En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 2 min 52 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 39 min 38 sec
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 1 heure 22 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 2 heures 4 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 17 heures 13 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 19 heures 36 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 21 heures 53 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 22 heures 49 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 17 min 40 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 1 heure 34 sec
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 1 heure 49 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 17 heures 50 sec
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 18 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 21 heures 36 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 22 heures 23 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 23 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
Ouralico

Sputnik, Russia Today et consorts : ces médias russes en français financés par le Kremlin qui trouvent de plus en plus d’écho dans l’Hexagone

Publié le 10 juin 2016
A l'occasion de la parution de son dernier livre "La France russe", Nicolas Hénin revient sur la façon dont la Russie de Vladimir Poutine transcende les clivages français et joue sur les fractures sociétales actuelles pour imposer son modèle civilisationnel.
Nicolas Hénin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grand reporter et journaliste d'investigation, diplômé d'histoire et de relations internationales, Nicolas Hénin a connu un grand succès avec Jihad Academy (Fayard, 2015), traduit en cinq langues et distingué parmi les livres de l'année par...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la parution de son dernier livre "La France russe", Nicolas Hénin revient sur la façon dont la Russie de Vladimir Poutine transcende les clivages français et joue sur les fractures sociétales actuelles pour imposer son modèle civilisationnel.

Atlantico : Dans votre dernier livre La France russe, vous décrivez la diversité des réseaux russes en France et la coercition douce menée par Moscou. A quel point le discours russe suscite-t-il l'adhésion en France ? Quels sont les différents groupes qui y sont sensibles ? 

Nicolas Hénin : Il est important de distinguer deux phénomènes. D'une part, un phénomène agressif : une politique d'influence musclée, organisée par le Kremlin visant spécialement la France. D'autre part, un phénomène franco-français : une certaine affection soit pour la politique russe, soit carrément pour le personnage de Poutine de la part d'un certain nombre de Français du milieu politique, des affaires, culturel. Ce sentiment pro-russe traverse les clivages : on trouve des "pro" et des "anti" Poutine à gauche, à droite, parmi les catholiques, les juifs de France, au sein des milieux d'affaires ou militaires, etc.  

A gauche, la russophilie du PCF est historique. En effet, tout au long du XXème siècle, l'un des thèmes du PCF était celui d'un monde déséquilibré, dirigé par les États-Unis. Ainsi, même si la Russie soviétique n'était pas idéale, on la considérait comme un balancier nécessaire à l'équilibre du monde. Aujourd'hui, c'est davantage l'extrême-droite qui s'est emparée de ce discours, quand bien même on trouve encore une vraie proximité avec Moscou parmi les élus communistes ou chez Jean-Luc Mélenchon. 

L'idée globale qui rassemble les prorusses est la nécessité d'une altérité. Ces idées se déclinent en diplomatie internationale, dans les médias (beaucoup de sites de "réinformation" s'appuient sur le discours russe : c'était d'ailleurs l'un des grands slogans publicitaires de Sputnik "N'avez-vous pas envie d'entendre l'autre version de l'histoire ?"). 

Les poutinophiles en France sont largement détachés de la réalité de ce qu'est Vladimir Poutine. Mais en science politique, les représentations sont plus importantes encore que les réalités. Il est surprenant de voir comment le mouvement de la Manif pour tous a été travaillé par les réseaux russes. Ce mouvement s'est emparé de l'image russe, du modèle de civilisation russe et a été financé et soutenu par la Russie alors même que les mœurs en Russie sont particulièrement libérées et que les taux de naissance hors mariage ou d'avortements sont parmi les plus élevés d'Europe. Quant à la GPA, qui fait tellement bondir les partisans de la Manif pour tous, elle est autorisée en Russie. Cette contradiction apparente importe peu, car l'image fantasmée de Poutine est brandie comme un étendard de la cause pour laquelle ils militent. 

Soft power, diplomatie publique… aujourd'hui, tous les pays (et même les régimes autoritaires) semblent avoir compris l'importance des stratégies d'influence. Dans quelle mesure l' "offensive" de la Russie se distingue-t-elle des politiques d'influence menées par d'autres pays ?  En quoi cela pose-t-il un "problème" ? 

Tout pays fait du soft power, tout pays cherche à améliorer son image et à amener les autres pays, et notamment les puissances influentes, à se rallier à ses positions. C'est un aspect de ce que l'on appelle la diplomatie ouverte.

