En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

07.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 1 heure 26 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 1 heure 42 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 2 heures 3 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 3 heures 55 min
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 19 heures 5 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 19 heures 44 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 21 heures 10 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 3 heures 55 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 19 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 20 heures 56 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 21 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Et mon QE, c’est du poulet ?

Réunion de la BCE : pourquoi la France ne pourra pas se contenter de la petite musique de François Hollande sur le thème du "ça va mieux", c’est un boom qu’il lui faut

Publié le 03 juin 2016
Alors que l’OCDE dénonce la croissance molle en accusant les "décideurs publics", François Hollande continue de claironner que "ça va mieux" pour l’économie française. Dans le même temps, la BCE se réunira ce jeudi pour décider de la politique à mettre en œuvre pour soutenir la croissance au sein de la zone euro.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’OCDE dénonce la croissance molle en accusant les "décideurs publics", François Hollande continue de claironner que "ça va mieux" pour l’économie française. Dans le même temps, la BCE se réunira ce jeudi pour décider de la politique à mettre en œuvre pour soutenir la croissance au sein de la zone euro.

Atlantico : Ce 1er juin, l’OCDE publiait ses perspectives économiques en indiquant  "l’économie mondiale prise au piège de la croissance molle : les décideurs publics doivent agir pour tenir leurs promesses". En quoi ce constat est-il encore pertinent, notamment lorsque François Hollande plaide dans le sens du "ça va mieux" ?

Nicolas Goetzmann : Selon l’OCDE, la croissance de la zone euro va s’accélérer en 2016 à 1.6%, puis à 1.7% en 2017. Concernant la France, cette croissance est attendue à 1.4% en 2016, puis à 1.5% en 2017, et ce, après la publication par l’INSEE des chiffres concernant l’année 2015, soit 1.3%. Il s’agit donc effectivement d’une reprise "molle", et le "ça va mieux" de François Hollande ressemble presque à une provocation, qui est une sorte d’acceptation de la médiocrité économique du pays. Le fait central ici est d’observer, non pas la croissance réelle de 1.3% pour 2015, mais le taux de croissance nominal, qui tient compte de l’inflation, pour cette même année, et qui s’affiche lui à 1.9%. Parce que si un taux de croissance réel à 1.3% semble se rapprocher d’une croissance satisfaisante de 2%, le taux nominal reste inférieur de 50% à ce que devrait être la croissance nominale, c’est-à-dire au moins 4%. Parce que la croissance nominale correspond à "la demande". Or, nous sommes confrontés à une crise de la demande qui se caractérise par une faiblesse de la croissance ET de l’inflation. Lorsque l’on fait la somme des deux, la situation est catastrophique. Notre pays navigue à un niveau inférieur de moitié à ses capacités et le chef de l’Etat cherche à faire campagne sur le thème du "ça va mieux", ce qui est véritablement désespérant. La France a plus que jamais besoin d’un véritable "boom" économique, pas d’un "ça va mieux" de capitulation en rase campagne. 

Le conseil des gouverneurs de la BCE délivrera sa décision de politique monétaire en ce 2 juin, que peut encore faire l’institution pour soutenir l’activité économique ?

La question doit être scindée en deux. La première correspond à ce que peut faire la BCE en termes techniques, et en imaginant qu’elle ait toute latitude pour agir. Dans un tel cas, la BCE, en tant que banque centrale, dispose de tous les outils nécessaires pour remettre la croissance et l’inflation à des niveaux correspondants au potentiel économique de la zone euro, soit une croissance nominale de 4%. Puisque la BCE dispose de la capacité de créer autant de monnaie qu’elle le souhaite, il n’y a pas de limite à son action, dont seul compte le résultat, qui est la croissance nominale. Il faut bien se rendre compte qu’une Banque centrale contrôle la "demande" au doigt et à l’œil, toutes les critiques actuelles indiquant que les autorités monétaires sont arrivées au bout de leur action se voilent la face. Parce que  les actions des banques centrales, aussi innovantes soient elles, restent encore bien timides par rapport à ce qu’elles pourraient faire effectivement. Il suffit de constater le niveau d’inflation, qui s’est encore affiché à -0.1% dans la zone euro pour le mois de mai, il s’agit d’un signe parfaitement évident de la très grande timidité de l’action monétaire. 

