En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 3 min 46 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 2 heures 55 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 2 heures 55 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 13 heures 57 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 45 min 33 sec
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 2 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 2 heures 55 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 14 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
La dictature en entreprise

Les meilleures entreprises sont dirigées par des dictateurs éclairés

Publié le 10 juin 2016
Selon Vivek Wadhwa, directeur de la recherche au Centre pour l'entrepreneuriat et la commercialisation de l'Université américaine Duke, il est évident que la réussite d'une entreprise passe par son patron. Celui-ci doit avoir une vision, des convictions et un pouvoir de décision : bref avoir une personnalité de dictateur. Mais l'autorité a ses limites.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Vivek Wadhwa, directeur de la recherche au Centre pour l'entrepreneuriat et la commercialisation de l'Université américaine Duke, il est évident que la réussite d'une entreprise passe par son patron. Celui-ci doit avoir une vision, des convictions et un pouvoir de décision : bref avoir une personnalité de dictateur. Mais l'autorité a ses limites.

Devenir leader dans l'Industrie n'est pas un concours de popularité. Les meilleures entreprises sont dirigées par des dictateurs éclairés. Voilà les conclusions de Vivek Wadhwa, directeur de la recherche au Centre pour l'entreprenariat et la commercialisation de l'Université américaine Duke après avoir étudié personnalités des PDG et entreprises qui sont devenues de véritables machines économiques.

Selon le chercheur, un PDG doit certes écouter très attentivement ses employés, mais il doit surtout faire ce qu'il y a de mieux pour son entreprise, ses salariés et ses actionnaires. Pour y arriver, explique Vivek Wadhwa, le meneur se doit de prendre des décisions tranchées et accepter d'être responsable des erreurs commises si les choses tournent mal. Le PDG s'attend à ce que tout le monde applaudisse quand une décision a été prise, et les meilleurs d'entre eux partagent le succès mais prend seul le blâme si cela tourne mal.

Bref, un PDG se démarque par sa fermeté dans les décisions prises, insiste le chercheur de l'Université Duke. Or le peuple, les employés adorent être dirigé par un homme fort qui a une vision, des convictions et des principes. Les employés ne sont pas obligés de toujours être d'accord avec le patron, mais tant que l'éthique est respectée, les employés suivent les ordres, travaillent dur et sont loyaux. Bref, les grandes réussites sont le fruit d'un management autocratique.

Et pour étayer son propos, Vivek Wadhwa donne des exemples bien connus des meilleurs PDG de l'histoire moderne :

·         Walt Disney demandait souvent à ses employés de proposer leurs idées à travers des sondages, puis dictait ses choix sans tenir compte d'aucunes propositions. Si ces mêmes salariés n'étaient pas assez performants, il les congédiait manu militari. L'inventeur de Mickey avait une vision claire, était cohérent mais extrêmement autoritaire. Ce qui sur la fin de sa carrière lui a valu de perdre de vue la réalité de ce qui avait fait son succès. Pourtant il a touché le cœur de milliards de gens partout dans le monde et à créer une des entreprises les plus performantes de l'histoire.

·         Henry Ford est connu pour avoir dirigé avec une main de fer, décidant tout, même la vie personnelle de ses employés. Mais sa vision pour l'industrie automobile, sa défiance face aux investisseurs pour construire une voiture pour le peuple, son combat pour augmenter le salaire minimum a fait de lui un révolutionnaire

·         Steve Jobs était un tyran qui demandait l'absolu secret des travaux d'Apple et la complète loyauté à ses employés. Il était égoïste et lunatique explique Vivek Wadhwa. Mais il a changé le monde de la technologie.

·         Enfin Elon Musk PDG de Space X, grand innovateur technologique du 21e siècle est, selon le chercheur de l'université Duke, un être assez inhumain aux demandes irréalistes. Mais c'est un véritable visionnaire et il a fait évoluer de façon drastique des secteurs comme le transport, l'énergie et l'espace.

L'autorité a ses limites

Une étude récente de la société de chasseurs de tête américain Russell Reynolds met en évidence plusieurs traits de la psychologie d'un bon PDG : la détermination, avec des profils "tournés vers l’action, plus optimistes que les autres, et capables de prendre des risques calculés et des décisions difficiles, une "intelligence émotionnelle", avec la capacité de comprendre les motivations des autres, maîtriser leurs émotions et construire des équipes ; une "faculté d’anticipation", enfin, qui permet de "voir loin". Mais aucun mot sur l'autorité, voire le management autocratique dont parle Vivek Wadhwa

Le succès de mettre fin au poste de managers lancé par un entrepreneur américain, Brian Robertson dès 2001, tente à prouver que la dictature entrepreneuriale est vouée à mourir. Pour lui, le système "top-down" né avec la révolution industrielle et le taylorisme ne sont plus adaptés au monde contemporain. L'holacratie comme il a appelé son système, vise à donner le pouvoir de gouvernance à l'organisation elle-même plutôt qu'à certains de ses membres, à substituer à l'autocratie du leader la mobilisation collective des talents.

L'autocratié peut également devenir un prétexte pour des comportements immoraux. Steve Jobs était très connu pour ses comportements abusifs. Peter Thiel, investisseur reconnu de la Silicon Valley, a raconté qu'un PDG qu'il connaissait avait acheté et offerte la biographie autorisée de Steve Jobs "pour expliquer que dorénavant, il serait abusif et méchant avec eux." 

Vivek Wadhwa avoue lui-même que la dictature du PDG marche jusqu'à ce qu'elle ne marche plus. Quand ça ne fonctionne plus, tout s'écroule, dont l'entreprise ell-même. Non seulement le PDG autoritaire bloque l'avancée d'une société puisque tout doit être approuvé par lui, mais il empêche les salariés à prendre des risques parce qu'ils ont peur de faire de mauvais choix.

Le chercheur de l'université Duke préconise donc aux PDG un total équilibre entre un leadership fort et une autonomie voire une responsabilisation des employés.

Le PDG peut être dictatorial, explique-t-il, mais inspirant et moteur de motivation, savoir communiquer et être honnête.

Bref pour survivre à l'arrivée massive des technologies dans pratiquement toutes les industries, les entreprises doivent être dirigé par des dictateurs éclairés au grand cœur.

Vu sur : lu dans Quartz
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 12/06/2016 - 07:43
Non sans rire, l'autorité serait utile?
Putain mai 68 commence à foutre le camp! Le Grand Charles est de retour! Au secours les anarcho-bobos-déstructurés!
Le gorille
- 11/06/2016 - 05:51
Diable ! Lapalisse, au secours !
Qui l'eût cru ? Et il leur faut une étude ? Je crois que ces étudiants en farces et attrapes, pas des chercheurs, n'ont pas bien lu l'histoire... le thème est déjà prouvé et dénié, éprouvé et rejeté, porté aux nues et voué aux gémonies, décortiqué et synthétisé, mesuré et contourné, diabolisé et sanctifié... Bref, utilisez tous les les adjectifs et leurs contraires, pas un qui ne s'applique ! Depuis le temps !
vangog
- 10/06/2016 - 17:52
Ah ben l'autorité et les convictions, ça parait évident...
et puis la créativité et l'anticipation. Des qualités plus souvent dévolues aux hommes (wouah! wouah!). Mais rien de comparable avec les dictateurs...le parallèle est osé! mais à cause de l'inversion du sens des ots qui a cours sous le gauchisme, les Français perdent souvent la signification des termes qu'ils employent...