En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 46 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 24 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 25 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 8 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 2 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 45 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 15 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Le rouge et le noir

Les fascistes nouveaux sont arrivés : ils s’appellent – on se demande bien pourquoi – antifascistes

Publié le 05 juin 2016
Dans le paysage politique français, la tribu « antifa » bénéficie d’une certaine mansuétude. Normal : elle combat la bête immonde. Elle lui ressemble beaucoup…
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le paysage politique français, la tribu « antifa » bénéficie d’une certaine mansuétude. Normal : elle combat la bête immonde. Elle lui ressemble beaucoup…

Les images tournent en boucle : voitures brûlées, vitrines saccagées, jets de bouteilles sur la police. Les radios répercutent les slogans : "Tous les flics sont des bâtards", "Tout le monde déteste la police". Ca s’est passé hier à Paris le long du canal Saint-Martin pendant une manifestation en hommage à Clément Méric, jeune "antifa" tué il y a trois ans lors d’une rixe avec des skinheads d’extrême-droite.

Ces manifestants ont un état civil qui vaut les meilleurs pedigrees : ils sont antifascistes. C’est ce qu’ils proclament. Et c’est ce que les journaux répètent.  Ces antifascistes-là ont beaucoup de points communs avec les fascistes qu’ils prétendent combattre. Avec quand même une différence notable : les fascistes étaient antisémites, les antifascistes sont antisionistes. Des esprits malveillants disent que c’est la même chose…Pour comprendre l’antifasciste d’aujourd’hui, évoquons le fasciste-canal historique telle que l’Histoire l’a figé pour l’éternité. Du fasciste vintage, espèce en voie de disparition et quasiment introuvable dans les rayons des grands magasins spécialisés dans le prêt-à-penser.

Le fasciste avait, avec Mussolini, commencé par s’affubler d’une chemise noire. Il était violent, humiliait ses adversaires, les tuait aussi. Il privilégiait la force, nécessairement virile, sur la discussion et la controverse, vertus attribuées aux démocrates mous et féminisés. Il migra avec succès en Allemagne et adopta là-bas la couleur brune du SA. C’était violent. C’était haineux. Puis il connut son définitif épanouissement avec un retour au noir mussolinien d’origine : l’uniforme SS.

Le militant antifasciste français n’aime rien de ce qui pourrait ressembler à une tenue militaire. Il porte une cagoule sur la tête, des lunettes de moto pour se protéger des gaz lacrymogènes, un sac à dos où l’on trouvera au hasard des boulons, des pétards fumigènes et parfois un cocktail Molotov. Il ne chante pas les mêmes chansons que le fasciste historique. Il a les siennes. Bella Ciao, hymne célèbre des partisans antifascistes (des vrais, eux !) italiens qui combattirent les armes à la main les chemises noires de Mussolini. Il y a dans cette appropriation de Bella Ciao une répugnante imposture. L’antifasciste aime aussi Le Chant des partisans. Mais nul doute qu’il en a modifié les paroles : à la place de la "haine à nos trousses", la "haine qui nous pousse".

Car c’est bien la haine, et rien que la haine, qui l’anime. Avec une dose énorme de ressentiment. Ce qui le rend encore plus haineux. Car l’antifasciste, tout abruti qu’il est, n’est pas idiot au point d’espérer des lendemains qui chantent. Il lui faut, hélas, se contenter de détester tous ceux qui ne sont pas comme lui. Les bourges, Valls, les employés, Cazeneuve, les électeurs de droite, Sarkozy, les frontistes de Marine Le Pen, Nadine Morano, les fonctionnaires non grévistes, les socialistes traîtres, les chômeurs qui refusent obstinément de mettre le feu à Pôle Emploi. Tous des fascistes…

Ca en fait du monde. Et cette terrifiante solitude rend l’antifasciste triste et aigri. C’est pourquoi l’animal devient méchant. Il lui reste la maigre consolation de se déplacer en meute en criant "Le fascisme ne passera pas" ou, parfois, pour ceux très rares qui ont ouvert un livre "No pasaran". Il ne faut surtout pas dire à un antifasciste qu’il est un fasciste. C’est très dangereux. Essayez donc d’enlever à un chien l’os qu’il est en train de ronger et vous verrez…Le fasciste, le bon, le vrai, le fasciste à l’ancienne, est cet os. L’état de l’os est déplorable car sa dernière jeunesse date des années 1968. Une photo célèbre le montre dans sa fringante et fraiche beauté. On y voit côte à côte trois très jeunes types : Alain Madelin, Gérard Longuet, François Léotard. Ils étaient membres d’Occident et maniaient plutôt bien la barre de fer. Ils ont quel âge aujourd’hui Madelin, Longuet, et Léotard ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 06/06/2016 - 19:54
La gauche ne sait plus à qui se rattacher, quel exemple suivre..
Alors tout est bon pour affirmer une identité, du meilleur au pire...et en ce moment, on ne voit émerger que le pire...pour moi, les histoires de religion, d'appartenance à tel ou tel groupe ne sont que des masturbations intellectuelles de spécialistes...on a des jeunes qui sont paumés, les exemples qui leur sont donnés sont mauvais...c'est le réflexe djihadiste qui se reproduit ....on ne trouve sa place que dans les situations extrêmes...
jurgio
- 06/06/2016 - 14:14
C'est, dit-on, la poule qui chante qui vient de pondre
On méconnaît toujours que la combine socialiste est de crier au feu après l'avoir allumé. Accuser l'opposition du crime que l'on commet pour se disculper, c'est à dire les accuser de fascisme pour masquer le sien. Pour être plus clair et plus moderne, se comporter comme celui qui en a lâché une et qui crie que ça sent mauvais.
Borgowrio
- 06/06/2016 - 14:01
Raciste , fasciste , c'est l'overdose
Brillantissime monsieur Rayski , votre article fait du bien , alors que autour de nous , c'est langue de bois et compagnie . Pourquoi les médias continuent dans le déni des réalités , qui de toute façon se ferons de plus en plus évidentes