En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 25 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 39 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 4 heures 11 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 18 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 6 heures 11 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 55 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 21 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 28 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 13 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 29 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 30 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 41 min
Grand meeting à Lille

Chef de parti ou candidat à la primaire : mais que cache l’accélération du coureur Sarkozy ?

Publié le 08 juin 2016
Alors que Nicolas Sarkozy est à Lille ce mercredi pour y tenir un meeting très attendu à droite, la question de son entrée en campagne se pose de plus en plus, y compris pour ses rivaux. Pendant ce temps, Marine Le Pen a déjà choisi son adversaire préféré.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Nicolas Sarkozy est à Lille ce mercredi pour y tenir un meeting très attendu à droite, la question de son entrée en campagne se pose de plus en plus, y compris pour ses rivaux. Pendant ce temps, Marine Le Pen a déjà choisi son adversaire préféré.

Atlantico : Ce mercredi 8 mai au soir, Nicolas Sarkozy tiendra un meeting près de Lille, après avoir inauguré le nouveau siège des Républicains dans cette ville. Comment le parti a-t-il préparé cet événement ? Quels moyens y a-t-il consacré et quelle importance lui donne-t-il ?

Anita Hausser : Le choix de Lille n'est pas dû au hasard ; la ville de naissance du Général de Gaulle, la terre d'élection de Pierre Mauroy, historiquement de gauche, aurait, après les régionales et les départementales, des chances de basculer à droite. Une grande salle a été louée pour la venue de Nicolas Sarkozy, les militants ont été alertés, (ils répondent toujours présent, surtout si le discours de Nicolas Sarkozy est suivi d'une séance de dédicace), et la presse a été sollicitée pour assurer une bonne couverture de l'évènement. Le Parti LR qui vit dans la disette depuis le retour de l'ancien président de la République, a ouvert une ligne de crédit pour ce meeting du candidat à la candidature aux Primaires, qui ne doute pas de sa désignation par les électeurs de droite en novembre prochain...

A Lille et dans le département du Nord en général, les héritiers politiques de l'ancien Premier ministre de François Mitterrand se déchirent entre pro et anti Martine Aubry qui se pose, elle, en anti-Hollande en chef au PS. En décembre dernier il s'en est fallu de peu pour que le Front National gagne cette région qui s'appelle désormais Hauts de France, et qui est aujourd'hui dirigée par l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Xavier Bertrand  (LR). L'entourage de Nicolas Sarkozy promet un discours fondateur , un qualificatif prometteur de paroles fortes et de critiques impitoyables à l'encontre de son successeur à l'Elysée. Mais dans ce genre de manifestation, l'image compte autant que les discours. Le casting des personnalités qui entoureront le président de LR sera scruté à la loupe  par les observateurs : François Baroin, le nouvel allié, est annoncé. On attend avec intérêt et impatience de connaître la teneur du discours de Gérald Darmanin, ex- benjamin de l'Assemblée Nationale et nouveau vice-président de la Région. Il avait pris ses distances avec le Président de LR, à cause de ses discours identitaires.Tourcoing, la ville dont Darmanin est l'élu, est un symbole du multiculturalisme que Nicolas Sarkozy rejette aujourd'hui au nom de la laïcité. Cette manifestation marquera-t-elle son retour dans le giron de Nicolas Sarkozy, ou s'en tiendra-t-il à sa casquette de président de la Fédération LR du Nord ? Pour Nicolas Sarkozy qui cherche à ringardiser le septuagénaire Alain Juppé c'est aussi l'un des enjeux de cette journée.

Maxime Tandonnet : Les grands moyens déployés pour ce meeting de Lille montrent à l'évidence que M. Sarkozy a choisi d'accélérer l'entrée en campagne. Deux éléments déclencheurs peuvent expliquer cette montée en puissance soudaine : les derniers sondages, qui dénotent une remontée, et les critiques de plus en plus nombreuses qui l'invitent à clarifier ses objectifs. Chez Nicolas Sarkozy, les meetings en période préélectorale ont toujours une importance considérable. En effet, l'ancien président de la République est avant tout un rhéteur, qui aime sentir le contact avec la foule et semble en tirer une force. Il s'éloigne des discours qui lui sont préparés et improvise comme s'il s'adressait à une personne à travers l'auditoire de ses meeting. Ce mode de communication pour lancer une campagne est chargé de sens : il s'adresse au peuple et non aux élites. Le choix de Lille est aussi significatif, le Nord est un lieu qui a particulièrement souffert du chômage, de la désindustrialisation. Le Calaisis avec ses problèmes d'immigration n'est pas loin. Le président Sarkozy choisit donc un angle d'attaque bien précis. Il s'apprête à faire une campagne droitière et sociale, sur les thèmes de la nation, de la sécurité, des frontières, du peuple qui souffre. En cela, il veut clairement se démarquer des approches libérales de ses concurrents.

