En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 9 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 10 heures 52 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 19 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 19 heures 9 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 27 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 45 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 15 heures 11 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 18 heures 56 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 19 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Choix décisif

Victoire d’Hillary Clinton en Californie : pourquoi Bernie Sanders se jetterait dans une bataille suicidaire pour les Démocrates en restant dans la course

Publié le 08 juin 2016
Tout au long d’une campagne effrénée de plusieurs semaines à travers la Californie, Bernie Sanders a continué à soulever l’enthousiasme chez les électeurs démocrates et indépendants. En quelques semaines, il a remonté l’essentiel de son handicap -d’environ vingt points dans les sondages- sur Hillary, sans parvenir à l’emporter dans les urnes. La balle est désormais dans le camp de Bernie Sanders. A poursuivre les mirages, il risquerait, en restant dans la course, de diviser son parti et d'affaiblir son candidat.
Patrick Chamorel est professeur à l'université de Stanford.Il y enseigne les sciences politiques, à l'aulne des relations transatlantiques et des différences de systèmes politiques européens et français. Il collabore réguliérement au Wall Street Journal...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Chamorel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Chamorel est professeur à l'université de Stanford.Il y enseigne les sciences politiques, à l'aulne des relations transatlantiques et des différences de systèmes politiques européens et français. Il collabore réguliérement au Wall Street Journal...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout au long d’une campagne effrénée de plusieurs semaines à travers la Californie, Bernie Sanders a continué à soulever l’enthousiasme chez les électeurs démocrates et indépendants. En quelques semaines, il a remonté l’essentiel de son handicap -d’environ vingt points dans les sondages- sur Hillary, sans parvenir à l’emporter dans les urnes. La balle est désormais dans le camp de Bernie Sanders. A poursuivre les mirages, il risquerait, en restant dans la course, de diviser son parti et d'affaiblir son candidat.

Quels que soient les résultats définitifs de la primaire démocrate qui s’est déroulée ce mardi en Californie (à 23h30 mardi heure de Californie; 8h30 mercredi matin heure de Paris, seuls 45% de bulletins de vote ont été dépouillés, donnant une avance de 60% contre 40% a Clinton), Hillary Clinton a finalement décroché la nomination de son parti. Ce mardi, elle a remporté les primaires du New Jersey, du Nouveau Mexique et du Dakota du Sud, mais ni celle du Dakota du Nord ni celle du Montana qui reviennent a Sanders.Hillary Clinton  a rempli le critère le plus indiscutable pour être considérée comme la candidate de son parti a l’élection présidentielle : l’obtention de la majorité absolue de délègués parmi ceux qui se sont engagés à voter pour elle à la convention démocrate (et auxquels s’ajouteront une très forte majorité de “super-délégués”).  Elle a aussi rassemblé sur son nom, depuis janvier dernier, la majorité des électeurs des primaires et caucus. Hier soir à New York, Hillary a clairement revendiqué la victoire en la présentant comme un évènement historique : c’est la première fois dans l’histoire américaine qu’une femme est la candidate de l’un des deux grands partis pour la présidence des Etats-Unis.  

En dépit des critiques de plus en plus féroces adressées à Donald Trump par son propre parti, la primaire républicaine en Californie s’est apparentée à une formalité pour le milliardaire. Il en est allé tout différemment chez les Démocrates. Tout au long d’une campagne effrénée de plusieurs semaines à travers la Californie, Bernie Sanders a continué à soulever l’enthousiasme chez les électeurs démocrates et indépendants (la primaire californienne est dite semi-ouverte, c’est-à-dire ouverte aux électeurs non-affilies en plus des électeurs démocrates). En quelques semaines, il a remonté l’essentiel de son handicap --d’environ vingt points dans les sondages—sur Hillary, sans probablement parvenir à l’emporter dans les urnes.    

