En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La rupture tranquille

Hillary Clinton est-elle en train de promettre une rupture entre les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite ?

Publié le 15 juin 2016
Réagissant à l'attentat d'Orlando, Hillary Clinton a fermement demandé à l'Arabie Saoudite, au Koweït et au Qatar de ne plus se montrer aussi complaisants avec l'islamisme radical. Une prise de position pas si étonnante que cela pour celle qui briguera la Maison Blanche en novembre prochain.
Yannick Mireur est l’auteur de deux essais sur la société et la politique américaines (Après Bush: Pourquoi l'Amérique ne changera pas, 2008, préface de Hubert Védrine, Le monde d’Obama, 2011). Il fut le fondateur et rédacteur en chef de Politique...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick Mireur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick Mireur est l’auteur de deux essais sur la société et la politique américaines (Après Bush: Pourquoi l'Amérique ne changera pas, 2008, préface de Hubert Védrine, Le monde d’Obama, 2011). Il fut le fondateur et rédacteur en chef de Politique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réagissant à l'attentat d'Orlando, Hillary Clinton a fermement demandé à l'Arabie Saoudite, au Koweït et au Qatar de ne plus se montrer aussi complaisants avec l'islamisme radical. Une prise de position pas si étonnante que cela pour celle qui briguera la Maison Blanche en novembre prochain.

Atlantico : Ce lundi, en réaction à la tuerie d'Orlando, Hillary Clinton a fustigé dans un discours à Cleveland l'attitude de l'Arabie Saoudite, du Qatar et du Koweït, qui devraient selon elle "cesser de soutenir financièrement les écoles et mosquées radicales". Dans quelle mesure peut-on penser que les positions très tranchées en politique étrangère de son futur adversaire Donald Trump ont incité la candidate démocrate à adopter cette posture agressive, peu habituelle chez elle ?

Yannick Mireur : Plusieurs éléments déterminent cette position en effet peu attendue.

Tout d'abord, la prise de conscience plus nette sous Barack Obama de la perversité de l'alliance américano-saoudienne, du danger que représentent les régimes autoritaires incapables d'offrir un avenir à leur jeunesse nombreuse et qui ne se pérennisent que par la rente des hydrocarbures. Nous sommes peut-être ici face à un nouveau chapitre de l'histoire entre les Etats-Unis et les monarchies pétrolières.

S'ajoutent à cela les conséquences stratégiques imprévues de l'invasion de l’Irak. Cette politique a favorisé la position stratégique de l'Iran dans la région, en raison notamment de la majorité chiite en Irak, excitant donc par la même occasion la rivalité avec l'Arabie Saoudite.

Il y a déjà ainsi un substrat de la réorientation de la politique de Barack Obama qui crée une base de départ pour Hillary Clinton, qui a par ailleurs été l'un des instruments de cette politique présidentielle en tant que secrétaire d'Etat.

Ensuite, dans le contexte électoral, il y a une règle d'or dans la vie politique américaine. Lorsque l'économie va bien, cela bénéficie au pouvoir en place, mais peut-être plus particulièrement aux Démocrates. Lorsqu'il y a des défis de sécurité nationale, le petit bonus est plutôt pour les Républicains. En l'occurrence, l'économie américaine ne va pas si mal (d'où une cote de popularité assez élevée pour Barack Obama), mais le drame d'Orlando bénéficie, au moins dans l'immédiat, au discours de Donald Trump : un discours simple, facile, contre l'islamisme radical... Une dimension supplémentaire est d'ailleurs visible ici : en focalisant sur l'islamisme radical, il critique à bon droit les précautions de langage prises par la classe politique ficelée par le politiquement correct et qui ne nomme pas les choses. Cela trouve un écho auprès d'une bonne partie de l'opinion.

Ces deux conditions – l’héritage des huit dernières années et le contexte électoral – incitent évidemment Hillary Clinton, qui a toujours cultivé une image – pour le coup cette fois authentique – de quelqu'un de proche des problématiques de sécurité nationale et du monde militaire, même en ayant été féministe dans sa jeunesse, à apparaître comme déterminée sur le front de la sécurité et de la politique extérieure.

