En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Abysses

Cette effarante dette britannique dont se soucient peu les agences de notation...

Publié le 23 janvier 2012
Standard & Poor’s a dégradé la note de neuf pays européens condamnant la politique économique de leurs gouvernements, mais qu’en est-il de l’économie britannique dont la dette continue d’augmenter depuis la crise de 2007-2009 ?
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Standard & Poor’s a dégradé la note de neuf pays européens condamnant la politique économique de leurs gouvernements, mais qu’en est-il de l’économie britannique dont la dette continue d’augmenter depuis la crise de 2007-2009 ?

Le Royaume-Uni est aujourd’hui confronté à de nombreux défis : inflation élevée, faible croissance économique, manque de liquidités et surtout un déficit public élevé et une dette nationale effarante. En effet, si l’on ajoute la dette publique et la dette privée (prêts, dette des ménages, des entreprises et du secteur financier), la dette britannique a atteint 507% du PIB au deuxième trimestre de 2011, derrière le Japon, mais devant les États-Unis qui ont un niveau d’endettement de 279% du PIB.

Le Royaume-Uni a connu une augmentation graduelle de sa dette publique entre 2002 et 2007, passant de 30% à 37%. Depuis 2008, la dette britannique a connu une montée en flèche liée à la récession (baisse de recette des impôts, augmentation des allocations chômage), au déficit structurel et au renflouement des banques Northern Rock, Royal Bank of Scotland et Lloyds.

À la fin de l’année 2008, le cabinet de consultants McKinsey avait déclaré que le Royaume-Uni était la plus endettée des économies occidentales avec une dette de 487% du PIB. Cette dette colossale a déclenché la crise économique de 2008 et a entraîné le monde dans la plus grande récession depuis 1930. Depuis le 11 mai 2010, le gouvernement de coalition s’est engagé à réduire les déficits publics et la dette publique, mais la dette totale du Royaume-Uni (dette publique et dette privée cumulée) continue à augmenter. 

La structure de la dette britannique a certes évolué depuis 2008. Au deuxième trimestre 2011, la dette des entreprises était tombée à 109% du PIB, la dette des ménages s’élevait à 98% du PIB, la dette publique avait atteint 81% du PIB, mais la dette des institutions financières avait franchi le seuil des 219% du PIB.

Il existe une grande différence entre les différents types de dettes. Depuis 2008, les ménages britanniques ont réduit leur endettement face à la crise économique. En revanche, loin de baisser, la dette des institutions financières britanniques a continué à augmenter. L’ampleur de cette dette reflète l’importance des services financiers britanniques et de la City de Londres. La baisse des taux d’intérêt et la création monétaire de 275 milliards de livres (politique de quantitative easing menée par la Banque d’Angleterre) ont rendu la dette supportable.

Le Premier ministre britannique David Cameron a comme priorité de réduire le déficit public et la dette publique d’ici à 2015 et son ministre des Finances George Osborne a mis en place des mesures draconiennes présentées dans son budget d’austerité le 22 juin 2010 et dans son second budget le 23 mars 2011. La politique économique du gouvernement a commencé à porter ses fruits et la dette publique britannique a baissé par rapport à 2010 et représente 81% du PIB en 2011, ce qui est un chiffre raisonnable à côté de la dette publique japonaise qui a atteint 194% du PIB ou de la dette publique italienne qui s’élève à 100% du PIB.

Ce phénomène n’est pas nouveau au Royaume-Uni qui a déjà connu une dette publique supérieure à celle qu’elle connaît aujourd’hui. Pendant la deuxième Guerre Mondiale et dans l’après-guerre, la dette publique s’élevait à 180% du PIB en 1943 et était montée à 230% du PIB en 1947. En 2011, le coût de la dette publique reste élevé puisque le gouvernement britannique a dû payer 48,6 milliards de livres d’intérêt pour sa dette (soit 3% du PIB). La dette publique britannique risque d’avoir un effet négatif sur le taux de change et sur les taux d’intérêt. La dette britannique devrait atteindre 71% du PIB en 2013-2014 et retomber à 69% du PIB en 2015-2016.

