En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 6 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 1 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 heures 58 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 14 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 15 heures 58 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 8 heures 55 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 39 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 23 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 6 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

60 pages supplémentaires par an : l'explosion pathologique du Code du travail

Publié le 11 juin 2016
Cet essai veut affirmer qu’un autre droit du travail est possible, fondé sur le dialogue social et qui renoue avec trois missions essentielles : libérer les forces productives, organiser l’activité économique et protéger les travailleurs. Extrait de "Un autre droit du travail est possible", de Bertrand Martinot et Franck Morel, aux éditions Fayard 1/2
Bertrand Martinot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Martinot, collaborateur de l'Institut Montaigne, est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 
Voir la bio
Franck Morel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck Morel est avocat (Barthélémy avocats), co auteur de Un autre droit du travail est possible (Fayard). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cet essai veut affirmer qu’un autre droit du travail est possible, fondé sur le dialogue social et qui renoue avec trois missions essentielles : libérer les forces productives, organiser l’activité économique et protéger les travailleurs. Extrait de "Un autre droit du travail est possible", de Bertrand Martinot et Franck Morel, aux éditions Fayard 1/2

Une vraie pathologie :  l’explosion normative

S’il est assez vain de prétendre tirer des enseignements généraux de la seule observation du volume du Code du travail dans l’absolu, son évolution au cours du temps, elle, se révèle immédiatement pathologique. De ce point de vue, en effet, les statistiques sont précises, sans appel. Elles témoignent de la profondeur du mal qui ronge notre droit.

Pour mener à bien cet examen chronologique, il suffit d’analyser l’évolution du volume et de la structure de notre Code du travail sur une longue période, par exemple entre 1985 et 2015. L’année de référence 1985 ne renvoie aucunement à une sorte de préhistoire du droit du travail : le Code intégrait déjà les très importantes lois Auroux de 1982 relatives aux relations collectives et au temps de travail ; les libertés syndicales et les institutions représentatives du personnel avaient déjà leur forme actuelle ; quant aux éléments essentiels de la protection des salariés contre les licenciements et l’organisation du système de formation professionnelle, ils étaient déjà solidement installés. Et personne ne peut affirmer avec certitude que les salariés étaient globalement moins heureux au travail, plus stressés et plus « exploités » il y a trente ans !… 

L’examen statistique des évolutions du Code du travail sur cette période révèle que son volume est passé, dans l’édition Dalloz de référence, de 1 013 à 3 077 pages, soit une multiplication par un facteur trois et en moyenne soixante pages supplémentaires par an. Cette croissance régulière, qui concerne toutes les parties du Code sans exception, est à elle seule un indicateur plutôt inquiétant.

Une analyse plus précise des moteurs de cette évolution permet d’attribuer sans conteste la palme à la quatrième partie (400 pages de plus pour la seule partie réglementaire), qui porte sur la santé et la sécurité au travail. Cette évolution est elle- même le résultat de nombreuses transpositions de directives européennes et ne peut donc pas être considérée comme totalement autonome.

Le deuxième moteur de cette explosion normative, largement indépendant, lui, de la construction européenne, est la première partie, relative aux relations individuelles du travail, avec 282 pages ajoutées en trente ans. À l’intérieur de cette partie, c’est incontestablement le corpus relatif au seul contrat de travail qui détient le record, avec 205 pages supplémentaires. 

L’inflation normative sur le contrat de travail est suivie de près par celle de la deuxième partie – consacrée aux relations collectives du travail, 262 pages de plus –, elle- même largement conditionnée par la prolifération des normes relatives aux institutions représentatives du personnel. On pourrait a priori se féliciter d’une augmentation aussi forte touchant les chapitres consacrés à la négociation collective, signe d’une extension du champ du dialogue social. Mais l’examen détaillé de cette partie nous apprend que les ajouts ont souvent eu pour but ou pour conséquence d’encadrer toujours davantage les procédures et même la substance de la négociation collective plutôt que de lui donner plus de liberté. 

Enfin, la troisième partie – rémunération, temps de travail, congés, participation, intéressement – n’est pas épargnée par cette dérive, avec une progression de 140 pages…, les chapitres consacrés au temps de travail et aux congés affichant une progression record. Si l’on peut comprendre pourquoi les chapitres consacrés aux durées hebdomadaire et annuelle du travail ont fortement grossi depuis les lois Aubry sur les 35 heures et leurs innombrables correctifs, l’inflation des chapitres relatifs aux repos et jours fériés (70 contre 19, pour la seule partie législative) est pour le moins surprenante.

Au total, en excluant provisoirement de l’analyse la quatrième partie très spécifique, relative à la santé et à la sécurité, on constate que l’inflation normative a été la plus forte en matière d’encadrement du contrat de travail et du dialogue social dans l’entreprise – en l’occurrence une multiplication par quatre du volume. Autrement dit, la norme générale et nationale s’est surtout alourdie sur les éléments les plus contractuels du droit du travail, limitant d’autant la liberté des acteurs dans l’entreprise, tant au niveau individuel qu’au niveau collectif.

Cette simple analyse, purement quantitative, fournit déjà un indice de l’une des principales pathologies qui frappent notre droit du travail, celle d’un droit de la défiance, qui prétend régler les relations de travail dans les moindres détails et qui n’en étend les dimensions contractuelles que pour mieux pouvoir les contrôler et les encadrer. Mais la situation et encore plus inquiétante si l’on intègre le poids de la jurisprudence. 

Extrait de "Un autre droit du travail est possible", de Bertrand Martinot et Franck Morel, publié aux éditions Fayard. Pour acheter cet ouvrage, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 13/06/2016 - 11:15
La simplicité est gage d'efficacité...
contrairement à la Suisse, pragmatique et logique, la France gauchiste a fait le choix de l'inefficacité...
rodmcban
- 11/06/2016 - 20:40
Pas dans le dictionnaire
Il y a un mot qui devrait être déchu de la nationalité française tant il se révèle inaccessible à notre idiosyncrasie nationale : "simplifier".
L'obséquiosité, la lâcheté, le conformisme, la complaisance, vertus elles bien françaises, nous poussent à de telles contorsions que nous finirons par en crever.
lexxis
- 11/06/2016 - 18:04
LA QUANTITÉ CHASSE LA QUALITÉ
A force d'ajouts en tous sens, le droit du travail est devenu un droit quasiment illisible, incertain, illogique, injuste. Ainsi le lanceur d'alerte qui dénonce le défaut illégal de représentation du personnel n'est pas du tout protégé, à moins qu'il ne revendique la couverture préalable d'un syndicat, ce qui est proprement grotesque pour un code de plus de 3000 pages. Mais tous ces stakhanovistes de la réglementation voient enfin leurs efforts justement récompensés, puisque les employeurs, excédés d'une législation immaitrisable, boulimique et parfaitement incertaine, font à très juste titre la grève de l'embauche. Où il se vérifie une fois de plus ce précepte de bon sens que l'excès même de sa protection rend plus vulnérable celui que le droit veut protéger, car rien n'oblige un propriétaire à louer, ni un chef d'entreprise à recruter. Il nous manque incontestablement des civilistes de talent, ceux qui savaient en moins de 10 lignes poser clairement un principe, sans qu'il y ait besoin de 50 pages pour expliquer ce qu'on a voulu dire. Inversement les mauvais juristes sont toujours très prolixes, car ils essaient de compenser par la quantité la qualité qu'ils n'ont pas.