En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

Les think tanks peuvent-ils influencer la présidentielle ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 6 heures 49 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 19 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 10 heures 52 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 11 heures 53 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 16 heures 3 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 17 heures 3 sec
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 19 heures 21 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 7 heures 34 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 8 heures 47 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 11 heures 22 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 12 heures 29 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 16 heures 16 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 19 heures 8 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 19 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Et mon QE, c’est du poulet ?

Réunion de la BCE : pourquoi la France ne pourra pas se contenter de la petite musique de François Hollande sur le thème du "ça va mieux", c’est un boom qu’il lui faut

Publié le 03 juin 2016
Alors que l’OCDE dénonce la croissance molle en accusant les "décideurs publics", François Hollande continue de claironner que "ça va mieux" pour l’économie française. Dans le même temps, la BCE se réunira ce jeudi pour décider de la politique à mettre en œuvre pour soutenir la croissance au sein de la zone euro.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’OCDE dénonce la croissance molle en accusant les "décideurs publics", François Hollande continue de claironner que "ça va mieux" pour l’économie française. Dans le même temps, la BCE se réunira ce jeudi pour décider de la politique à mettre en œuvre pour soutenir la croissance au sein de la zone euro.

Atlantico : Ce 1er juin, l’OCDE publiait ses perspectives économiques en indiquant  "l’économie mondiale prise au piège de la croissance molle : les décideurs publics doivent agir pour tenir leurs promesses". En quoi ce constat est-il encore pertinent, notamment lorsque François Hollande plaide dans le sens du "ça va mieux" ?

Nicolas Goetzmann : Selon l’OCDE, la croissance de la zone euro va s’accélérer en 2016 à 1.6%, puis à 1.7% en 2017. Concernant la France, cette croissance est attendue à 1.4% en 2016, puis à 1.5% en 2017, et ce, après la publication par l’INSEE des chiffres concernant l’année 2015, soit 1.3%. Il s’agit donc effectivement d’une reprise "molle", et le "ça va mieux" de François Hollande ressemble presque à une provocation, qui est une sorte d’acceptation de la médiocrité économique du pays. Le fait central ici est d’observer, non pas la croissance réelle de 1.3% pour 2015, mais le taux de croissance nominal, qui tient compte de l’inflation, pour cette même année, et qui s’affiche lui à 1.9%. Parce que si un taux de croissance réel à 1.3% semble se rapprocher d’une croissance satisfaisante de 2%, le taux nominal reste inférieur de 50% à ce que devrait être la croissance nominale, c’est-à-dire au moins 4%. Parce que la croissance nominale correspond à "la demande". Or, nous sommes confrontés à une crise de la demande qui se caractérise par une faiblesse de la croissance ET de l’inflation. Lorsque l’on fait la somme des deux, la situation est catastrophique. Notre pays navigue à un niveau inférieur de moitié à ses capacités et le chef de l’Etat cherche à faire campagne sur le thème du "ça va mieux", ce qui est véritablement désespérant. La France a plus que jamais besoin d’un véritable "boom" économique, pas d’un "ça va mieux" de capitulation en rase campagne. 

Le conseil des gouverneurs de la BCE délivrera sa décision de politique monétaire en ce 2 juin, que peut encore faire l’institution pour soutenir l’activité économique ?

La question doit être scindée en deux. La première correspond à ce que peut faire la BCE en termes techniques, et en imaginant qu’elle ait toute latitude pour agir. Dans un tel cas, la BCE, en tant que banque centrale, dispose de tous les outils nécessaires pour remettre la croissance et l’inflation à des niveaux correspondants au potentiel économique de la zone euro, soit une croissance nominale de 4%. Puisque la BCE dispose de la capacité de créer autant de monnaie qu’elle le souhaite, il n’y a pas de limite à son action, dont seul compte le résultat, qui est la croissance nominale. Il faut bien se rendre compte qu’une Banque centrale contrôle la "demande" au doigt et à l’œil, toutes les critiques actuelles indiquant que les autorités monétaires sont arrivées au bout de leur action se voilent la face. Parce que  les actions des banques centrales, aussi innovantes soient elles, restent encore bien timides par rapport à ce qu’elles pourraient faire effectivement. Il suffit de constater le niveau d’inflation, qui s’est encore affiché à -0.1% dans la zone euro pour le mois de mai, il s’agit d’un signe parfaitement évident de la très grande timidité de l’action monétaire. 

