En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 26 min 21 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 1 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 10 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 41 min 51 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 12 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 50 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Un autre François

François Baroin, le chiraquien qui réécrivait l'histoire pour soutenir Nicolas Sarkozy

Publié le 06 juin 2016
Ce ralliement devrait " libérer" d'autres chiraquiens comme Christian Jacob, le président du groupe LR à l'Assemblée, également "anti-Juppé".
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce ralliement devrait " libérer" d'autres chiraquiens comme Christian Jacob, le président du groupe LR à l'Assemblée, également "anti-Juppé".

François Baroin a confirmé ce dimanche qu'il soutiendra la candidature de Nicolas Sarkozy pour les primaires de la Droite et du Centre en novembre prochain. Le sénateur-maire de Troyes qui s'était jusque là imposé une neutralité relative en attendant le congrès de l'Association des Maires de France qu'il préside, confirme également la détestation qu'il voue à Alain Juppé dont il fut l'éphémère ministre en 1995, mais aussi le collègue au gouvernement Fillon entre 2010 et 2012. Ce ralliement devrait " libérer" d'autres chiraquiens comme Christian Jacob, le président du groupe LR à l'Assemblée, également "anti-Juppé".

François Baroin  justifie cette détestation de Juppé par l'absence de confiance mutuelle, car, selon lui, "la confiance est la clef de tout en politique". Cette absence de confiance vient couronner la liste des griefs connus que François Baroin voue à l'encontre du Maire de Bordeaux, car l'antagonisme affiché est tel que l'on se demande si il y a un cadavre caché dans un placard ! Car tout n'est pas aussi rationnel que le prétend le nouveau soutien de Nicolas Sarkozy. Certes, François Baroin s'est fait virer sans ménagement par Alain Juppé en novembre 1995.  Un remaniement surtout marqué par le départ des "Jupettes".  Le Premier Ministre de l'époque (Alain Juppé) reprochait paraît-il à celui qui était le porte parole (- François Baroin) d'un gouvernement pléthorique de ne pas assez " travailler". Mais ce "vidage" n' a été possible qu'avec l'assentiment du président de la République de l'époque, Jacques Chirac. Et François Baroin avait alors trouvé refuge comme chargé de mission à l'Elysée, en attendant 2002.  Certes François Baroin a très mal vécu le manque de soutien d'Alain Juppé (qu'il avait sollicité), au moment de la succession de Christine Lagarde, qui quittait Bercy pour partir diriger le FMI. Juppé qui avait à l'époque l'oreille très attentive de Nicolas Sarkozy, lui préférait un autre candidat, en la personne de Bruno Le Maire, à l'époque ministre de l'Agriculture. Mais à la faveur d'un retournement de situation de dernière minute, c'est François Baroin qui avait finalement gagné le fauteuil de Ministre des Finances. Juppé aux Affaires Etrangères, et Baroin aux Finances n'étaient pas tenus de coopérer en permanence, mais ils avaient apparemment su mettre leur mésentente, aujourd'hui mise en exergue pour justifier le ralliement à Nicolas Sarkozy, en sourdine.

Entre 1995 et 2010, de l'eau avait coulé sous les ponts, et notamment en l'an 2002. Après la réélection de Jacques Chirac, au moment de la fondation de l'UMP censée devenir le parti unique de la droite et du Centre, Alain Juppé avait réservé une belle place dans l'organigramme à Baroin nommé porte parole du mouvement, puis secrétaire général adjoint. A l'époque François Baroin se réjouissait des retrouvailles avec Juppé, même s'il a pu lui faire quelques croches-pieds en douce : il a en effet discrètement soutenu la candidature de Jean-Louis Debré, (- en délicatesse avec Chirac car hostile à la création de l'UMP), pour accéder à la présidence de l'Assemblée Nationale. Autrement dit, ça va, et ça vient. Mais s'il fallait que les hommes politiques s'aiment pour gouverner ensemble, il serait impossible de former un gouvernement. Et lorsqu'on a vécu l'épisode Mitterrand à l'Elysée, avec Rocard à Matignon, on se dit que rien n'est impossible au nom du rassemblement et de l'intérêt national, l'argument des dirigeants politiques pour justifier des pirouettes acrobatiques.  C'est d'ailleurs au nom de ce rassemblement que Nicolas Sarkozy avait déjà rappelé François Baroin au gouvernement au lendemain d'élections régionales désastreuses pour la droite en 2010.    

Lors du Grand Rendez-vous Europe 1, Itélé, le Monde, François Baroin a déclaré qu'il ne travaillerait "plus jamais" avec Alain Juppé, s'excluant ainsi d'avance de toute appartenance à un gouvernement Juppé si ce dernier venait à être élu en 2017. Soit, mais que veut dire " jamais " en politique? Il ne le dit pas mais se voit en revanche un bel avenir sous une nouvelle présidence Sarkozy, dont il vante l'énergie. Ce qui est sûr, c'est que François Baroin qui cultive son image de "chiraquien" un peu radsoc, cultivant le consensus, hostile à " l'identité nationale" ,sera beaucoup plus utile au président de LR Sarkozy ,qu'à son vieil ennemi qui est entouré de personnalités de ce profil pour sa campagne. Il adoucira ainsi l'image droitière du futur candidat aux primaires qui a droitisé son état major au lendemain des régionales, et nommé Laurent Wauquiez numéro deux de LR.  Le nouveau président de la région Rhône-Alpes-Auvergne, qui penche plutôt vers la ligne Buisson que vers la ligne radsoc, sera lui aussi très présent dans la campagne de Nicolas Sarkozy. Le président de LR va chercher à montrer qu'il est un homme de rassemblement et qu'il y a de la place pour tous dans la maison du père. .  A condition que " les enfants" ne se chamaillent pas trop.  Ce qui n'est pas gagné...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 06/06/2016 - 23:46
Baroin rad soc et franc macon
Une ligne très à gauche avec Sarkozy qui n'a aucune convictions. J'ai été cocu en 2007, je ne le serai pas à nouveau.
kanard
- 06/06/2016 - 22:25
Francs macons
J’espère qu'il ne sera pas élu sinon, les loges maçonniques vont infiltrer un peu plus les rouages de l'état ...
cloette
- 06/06/2016 - 18:56
Baroin
Sans moi non plus