En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 8 min 26 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 34 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 48 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 47 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 56 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 18 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 54 min 13 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 32 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 12 heures 46 sec
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 3 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 17 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 15 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 39 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 22 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Choix décisif

Victoire d’Hillary Clinton en Californie : pourquoi Bernie Sanders se jetterait dans une bataille suicidaire pour les Démocrates en restant dans la course

Publié le 08 juin 2016
Tout au long d’une campagne effrénée de plusieurs semaines à travers la Californie, Bernie Sanders a continué à soulever l’enthousiasme chez les électeurs démocrates et indépendants. En quelques semaines, il a remonté l’essentiel de son handicap -d’environ vingt points dans les sondages- sur Hillary, sans parvenir à l’emporter dans les urnes. La balle est désormais dans le camp de Bernie Sanders. A poursuivre les mirages, il risquerait, en restant dans la course, de diviser son parti et d'affaiblir son candidat.
Patrick Chamorel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Chamorel est professeur à l'université de Stanford.Il y enseigne les sciences politiques, à l'aulne des relations transatlantiques et des différences de systèmes politiques européens et français. Il collabore réguliérement au Wall Street Journal...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout au long d’une campagne effrénée de plusieurs semaines à travers la Californie, Bernie Sanders a continué à soulever l’enthousiasme chez les électeurs démocrates et indépendants. En quelques semaines, il a remonté l’essentiel de son handicap -d’environ vingt points dans les sondages- sur Hillary, sans parvenir à l’emporter dans les urnes. La balle est désormais dans le camp de Bernie Sanders. A poursuivre les mirages, il risquerait, en restant dans la course, de diviser son parti et d'affaiblir son candidat.

Quels que soient les résultats définitifs de la primaire démocrate qui s’est déroulée ce mardi en Californie (à 23h30 mardi heure de Californie; 8h30 mercredi matin heure de Paris, seuls 45% de bulletins de vote ont été dépouillés, donnant une avance de 60% contre 40% a Clinton), Hillary Clinton a finalement décroché la nomination de son parti. Ce mardi, elle a remporté les primaires du New Jersey, du Nouveau Mexique et du Dakota du Sud, mais ni celle du Dakota du Nord ni celle du Montana qui reviennent a Sanders.Hillary Clinton  a rempli le critère le plus indiscutable pour être considérée comme la candidate de son parti a l’élection présidentielle : l’obtention de la majorité absolue de délègués parmi ceux qui se sont engagés à voter pour elle à la convention démocrate (et auxquels s’ajouteront une très forte majorité de “super-délégués”).  Elle a aussi rassemblé sur son nom, depuis janvier dernier, la majorité des électeurs des primaires et caucus. Hier soir à New York, Hillary a clairement revendiqué la victoire en la présentant comme un évènement historique : c’est la première fois dans l’histoire américaine qu’une femme est la candidate de l’un des deux grands partis pour la présidence des Etats-Unis.  

En dépit des critiques de plus en plus féroces adressées à Donald Trump par son propre parti, la primaire républicaine en Californie s’est apparentée à une formalité pour le milliardaire. Il en est allé tout différemment chez les Démocrates. Tout au long d’une campagne effrénée de plusieurs semaines à travers la Californie, Bernie Sanders a continué à soulever l’enthousiasme chez les électeurs démocrates et indépendants (la primaire californienne est dite semi-ouverte, c’est-à-dire ouverte aux électeurs non-affilies en plus des électeurs démocrates). En quelques semaines, il a remonté l’essentiel de son handicap --d’environ vingt points dans les sondages—sur Hillary, sans probablement parvenir à l’emporter dans les urnes.    