La seconde est d’ordre politique. Parce que si la BCE dispose techniquement de tous les outils, elle n’a pas le mandat pour agir "hors cadre". Son cadre actuel correspond à un objectif d’inflation légèrement inférieur à 2% sur le moyen terme, c’est-à-dire à horizon de 2 ans. Or, les projections de la BCE "voient" l’inflation atteindre un niveau de 1.5% d’ici deux ans, ce qui est plutôt faible, mais presque acceptable pour le conseil des gouverneurs. Ici encore, on accepte une situation médiocre de long terme, et ce, sans se poser la question du nécessaire rattrapage de l’économie européenne par rapport à ce qui a été perdu. Il s’agit donc de donner les moyens, politiquement parlant, à la BCE, pour agir. Aussi bien pour retrouver une croissance décente que pour effacer les stigmates d’une crise qui dure depuis 8 ans. D’autant plus que si l’on reprend les projections de la BCE de 2014, celle-ci voyait l’inflation 2016 à un niveau de 1.4%, or, la réalité actuelle est de -0.1%. L’erreur de prévision est immense, et elle n’est pas sans conséquence sur les politiques à mettre en œuvre.

Dans le cas où la BCE parvenait à s’approcher de son objectif de 2% d’inflation, le continent européen en aurait-il réellement fini avec cette crise, et cette croissance molle ?

Le tout n’est pas de revenir tranquillement vers un rythme de 2% d’inflation, mais de se rendre compte que la BCE traite le problème de façon asymétrique. La BCE tolère bien plus facilement une faible inflation qu’une inflation supérieure à 2%. Ce qui signifie qu’elle accepte plus volontiers une croissance molle qu’une croissance "trop forte". 

L’inflation n’est rien d’autre que la conséquence de la croissance ; plus la demande est forte pour les biens et services, et plus la pression à la hausse sur les prix va s’exprimer. Ce qui signifie que toute cette période de faible inflation que nous avons pu connaître au cours des dernières années, et de faible croissance, doit être "comblée" si l’on souhaite effacer tous les dégâts qui ont été causés par la crise. Si l’on raisonne en termes de croissance nominale, ce sont près de 25 points qu’il faut rattraper depuis 2008. Si l’on raisonne en termes d’inflation, ce sont 11 points de perte sèche. Si la crise n’avait pas eu lieu et si le pays avait continué sur le même rythme que précédemment, les prix seraient 10% plus élevés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Cela peut paraître effrayant, mais en réalité, cela serait le signe que le pays évoluerait dans une configuration proche du plein emploi, et que les hausses de salaires suivraient une même tendance, c’est-à-dire qu’une telle hausse des prix ne se traduirait pas par une perte de pouvoir d’achat, mais par une hausse. Nous avons tendance à nous méfier de l’inflation alors qu’il ne s’agit que de la conséquence de la croissance, il est impensable de pouvoir créer une économie de forte croissance sans inflation. En regardant ces chiffres, il faut prendre la mesure de l’ampleur de la crise que nous traversons, et agir en conséquence. Il s’agit de pousser l’arme monétaire aussi loin que possible pour obtenir un rattrapage économique décent, c’est-à-dire bien au-delà des objectifs actuels du gouvernement ou de la BCE. A moins de se contenter d’un chômage de masse, d’une fracturation de la société, et d’un discours de défaite. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

06.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

Les think tanks peuvent-ils influencer la présidentielle ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 03/06/2016 - 18:16
Errare humamum est, perseverare diabolicum
Le constat est juste. Il n'y a qu'une seule erreur, mais elle est de taille : croire que la BCE y peut quelque chose.
Piwai
- 02/06/2016 - 08:42
N'importe quoi
Rarement lu un ramassis d'anneries pareils... a lire cet article, il suffirait d'augmenter la creation monetaire et la distribution pour relancer la demande et l'inflation... il suffit de ce poser la question sous l'angle monetariste pour constater l'aberation: la masse M1 est deja folle! La demande ne redemare pas faute d'argent mais faute de confiance des acteurs economiques: il n'y a plus aucune visibilité! Les banques centrales ont "truqués" les indicateurs avec des taux negatifs. L'Argent est gratuit mais personne n'en veux sauf les Etats pour continuer le clientelisme avec l'argent des generations furures.
La réalité c'est que l'Europe entière a vecu au dessus de ces moyens depuis la fin des 30 glorieuses, il n'y a pas un retard des economies europeennes mais un ratrapage normale des pays en voies de développement, porté par une population plus jeune et plus dynamique.
Desolé mais nous ferrons pas de rattrapage dans des pays de vieux ou les Etats vampirisent l'economie reelle pour continuer leurs singeries europeennes.