En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 23 min 42 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 1 heure 1 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 1 heure 54 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 13 heures 49 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 14 heures 32 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 15 heures 59 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 17 heures 40 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 18 heures 58 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 28 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 44 min 43 sec
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 3 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 14 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 23 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 16 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 24 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 20 heures 50 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 23 heures 27 sec
© wikipédia
© wikipédia
Martinez goes to Hollywood

Pourquoi les Etats-Unis auraient intérêt à importer la CGT chez eux (et ce que ça dit du niveau d'emploi nécessaire pour se permettre ce syndicalisme-là)

Publié le 10 juin 2016
Bien que le marché du travail américain soit en situation de plein emploi, les salaires, en particulier ceux des moins qualifiés, n'augmentent pas. Une opportunité pour des syndicats aussi désavoués qu'en France de se battre pour les salariés.
Christine Rifflart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Rifflart est economiste senior au Département analyse et prévision de l'OFCE. Elle est particulièrement intéressée par l'économie américaine.
Voir la bio
Jean-Christian Vinel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christian Vinel est Maître de conférences en histoire des Etats-Unis à l'université Paris-Diderot (SPC). Spécialiste d'histoire sociale et politique, il est l'auteur de The Employee: A Political History, Philadelphie: The University of...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que le marché du travail américain soit en situation de plein emploi, les salaires, en particulier ceux des moins qualifiés, n'augmentent pas. Une opportunité pour des syndicats aussi désavoués qu'en France de se battre pour les salariés.

Atlantico : Aux Etats-Unis la tension exercée par le plein emploi (4,9% de chômage) sur le marché du travail ne provoque pas d'augmentation des salaires. Comment expliquer ce phénomène ? 

Christine Rifflart : Depuis octobre 2015, le taux de chômage est égal ou inférieur à 5 %, soit un niveau très faible et inférieur à ce que l’on appele le taux de chômage d’équilibre qui se situe plutôt aux alentours de 5,5 %. Logiquement, ce taux de chômage observé aurait donc dû provoquer des frictions sur le marché du travail et entraîner des hausses de salaires du fait de la pénurie de main d’oeuvre. Or, on observe une accélération des salaires depuis un an mais qui reste extrêmement modérée. La principale raison est la très nette dégradation du marché du travail aux Etats-Unis depuis 2008. Les gens ne sont pas au chômage mais multiplient les petits boulots, mal payés. Une partie des personnes licenciées s’est exclue du marché du travail, car leurs chances de retrouver un travail sont faibles. Malgré tout, elles restent présentes et peuvent freiner l’évolution des salaires. Les salaires des travailleurs peu qualifiés restent donc très bas. Les tensions se retrouvent davantage sur le segment des plus qualifiés

Selon une étude VoxEU (voir ici), l'augmentation des salaires, et l'instauration de salaires minimum auraient pour conséquence de réduire les inégalités sociales. Quelles politiques de salaires observe-t-on aux Etats-Unis, en particulier concernant les emplois peu qualifiés ?

Christine Rifflart : Oui, une hausse des bas salaires et notamment du salaire minimum pourrait aider à réduire les inégalités et aller à l’encontre de la tendance que l’on observe depuis plusieurs années. Depuis deux ans, le revenu médian des ménages américains baisse avec des riches qui deviennent de plus en plus riches, des pauvres de plus en plus pauvres et une classe moyenne qui implose. Aujourd’hui, 3,3 % des travailleurs sont payés au niveau du salaire minimum fédéral (7,25 $ l’heure depuis juillet 2009). Il faut rappeler qu’avant l’arrivée d’Obama, le salaire minimum légal était à 5,85 $. De nombreux états appliquent un salaire minimum plus élevé. Une ville comme New York prévoit de le faire passer à 15 $ de l’heure d’ici fin 2018. Et pourtant, les inégalités de revenus se sont accrues. Mais la qualité du travail se dégrade avec le morcellement des postes de travail. De plus, le problème des inégalités de revenus tient aussi à la répartition de la richesse avec une classe de rentiers qui perçoit des revenus financiers extrêmement élevés.

