En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Tout en un
Médicament sur mesure : ces pilules personnalisées que pourrait bientôt vous fournir votre médecin grâce à une imprimante 3D
Publié le 12 juin 2016
Ce procédé présente notamment l'avantage d'être directement accessible aux médecins, afin de produire le médicament dans des conditions simples, et en peu de temps.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce procédé présente notamment l'avantage d'être directement accessible aux médecins, afin de produire le médicament dans des conditions simples, et en peu de temps.

Si cette idée a longtemps été considérée comme fantaisiste et irréalisable, le comprimé unique pourrait bientôt être à la portée de la médecine, et accessible aux malades soumis à plusieurs traitements quotidiens. Des scientifiques de la National University de Singapour sont parvenus à utiliser une imprimante 3D pour concevoir et réaliser un comprimé unique, contenant plusieurs doses de différents médicaments, dont il est possible de contrôler la posologie et la diffusion dans l'organisme à un moment précis de la journée. 

Ce procédé élaboré par les chercheurs de l'université de Singapour présente notamment l'avantage d'être directement accessible aux médecins, afin d'être produit dans des conditions simples, et en peu de temps, rapporte le magazine Smithsonian. Ce système ne nécessite pas non plus de calculs mathématiques trop complexes pour la création du profil de chaque nouveau patient. L'emploi d'une imprimante 3D disponible dans le commerce fait de cette technologie une méthode assez peu onéreuse, alors qu'elle semblait encore irréalisable aux yeux des spécialistes il y a quelques années.

Ce nouveau type de traitement repose sur l'utilisation d'un polymère (une substance composée de macromolécules) afin de bien séparer chaque médicament, et de dissoudre, selon un schéma prédéfini, la dose appropriée de chaque substance à une heure précise. Selon les chercheurs, il sera un jour possible pour les médecins de créer grâce à cette innovation des comprimés "personnalisés" pour chaque patient depuis leur cabinet. Pour ce faire, le médecin programmera avec un ordinateur chaque médicament dont son patient a besoin, ainsi que le dosage et la fréquence. Sera ainsi créé un modèle informatique adapté pour chaque traitement. 

"Pendant très longtemps, le concept de pilule personnalisée est resté inexploré, car il était bien trop complexe et coûteux de le réaliser. Cette nouvelle méthode de fabrication de médicament change complètement la donne. Elle est simple d'un point de vue technique, relativement peu coûteuse, et polyvalente. Elle peut être appliquée avec des paramètres individuels, afin que les spécialistes puissent produire des comprimés personnalisés à la demande pour chaque patient, mais se prête aussi à des procédés de production de masse pour les laboratoires pharmaceutiques", explique le Professeur Soh Siow Ling, de l'université de Singapour, cité par Science Daily

Chacun de ces modèles sera ensuite transmis à une imprimante 3D, qui réalisera un moule unique. Après avoir été mélangé avec le liquide polymère, le médicament sera versé dans ce moule. Si aucune date précise n'a encore été communiquée quant à la disponibilité de ce type de traitement, les scientifiques sont d'ores et déjà en discussion avec des acteurs importants de l'industrie pharmaceutique pour préparer l'arrivée de cette "pilule magique" sur le marché. 

Certaines méthodes de production de comprimés avec une imprimante 3D existent déjà, et permettent une relative flexibilité, mais elles atteignent rapidement leurs limites : un dosage trop faible, un rythme de diffusion discontinu, les molécules étant généralement libérées en grande quantité dès le départ. S'ajoute enfin le manque de durabilité de ces comprimés, qui ne sont adaptés qu'à certains types de molécules, et ne peuvent donc traiter qu'un nombre restreint de patients. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Elections européennes 2019 : le RN de Jordan Bardella en tête devant LREM de Nathalie Loiseau
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
emem
- 14/06/2016 - 04:41
Çà va pas la tête
Même si c'était BIENTÔT possible, ce dont je doute, CE SERAIT DIABOLIQUE. Le médecin serait le seul responsable. Pas de pharmacien pour rectifier une erreur possible.
Il faudrait que les médecins fassent à la fois des études de médecine et de pharmacie...
Il faudrait que le médecin dispose de centaines de médicaments. Même les pharmaciens n'en entreposent pas autant. Imaginez l'installation !
Pourquoi vouloir à tout prix annoncer du sensationnel ?