En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 30 min 38 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 22 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 22 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 12 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 26 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 14 heures 34 min
Le nettoyeur

Tout ce qu'on ne vous dit pas sur les agences de notation

Publié le 20 janvier 2012
Rendez-vous Atlantico. Cette semaine, Pascal Emmanuel Gobry, le "nettoyeur" fait voler en éclat les idées reçues sur les agences de notation, cet oligopole installé au coeur des marchés financiers pourtant sensés être des bastions du libéralisme...
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rendez-vous Atlantico. Cette semaine, Pascal Emmanuel Gobry, le "nettoyeur" fait voler en éclat les idées reçues sur les agences de notation, cet oligopole installé au coeur des marchés financiers pourtant sensés être des bastions du libéralisme...

La montagne a accouché d'une souris : ce qu'on présentait comme une catastrophe économique à venir, la perte de sa note AAA par la France, n'a pas eu les effets attendus. Tous les commentateurs répétaient cette vulgate : une dégradation de la note de la France augmenterait les taux d'intérêts auxquels elle emprunte. De là, calamités budgétaires, économiques, voire même panique sur la zone euro.

C'est tout le contraire qui s'est passé : la dégradation s'est déroulée vendredi soir dernier après la fermeture des marchés, et le lundi à l'ouverture, les taux de la dette française ont... baissé ! Et ils sont restés au plus bas depuis. Les taux auxquels empruntent les autres pays dégradés, notamment des pays sensibles comme l'Espagne et l'Italie, sont également stables ou en baisse.

Pourquoi ces commentateurs ont-ils fait cette erreur monumentale ? Ils nous expliquent aujourd'hui doctement que les effets de la dégradation de la note de la France avaient été anticipés par les marchés, et étaient donc “intégrés” dans les prix. (Ils ne nous expliquent pas pourquoi ils n'ont pas anticipé l'anticipation des marchés, par contre...)

C'est tout aussi faux : ça fait plusieurs semaines, précisément alors que les rumeurs d'une dégradation s'amplifiaient, que les taux de la France baissent.

Alors, que s'est-il passé ? La réponse est aussi simple que difficile à admettre dans un climat de peur de ces agences depuis des mois : les agences de notation n'ont aucun impact sur les taux d'intérêts que payent les Etats.

Aucun. Pas un peu. Pas beaucoup. Pas un impact contraire à ce qu'on pourrait attendre. Aucun impact.

Comme l'a démontré mon collègue de Business Insider Joe Weisenthal, ce phénomène se retrouve pour tous les grands pays. La dette des Etats-Unis a été dégradée avec perte et fracas à l'été dernier, et depuis ses taux n'ont que baissé. Mais l'exemple le plus criant est le Japon qui, avec sa dette énorme et sa démographie et sa croissance en berne, s'est fait dégrader de nombreuses fois au cours des années. A aucune fois, à part un petit soubresaut au moment de l'annonce, une de ces dégradations n'a eu d'impact décelable sur les taux japonais. Ce phénomène n'est pas limité aux Etats : pendant la crise, des très grandes entreprises américaines comme General Electric et Berkshire Hathaway ont perdu leur AAA, et leurs taux sont restés stables ou ont baissé.


Pour ceux qui prêtent attention aux faits, et non aux lieux communs, la réaction du marché à la dégradation française était donc parfaitement prévisible.

Mais pourquoi donc les agences ont-elle si peu d'impact, alors qu'on nous dit le contraire?

Tout simplement parce que les marchés sont des machines à agréger les opinions de nombreux acteurs, et que les trois agences ne sont que trois parmi des centaines. Les acheteurs de dette souveraine sont presque exclusivement des institutions financières qui ont, elle même, leurs équipes d'analystes aussi chevronnés que ceux des agences, et se font leur propre opinion. C'est comme ça qu'un marché fonctionne : ses prix reflètent les informations et les prises de positions d'un grand nombre d'acteurs. Sauf exceptions, le changement d'opinion d'un seul acteur n'a pas d'influence.

Alors, est-ce que les agences de notation sont inutiles ? Pas vraiment. Elles jouent le rôle de tout analyste, qui est de produire une opinion informée qui peut aider les acteurs du marché à se former leur propre opinion. Les analystes aident à informer le marché et sont donc utiles, mais il est rare qu'un seul analyste puisse faire bouger le marché à lui tout seul, et on ne considère pas que c'est leur rôle.

On se retrouve donc dans une situation absurde où on a d'un côté des acteurs comme Jean-Luc Mélenchon, qui hurlent à une dictature que feraient subir aux pays les agences de marché, alors qu'elles n'ont aucun impact, et de l'autre côté un Gouvernement français qui tremble de peur à l'idée d'un mauvais verdict des agences... alors qu'elles n'ont aucun impact.

 

Quelles leçons alors tirer de cette farce ?

  • D'abord, que, comme disait Lénine, les faits sont têtus : au lieu de répéter une théorie abstraite selon laquelle une dégradation ferait monter les taux, les commentateurs auraient dû regarder ce qui se passe après une dégradation, et constater la réponse : presque rien.
  • Ensuite, que le rôle des agences de notation est trop important, puisqu'elles nous font trembler alors qu'elles n'ont pas d'impact sur les marchés. Mais ce rôle important, c'est nous qui l'avons créé: ce sont les réglementations qui donnent un rôle aux notes des agences et imposent des barrières à l'entrée à d'éventuelles nouvelles agences. Dans la vraie vie, pour émettre une opinion sur un homme politique, je n'ai qu'à ouvrir un blog. Dans les marchés financiers, qu'on décrit comme des bastions du libéralisme, on a là un oligopole dont l'existence ne se justifie aucunement, eu égard à leurs nombreuses erreurs.


La bonne réponse aux agences de notation, ce n'est donc pas de les punir comme le propose Jean-Luc Mélenchon, puisqu'elles ne peuvent pas faire de mal à une mouche, ni de changer les priorités budgétaires comme le penserait le Gouvernement, puisque se soucier de son AAA est une perte de temps, mais tout simplement d'abolir leurs privilèges et de leur rendre leur rôle naturel d'analystes qui émettent une opinion parmi de nombreuses autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MONEO98
- 23/01/2012 - 11:41
manipulation?
la BCE fournit le carburant gratuit aux banques qui achètent massivement les nouvelles dettes publiques
elles reprêtent avec un intérêt positif aux Etats mais mieux ç a leur permet de se débarrasser avec profit du stock pourri ancien
Tant que la BCE prêtera massivement aux banques ,l'opinion des agences de notation ne vaudra rien
un système de PONZI à l'échelle planétaire
benj117
- 21/01/2012 - 14:35
pour une fois, je suis tout a fait d'accord
avec Laurentso, c'est Sarko qui a commencé le premier avec cette histoire de triple a, qui serait cataclismique si on le perdait!! par rapport a cet article, c'est pas un specialiste de plus ou de moins qui changera les choses, car ils n'y comprennent plus rien eux-memes! comme en politique!
laurentso
- 21/01/2012 - 09:50
Demystificateur
Arrêtez votre diatribe ridicule contre les "médias" ; c'est le Gouvernement et Sarkozy en tête qui avaient fait de la sauvegarde du Triple A une priorité ! La Gauche s'est engagée dans la brèche, non sans arrières-pensées politiciennes, bien sûr, mais qui est au pouvoir ? D'autre part S&P compte davantage que les autres, tandis que les commentaires de Moody's sont pessimistes. Plus que le "marché"