En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 4 min 17 sec
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 44 min 59 sec
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 1 heure 52 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 32 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 19 min 59 sec
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 57 min 33 sec
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 10 heures 47 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 14 heures 12 min
© DR
© DR
Virage à 180°

Enseignement de l’arabe "dès le CP" : ces siècles de notre histoire qu’a nécessité l’unification de la France par sa langue et que semble négliger Najat Vallaud-Belkacem

Publié le 03 juin 2016
En ouvrant la porte à l'enseignement de l'arabe dès le CP, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a peut-être quelque peu négligé la complexité de l'histoire linguistique de la France et de la langue française.
François Gaudin est professeur en Sciences du langage à l'Université de Rouen. Il fait également partie du laboratoire CNRS "Lexiques, Dictionnaires, Informatique". Ses derniers ouvrages : Dictionnaires en procès, éd. Lambert-Lucas, 2015 ; Maurice...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gaudin est professeur en Sciences du langage à l'Université de Rouen. Il fait également partie du laboratoire CNRS "Lexiques, Dictionnaires, Informatique". Ses derniers ouvrages : Dictionnaires en procès, éd. Lambert-Lucas, 2015 ; Maurice...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ouvrant la porte à l'enseignement de l'arabe dès le CP, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a peut-être quelque peu négligé la complexité de l'histoire linguistique de la France et de la langue française.

Atlantico : La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé cette semaine vouloir permettre l'enseignement de l'arabe dès le CP. Une telle mesure ne représenterait-elle pas un virage à 180° dans l'histoire de l'unification de notre pays par la langue ?

François Gaudin : Tout d'abord, je remarque que l'actualité ne nous montre pas l'image d'un pays très unifié… En tout cas, socialement. Mais concernant la langue, on discute et on se dispute en français. La royauté nous a légué un pays dont les élites parlaient français hors de l'Ile-de-France, en même temps que leurs langues. C'est la République sous ses visages successifs qui a construit un territoire homogène sur le plan linguistique. Le bilinguisme des dirigeants, des commerçants, des militaires a concerné très peu de gens pendant longtemps. Une grande part de la population ne bougeait pas. C'était encore vrai au XIXe siècle. Ensuite, peu à peu, l'école républicaine a contribué à marginaliser les autres langues, mais le tournant décisif a été sans conteste la Première Guerre mondiale. Beaucoup de ceux qui sont morts au front ont découvert le français dans ses variétés comme langue de troupe qui permettait de s'entendre. Les batailles, ça fabrique des Français ! Ceux qui sont revenus du front avaient changé de ce point de vue même s'ils n'en parlaient pas tellement.

Pour ce qui est des autres langues, elles ont une place dans l'enseignement depuis la loi Deixonne de 1951 - ce n'est pas d'hier - et ensuite la loi a accordé une place au corse, au tahitien, aux langues mélanésiennes… Il ne s'agit donc pas tellement d'un virage à 180°. La différence, c'est que l'arabe est une langue liée à l'immigration et non une langue de territoire et qu'on se poserait moins de problèmes si l'on acceptait d'appeler l'arabe moderne parlé le maghribi, nom réservé à des spécialistes. Ici, le nom d'une grande langue internationale et d'une population se mêlent.

Je pense qu'il faut revenir sur cette notion de territoire car il y a des grandes langues de diaspora. Mais nul ne peut nier que des langues de l'immigration comme l'arabe ou le berbère sont au moins aussi utilisées, et donc utiles, sur notre territoire que, par exemple, le bourguignon-morvandiau que reconnaît la République. La question de l'arabe est un faux problème lié à des préjugés au moins aussi anciens que notre histoire coloniale.

Pour revenir à votre question, le gouvernement prend une mesure utile mais pas tant que cela, car une grande part de nos concitoyens dont les parents ou les grands-parents sont nés en Algérie parlent, peu ou prou, le berbère bien plus que l'arabe dont l'enseignement est trop limité. Beaucoup de Marocains aussi. Proposer des cours d'arabe à un berbérophone, c'est presque proposer des cours de basque à des Bretons. Ce sont des populations différentes. Les Berbères ont quand même été colonisés par les Arabes. On ne s'en rend pas compte ; on ne le sait pas parce que la place des Berbères n'est jamais évoquée, sans doute pour ménager les régimes algérien et marocain.

Quelles difficultés a-t-on dû affronter pour parvenir à imposer la langue française ? Comment a-t-on utilisé l'école, notamment, pour réprimer l'usage des langues régionales qui faisaient concurrence au français ?

Attention, pourquoi parler de difficultés pour imposer la langue française ? Ce serait penser l'enseignement des langues comme l'imposition des religions par les missionnaires. Il se trouve que la langue a été imposée mais ce n'était pas un objectif en soi, juste une conséquence malheureuse. Les langues sont utiles et vivent, évoluent, se mélangent et ou bien elles disparaissent. Mais quand le pouvoir s'en mêle, le jeu libre des forces linguistiques se trouve modifié. Des élites régionales bilingues ont commencé très tôt à utiliser ailleurs la langue du royaume de France. Par exemple, à Toulouse, la ville par excellence de la langue d'oc qui véhiculait une très grande culture notamment littéraire, le parlement a choisi le français comme langue écrite pour son administration au XVe siècle !

