En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Avis à ceux qui jettent de l’huile sur le feu
Qui paiera les pots cassés de la guerre fratricide entre Manuel Valls et Emmanuel Macron ?
Publié le 10 juin 2016
Les propos moqueurs de Luc Carvounas, sénateur PS proche de Manuel Valls, à l'encontre d'Emmanuel Macron viennent jeter un nouveau pavé dans la mare entre le Premier ministre et le ministre de l'Economie. Une rivalité de plus en plus prégnante tolérée par François Hollande, à ses risques et périls.
Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jérôme Bertolus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jérôme Bertolus est un journaliste politique français. Spécialiste des questions de l'Elysée et du Gouvernement pour i-Télé, il a déjà publié divers ouvrages dont Tir à vue: La folle histoire des présidentielles, avec Frédérique Bredin, aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les propos moqueurs de Luc Carvounas, sénateur PS proche de Manuel Valls, à l'encontre d'Emmanuel Macron viennent jeter un nouveau pavé dans la mare entre le Premier ministre et le ministre de l'Economie. Une rivalité de plus en plus prégnante tolérée par François Hollande, à ses risques et périls.

Atlantico : Ce jeudi, le sénateur Luc Carvounas, proche de Manuel Valls, a adressé plusieurs piques à Emmanuel Macron et son mouvement "En marche !", sur fond de polémique sur le patrimoine du ministre de l'Economie, notamment en déclarant : "Je veux bien qu'il soit 'en marche'. Déjà, il va être en marche pour aller payer ses impôts, si j'ai bien compris". La rivalité entre Manuel Valls et Emmanuel Macron est-elle en train de franchir un nouveau cap ? Jusqu'où cet affrontement peut-il réellement aller ?

Jean-Jérôme Bertolus : Cette rivalité est un processus dynamique. Tant que l'un et l'autre joueront leur partition, elle ne s'arrêtera pas. Il est donc normal qu'elle franchisse un nouveau cap. Je parlerais même de nouvelle étape, plutôt que de nouveau cap, car il n'y a pas de changement de ligne. C'est juste une étape supplémentaire.

A l'origine, Manuel Valls a suggéré Emmanuel Macron au président de la République, donc il peut avoir le sentiment de s'être fait avoir. Par ailleurs, lors de sa nomination et de son échange avec le président de la République, Emmanuel Macron a imposé sa liberté (à la fois en terme de marge de manœuvre pour ses réformes et à la fois parce qu'il demande au Président un peu de temps pour réfléchir). La rivalité n'a pas cessé depuis que Macron a obtenu cette liberté.

Par rapport à ses impôts, Emmanuel Macron y voit une manœuvre politique. Peut-être, mais on peut remarquer que trois ans pour se mettre à jour est un laps de temps assez conséquent, plus long que la plupart des contribuables et que certains politiques. Le fait que cela sorte maintenant relève peut-être de la manœuvre, mais on peut se demander s'il n'a pas, à l'inverse, bénéficié d'une forme de clémence.

Je ne sais pas si c'est un règlement de comptes, et s'il vient de Matignon ou d'ailleurs, mais il est clair que ça ne va pas cesser. Les impôts d'Emmanuel Macron seront un feuilleton. Ce sera en tout cas son baptême du feu en tant qu'homme politique, lui qui se revendique comme une personnalité originale ne suivant pas le cursus politique traditionnel. C'est une étape initiatique pour lui. Par ailleurs, sa défense – il refuse de s'expliquer sur la provenance et la finalité de son prêt personnel de 550 000 euros – va alimenter le feuilleton. Alors qu'il se veut moderne et que la modernité est aujourd'hui synonyme de transparence, ce sera compliqué à gérer pour lui.

Luc Carvounas tape donc effectivement là où ça fait mal.

Dans quelle mesure cette rivalité interne au gouvernement sert-elle les intérêts de François Hollande ? A l'inverse, par quels aspects dessert-elle le président de la République ?

D'une part, cette rivalité l'a d'abord servi pour contenir Manuel Valls et lui faire passer le message subliminal selon lequel il serait vite remplacé s'il avait des velléités de quitter le gouvernement.

Elle le sert aussi car il a toujours laissé les initiatives se développer pour voir comment elles se déroulaient et pour se placer au centre du jeu.

Troisièmement, cela lui permet aussi de toucher une cible – la droite du PS, les centristes sociaux, etc. – qui lui permet de ratisser large.

Une fois cela dit, on constate effectivement que cette rivalité peut le desservir. Ces deux hommes ont des ambitions personnelles qui les poussent tous les deux à s'affirmer d'une façon de plus en plus évidente et donc mettre à mal son autorité de président de la République. On sait que "laisser faire les choses" est la façon d'agir de François Hollande, mais il y a un moment où cela apparaît comme du laisser-faire. Un président de la République s'incarne aussi dans son autorité. Ce quinquennat a été trop souvent pris en défaut, au moins au niveau des ministres.

