En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 17 heures 15 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 17 heures 48 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 18 heures 51 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 20 heures 33 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 23 heures 18 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 23 heures 42 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 1 jour 5 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 1 jour 28 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 1 jour 31 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 17 heures 30 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 18 heures 14 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 19 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 39 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 23 heures 35 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 23 heures 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 1 jour 12 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 1 jour 30 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 1 jour 32 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Une hausse de la durée effective travaillée en France au niveau de la moyenne européenne est un levier essentiel pour renforcer la compétitivité des entreprises

Publié le 12 juin 2016
Cet essai veut affirmer qu’un autre droit du travail est possible, fondé sur le dialogue social et qui renoue avec trois missions essentielles : libérer les forces productives, organiser l’activité économique et protéger les travailleurs. Extrait de "Un autre droit du travail est possible", de Bertrand Martinot et Franck Morel, aux éditions Fayard 2/2
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Morel est avocat (Barthélémy avocats), co auteur de Un autre droit du travail est possible (Fayard). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Voir la bio
Franck Morel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Morel est avocat (Barthélémy avocats), co auteur de Un autre droit du travail est possible (Fayard). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cet essai veut affirmer qu’un autre droit du travail est possible, fondé sur le dialogue social et qui renoue avec trois missions essentielles : libérer les forces productives, organiser l’activité économique et protéger les travailleurs. Extrait de "Un autre droit du travail est possible", de Bertrand Martinot et Franck Morel, aux éditions Fayard 2/2

Comment travailler plus ?

Dans la situation où nous sommes, une hausse de la durée effective travaillée pour rejoindre, par exemple, la moyenne européenne, est un levier essentiel pour renforcer la compétitivité des entreprises. Partant, le seul véritable indicateur de réussite d’une nouvelle réforme doit conduire à se poser quelques questions simples : comment augmenter le temps réellement travaillé ? Et, surtout, comment le droit du travail peut-il y contribuer ? Michel Crozier affirmait fort justement qu’ « on ne change pas une société par décret ». Il est clair qu’il ne suffit pas de changer quelques lignes dans la loi, ou même de supprimer le nombre « 35 », pour qu’immédiatement les travailleurs de notre pays augmentent leur quantité de travail ! 

Revenons dans le monde réel. La loi fixe toujours la durée légale du travail à 35 heures par semaine ou 1 607 heures par an en cas d’annualisation, ainsi que le taux de majoration des heures supplémentaires : 25 % pour les huit premières, 50 % pour les suivantes. Ce taux peut être abaissé à 10 % par accord collectif, mais on connaît peu d’accords ayant effectivement choisi cette possibilité. De son côté, la Charte sociale européenne garantit le droit à une rémunération majorée pour les heures supplémentaires. Il serait hypocrite de vouloir supprimer cette majoration, car la vraie question est celle du seuil au-delà duquel elle se déclenche ! Autrement dit, s’il est utile de permettre à l’accord collectif d’entreprise de modifier ce taux de majoration, ce n’est pas franchement une révolution. 

Nous avons donc besoin, d’une manière ou d’une autre, d’une durée de référence qui commande le déclenchement des heures supplémentaires. De ce point de vue, les propositions de la commission Badinter, qui consistent en la fixation par la loi d’une durée « normale » du travail, laissent pour le moins perplexe. On sait que la normalité, déjà mise en avant pour la présidence de la République, est un concept très relatif… Pourquoi pas la « bonne » durée ou la durée « souhaitable » ?! Il paraît juridiquement plus sûr de fixer une « durée de référence » qui déterminerait le seuil de déclenchement des heures supplémentaires. 

Pour favoriser une hausse effective du temps de travail, la question est donc celle du niveau de cette durée de référence. Deux options extrêmes sont possibles. La première consiste à supprimer toute durée légale, renvoyant la fixation de la durée de référence à la négociation collective d’entreprise ou, à défaut, à une convention de branche. La seconde passerait par une augmentation générale de la durée légale du travail, en permettant à la négociation d’y déroger, dans un sens ou dans un autre. 

La première option est la plus simple et apparemment la plus radicale. Mais garantit- elle une véritable augmentation du temps travaillé, compte tenu de l’existence de nombreux accords en vigueur dans les entreprises et dans les branches, fixant la durée de référence à 35 heures ? Rien n’est moins sûr. 

