En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Printemps saoudien ?

Talon d’Achille : pourquoi l’Arabie Saoudite se révèle incapable d’assurer véritablement sa sécurité malgré les milliards du pétrole

Publié le 02 juin 2016
Taux de chômage des jeunes de moins de 25 de 30%, réserves de trésorerie en chute libre... Ces difficultés économiques menacent sérieusement la paix sociale en Arabie Saoudite et le pays n'est pas à l'abri du chaos.
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Taux de chômage des jeunes de moins de 25 de 30%, réserves de trésorerie en chute libre... Ces difficultés économiques menacent sérieusement la paix sociale en Arabie Saoudite et le pays n'est pas à l'abri du chaos.

Atlantico : Le Roi Abdallah a récemment déclaré que le chômage des jeunes était le défi numéro 1 pour la sécurité saoudienne. Quels risques le monarque évoque-t-il concrètement ? Qu'est-ce que l'Arabie saoudite peut craindre d'un niveau de chômage des jeunes endémique ?

Roland Lombardi : En Arabie saoudite, les trois quarts de la population ont moins de 30 ans et 58 % moins de 25 ans. Le taux de chômage y est de 12 % et il atteint jusqu’à 30% chez les jeunes de moins de 25 ans. Dans les faits, les Saoudiens sont nombreux à ne pas travailler et ce, grâce aux subventions de l’Etat. Ainsi, sur les 5,5 millions d’actifs, environ 3 millions sont fonctionnaires. Dès 2014, la monarchie a imposé aux entreprises privées et étrangères d’embaucher 20 % de Saoudiens afin de les encourager à choisir le secteur privé plutôt qu’une bureaucratie pléthorique. Mais en général, les employés saoudiens sont très mal vus car peu qualifiés et peu performants. C’est la même chose pour les plus diplômés puisque le niveau réel de l’enseignement supérieur saoudien est très en dessous des apparences… 

Par ailleurs, cette décision représenta un véritable virage à 180 degrés lorsqu’on sait qu’en 2011, le royaume avait évité le vent des Printemps arabes en entreprenant un vaste programme d’investissement public tout en augmentant les prestations sociales, les salaires des fonctionnaires et enfin, en embauchant massivement dans le secteur public pour justement essayer de diminuer le nombre de jeunes chômeurs.

Aujourd’hui, confrontée à la chute des cours du pétrole (dont elle est en grande partie responsable puisqu’elle espérait ainsi étrangler financièrement ses adversaires, principalement l’Iran et la Russie), l’Arabie saoudite, qui connaît des difficultés financières puisque 90% de ses revenus proviennent de l’or noir, ne peut plus jouer à l’Etat providence et redistribuer à volonté cette fameuse rente pétrolière.  

Ainsi, les fins de mois sont de plus en plus difficiles pour la majorité de la population fonctionnarisée et le royaume a de moins en moins les moyens d’entretenir une population toujours croissante et toujours aussi exigeante. Certaines études affirment même qu’un quart de la population vivrait déjà sous le seuil de pauvreté.

Sans la manne pétrolière, le royaume est-il capable de maintenir la paix sociale en son sein ? Comment le pays adapte-t-il son budget au manque de revenus, doit-il revoir son train de vie ?

Le pétrole rapporte 45 % de la richesse de l’Arabie saoudite. Comme je l’ai dit, il représente 90 % des recettes d’exportation et 80 % des revenus du budget de l’Etat. Avec un baril à 50 dollars encore aujourd’hui, les temps sont durs pour le royaume. Pour l’année dernière, le manque à gagner était de 49 milliards de dollars ! En 2015, le déficit budgétaire a atteint un record puisqu’il était de 99 milliards de dollars, soit 13% du PIB. En 2016, les estimations annoncent qu’il devrait avoisiner les 15 %. Riyad a déjà rapatrié de l’étranger plus de 70 milliards de capitaux ! Mais pour faire face à cette chute de 60 % des prix du pétrole depuis l’été 2014 et aussi financer ses interventions au Yémen et aux côtés de la coalition en Irak, la monarchie puise, chaque mois, une trentaine de milliards de dollars dans les réserves (750 milliards de dollars, destinés, à l’origine, à préparer l’après pétrole) de la Banque centrale saoudienne. Ainsi, selon un rapport du FMI, les réserves de la trésorerie saoudienne sont en chute libre et le royaume ne pourrait pas tenir plus de 5 ans à ce rythme.