Au regard des moyens déployés, peut-on imaginer que ce meeting soit l'occasion pour l'ancien Président d'annoncer sa candidature à la primaire de la droite et du centre, comme tous ses rivaux le pressent ces jours-ci de le faire ? Et s'il ne l'annonce pas officiellement, cette réunion publique ne signera-t-elle pas néanmoins sa véritable entrée en campagne ?

Maxime Tandonnet : La question de l'annonce officielle semble secondaire. La tenue d'un tel meeting signifie de toute évidence qu'il est candidat à la primaire.  Va-t-il l'annoncer officiellement ce soir ? Ce n'est pas certain. Une telle déclaration l'obligerait sans doute à démissionner de son poste de président des Républicains. Or, de son point de vue, il n'a pas terminé sa tâche dans cette fonction, notamment celle de la rédaction d'un projet  de campagne. Les rumeurs sont contrastées sur la date de son entrée en campagne et de son départ de la présidence des Républicains. On a parlé de juillet, puis de la fin de l'été. L'expérience de 2007 comme de 2012 montre qu'il n'aime pas réagir sous la pression, cherche aussi l'effet de surprise. Elle montre qu'il préfère attendre le plus longtemps possible avant de devenir officiellement candidat mais que cela ne l'empêche pas d'agir en candidat.

Ce mardi, Marine Le Pen a déclaré dans un entretien à L'Opinion qu'Alain Juppé "sera le candidat" des Républicains à la présidentielle de 2017, et qu'un duel entre elle et lui serait "sain". Ne fait-elle pas là un calcul erroné, alors que même Jean-Luc Mélenchon déclarait dimanche dernier : "Le plus dangereux car le plus déterminé, c'est Nicolas Sarkozy" ? Qu'a-t-elle à perdre du fait de cette erreur de jugement ?

Maxime Tandonnet : Il est tout à fait vrai que Mme Le Pen et M. Juppé sont deux candidats aux antipodes l'un de l'autre, par leur génération, leur parcours politique, leur expérience, leurs idées. Sur l'Europe, la mondialisation, le libéralisme, tous les oppose de manière presque caricaturale. Cependant, on ne voit pas bien ce qu'un tel duel aurait de "sain". Les Français ne sont pas forcément en quête d'un affrontement de points de vue extrêmes ou d'un duel binaire entre deux idéologies. Que ressentent-ils à la vue de la personnalisation à outrance de la vie politique et les batailles de chefs ? Ce phénomène concourt sans doute, dans l'aveuglement général, au climat de défiance envers la politique qui touche 88% d'entre eux (cevipof). Il est probable que les Français dans leur ensemble préfèreraient que les politiques s'appliquent à rechercher des solutions de bon sens à leurs problèmes. M. Mélenchon trouve-t-il Nicolas Sarkozy "plus dangereux" que M. Juppé ? Honnêtement, je suis absolument incapable de dire lequel des deux serait le plus "dangereux" au deuxième tour face à Mme Le Pen ou à M. Mélenchon. En revanche, tout laisse penser que dans une telle hypothèse soit M. Sarkozy, soit M. Juppé, sortiraient largement vainqueur d'un tel duel et pourraient s'installer tout à leur aise à l'Elysée. Mais franchement, ces grands affrontements d'ego, un an avant la présidentielle, ne me paraissent absolument pas à la hauteur de l'attente des Français et des enjeux du monde qui vient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 08/06/2016 - 21:09
@Lafayette 68 : sûr que Juppé est idéal pour MLP !
Elle peut sortir le grand jeu de l'UMPS, de l'Europe, du vivre ensemble, etc, etc ! De plus la frontière est très étanche entre l' électorat de Juppé et de MLP. Néanmoins, même si je n'aime pas du tout Juppé je voterais pour lui en face de MLP : ce serait plus facile que de voter Hollande !
Fran6
- 08/06/2016 - 20:27
@ moneo
car il était responsable du bateau mais comment faire avec un capitaine par défaut? il a assumé jusqu'au bout une France en faillite et c'est le seul à se jour à avoir dit une phrase pleine de vérité
chegadiot
- 08/06/2016 - 19:43
Pour nosbrasvengeurs
Bien vu, bien dit.
Bravo