Quant au relèvement de la durée légale, il poserait des difficultés juridiques redoutables : la loi ne peut aisément remettre en cause les dispositions des accords collectifs en vigueur qui fixent une durée de travail hebdomadaire de 35 heures. une jurisprudence bien établie du Conseil constitutionnel protège les conventions en cours contre les empiètements de la loi au nom de la liberté contractuelle. Sauf motif d’intérêt général suffisant, et moyennant sans doute un délai pour laisser aux parties le temps de renégocier, la loi ne peut pas bouleverser les équilibres conventionnels. 

Une option intermédiaire entre l’absence de toute durée légale et son augmentation autoritaire pourrait consister à laisser un accord collectif d’entreprise – ou, à défaut, de branche – fixer la durée de référence, dans la limite d’un plafond inférieur au plafond européen de 48 heures par semaine. Ce plafond pourrait, par exemple, être de 39 heures. 

Dans ce dernier cas, toutefois, le changement de durée de référence ne devrait bien évidemment pas induire de baisse de rémunération mensuelle du salarié. Ce principe serait naturellement inscrit dans la loi.

Pour accompagner le mouvement, les allègements de cotisations sociales pourraient être calculés de manière à favoriser la hausse du temps de travail. Il faudrait aussi encourager fiscalement les heures de travail effectuées en sus par rachat de temps de repos. C’était l’esprit de la loi « pour le travail et le pouvoir d’achat », dite Tepa, de 2007. Mais celle- ci avait abouti, de fait, à « sacraliser » le seuil de 35 heures. Ne recommençons pas cette erreur et associons cette fois- ci les allègements de charges à une hausse effective de la durée de référence au niveau de l’entreprise. 

Plusieurs autres réformes seraient de nature à accroître significativement le temps de travail. Tout d’abord, une semaine de temps de repos, quelle qu’en soit l’origine – jours RTT, congé conventionnel ou cinquième semaine de congés payés –, pourrait être convertible en travail supplémentaire rémunéré dans les conditions fixées par un accord collectif ou, à défaut, directement par accord individuel entre l’employeur et le salarié.

Ensuite, la négociation collective pourrait s’emparer de la question du repos compensateur. La loi le fixe aujourd’hui à 100 % ou 50 % des heures accomplies au-delà du contingent d’heures supplémentaires, selon que l’entreprise emploie plus ou moins de 20 salariés. Ces minima constituent un surcoût important pour l’entreprise et limitent ses marges de manœuvre. Pourquoi ne pas permettre aux négociateurs de les fixer librement par voie d’accord ?

Extrait de "Un autre droit du travail est possible", de Bertrand Martinot et Franck Morel, publié aux éditions Fayard. Pour acheter cet ouvrage, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 13/06/2016 - 14:16
Immaculée Conception
Toutpoilu, les gens raisonnables se rendent compte que cette question de la durée du travail est très accessoire dans le désastre économique actuel ! Y voir une quelconque solution au chômage et à la pauvreté est une insulte à l'intelligence. Seuls quelques gentils zombies y sont aussi attachés qu'au dogme de l'Immaculée Conception !
Jardinier
- 13/06/2016 - 06:34
Un systeme bien compliqué,
punitif, et finalement peu efficace, justifié par l'impossibilité de jouer sur le différentiel de change avec nos principaux partenaires. Une PURGE au service de l'Euro. Point barre.
Jardinier
- 13/06/2016 - 06:31
Ensuite, il ne faut pas oublier
Qu'il y a 3,5 Millions de chômeurs, et donc que le fait d'augmenter autoritairement la quantité de travail de ceux qui en ont déjà alors que les carnets de commandes sont vides est loin d’être intuitif.
Mais admettons que les gens qui proposent cela ne soient pas des imbéciles.
Quelle est donc la raison, le processus économique sur lequel ces gens la s'appuie ?.
Si on le fait, et qu'on augmente autoritairement le temps de travail sans compensation équivalente, il se passe deux choses: une démotivation des salariés, qui conduit à une perte de compétitivité (on s'étale), et des licenciements ou des non-remplacements de poste (le carnet de commande ne se remplit pas de manière magique). Donc au final, un partage des "gains" entre perte de compétitivité et baisse de la masse salariale qui devrait aboutir pour une hausse du temps de travail de 10% (35 -> 39) a un gain réel qui oscillerait autour de 5%. (Tout ça pour ça ?) De l'autre coté, ceux qui ont été sortis de l'emploi, ou qui n'y sont pas rentrés, se rajoutent à la masse de chômeurs et poussent à la baisse les exigences des demandeurs d'emploi. Le tout aboutissant à un meilleure offre et donc à plus de travail. C'est l'idée.