Cultiver cette image-là est d’autant plus important pour une candidate qui prétend devenir commandant en chef. Il s’agit donc de bien occuper ce terrain, qui bénéficie traditionnellement aux Républicains, face à un adversaire dont elle sait très bien qu'il saura l’exploiter avec habileté.

Voilà les conditions qui dictent son discours par rapport aux pays du Golfe.

Si jamais Hillary Clinton est élue Présidente, aura-t-elle les moyens de maintenir cette ligne de pression envers l'Arabie Saoudite ? Le rôle économique et géopolitique du Royaume, ainsi que le contexte politique au Congrès américain, ne représentent-ils pas de sérieux obstacles ?

Il y a toujours un hiatus entre les discours électoraux et la réalité des politiques mises en œuvre ensuite. Les premiers concernés, les dirigeants américains comme les dirigeants des pays du Golfe, ne sont pas dupes. En revanche, cela peut signaler une préoccupation américaine quant à la stabilité régionale, qui repose avant tout sur la stabilité intérieure des pays. C'est tout l'enjeu évoqué précédemment : ces pays doivent être capables de réformes, notamment en Arabie Saoudite, pour apporter à la société civile une vision nouvelle pour son avenir.

Ce sera un enjeu régional et international important. En tant qu'alliées des Etats-Unis et des Occidentaux d'une façon générale, les monarchies pétrolières ne peuvent nier qu'elles sont devant un défi intérieur très fort. Au niveau international, cela s'exprime par une révision des liens étroits qui unissent une partie de leurs dirigeants aux milieux islamistes internationaux ; voilà le sens des remarques de Clinton.

En clair, quel que soit l'élu aux Etats-Unis, Washington et ses alliés occidentaux sont placés devant la nécessité de défaire un nœud gordien, à savoir une alliance contre-nature avec des régimes quasi-théocratiques qui nourrissent les mouvements radicaux qui essaiment au cœur des sociétés occidentales, sachant qu’une bonne partie des élites de ces pays – je pense notamment à l'Arabie Saoudite – ne respectent pas personnellement la conduite dictée par les lois religieuses en vigueur dans leur pays.

Pour ce qui est de la situation intérieure américaine, je pense que s'il y a victoire démocrate à la présidentielle, les Démocrates ont de bonne chances de remporter aussi la majorité au Congrès (conserver le Sénat et reconquérir la Chambre), ce qui donnerait une marge de manœuvre à une présidente Clinton.

Par cette déclaration sans ambiguité envers l'Arabie Saoudite et les pétromonarchies du Golfe, Hillary Clinton confirme-t-elle le changement de stratégie des Etats-Unis et surtout des démocrates au Moyen-Orient, alors que Barack Obama a notamment beaucoup oeuvré pour le dégel des relations avec l'Iran ?

Je pense qu'elle s'inscrira dans la ligne révisionniste et l'actualisation voulue par Barack Obama, qui consiste à briser l'isolement des relations américano-iraniennes et à renouveler l'influence des Etats-Unis dans la région via l'Iran, dans un contexte de recul très net de leur poids politique et de leur perception par les opinions publiques dans la région suite à l'opération en Irak.

Ce rééquilibrage sera très probablement poursuivi par une éventuelle administration Clinton.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tartanpion
- 17/06/2016 - 00:11
tartanpion
'Une part non négligeable de sa campagne actuelle est financée par l'Arabie Saoudite....Entendu dans le dernier"langue de bois s'abstenir"si mes souvenirs sont bons?
fanfoué
- 15/06/2016 - 18:44
Paroles, paroles...
Rien que des mots, toujours des mots. Une fois élue, le business reprendra ses droits et Orlando sera vite oublié ...
vangog
- 15/06/2016 - 16:23
"Discours simple, facile de Trump"?????
vous préféreriez un discours alambiqué et inapplicable, à la mode socialiste, Yannick Mireur?