D’importantes réformes structurelles seraient alors fort souhaitables pour diversifier et libéraliser l’économie mais aussi réduire les dépenses de l’Etat providence. C’est la raison pour laquelle, les autorités saoudiennes sont déterminées à diminuer leurs dépenses d'investissement et à ajourner plusieurs projets infrastructurels. Par ailleurs, le fils du roi Salman, le vice-prince héritier de 31 ans, Mohammed ben Salman, ministre saoudien de la Défense et actuel président du Conseil des affaires économiques et du développement (CEDA), a ainsi officialisé le 25 avril dernier, lors d’une intervention télévisée, la nouvelle vision du royaume à l’horizon 2030 au travers d'un plan de transformation de l’économie. Ce dernier prévoit en premier lieu d’introduire en Bourse, 5% de Saudi Aramco, la compagnie pétrolière nationale, qui permettra notamment de financer la création du plus grand fond souverain de la planète. En effet, celui-ci pourrait alors générer jusqu’à 2 000 milliards de dollars d'actifs d'ici à vingt ans. Le royaume envisage également de nouvelles mesures pour revoir et restructurer les subventions. Le plan prévoit ainsi la création d'une taxe sur la valeur ajoutée (TVA), ainsi qu’une taxe sur l'énergie, les boissons sucrées et les produits de luxe…

Peut-être faudrait-il aussi revenir sur la gratuité de l’eau pour les nationaux et augmenter le prix des carburants ?

En attendant, les autorités saoudiennes semblent prendre conscience du danger. Déjà en 2014, Riyad a investi massivement dans l'éducation, la santé et les infrastructures mais actuellement, ce sont toujours les dépenses militaires qui absorbent la plus grosse part du budget soit 35 %.

Enfin, reste à savoir si ces réformes trop tardives, qui vont inévitablement chambouler les habitudes et les traditions culturelles des saoudiens, ne vont pas aussi alimenter une nouvelle et naissante colère populaire ou pire, envenimer les tensions politiques déjà existantes au sein des sphères du pouvoir… 

Quelles seraient les répercussions d'une crise politique et sociale en Arabie saoudite au niveau régional ?

Les plans régionaux de Riyad (comme d’Ankara d’ailleurs) et sa politique de soutien aux islamistes depuis les fameux printemps arabes sont un échec. Son intervention au Yémen est un fiasco. En Syrie, même si le royaume saoudien soutient encore, avec l’énergie du désespoir, certaines milices rebelles djihadistes, ce n’est qu’une question de temps pour voir l’acte final de sa stratégie échouer lamentablement. L’Arabie saoudite (comme encore une fois la Turquie) s’est voulue être un tigre mais aujourd’hui, elle ne se révèle être qu’un "tigre de papier".

Pour ma part, je pense même que la Turquie et l’Arabie saoudite sont actuellement les "deux hommes malades" du Moyen-Orient.

La puissance et l’influence relative mais aussi l’existence même de l’Arabie saoudite étaient fondées sur le pétrole et le statut de gardienne des Lieux saints de La Mecque et Médine.

Avec une rente et des réserves pétrolières beaucoup plus modestes que par le passé, aucun investissement sérieux dans les domaines universitaires et technologiques, un stress hydrique sans précédent et le retour de l’Iran, l’avenir du royaume semble bien incertain.

