En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 9 min 47 sec
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 50 min 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 12 heures 43 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 13 heures 36 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 15 heures 40 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 16 heures 36 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 22 heures 3 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "La communauté scientifique internationale a fait preuve d’une grande réactivité et l’effort de recherche n’a sans doute jamais été aussi soutenu et puissant"

il y a 23 min 20 sec
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 13 heures 6 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 14 heures 35 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 16 heures 13 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 17 heures 32 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 20 heures 27 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 23 heures 30 sec
Atlantico Business

Si vous avez aimé la pagaille sociale provoquée par le projet El Khomri, vous adorerez le référendum sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Publié le 13 juin 2016
Le monde des affaires ne voit pas comment le climat social pourrait s’apaiser. Le conflit avec la CGT n’est pas purgé et on va revenir dans un débat polémique et stérile avec le dossier de l’aéroport de Saint-Martin-des-Landes. Tout cela sur fond de crise financière engendrée par les risques d’un Brexit. Quel mois de juin !
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le monde des affaires ne voit pas comment le climat social pourrait s’apaiser. Le conflit avec la CGT n’est pas purgé et on va revenir dans un débat polémique et stérile avec le dossier de l’aéroport de Saint-Martin-des-Landes. Tout cela sur fond de crise financière engendrée par les risques d’un Brexit. Quel mois de juin !

Tout se passe comme si les gouvernements démocratiques ne savaient pas gérer autrement que par la crise, ou par l'expérience d’échec. Faute d’expliquer honnêtement la difficulté d’une situation, les systèmes politiques démocratiques ont tous le chic, par lâcheté, ou par incompétence, d‘aggraver leurs difficultés et de provoquer des crises, plutôt que d’expliquer et de convaincre des nécessités du changement.

David Cameron n’avait pas besoin de provoquer un psychodrame en proposant un référendum sur la sortie de son pays de l’Europe. Il ne l’a surement pas voulu puisqu’il est contre. Il a voulu être réélu en proposant au peuple britannique de se prononcer sur l’Europe, tout simplement parce qu’il n’a jamais eu le courage d‘expliquer aux sujets de sa gracieuse Majesté à quoi servait l’appartenance à l’Europe. Le résultat c’est qu’on est arrivé à la veille d’une situation qui va plonger les économies occidentales dans la crise de confiance et la dépression, à tel point que les partisans du oui en viennent à répliquer aujourd'hui, que si les Anglais choisissent le Brexit, ils auront deux ans pour s’y adapter et refaire machine arrière. Quel gaspillage !

Le gouvernement français est dans une position encore plus difficile. La loi Travail qui était une bonne loi, progressiste, moderne et dont la vocation correspondait au problème le plus urgent, à savoir décoincer le marché du travail. Cette loi Travail a été si mal expliquée, si mal défendue, qu‘elle a servi de catalyseur au mécontentement social et politique et qu’elle a provoqué une invraisemblable chienlit qui a bloqué le pays pendant trois semaines et gâché l'ouverture de l’Euro de football. 

La situation s’est un peu calmée, mais les syndicats ne savent plus où ils habitent, moyennant quoi ils sont débordés et la chienlit va continuer. Contrairement à ce que le gouvernement dit, certains dépôts de carburants sont encore bloqués. A la Sncf, qui est devenu l’exutoire des luttes sociales et le principal champ de bataille, la grève a été reconduite. Sur les ordures ménagères, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a été tellement lente à réagir et faire nettoyer les rues de Paris, qu’on se demande si elle n’avait pas intérêt à prolonger les ennuis et les nuisances. 

Les chauffeurs de taxis qui se souviennent avoir demandé la peau des Uber menacent tous les jours de bloquer l’accès aux stades. Dans le ciel d’Air France, les commandants font grève, alors que leurs frères de KLM s’énervent de tant d’arrogance corporatiste.

Bref, tout continue comme avant, avec cette fois-ci, une perte de contrôle des grandes centrales. On est loin de la loi Travail, on est loin du plus élémentaire sens des responsabilités. On est loin des règles de base du dialogue social. 

C’est dans ce contexte-là, coléreux et nerveux, que l’Euro va se dérouler match après match. 

Mais ça ne sera qu’une parenthèse un peu nerveuse, parce qu’après l’Euro, la guérilla politique va repartir au parlement et la chienlit sociale va reprendre au gré des humeurs et des corporatismes. 

Va s’y ajouter, le débat surréaliste qui va entourer le référendum régional concernant le projet de l’aéroport de Saint Martin des Landes. Fin juin, en plein tour de France, on discutera non pas de l’intérêt économique d'un aéroport pour le Grand-Ouest, mais on débattra de la place des écologistes dans le processus démocratique, on redonnera la parole à des gens dont on pouvait croire que leurs échecs les avaient éliminés du jeu politique. 

Ce qui est terrible dans cette situation c’est que le gouvernement s’est mis dans la difficulté tout seul. Par incompétence. 