Ensuite, l'unification linguistique a permis de créer un grand marché linguistique, ce qui est bien commode. Mais on aurait pu le faire en respectant le multilinguisme. Il faut se souvenir que la France est une exception, la majorité des humains parlent plusieurs langues dans leur vie quotidienne. En comparaison, dans notre pays il a existé une violence linguistique que l'école a servie loyalement ; elle est héritée de l'idéologie du XVIIe siècle : "un roi, une langue, un pays". N'avons-nous pas progressé ?

Par la suite, quel rôle a joué l'essor de médias de masse tels que la radio ou la télévision, au XXe siècle, dans la diffusion et l'adoption d'une langue française standardisée et unifiée ?

Les médias de masse sont arrivés dans un marché linguistique déjà unifié. La libre circulation des conversations était déjà en place ! Le contrôle par l'État des moyens d'information a encadré le développement de ces nouveaux outils et quand les langues régionales ont trouvé une place, c'était dans la marge, comme patrimoine ou comme curiosités. On n'a jamais mélangé les langues de la France en-dehors de la rue. Et les présentateurs, les comédiens venus des provinces – un joli mot devenu tabou – prenaient des cours pour perdre leur accent. Du coup, vous avez des médias neutres, très homogènes, où tout le monde parle le parisien moyen en accentuant les premières syllabes comme si tous les auditeurs de France étaient sourds ! En ce sens, comme on parle de langue de bois, il y a aussi un accent de bois. Et aujourd'hui encore, les accents régionaux sont très rares.

Comment caractériser par ailleurs l'évolution de la langue dans certaines de nos banlieues aujourd'hui ? Ce langage n'est-il pas lui aussi devenu un marqueur identitaire, comme le furent les langues régionales en leur temps ?

Les banlieues que vous évoquez, ce ne sont pas Neuilly ou Le Vésinet. On ne parle jamais de l'accent ou du vocabulaire des riches ! Les médias parlent très souvent des quasi-ghettos français qui cumulent un fort taux de chômage, une forte présence étrangère, et des services publics insuffisants en utilisant un euphémisme : dire "banlieues" aujourd'hui, c'est comme dire "événements" pour la guerre d'Algérie.

En fait, ces conditions de vie – de survie, pour certains – expliquent que se développent des argots de jeunes et/ou de gens pauvres. Plus ces populations sont délaissées, plus elles cultivent leurs différences, des solidarités de communication. C'est un phénomène sociolinguistique banal. Tellement banal que l'on a décrit l'argot de Polytechnique, au XIXe siècle, avant celui des jeunes citadins. S'ils sont marqués dans leur identité, ils le sont d'abord par la société qui soigne et protège ses élites et délaisse ses jeunes. Ce phénomène est renforcé par l'appartenance à deux demi-cultures. Trop de ces jeunes ne se sentent reconnus ni comme Français ni comme enfants d'étrangers.

Imaginez que dans une campagne électorale un candidat prenne en compte la présence des millions de berbérophones et d'arabophones en leur disant un mot dans leurs langues. Imaginez un peu le choc de reconnaissance et la claque au Front national. Finissons sur un doux rêve, si vous voulez...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BB5962
- 04/06/2016 - 22:22
La perfidie
Najat Vallaud-Belkacem, la meilleure alliée de Marine Le Pen :
Et si la proposition d'apprendre l'arabe dès le CP n'avait pour but que de renforcer l'extrême droite et en particulier le FN , pour mieux contrer la Droite Républicaine, une manoeuvre électorale bien connue des Socialistes depuis les années Mitterand.
kaprate
- 03/06/2016 - 23:03
Concurrence
Il y a la concurrence des madrassas qui se mettent à pulluler sans aucun contrôle partout en France. Alors pour ne pas perdre ses élèves au profit d'écoles coraniques qui en feront des fanatiques et anti-européens en puissance, le ministère de l'éducation nationale leur jette un peu d'arabe dès le CP et effectivement, l'approche du Coran devrait se confirmer aussi à l'école de la république...
Frangipanier123Tours
- 03/06/2016 - 10:45
L'affaire est réglée: j'en appelle à mes amis corses ...
...pour qu'un contrat soit signé dans les meilleurs délais stipulant qu'une tarte à la crème BIEN DEGOULINANTE sera délicatement déposée, CHAQUE MATIN, sur le doux visage de la Marocaine (à passeport français accessoirement) N.... Bekhassine qui se présentera en voiture officielle rue de Grenelle à Paris 7ème.
Car avec ce dernier épisode ubuesque de l'enseignement de l'..... (mon clavier s'étouffe), nous avons abandonné le territoire de l'enseignement et sommes arrivés sur celui du cirque ...