scènes intolérables. Elles révèlent un pays à genoux, une République bafouée. 

Quelles seraient, selon vous, les mesures adéquates à mettre en œuvre dans un tel climat ? Comment faire la part des choses entre un besoin de sécurité exprimé par la population et d’éventuelles atteintes aux libertés publiques ? Au-delà de l’apathie, comment éviter la sur-réaction ?

Nous sommes encore très loin des atteintes aux libertés. Il y a plusieurs mesures que je réclame depuis des mois, sinon des années.

Nous devons également revoir complètement la surveillance, et je parle ici des terroristes et autres personnalités dangereuses qui sont en liberté. J'ai demandé, et j'ai été gravement moqué pour cela, l'éloignement des djihadistes français au retour de Syrie, qu'il faudrait envoyer sur un territoire lointain. Il n'en a rien été. J'ai demandé l'expulsion des étrangers fichés S. Il n'en a rien été. Il faut bien évidemment rétablir les contrôles aux frontières, aléatoires, mais il faut aussi abroger la loi Taubira et reconstruire au moins 40 000 places de prisons. Si nous ne changeons pas la procédure pénale, si nous ne nous redonnons pas des moyens de surveiller les bombes volantes qui se trouvent dans notre pays, le massacre d'hier soir ne pourra être que le début d'une longue lignée.

L'heure est grave. Il n'y a pas besoin de ficher l'ensemble de la population française pour surveiller les quelques centaines ou milliers que l'on connait. Depuis les événements de Charlie Hebdo on s'aperçoit que l'ensemble de ces terroristes étaient connus, avaient franchi nos frontières et fait l'objet de condamnation – le plus souvent rarement exécutées. C'est un petit nombre de personnes qu'il nous faut surveiller… Simplement, on paye très cher le démantèlement des Renseignements Généraux par le gouvernement précédent. On paye très cher, également, la loi Taubira ainsi que le laxisme général qui inspire tant nos lois que nos pratiques judiciaires. Il me semble essentiel que toute agression d'un policier soit sanctionnée d'une peine plancher de prison ferme. Dans la même logique, toute insulte à l'égard d'un membre des forces de l'ordre doit donner lieu à une inscription au casier judiciaire.

Enfin, on paye très cher l'absence de priorités pour les forces de l'ordre.

Outre l'autorité étatique qui fait défaut, n'y a-t-il pas également une erreur claire d'ordre stratégique, dans la façon dont sont mobilisés les forces de polices et nos militaires ? Comment pourrait-on repenser cette organisation pour l'optimiser ?

Nos forces de l'ordre sont à bout. Leurs heures supplémentaires ne sont pas payées correctement, leurs congés n'ont pas été accordés. Cela ne peut pas continuer ainsi.

Il est crucial de parvenir à cerner et établir des priorités. J'avais contesté la mise en œuvre des fan zones qui sont dangereuses et monopolisent des milliers de policiers. La coupe du monde de 1998 a été une grande fête populaire et n'avait pas de fan zone. J'estime que le Gouvernement a commis une grave erreur en voulant tout concilier : il était largement possible de se passer de ces fan zones. Les policiers qui sont chargés de les surveiller seraient mieux employés s'ils s'occupaient de surveiller des djihadistes ou des complices d'actes terroristes. C'est là que se trouve la priorité absolue.

Quant à la question de la gestion du maintien de l'ordre pendant les manifestations. Je ne suis pas un spécialiste, mais plusieurs d'entre eux me disent qu'à force d'être passifs de peur de provoquer des incidents, ce sont les forces de l'ordres qui deviennent des cibles passives. Il est vital de pouvoir attraper sur le fait les casseurs, comme il est vital que les témoignages de policiers soit recueillis et pris en considération par les juges. Aujourd'hui, ils ne donnent plus foi au témoignage d'un policier et libèrent systématiquement des casseurs. C'est gravissime. C'est pourquoi j'ai proposé une loi anti-casseurs qui permettrait des incriminations groupées. Concrètement, il s'agirait de pouvoir mettre en examen toute personne ayant participé à une manifestation au cours de laquelle il y a eu agression grave de policier. C'est essentiel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 15/06/2016 - 20:27
Poutine, au secours !
Dites, et si on envoyait les hooligans russes à l'assaut de la CGT et de Nuit debout ? Je crois que l'on pourrait prendre des leçons de maintien de l'ordre ? Non ? Pourtant, les Russes savent faire... mais il y a un peu de casse... uniquement dans la cible, pas dans la police, sinon cela ne vaut pas !
moneo
- 15/06/2016 - 18:44
NON NON ET RENON
il faut tout changer, le policiers obéissent aux lois votées par le politiques;les juges idem ( même si parfois certains ont de coupables inclinaisons mais là encore l'a Loi pourrait y remédier)
les politiques manquent courage le plus élémentaire pour rétablir un bagne pour les éléments irrattrapables;les policiers doivent être dotés de nouvelles arme permettant de filmer et d 'immobiliser les casseurs de manière à éviter q'un juge fasse son boulot en disant j'e n'ai aucune preuve que c'était lui ,son cousin certifie qu'i était à 10 kms de la manif
mais cela ne servirait à rien non plus si les ordres n'arrivent pas ou
trop tard;par peur de"bavures " cad dans 99% de cas de gens qui n'étaient pas blanc bleu non plus.Enfin il faut rendre responsable le organisations syndicales responsables des débordements et les faire payer et condamner leurs dirigeants à la prison ;iL faut donc légiférer aussi:Messieurs les politiques c'est quand vous voulez
fanfoué
- 15/06/2016 - 18:41
Le déshonneur
Ils avaient le choix entre le déshonneur ou la guerre, ils ont choisi le déshonneur : ils auront les deux. C'est plus que jamais d'actualité