En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 27 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 10 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 9 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 13 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 58 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 39 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 25 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 46 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 1 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 19 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Info Atlantico

59% des Français continuent à trouver que le conflit social autour de la loi Travail est justifié

Publié le 10 juin 2016
Un résultat qui s'explique par une forte capacité de résilience des Français lorsqu'il s'agit du modèle social, alors que l'Euro 2016 est menacé de fortes perturbations. Le détail du sentiment des Français face à ce conflit social est révélateur des différents clivages qui traversent la société.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un résultat qui s'explique par une forte capacité de résilience des Français lorsqu'il s'agit du modèle social, alors que l'Euro 2016 est menacé de fortes perturbations. Le détail du sentiment des Français face à ce conflit social est révélateur des différents clivages qui traversent la société.

Cliquez pour agrandir

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements de ce sondage, dans quel contexte a-t-il été réalisé ?

Jérôme Fourquet : Le principal enseignement est l'attitude très stable des Français au regard du mouvement social qui s'éternise, même si l'on note une érosion très légère. Le mouvement de contestation rebondit de jour en jour avec les appels à la grève à la SNCF, les éboueurs, ou les dépôts de préavis comme chez les salariés d'Air France. Par rapport à la mi-mai, on note une baisse parmi les supporters des mobilisations de 6 points, c'est-à-dire peu.

Deuxième point à noter, les soutiens les plus fermes du mouvements, ceux qui répondent à notre enquête qu''il est "tout à fait justifié" représentent près d'un quart de la population française. Si leur proportion s'est un peu contracté, ce n'est pas de manière spectaculaire. 

On peut donc dire que le nombre de manifestants ne se compte pas en centaines de milliers, mais que la base de soutien reste assez large. 

Dans le détail, on voit que les catégories populaires, et notamment les ouvriers continuent de trouver les contestations justifiées, et bien sûr on trouve cette même sensiblité chez l'électorat du Front de Gauche ou encore l'électorat écologiste. Le Parti socialiste, lui, est coupé en deux, et c'est assez inédit dans l'histoire du pays. Par exemple, l'électorat de droite se mobilise derrière son gouvernement.

>>> A lire aussi : Gouvernement, syndicats et même opposition : qui ne serait pas perdant à un Euro 2016 gâché par le conflit social (et donc croyez-vous qu’il le sera) ?

Cette relative stabilité pourrait-elle montrer que les Français font preuve de résilience lorsqu'il s'agit de défendre leur modèle social ?

Tout à fait. D'ailleurs, les candidats de droite ont évolué sur la tonalité de leur discours, initialement très libéral. Au début de leur mouvement de contestation, leur diagnostic consistait à dire que le mouvement ne trouvait sa cause que dans la trahison de François Hollande par rapport à ses promesses de campagne. Ce discours a sensiblement changé, puisqu'ils disent aussi que c'est la volonté de certains syndicats, comme la CGT, et des salariés attachés à leur modèle social. Cela préfigure des tensions importantes dans le cas où la droite serait élue en 2017.

Toute une partie du monde du travail regarde donc d'un œil inquiet les réformes de ce type, lorsque cela touche au modèle social. C'est une chose d'adhérer de manière résignée à l'idée qu'il faut donner des marges de manoeuvres aux entreprises, mais c'en est une autre de dire qu'il faut simplifier les conditions de licenciement pour qu'il y ait une plus grande fluidité dans le marché du travail. 

 

Par rapport à la précédente enquête, on voit que la baisse de 2 points (61% à 59%) correspond en réalité à une évolution de l'opinion chez les seniors. Comment peut-on l'expliquer ? Les candidats à la primaire de la droite doivent-ils prendre cette variation en compte, alors que cet électorat, s'il est de droite, est le plus à même de se déplacer pour la primaire de la droite ?

Cette variation n'est peut-être pas suffisamment importante pour le dire. Mais je pense que les seniors ont un attachement particulier à la stabilité. Quand le mouvement s'inscrit dans la durée, qu'il y a des troubles persistants, cet électorat décroche. 

Et l'on peut être d'autant plus sévère vis-à-vis du mouvement qu'on n'est plus salarié. En parallèle, une tension forte habite les personnes qui pestent parce que les transports en commun sont bondés, mais qui en même temps voient d'un œil inquiet cette loi. Ils se disent donc que cette mobilisation n'est pas plus mal.

Les femmes sont 65% à trouver le mouvement de contestation justifié, alors que les hommes ne sont que 52%. Comment expliquer cet écart ?

Cela s'explique par le sentiment de menace qui peut être contenu dans cette loi, et avec des salariées qui en général ont des statuts plus précaires que leurs homologues masculins. Elle se disent que si le droit du travail n'est plus protecteurs, elles sont plus exposées.

Depuis 1996, comment l'opinion a-t-elle évolué face aux mouvements de contestations contre des projets de réforme ?

On le voit dans le graphique : il n'y a pas d'évolution linéaire. Tout dépend du sujet, et des publics visés lorsqu'il y a des réformes.

Les agriculteurs qui manifestent même violemment, parce qu'ils sont à deux doigts de mettre la clef sous la porte alors qu'ils ne comptent pas leurs heures, reçoivent un soutien massif de la part de la population. Alors que défendre un régime spécial que les Français ne perçoivent pas comme justifié n'est pas soutenu 

L'électorat de droite est tiraillé entre son aversion face aux méthodes de la CGT, et un président socialiste au moins autant honni. 

Quant à l'électorat FN, il se trouve massivement dans un camp : celui du soutien au mouvement. Et il est par ailleurs intéressant de voir le jeu d'équilibre chez les cadres du FN, avec une personnalité comme Florian Philippot qui est fermement opposé à la loi, et une autre comme Marion Maréchal Le Pen, plus sensible aux entreprises et avec une tradition beaucoup plus antisyndicale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 10/06/2016 - 18:11
C'est normal que les salariés soutiennent ce mouvement.
Sous ses airs de rien, cette loi est peut être celle qui remet le plus en cause le pauvre acquis des employés et des ouvriers du secteur privé, et en particulier ceux des petites entreprises. A travers le critère de licenciement économique qui passe de quatre trimestre à un seul de baisse comparative de chiffre d'affaire, ce qui facilitera dans les faits grandement ces ajustements. Même si j'approuve en fait de pouvoir licencier facilement, je trouve normal que les salariés manifestent fortement leurs désaccords et se battent. Autre point, ou la je ne suis plus du tout d'accord, c'est la possibilité de faire baisser le taux des heures supplémentaires dans le cadre d'un accord moins disant au niveau de l'entreprise. C'est juste punitif, et si vous voulez casser l'envie de travailler, je vous conseille de continuer dans cette voie débile. Alors que les mêmes (les LR qui soutiennent cette loi) avaient pondu les heures sup défiscalisés...
Sans compter sur l'extension du forfait jour, unique en Europe. Même si la, il résultera d'un accord individuel ou ceux qui le voudront pourront essayer de résister.
attila
- 10/06/2016 - 15:08
Fourquet
pour qui travailles-tu ???
attila
- 10/06/2016 - 15:07
mais où vont-ils chercher
toutes ces statistiques à la con !!! je n'ai pas été sollicité !! encore de la pipe !!!