En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 32 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 7 heures 25 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 7 heures 33 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 7 heures 59 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 8 heures 7 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 17 heures 49 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 3 heures 48 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 8 heures 2 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 51 sec
© REUTERS / Christian Hartmann
© REUTERS / Christian Hartmann
Monsieur 3%

Ces gros détails qu’oublient les commentateurs quand ils constatent la faiblesse de François Hollande dans les sondages

Publié le 03 juin 2016
Alors que plusieurs enquêtes d'opinion font état d'une impopularité record pour François Hollande actuellement, de tels résultats à un an de l'élection présidentielle sont à relativiser, le Président en exercice ayant encore quelques cartes à jouer.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que plusieurs enquêtes d'opinion font état d'une impopularité record pour François Hollande actuellement, de tels résultats à un an de l'élection présidentielle sont à relativiser, le Président en exercice ayant encore quelques cartes à jouer.

Atlantico : Le baromètre TNS-Sofres du mois de juin 2016 révèle que seulement 13% des Français font confiance à François Hollande. De la même façon, le dernier baromètre Yougov place la cote de confiance du président à 11%, tandis que le Cevipof estime à 14% les intentions de vote en sa faveur. En quoi le "moment" actuel du sondage évalue-t-il davantage un sentiment de l'opinion qu'un véritable choix électoral potentiel ?

Bruno Cautrès : Les sondages d'opinion en matière de popularité ou d'intentions de vote doivent toujours être interprétés dans leur contexte temporel. Nous sommes à un an de l'élection présidentielle, ce qui est assez loin encore en fait. Les personnes interrogées ne sont pas dans le contexte électoral de l'élection présidentielle et dans le temps court de la campagne électorale. Lors de celle-ci, les électeurs vont être amenés à réagir aux évènements de la campagne, aux déclarations des candidats et à leurs propositions ainsi qu'à leurs actions et comportements durant cette campagne électorale. Pour beaucoup d'électeurs au jour d'aujourd'hui, les propositions des candidats sont assez peu connues.  C'est durant le temps court de la campagne électorale que les préférences des électeurs vont se construire puis se figer même si ces préférences sont bien sûr assez liées aux prédispositions et aux orientations idéologiques ou politiques de plus long terme. La qualité de la campagne électorale d'un candidat ne va que marginalement conduire des électeurs qui ne sont pas de son bord politique à voter pour lui, par exemple. Le vote sera toujours fortement lié à des socialisations politiques de longue durée (les catholiques pratiquants votent en majorité à droite par exemple) mais ces prédispositions sont être plus ou moins fortement activées par le temps court de la campagne électorale. Les sondages d'opinions réalisés aujourd'hui sont donc réalisés hors de cette interaction entre temps long et temps court.

Un autre point doit être souligné : les sondages d'intentions de vote réalisés aujourd'hui testent de très nombreux scenarios de candidatures car on ne sait pas encore qui sera le candidat de la droite et s'il y aura ou pas un candidat du centre. De même, tous ces sondages testent l'hypothèse d'une candidature de F. Hollande : s'il est à peu près acquis et certain de F. Hollande sera bien le principal candidat de la gauche, on ne sait pas quels seront les autres candidats de la gauche. Prenons un simple exemple : selon que le courant écologiste sera représenté par C. Duflot ou N. Hulot, le scenario du premier tour pour la gauche ne sera pas le même.

Enfin, il faut préciser que les sondages d'opinions mesurent différentes facettes du phénomène d'opinion dont nous parlons : la popularité, l'intention de vote, la satisfaction avec l'action du Président ne sont pas exactement les mêmes indicateurs. Il est néanmoins vrai, dans le cas de F. Hollande, que tous ces indicateurs convergent vers un bilan assez négatif pour le moment. En cela, ces sondages et leurs différents indicateurs traduisent un sentiment diffus et répandu dans l'opinion vis-à-vis de F. Hollande : le non-souhait de le voir effecteur un second mandat. Mais comme nous l'avons dit plus haut, nous sommes à un an de l'élection présidentielle. 

Au regard de ces éléments conjoncturels, ne serait-il pas imprudent d'enterrer trop vite le Président et ses espoirs de réélection ? En quoi des électeurs insatisfaits aujourd'hui pourraient-ils finir par voter tout de même pour François Hollande, si celui-ci s'avérait être le candidat de la gauche ? En quoi la logique partisane actuelle agit-elle aujourd'hui comme un trompe-l'œil sur le potentiel électoral de François Hollande ? Est-il possible d'estimer ce potentiel ?