La spécificité de la politique d'influence russe est qu'elle cherche à modifier profondément la population cible. Les médias du Kremlin insistent particulièrement sur la couverture de la violence policière (cela va de l'arrestation du général Piquemal à Nuit Debout). En surtraitant ces sujets, l'idée est de jouer sur les fractures de la société française, de donner l'image d'une France au bord de la guerre civile, et de montrer que la Russie, avec son modèle un peu autoritaire, serait finalement un modèle de civilisation enviable. Ces méthodes ressemblent à la politique de démoralisation telle qu'elle avait été théorisée et mise en œuvre par les services spéciaux de l'Union soviétique. 

C'est un vrai problème car la Russie cherche à semer la zizanie dans nos sociétés en France et en Europe car derrière la France, c'est l'Europe qui est visée. En effet, l'Union européenne est l'une des premières cibles de la Russie (les sanctions contre la Russie ont, par exemple, été prises à l'échelle de l'UE et non pas au niveau des pays). C'est donc cette cohésion, à la fois nationale et à l'échelle de l'UE, que la Russie cherche à saper.

Vous affirmez que le discours russe s'appuie sur le complotisme, l'antiaméricanisme, l'antisémitisme et le sentiment antimusulman. Dans quelle mesure la crise que traverse notre pays (sentiment de déclassement, crise économique, crise "identitaire", défiance vis-à-vis des institutions et de la classe politique) favorise-t-elle la pénétration et le succès de la propagande russe ? 

Les diplomates russes sont d'excellents diplomates. Ce sont de grands travailleurs, des gens qui ont eu des formations de très haut niveau - tout comme les espions russes d'ailleurs. 

La chancellerie russe à Paris est sans doute l'une de celles qui a la lecture la plus fine de la société française. Ils ont parfaitement identifié les différents malaises et les sentiments d'insécurité. Cela leur permet de nous affaiblir, de pointer du doigt nos fragilités et de jeter de l'huile sur le feu. Regardez les pamphlets de l'extrême-droite sur l'imminence d'une guerre civile et vous comprendrez le malaise. J'ai rencontré de nombreux élus de droite qui considèrent qu'il y a une véritable dérive chez les Républicains vers un modèle russe qui est une voie sans issue. 

Jusqu’au nom de votre média. Au moment de la création d'Atlantico en 2011, baptiser ainsi le site était en résonnance avec un large pan de la droite française. Aujourd'hui, si on voulait fédérer un public de droite, ce serait un suicide industriel que d'appeler son média Atlantico car la droite a été largement conquise par un modèle russe qui se revendique anti-atlantique. Mais encore une fois, le poutinisme n'est pas l'apanage de la droite. 

Pourquoi la France est-elle plus réceptive que d'autres aux discours du Kremlin ? Alors que le "besoin d'autorité" et la crise de leadership frappent également d'autres pays européens, pourquoi notre pays est-il plus perméable que ses voisins aux thèses de Moscou ?  

Dans une certaine mesure, la France est plus réceptive quand bien même un certain nombre de pays européens sont travaillés par Moscou : la Grèce avec la crise de la dette, la Grande-Bretagne avec l'euroscepticisme, l'Allemagne où les deux extrêmes (à la fois die Linke et AfD) sont très poussés à rejoindre les réseaux russes. Il est quand même fabuleux que le dernier congrès de die Linke la semaine dernière ait été en grand partie consacré à la question des migrants et à comment réduire le flux de réfugiés. C’est un comble pour un parti d'extrême-gauche. 

La France est sans doute particulièrement fragile. Aujourd'hui, ce sont les Russes qui nous travaillent le plus, mais la France, il me semble, a un vrai problème d'exposition aux ingérences étrangères quelles qu’elles soient. J'espère que mon livre permettra de consolider ses défenses immunitaires. 

 

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 06/06/2016 - 14:59
suite
et quelle honte d'avoir dénoncé un contrat avec la Russie.
les sous-marins vont aller je ne sais où, à des bons démocrates arabes, mais on critique les russes !!!!
Le monde à l'envers.
ISABLEUE
- 06/06/2016 - 14:57
je cite :
" la semaine dernière ait été en grand partie consacré à la question des migrants et à comment réduire le flux de réfugiés".
Je suppose que l'horreur pour vous est le mot REDUIRE ! Parce que les Français sont tellement idiots qu'ils n'y ont pas pensé tous seuls !!
Quelle propagande !!! Quand à dire qu'on aime Poutine car il a l'air d'avoirs des c ouilles, oui, tout à fait. Car nous depuis 2012 on a honte !! et le pdt des USA laisse un monde dans un état lamentable.
Ganesha
- 06/06/2016 - 11:04
Le Poutine français
Marine Le Pen sera-t-elle le Poutine français ? Personnellement, je l'espère !