La seconde est d’ordre politique. Parce que si la BCE dispose techniquement de tous les outils, elle n’a pas le mandat pour agir "hors cadre". Son cadre actuel correspond à un objectif d’inflation légèrement inférieur à 2% sur le moyen terme, c’est-à-dire à horizon de 2 ans. Or, les projections de la BCE "voient" l’inflation atteindre un niveau de 1.5% d’ici deux ans, ce qui est plutôt faible, mais presque acceptable pour le conseil des gouverneurs. Ici encore, on accepte une situation médiocre de long terme, et ce, sans se poser la question du nécessaire rattrapage de l’économie européenne par rapport à ce qui a été perdu. Il s’agit donc de donner les moyens, politiquement parlant, à la BCE, pour agir. Aussi bien pour retrouver une croissance décente que pour effacer les stigmates d’une crise qui dure depuis 8 ans. D’autant plus que si l’on reprend les projections de la BCE de 2014, celle-ci voyait l’inflation 2016 à un niveau de 1.4%, or, la réalité actuelle est de -0.1%. L’erreur de prévision est immense, et elle n’est pas sans conséquence sur les politiques à mettre en œuvre.

Dans le cas où la BCE parvenait à s’approcher de son objectif de 2% d’inflation, le continent européen en aurait-il réellement fini avec cette crise, et cette croissance molle ?

Le tout n’est pas de revenir tranquillement vers un rythme de 2% d’inflation, mais de se rendre compte que la BCE traite le problème de façon asymétrique. La BCE tolère bien plus facilement une faible inflation qu’une inflation supérieure à 2%. Ce qui signifie qu’elle accepte plus volontiers une croissance molle qu’une croissance "trop forte". 

L’inflation n’est rien d’autre que la conséquence de la croissance ; plus la demande est forte pour les biens et services, et plus la pression à la hausse sur les prix va s’exprimer. Ce qui signifie que toute cette période de faible inflation que nous avons pu connaître au cours des dernières années, et de faible croissance, doit être "comblée" si l’on souhaite effacer tous les dégâts qui ont été causés par la crise. Si l’on raisonne en termes de croissance nominale, ce sont près de 25 points qu’il faut rattraper depuis 2008. Si l’on raisonne en termes d’inflation, ce sont 11 points de perte sèche. Si la crise n’avait pas eu lieu et si le pays avait continué sur le même rythme que précédemment, les prix seraient 10% plus élevés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Cela peut paraître effrayant, mais en réalité, cela serait le signe que le pays évoluerait dans une configuration proche du plein emploi, et que les hausses de salaires suivraient une même tendance, c’est-à-dire qu’une telle hausse des prix ne se traduirait pas par une perte de pouvoir d’achat, mais par une hausse. Nous avons tendance à nous méfier de l’inflation alors qu’il ne s’agit que de la conséquence de la croissance, il est impensable de pouvoir créer une économie de forte croissance sans inflation. En regardant ces chiffres, il faut prendre la mesure de l’ampleur de la crise que nous traversons, et agir en conséquence. Il s’agit de pousser l’arme monétaire aussi loin que possible pour obtenir un rattrapage économique décent, c’est-à-dire bien au-delà des objectifs actuels du gouvernement ou de la BCE. A moins de se contenter d’un chômage de masse, d’une fracturation de la société, et d’un discours de défaite. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 03/06/2016 - 18:16
Errare humamum est, perseverare diabolicum
Le constat est juste. Il n'y a qu'une seule erreur, mais elle est de taille : croire que la BCE y peut quelque chose.
Piwai
- 02/06/2016 - 08:42
N'importe quoi
Rarement lu un ramassis d'anneries pareils... a lire cet article, il suffirait d'augmenter la creation monetaire et la distribution pour relancer la demande et l'inflation... il suffit de ce poser la question sous l'angle monetariste pour constater l'aberation: la masse M1 est deja folle! La demande ne redemare pas faute d'argent mais faute de confiance des acteurs economiques: il n'y a plus aucune visibilité! Les banques centrales ont "truqués" les indicateurs avec des taux negatifs. L'Argent est gratuit mais personne n'en veux sauf les Etats pour continuer le clientelisme avec l'argent des generations furures.
La réalité c'est que l'Europe entière a vecu au dessus de ces moyens depuis la fin des 30 glorieuses, il n'y a pas un retard des economies europeennes mais un ratrapage normale des pays en voies de développement, porté par une population plus jeune et plus dynamique.
Desolé mais nous ferrons pas de rattrapage dans des pays de vieux ou les Etats vampirisent l'economie reelle pour continuer leurs singeries europeennes.