Il devait mieux expliquer la loi Travail et notamment l’article 2 qui concerne directement ceux qui sont au chômage et dont personne ne s’occupe à commencer par les syndicats. 

C’est le gouvernement qui a ouvert la boite de pandore des négociations. Par lâcheté, et par peur du désordre, il a engendré un immense désordre. 

Quand il y a deux mois, il a cédé face aux chauffeurs routiers sur la question de leurs heures supplémentaires, on savait que le gouvernement allait perdre la bataille de la confiance. Tous ceux qui avaient un petit avantage à défendre se sont précipités au bureau des plaintes. 

Personne n’a obligé le gouvernement à gérer la question de l’aéroport de Nantes comme il l’a fait. Tergiverser, n’écouter personne ou tout le monde, laisser faire, laisser parler pour terminer par l'organisation d’un référendum dont les résultats ne seront pas légitimes. On le sait. 

Si le oui à l'aéroport l'emporte, les partisans du non diront que l’assise démocratique n’était pas suffisante. 

Si le non l’emporte, les partisans du oui diront que le vote a été manipulé et que les vrais acteurs ont besoin de cet équipement.

Qui aura pris ses responsabilités dans cette affaire ? Personne. 

L'équilibre d’un pays dépend de la capacité de ses gouvernements à dire la vérité et à faire ce qu’ils ont dit. 

Les gouvernances disent rarement la vérité, et ne font guère ce qu’ils ont dit et c’est normal, puisqu’ils mentent en permanence. 

Quand on leur fait le reproche de ne pas dire la vérité, les responsables politiques concèdent que l’opinion publique ne comprend pas toujours les intérêts à long terme. L’opinion n’accepte la réforme que devant une crise forte qui pourrait les atteindre. La crise rend intelligent mais les leaders gouvernementaux n'ont pas le courage de nous éviter une crise. Moyennant quoi, ils prennent des risques insensés.

Quel risque, parce qu’il y a des cas où la crise n’accouche pas d’une solution. Il y a des cas où la crise engendre une catastrophe. En 2008, personne ne voulait croire qu’une banque aurait pu faire faillite. Et pourtant. Plus loin dans l’histoire, en 1914, il n’y avait aucune raison sérieuse et grave pour que l’Europe rentre dans un conflit qui restera le plus meurtrier du siècle. Et pourtant, la multiplication des bêtises humaines et la confrontation des egos mal placés de certaines élites ont entrainé l’irréparable. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 14/06/2016 - 10:16
Ah ! la décision !
Difficile ! Mais quand on ne sait pas soi-même, on est très fragile et assez peu armé pour répondre aux attaques. * * * Plutôt que lâcheté, je dirais plutôt que Hollande n'est pas convaincu, et qu'il n'a pas trouvé la raison qui emporte la décision. M Sylvestre, je récuse donc votre mot lâcheté. Après, il y a l'incompétence. A moins que ce ne soit un choix politique pour savoir qui est le plus fort et le suivre : la politique actuelle est souvent dans cette démarche, parfois parce qu'elle a sous-estimé un paramètre important. * * * Et puis, M Sylvestre, la démarche de Cameron n'a strictement rien à voir ! C'est au contraire le courage : il a parfaitement compris que les arguments techniques n'avaient pas de prise, et que c'est à une décision émotionnelle, venue du cœur du peuple britannique, que revient le choix final. Et pas à la raison, pas aux techniciens-chefs, pas aux décideurs ! * * * La situation actuelle en Angleterre est celle de la France : le cœur du peuple regimbe : le politique ne comprend pas, aveuglé par la raison, rejetée par tout un chacun.* * * Et ici la peuple a raison. Point !
D'AMATO
- 13/06/2016 - 14:10
Tout gouvernement qui pousse son zèle ...
...AU DELA des capacités de gestion de ses membres ... VA A LA CATASTROPHE et avec lui le Pays qu'il prétend gouverner...
Les mots, les affirmations restent vides et les élucubrations inefficaces contre des faits qui par nature sont TETUS....
Vive la France apaisée .....dans une HYPERFRACTURE qui ressemble de plus en plus à une FAILLE de taille GEOLOGIQUE type SAN ANDREAS ou MEDIANE-ATLANTIQUE......
BONJOUR LE MAGMA QUI EN SORTIRA.......Et le simulacre d'opposition DROITE-GAUCHE ne ressemblera plus qu'à un petit "bouton de fièvre" desséché....
Fondation pour l'innovation politique
- 13/06/2016 - 11:16
Les zadistes, la tentation de la violence
Les « zones à défendre » (ZAD ) et les zadistes ont beaucoup fait parler d’eux ces dernières années. Ce fut tout d’abord le cas de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ou encore de la ZAD du Testet, dans le Tarn, où un militant écologiste est décédé en octobre 2014. Ils suscitent néanmoins de très forts clivages et de nombreuses interrogations selon Eddy Fougier dans sa note pour la Fondation pour l'innovation politique "Les zadistes (2) : la tentation de la violence" http://goo.gl/9P8hH9