Je rappelle aussi, et encore une fois, qu’à l’inverse des dynasties chérifienne du Maroc et hachémite de Jordanie, la dynastie wahhabite n’est pas descendante du Prophète. L’image des Saoud s’est d’ailleurs grandement ternie depuis sa stratégie inconséquente dans la région à partir de 2011 (même chez ses alliés) mais aussi et surtout, à cause de sa politique et ses actions sur les prix du pétrole. Ainsi, les tensions au sein de la Ligue arabe et de l’OPEP sont prégnantes. Effectivement, de nombreux pays producteurs de pétrole, comme par exemple l’Algérie, en veulent beaucoup aux Saoudiens, considérés comme les responsables directs de cette baisse funeste du prix des hydrocarbures.

Sur le plan interne enfin, le royaume est traversé aussi par de fortes tensions au sein du pouvoir. Il y a environ 20 000 princes et princesses, dont 4 000 princes de sang royal et un millier d’entre eux sont réellement puissants et dangereux pour le roi. En effet, le gâteau de la rente pétrolière n’étant plus aussi gros qu’avant, les parts que se redistribuaient les princes, se sont considérablement réduites. Tout cela a eu pour conséquence de réveiller ou d’aviver les jalousies, les rivalités ainsi que les vieilles luttes d’intérêts entre les clans.

Alors, quelles seraient les répercussions dans la région en cas de déstabilisation du royaume ? D’abord, les Saoudiens apportent une aide économique conséquente à de nombreux pays de la zone comme le Pakistan, la Jordanie ou l’Egypte. Si Riyad réduisait drastiquement son aide extérieure, certains Etats seraient en grande difficulté. En cas de graves troubles, qu’adviendrait-il aussi aux étrangers et aux travailleurs immigrés, qui représentent le tiers des 30 millions d’habitants du royaume ? S’ils devaient fuir, quels contrecoups cela provoquerait dans les pays voisins ou dans leurs pays d’origine déjà en crise (Bangladesh, Pakistan, Philippines, Indonésie) ? 

Dans le passé, l’Arabie saoudite a déjà connu de graves secousses comme l’assassinat du roi Fayçal en 1975 ou encore la prise d’otages de La Mecque en 1979.

Aujourd’hui, on peut faire confiance à la fermeté et à la férocité du roi, de son fils, Mohammed ben Salman, ainsi qu’à celle de Mohammed ben Nayef, "l’homme fort du royaume". Certes, comme Erdogan d’ailleurs, ils ne sont pas le genre d’hommes à vaciller à la première émeute ou face à une quelconque tentative de coup d’Etat. Mais l’Histoire nous apprend qu’aucun pays, aussi riche et dirigé d’une main de fer qu’il soit, n’est jamais totalement à l’abri du chaos… 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 02/06/2016 - 14:13
snif snif snif..
je ne pense pas que les centaines de cousins du royaume qui ont des palais en Espagne et ailleurs soient obligés de travailler pour vivre;...

cela ne pas changer de sitôt.....
brennec
- 02/06/2016 - 12:03
A quoi le malheur saoudien est bon?
Le point positif, peut être, est que l'arabie saoudite (qu'il s'agisse de son gouvernement ou de ses citoyens) va éprouver quelques difficultés a arroser les groupuscules djihadistes violent, comme elle le fait au vu de tous en syrie, plus discrétement au kosovo. Elle va peut être un peu moins financer le wahabisme qui est le terreau fondamentaliste sur lequel se cultive le djihadisme.
Olivier62
- 02/06/2016 - 11:53
Un avantage supplémentaire à cette situation
Les difficultés actuelles de l'Arabie Saoudite ne vont pas me faire pleurer. Ca n'a jamais été qu'un pays parasite, vivant de la rente pétrolière qui n'existe que parce que l'occident l'a découverte, crée les moyens de l'exploiter et a eu la complaisance de l'acheter alors qu'il aurait suffit de créer une zone coloniale ! Le résultat de ces complaisances est que l'Arabie Saoudite a armé d'innombrables groupuscules islamistes qui ont fait couler des mers de sang, et ont largement soutenu l'immigration en Occident en payant nos politiciens (il est vrai à vendre au plus offrant). La chute de l'Arabie Saoudite aura, je l'espère, des effets positifs sur ce plan.