La Californie est à la fois l’Etat le plus peuplé (18 millions d’inscrits sur les listes électorales), l’un des plus divers de par sa démographie, et l’un des plus solidement acquis au Parti Démocrate depuis plus de deux décennies. Chacun des candidats bénéficiait d’atouts importants à exploiter au sein de l’électorat. Hillary (et Bill) Clinton ont toujours été populaires dans l’Etat, remportant toutes les primaires auxquelles ils ont participé, sans mentionner les deux victoires présidentielles de Bill Clinton. Depuis janvier, Hillary a triomphé dans les Etats à fort degré de diversité démographique, à l’image de la Californie. Elle a obtenu ses meilleurs résultats dans l’électorat noir et dans les Etats du Sud (77% des voix noires contre 21% à Sanders). Les Clinton y ont toujours disposé d’une forte influence électorale, sauf dans les primaires de 2008, lorsque Barack Obama a pris l’avantage sur Hillary. Cependant, l’ascendant d'Hillary a été limité par la sous-représentation arithmétique de l’électorat noir en Californie. Hillary Clinton avait aussi distancié Sanders dans les Etats où la communauté hispanique est puissante. Or, la Californie est l’Etat où le pourcentage d’hispanique dans la population, à 39%, est le plus élevé. Dans la primaire californienne de 2008, Hillary obtint 68% du vote hispanique face à Barack Obama. Mais cette fois, notamment en Californie, les jeunes noirs et hispaniques ont voté différemment de leurs parents, c’est-à-dire pour Bernie Sanders plutôt que Hillary Clinton. Les jeunes hispaniques, et dans une moindre mesure, les jeunes noirs, ont voté comme les autres jeunes plutôt que comme les autres membres de leur communauté.  A la veille du scrutin, les sondages attribuaient le même pourcentage d’électeurs “latino” à Clinton et Sanders: 44%, mais la première obtenait 69% des plus de 50 ans, le second, 58% des moins de 50%. L’avenir dira si ce phénomène est appelé a durer, ou s’il est essentiellement dû au glissement actuel des Démocrates vers la gauche et à la candidature de Bernie Sanders. Ce qui est sûr, c’est que le bond des inscriptions sur les listes électorales (2,1 millions de nouveaux électeurs depuis le début de l’année, surtout chez les jeunes), ainsi que la difficulté à prédire le vote et la participation électorale de ces jeunes, des hispaniques et des asiatiques, ont conduit à des écarts très importants dans les sondages (entre 2% et 18% en faveur de Clinton). 

La balle est désormais dans le camp de Bernie Sanders. Dans son discours mardi soir, avant de connaitre les résultats définitifs de la primaire californienne, il a appelé à continuer le combat. Il doit rencontrer Barack Obama et le chef de la minorité démocrate au Senat, Harry Reid, jeudi. Depuis une semaine, la peur s’est emparée de l’establishment démocrate au vu de sondages donnant Clinton et Trump au coude à coude dans la course présidentielle. Sanders va devoir, dans les jours qui viennent, décider s’il abandonne la course en se ralliant a Hillary, ou s’il se jette dans une bataille suicidaire pour convertir les super-délégués d’ici à la convention démocrate de Philadelphie en juillet.  

Le plus probable (mais aucunement certain) est qu’il jette l’éponge après la dernière primaire, dans la capitale Washington DC la semaine prochaine. Depuis déjà longtemps, Sanders sait parfaitement qu'Hillary franchirait la première le seuil de la majorité des délégués sous mandat, même si elle perdait la primaire de Californie (chez les Démocrates en Californie, les délégués sont attribués à la représentation proportionnelle). Ce n’est donc pas pour cela que Bernie Sanders s’est battu comme un beau diable pour gagner en Californie. C’était plutôt, dans cette hypothèse, pour faire apparaitre Hillary Clinton comme une candidate démocrate particulièrement faible pour affronter Donald Trump et lui permettre de convaincre suffisamment de super-délégués (pour l’instant dans le camp Clinton) de se rallier à lui, le candidat dont la plupart des sondages indiquent qu’il aurait les meilleures chances de battre Donald Trump en Novembre. Néanmoins, après avoir tenté de délégitimer les “super-délégués” et de faire du décompte des délégués sous mandat le seul critère de la victoire, Sanders est mal placé pour livrer cette bataille. D’autant que ces dernières semaines, pendant que Clinton continuait à engranger des soutiens, Sanders n’a pas ajouté un seul super-délégué a sa besace !  A poursuivre les mirages, Sanders risquerait, en restant dans la course, de diviser son parti et d'affaiblir son candidat.  

Dans les prochains jours, la pression de Barack Obama, d'Hillary Clinton, de l’establishment démocrate et de son propre camp, va s’accentuer sur Sanders. Il est temps pour lui, désormais, de négocier au mieux pour faire prendre en compte ses idées, plébiscitées sur le terrain, par le Parti Démocrate, puis se rallier au porte-drapeau de son parti. En 2008, Hillary elle-même s’était retirée face à Obama, certes quatre jours après la fin des primaires, mais alors que l’écart en délégués était plus serré qu’aujourd’hui. Gary Hart avait fait de même face à Walter Mondale en 1984.  Mais se retirer sera extrêmement difficile pour Sanders, qui tient plus au puissant mouvement politique qu’il a créé de toutes pièces et qu’il souhaite continuer à développer, qu’au Parti Démocrate dont il n’a jamais été membre.       

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 08/06/2016 - 17:21
tout à fait d'accord avec Deudeuche
Que Sanders continue ...
si en plus elle a des problèmes avec l'affaire des e mails
Liberte5
- 08/06/2016 - 14:43
La gauche bobo contre la gauche marxiste......
Ce combat va laisser des traces profondes dans le parti démocrate. Il y a là deux gauches irréconciliables. Tiens j'ai entendu cela en France.....
Deudeuche
- 08/06/2016 - 13:22
Sanders doit continuer pour
Faire trébucher là bobo blonde de Wall Street.