Quel rôle les représentants des salariés pourraient-ils jouer justement dans cette instauration de salaires minimum ?

Christine Rifflart : Il faut bien sur faire respecter la loi et aussi ouvrir la couverture aux jeunes qui souvent ne bénéficient même pas de ce minimum. Les représentants des salariés doivent défendre les  conditions de travail et les salaires. Mais le contexte ne favorise pas de fortes avancées sociales. Les mouvements sociaux n’ont jamais été aussi faibles que depuis le déclenchement de la crise de 2008 et malgré la baisse du taux de chômage, on n’observe pas de revendications conduites par les syndicats ou les salariés. 

Jean-Christian Vinel : Il est important de dire qu'il n'y a jamais eu aux Etats-Unis des conventions collectives comme celles qui existent en France depuis le Front populaire. En revanche, depuis le New Deal, il existe la possibilité de signer des accords d'entreprise qui sont négociés par les représentants des salariés et les entreprises.

Quel rôle peuvent-ils jouer ? Aux Etats-Unis, les syndicats doivent être élus à la majorité réelle pour être considérés comme représentatifs. Or, ces derniers souffrent depuis une vingtaine d'années dans un environnement juridique et politique très favorable au patronat. Aujourd'hui, ils représentent moins de 7% des salariés (même si dans le public, ce chiffre s'élève à 35%). L'immense majorité des salariés n'est donc pas représentée. Il y a bien sûr eu des tentatives de réformes en 2008 pour leur donner plus de poids (L'Employee Free Choice Act), mais ces tentatives ont échoué.

La deuxième chose qu'ils peuvent faire, c'est encourager les élus, notamment au Congrès américain, pour qu'ils votent une loi prévoyant l'augmentation du salaire minimum. Le salaire minimum actuel est effectivement très loin du pouvoir d'achat qu'il permettait d'avoir dans les années 1960. Les syndicats pourraient s'y essayer en dépit de leur faible légitimité à travers leurs liens avec les élus démocrates, car les syndicats participent au financement des campagnes de leurs candidats. Mais il faut reconnaître que les démocrates, minoritaires à la Chambre des représentants, n'en ont pas le pouvoir actuellement.  

Quelles sont justement les différences entre les Etats-Unis et la France pour ce qui est des relations entre les différents partenaires sociaux ? Une personnalité telle que Philippe Martinez aurait-elle les mêmes marges de manœuvre qu'en France par exemple ? 

Jean-Christian Vinel : Aujourd'hui, il est difficile de l'imaginer parce qu'il y a une très forte réticence aux Etats-Unis à l'égard de la négociation collective dans les entreprises. Mais une personnalité telle que Philippe Martinez aurait pu exister dans les années 1950, on pense notamment à des leaders notables comme Walter Philip Reuther, président des syndicats de l'automobile, ou encore John Lewis, le président du syndicat des mineurs, qui déclencha une grève très controversée en 1943, en plein effort de guerre. Mais votre question pose aussi celle de la grève aux Etats-Unis, et de la perception qu'en a l'opinion.

Si la grève a toujours existé aux Etats-Unis -elle fait partie intégrante de l'histoire sociale-, elle n'a jamais acquis de réelle légitimité et ne fait pas l'objet d'une protection juridique efficace. Depuis les années 1970, le patronat américain s'est élevé --avec le concours des briseurs de grèves et des cabinets spécialisés en gestion du conflit-- contre cette pratique qu'il perçoit comme une violence faite aux mécanismes du marché et, de fait, la grève a largement décliné.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alize55
- 06/06/2016 - 10:13
Débile !!!
Documentez vous Madame, le chômage aux USA oscille entre 20 et 25%, cessez de répéter bêtement les propos des organismes officiels.