La Californie est à la fois l’Etat le plus peuplé (18 millions d’inscrits sur les listes électorales), l’un des plus divers de par sa démographie, et l’un des plus solidement acquis au Parti Démocrate depuis plus de deux décennies. Chacun des candidats bénéficiait d’atouts importants à exploiter au sein de l’électorat. Hillary (et Bill) Clinton ont toujours été populaires dans l’Etat, remportant toutes les primaires auxquelles ils ont participé, sans mentionner les deux victoires présidentielles de Bill Clinton. Depuis janvier, Hillary a triomphé dans les Etats à fort degré de diversité démographique, à l’image de la Californie. Elle a obtenu ses meilleurs résultats dans l’électorat noir et dans les Etats du Sud (77% des voix noires contre 21% à Sanders). Les Clinton y ont toujours disposé d’une forte influence électorale, sauf dans les primaires de 2008, lorsque Barack Obama a pris l’avantage sur Hillary. Cependant, l’ascendant d'Hillary a été limité par la sous-représentation arithmétique de l’électorat noir en Californie. Hillary Clinton avait aussi distancié Sanders dans les Etats où la communauté hispanique est puissante. Or, la Californie est l’Etat où le pourcentage d’hispanique dans la population, à 39%, est le plus élevé. Dans la primaire californienne de 2008, Hillary obtint 68% du vote hispanique face à Barack Obama. Mais cette fois, notamment en Californie, les jeunes noirs et hispaniques ont voté différemment de leurs parents, c’est-à-dire pour Bernie Sanders plutôt que Hillary Clinton. Les jeunes hispaniques, et dans une moindre mesure, les jeunes noirs, ont voté comme les autres jeunes plutôt que comme les autres membres de leur communauté.  A la veille du scrutin, les sondages attribuaient le même pourcentage d’électeurs “latino” à Clinton et Sanders: 44%, mais la première obtenait 69% des plus de 50 ans, le second, 58% des moins de 50%. L’avenir dira si ce phénomène est appelé a durer, ou s’il est essentiellement dû au glissement actuel des Démocrates vers la gauche et à la candidature de Bernie Sanders. Ce qui est sûr, c’est que le bond des inscriptions sur les listes électorales (2,1 millions de nouveaux électeurs depuis le début de l’année, surtout chez les jeunes), ainsi que la difficulté à prédire le vote et la participation électorale de ces jeunes, des hispaniques et des asiatiques, ont conduit à des écarts très importants dans les sondages (entre 2% et 18% en faveur de Clinton). 

La balle est désormais dans le camp de Bernie Sanders. Dans son discours mardi soir, avant de connaitre les résultats définitifs de la primaire californienne, il a appelé à continuer le combat. Il doit rencontrer Barack Obama et le chef de la minorité démocrate au Senat, Harry Reid, jeudi. Depuis une semaine, la peur s’est emparée de l’establishment démocrate au vu de sondages donnant Clinton et Trump au coude à coude dans la course présidentielle. Sanders va devoir, dans les jours qui viennent, décider s’il abandonne la course en se ralliant a Hillary, ou s’il se jette dans une bataille suicidaire pour convertir les super-délégués d’ici à la convention démocrate de Philadelphie en juillet.  

Le plus probable (mais aucunement certain) est qu’il jette l’éponge après la dernière primaire, dans la capitale Washington DC la semaine prochaine. Depuis déjà longtemps, Sanders sait parfaitement qu'Hillary franchirait la première le seuil de la majorité des délégués sous mandat, même si elle perdait la primaire de Californie (chez les Démocrates en Californie, les délégués sont attribués à la représentation proportionnelle). Ce n’est donc pas pour cela que Bernie Sanders s’est battu comme un beau diable pour gagner en Californie. C’était plutôt, dans cette hypothèse, pour faire apparaitre Hillary Clinton comme une candidate démocrate particulièrement faible pour affronter Donald Trump et lui permettre de convaincre suffisamment de super-délégués (pour l’instant dans le camp Clinton) de se rallier à lui, le candidat dont la plupart des sondages indiquent qu’il aurait les meilleures chances de battre Donald Trump en Novembre. Néanmoins, après avoir tenté de délégitimer les “super-délégués” et de faire du décompte des délégués sous mandat le seul critère de la victoire, Sanders est mal placé pour livrer cette bataille. D’autant que ces dernières semaines, pendant que Clinton continuait à engranger des soutiens, Sanders n’a pas ajouté un seul super-délégué a sa besace !  A poursuivre les mirages, Sanders risquerait, en restant dans la course, de diviser son parti et d'affaiblir son candidat.  

Dans les prochains jours, la pression de Barack Obama, d'Hillary Clinton, de l’establishment démocrate et de son propre camp, va s’accentuer sur Sanders. Il est temps pour lui, désormais, de négocier au mieux pour faire prendre en compte ses idées, plébiscitées sur le terrain, par le Parti Démocrate, puis se rallier au porte-drapeau de son parti. En 2008, Hillary elle-même s’était retirée face à Obama, certes quatre jours après la fin des primaires, mais alors que l’écart en délégués était plus serré qu’aujourd’hui. Gary Hart avait fait de même face à Walter Mondale en 1984.  Mais se retirer sera extrêmement difficile pour Sanders, qui tient plus au puissant mouvement politique qu’il a créé de toutes pièces et qu’il souhaite continuer à développer, qu’au Parti Démocrate dont il n’a jamais été membre.       

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 08/06/2016 - 17:21
tout à fait d'accord avec Deudeuche
Que Sanders continue ...
si en plus elle a des problèmes avec l'affaire des e mails
Liberte5
- 08/06/2016 - 14:43
La gauche bobo contre la gauche marxiste......
Ce combat va laisser des traces profondes dans le parti démocrate. Il y a là deux gauches irréconciliables. Tiens j'ai entendu cela en France.....
Deudeuche
- 08/06/2016 - 13:22
Sanders doit continuer pour
Faire trébucher là bobo blonde de Wall Street.