En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Les bas-fonds
La CGT crache aussi sur les tombes…
Publié le 31 mai 2016
Le syndicat de M. Martinez est composé de forts en gueule. Et quand ils gueulent, ça donne envie de vomir.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le syndicat de M. Martinez est composé de forts en gueule. Et quand ils gueulent, ça donne envie de vomir.

La presse et les sondages énumèrent depuis des semaines les raisons qu'on pourrait avoir de ne pas aimer la CGT. Elle bloque les raffineries et les trains. Elle manifeste accompagnée de casseurs violents, alors que son service d'ordre (connu pour sa brutale efficacité) aurait vite fait de les ramener à la raison. Elle abîme par ses opérations coups de poing l'image de la France en la salissant avec des grosses tâches.

Mais la CGT peut aussi faire dans le dégueulasse. C'est ce qui s'est passé ce week-end à Millau dans l'Aveyron. Une cérémonie y était organisée pour honorer les Juifs de la région partis sans billet de retour pour Auschwitz. Et pour rajouter des noms sur une plaque qui en contient déjà beaucoup. Bernard Cazeneuve était présent. A quelques dizaines de mètres de là une trentaine de militants du syndicat épaulés par l'extrême gauche locale s'étaient rassemblés.

Des enfants des écoles chantèrent Nuit et Brouillard de Jean Ferrat. Les sirènes des cégétistes hurlèrent avec en fond les quolibets des manifestants. Les écoliers psalmodièrent un par un les noms des déportés disparus : il y avait des enfants parmi eux. Les sirènes et les hurlements redoublèrent d'intensité.

Un des organisateurs de la cérémonie s'approcha d'eux et leur fit remarquer qu'on célébrait la mémoire de Juifs assassinés et qu'un peu de silence s'imposait. On ricana. Il leur dit qu'en couvrant de leurs bruits la chanson de Jean Ferrat, une icône de la mémoire communiste, c'est leur propre mémoire qu'ils piétinaient. On lui conseilla d'aller se faire f… 

Cazeneuve prit la parole hors de lui : "Jamais je n'aurais imaginé que dans notre pays, les noms qui ont été prononcés soient couverts par les sirènes, les quolibets et les slogans. Je n'accepterai jamais les quolibets et les sirènes qui ont couvert la voix des enfants. L'indignation et la colère sont les deux sentiments que j'ai à cet instant." Parfois, un ministre en colère peut trouver des mots justes et vrais.

Mais les militants de la CGT n'étaient pas de nature à se laisser impressionner par si peu. Car le cégétiste est un homme viril et couillu. Qu'est-ce qu'il en a à branler d'Auschwitz ? Qu'est-ce qu'il en a à f… des enfants juifs assassinés ? Et puis les manifestants se sont plutôt bien tenus. Contrairement aux cégétistes d'Air France il y a quelques années, ils n'ont pas fait le geste de la quenelle. Et ils n'ont pas chanté non plus Shoananas, œuvre impérissable de Dieudonné.

Alors pourquoi on irait les faire ch… ? D'ailleurs, en effet, on ne les a pas vraiment fait ch… Les scènes écœurantes de Millau ne sont pas parvenues jusqu'aux oreilles des journalistes de la presse nationale. Pour en trouver un écho il faut lire la Dépêche du Midi ou le Journal de Millau. Philippe Martinez peut continuer à dormir tranquille. Voici quand même pour lui la liste des noms que ses militants ont étouffés sous leurs beuglements : Nathan Bluemstein 15 ans. Ruth Mauss 17 ans. Jacqueline et Georgette Muller 13 et 15 ans. René Olszer 8 ans. Maurice Strykauwsky 17 ans. Pauline Tenenhole 18 ans. Mariette et Jules Wajnbaun 14 et 12 ans. Allez M. Martinez essayez de répéter après moi les prénoms : Jacqueline, Georgette, René, Mariette, Jules….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 03/06/2016 - 09:56
En quittant ma propre zone de confort,
en comparaison le discours de José Bové devient limpide. Alors vous avez raison Benoît, un retour aux bases s'impose : les têtes de pioches avinées sont évidement minoritaires, en référence à Donges, et tentent d'imposer leur vision avec de bien vilaines méthodes. What else ? Merci.
2bout
- 01/06/2016 - 22:04
Quels que soient les individus incriminés,
c'est parce que personne ne s'est interposé que certains ont osé gâcher cette commémoration où la bienséance aurait dû être élémentaire. […] Seuls 3 syndicalistes n'auraient pu agir, mais ils ne pouvaient agir non plus sans un tacite accord du groupe ... et c'est donc l'ensemble du groupe composé de membres de la CGT et de Solidaires qui aurait dû avoir les honneurs de votre article et pas uniquement ceux de la CGT. Mais la zone de confort sur Atlantico recouvre l'activité anti-syndicale CGT, et en restant dans l'émotion, on évite de contextualiser .
2bout
- 01/06/2016 - 19:52
Et en option ?
La grammaire et l'orthographe.