Il y a deux ou trois semaines, Manuel Valls a fait directement appel au président de la République en déclarant qu'Emmanuel Macron n'était pas son problème mais celui du Président. Manifestement, François Hollande évite puisque dans l'interview accordée ce lundi à Sud Ouest, il a parlé d'une ligne rouge vis-à-vis d'Emmanuel Macron. Or, cette phrase a été supprimée à la relecture du papier. On voit donc bien que le Président ne force pas son naturel vis-à-vis de Macron, même s'il dit régulièrement à ses interlocuteurs qu'il a été trop clément avec lui.

Il laisse cette rivalité franchir de nouvelles étapes, ce qui finira par poser un problème. Il y a quelques mois, on s'interrogeait sur la capacité du Président à être candidat. "La France va mieux" a été sa réponse. Maintenant, certains estiment clairement que Manuel Valls et Emmanuel Macron sont dans une stratégie d'impeachment. Si le Président laisse ses deux ministres dans cette compétition rude, cette petite musique va réapparaître parce que son impuissance à ramener le calme dans ses troupes sera de plus en plus manifeste alors même qu'il chute dans les sondages. Viendra donc un mouvement où l'on s'interrogera de nouveau sur la capacité du Président à être candidat.

Alors que Manuel Valls et Emmanuel Macron apparaissent tous deux comme des alternatives, peut-on imaginer voir l'un ou l'autre, ou les deux, quitter le gouvernement avant la présidentielle de l'an prochain ? En quoi leur agenda peut-il être différent ?

La question s'est posée pour Manuel Valls ces derniers jours. Quand on analyse la crise sociale actuelle comme il le fait, avec selon lui une crise politique devant conduire à un assainissement politique, avec d'un côté les "bons" réformateurs et les "méchants" jusqu'au-boutistes, on joue ses responsabilités sur cette crise. Aujourd'hui, on semble se diriger vers une sortie de crise, mais ces derniers jours ont été sensibles autour de la loi El Khomri et de la crise sociale, avec notamment des "hollandais" qui reprochaient au Premier ministre la situation sociale du pays actuellement.

J'ai le sentiment que si Manuel Valls n'avait pas reçu l'assurance de François Hollande contre ces mêmes "hollandais", il serait parti. Ce n'est pas une information à proprement parler que je donne, mais je pense qu'il y a eu un moment extrêmement sensible.

Pour ce qui est d'Emmanuel Macron, c'est vraiment l'homme qui joue tous les tableaux à la roulette : rouge, noir, pair et impair. Il va continuer. Il a le syndrome du jeune politique à la mode (il y en a eu d'autres au cours de la Ve République), et cela va continuer malgré la douche froide de l'ISF. Il attend de voir ce qu'il va se passer. Il attend de voir si son épanouïssement politique personnel deviendra de plus en plus problématique pour François Hollande. Il essayera de voir si François Hollande devra nécessairement faire un ticket avec lui pour la présidentielle, à la manière de Michel Rocard et François Mitterrand. Il sera également dans l'attente par rapport aux législatives et au fait que si François Hollande repasse, il y a de grandes chances qu'il n'ait pas de majorité au Parlement.

Il continuera, et s'il doit quitter le gouvernement il le quittera. Je pense que c'est un homme relativement libre et moderne. Même s'il a tous les marqueurs de la vieille haute fonction publique (inspection des finances, banque Rothschild, etc.), il a une vie personnelle et un parcours qui montrent qu'il est libre. Il ne fera pas une carriere politique orthodoxe. S'il se dit à un moment donné qu'il doit quitter le gouvernement pour vivre son aventure, il franchira le pas. Surtout que pour lui, tout se joue en 2017.

Ce n'est pas forcément le cas pour Manuel Valls. Même si certains proches le poussent à quitter le gouvernement et estiment qu'il a été humilié par le dernier remaniement et par la manière dont Hollande le qualifie parfois en privé de "bon soldat", je ne suis pas certain qu'il envisage sérieusement sa candidature pour 2017.

La seule chose qui puisse vraiment l'interpeller, c'est sa dégringolade dans les sondages avec François Hollande. On pourrait penser qu'il ne serait pas forcément comptable du bilan du quinquennat, mais manifestement les Français l'associent au Président. C'est un élément qui peut le pousser à partir. Mais sinon, son calendrier n'est pas nécessairement le même que celui de Macron.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
03.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
04.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fran6
- 04/06/2016 - 18:00
c'est foutu
c'est le résultat d'un pays qui n'est plus géré, c'est aussi simple que ça, seul compte l'égo de chacun
clint
- 04/06/2016 - 15:17
Mais Macron a ce que l'on aime bien : l'intelligence !
Du moins chez les CSP+ ! Entre un Macron qui argumente et un Valls qui devient tout rouge, transpire, et joue à son "petit chef", pour moi il n'y a pas photo !
vangog
- 04/06/2016 - 12:58
Réponse...
les Français s'en foutent!