Le niveau de la dette totale britannique réduit les investissements et la consommation et rend la sortie de crise plus difficile. En effet, dans un contexte où les entreprises, les banques et les consommateurs tentent de réduire leur niveau d’endettement, le niveau de la demande baisse.

Quelle thérapie trouver à la dette abyssale que connaît le Royaume-Uni aujourd’hui ? Depuis juin 2010, le gouvernement britannique a adopté les mesures nécessaires pour contenir la dette publique en réduisant de 25% le budget des ministères et en luttant contre le gaspillage, mais ne devrait-il pas s’alerter de l’augmentation de la dette des institutions financières ?

Le taux d’endettement des institutions financières peut certes paraître énorme, mais les actifs des plus grandes banques britanniques sont de quatre fois et demi supérieures au PIB du Royaume-Uni. Le ministre des Finances George Osborne a tiré la sonnette d’alarmer et veut rééquilibrer l’économie britannique en accordant une plus grande place à l’industrie.

Surtout, le Royaume-Uni dispose d’une marge de manœuvre supérieure aux autres pays de la zone euro dans la mesure où il a conservé sa monnaie et a la haute main sur sa politique monétaire et fiscale. En outre, l’indépendance de la Banque d’Angleterre est un atout considérable pour le Royaume-Uni.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

01.

Etre seul tue

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rhytton
- 24/01/2012 - 11:09
@Brennec: "What luck for leaders that men don't think!"
@Brennec: assurement, les continentaux sont devenus aussi stupides que les insulaires: les mauvaises manieres, ca s'attrape! Grignon offre une vue francophone du probleme mais si vous ne craignez pas les documentaires de 3h30, The Money Masters propose une analyse plus approfondie des origines de notre crise. Il fait partie des 15 films les plus vus sur Internet:
http://video.google.com/videoplay?docid=-515319560256183936
Pour le script:
http://mailstar.net/money-masters.html
Au menu: Cesar aurait ete assassine pour avoir voulu se reapproprier la creation de la monnaie, Lincoln n'avait pas pour but de se debarasser de l'esclavage et Rotschild aurait fait fortune en speculant avec la bataille de Waterloo!
On aurait l'air fin de proposer un retour au baton de comptage (tally stick), que la Bank of England a fait interdire en 1826, mais des solutions equivalentes et modernes ont ete evoquees:
http://vimeo.com/12137539
The Wizard of Oz, de Bill Still, est plus recent, je ne l'ai pas encore vu. Merci pour vos citations d'Henry Ford et du Tigre!
brennec
- 24/01/2012 - 08:47
Citations de tarés, tombées dans les oreilles de sourds -1
“Je suis l’homme le plus malheureux du monde. J’ai involontairement ruiné mon pays”.

Une grande nation Industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance d’une nation, en conséquence, et de toutes nos activités sont entre les mains d’un petit nombre de personnes.

Nous en sommes arrivés à être l’un des pays les moins bien gouvernés et les plus complètement contrôlés et dominés par le gouvernement de notre monde civilisé, nous n’avons plus un gouvernement d’opinion libre, plus un gouvernement de conviction et de vote à la majorité mais un gouvernement conduit par l’opinion et la coercition d’un petit nombre.

Woodrow Wilson, Président des Etats Unis
Se référant au Federal Reserve Act du 23 Décembre 1913 créant la Réserve Fédérale
brennec
- 24/01/2012 - 08:46
Citations de tarés, tombées dans les oreilles de sourds -2
Une armée de tyrans ayant mainmise sur toute une nation n’est en rien plus acceptable qu’un seul tyran assis sur son trône.
Georges Clemenceau

Si les peuples comprenaient quelle injustice représentent notre monnaie et notre système bancaire, alors ils déclareraient la révolution avant l’aube Président Andrew Jackson, 1829

Il est préférable que la plupart des citoyens de notre nation ne comprennent pas le fonctionnement de notre système bancaire et monétaire parce que, si c'était le cas, je pense qu'ils commenceraient une révolution dès demain matin.Henry Ford