Il est vrai que l'élection possède sa propre dynamique. C'est ce contexte du temps électoral court dont nous parlions. Un premier point évident doit être rappelé : les intentions de vote pour F. Hollande aujourd'hui (par exemple 14% dans l'enquête électorale du CEVIPOF) sont si basses qu'elles ne peuvent… que remonter. Depuis plusieurs mois F. Hollande, J.C. Cambadelis ou encore plusieurs ministres importants du gouvernement (par exemple M. Touraine), s'emploient à expliquer aux électeurs de gauche que s'ils sont mécontents et déçus de l'action du Président, il faut dans le même temps qu'il se pose la question de l'effet du retour de la droite au gouvernement. Cet argumentaire ne rencontre qu'un faible écho pour le moment mais va bien entendu faire son chemin dans le temps court de la campagne électorale. Cet argumentaire peut finir par avoir un impact dans la mesure où plusieurs des candidats potentiels de la droite (je pense notamment à F. Fillon, A. Juppé et B. Le Maire) se sont d'ores et déjà beaucoup avancés sur leurs programmes et propositions dans le cadre de leur campagne pour la primaire du mois de novembre. Leur crédo économique « libéral » et leurs propositions en matière de réduction drastique des dépenses publiques (100 milliards d'économies en 5 ans) et du nombre de fonctionnaires (entre 250.000 et 500.000 non renouvellements ou suppressions de postes) va bien évidemment actualiser l'opposition des électeurs de gauche à ce type de politiques publiques. F. Hollande dispose ici d'un argument de poids face aux électeurs de la gauche : cet argument, pour curieux qu'il puisse paraître, est celui qui consiste à expliquer aux électeurs de gauche qu'il vaut mieux une politique « social-libérale » faite par la gauche qu'une politique « libérale » et peu sociale faite par la droite… Si le contexte économique continue de s'améliorer, ces deux éléments peuvent ensemble se conjuguer pour améliorer la perception, par le camp de la gauche, de la candidature de F. Hollande. Il reste que cette opération n'est pas évidente tant le nombre d'électeurs qui considèrent que F. Hollande n'est pas un bon Président est important et tant le doute s'est installé sur sa stature présidentielle. 

Dans quelle mesure les hésitations de ses potentiels rivaux à gauche (Valls, Macron, Aubry, Montebourg...) à se porter candidats renforcent-elles encore le Président dans ses ambitions ? Finalement, la faiblesse actuelle de François Hollande masque-t-elle la faiblesse, encore plus importante, de ses concurrents ?

Il faut d'abord dire que nous ne savons pas, à l'heure d'aujourd'hui, si l'un des rivaux de F. Hollande se portera candidat à la présidentielle à l'issue d'une primaire de la gauche qui pourrait aujourd'hui improbable. Si une telle primaire était organisée, pour le moment nous n'en prenons pas le chemin, on ne sait même pas si F. Hollande s'y présenterait ou argumenterait de son statut de candidat de Président sortant pour ne pas s'y présenter. Je pense que l'ambition de F. Hollande de se porter candidat est surtout liée à la dynamique naturelle d'un Président sortant de vouloir se succéder à lui-même. La faiblesse de la candidature Hollande est pour le moment réelle mais la faiblesse des autres candidatures potentielles (par exemple A. Montebourg, B. Hamon, M. Aubry ou M. Valls et E. Macron) est tout aussi réelle. Il serait très difficile à ces candidatures d'expliquer aux électeurs que le bilan de la gauche au pouvoir est négatif est que c'est pour cela qu'il faut …voter à gauche. La seule explication rationnelle consisterait alors à expliquer alors que F. Hollande et M. Valls ce n'était pas la gauche, une explication qui est tout sauf évidente à développer devant les électeurs de gauche et face à la concurrence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 04/06/2016 - 21:55
"C'est qu'est-ce que je dis"!
Je vois gros comme une maison "Pépère" déballer sa salade devant la masse des assistés et des "sûrs de leur emploi" de tout poil: "Votez pour moi car ce sera pour vous, moins pire qu'avec la Droite!
Et je vous fiche mon billet que ça marchera!
On attrape les mouches avec le miel des promesses , même non tenues ou non tenables, qu'avec le vinaigre de la rigueur, fût-elle nécessaire!
Peut-être qu'en 2022...mais sera-ce encore mon problème? En tout cas ce sera celui de mes enfants et surtout petits enfants!
cloette
- 04/06/2016 - 09:26
Gorille
J'aime bien l'image de " ramasser le pouvoir quand il est en miettes " , mais justement ramasser des miettes , ce n'est pas enthousiasmant ....
Le gorille
- 04/06/2016 - 08:48
Cloette
Ben, pas vraiment pour Hulot... Quant à Macron, il me semble une étoile filante. Et à Gauche, hem... ce n'est pas non plus le pied pour leurs aficionados. Au final, c'est le bourbier. A moins que... ça arrive parfois qu'il y ait des gens qui ramassent le pouvoir quand il est en miettes, mais ils ne laissent pas que de bons souvenirs, in fine... après leur Waterloo...