En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

05.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

06.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

07.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

ça vient d'être publié
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 17 heures 51 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 12 heures 8 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 12 heures
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Recherche d'équilibre

Pourquoi la remontée du pétrole à 50$ est une bonne nouvelle pour les producteurs comme pour les consommateurs

Publié le 03 juin 2016
Bien qu’il est remonté récemment, le prix du pétrole s’établit à un niveau relativement bas, à 50$ le baril. Selon les experts ce prix est à la fois favorable aux consommateurs et aux producteurs. Pourtant, il semble évident que certains pays dont l’économie dépend presque exclusivement du pétrole sont largement perdant.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien qu’il est remonté récemment, le prix du pétrole s’établit à un niveau relativement bas, à 50$ le baril. Selon les experts ce prix est à la fois favorable aux consommateurs et aux producteurs. Pourtant, il semble évident que certains pays dont l’économie dépend presque exclusivement du pétrole sont largement perdant.

Atlantico : Le baril de pétrole de Brent a dépassé ce jeudi 26 mai la barre des 50$ pour la première fois depuis novembre 2015. Or, selon le Wall Street Journal, un prix compris dans la fourchette des 50 à 60$ serait une bonne nouvelle aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs. Ce "calcul" est-il justifié ?

Stéphan Silvestre : Depuis des décennies, on fantasme sur une fourchette ‘idéale’ de prix, qui correspondrait à un équilibre satisfaisant tant pour les producteurs que pour les consommateurs. En réalité, il n’existe pas d’équilibre parfait entre l’offre et la demande. Pour les consommateurs, plus le prix est bas et mieux c’est : qui se plaindrait d’un carburant bon marché ? Et pour les producteurs, plus il est élevé et mieux c’est. Aucun d’entre eux n’a souffert d’un baril à 140$. En revanche, la situation est plus nuancée pour certains pays : les États-Unis sont à la fois les plus gros consommateurs et les plus gros producteurs. Un baril trop haut pénalise la consommation, ce qui pèse sur l’activité économique, tandis qu’un baril trop bas met en danger le vaste secteur industriel de l’énergie et les emplois indirects qui en dépendent. L’Arabie Saoudite a aussi souvent émis des réserves sur un cours trop élevé : l’expérience du contrechoc des années 1980 a servi d’expérience au royaume pétrolier et à ses alliés et ils savent qu’un envol des cours provoque une baisse de la demande. Enfin, il y a les pays dans lesquels les monarchies du Golfe dépensent leurs pétrodollars, en armements, aéronautique, produits de luxe ou encore en investissements directs. La France et ses voisins européens sont dans ce cas. Ces pays ne recherchent donc pas à la chute des cours. Toutefois, toutes les tentatives pour canaliser les cours dans une bande raisonnable ont toujours échoué. D’une part en raison d’effets de latence dans la réaction de l’offre aux variations de la demande : le cycle d’exploration-production met plusieurs années à répondre au signal prix ; et d’autre part en raison de l’imprévisibilité des flux financiers : d’énormes masses financière peuvent se déverser ou se retirer des marchés des matières premières au gré des perspectives sur les autres actifs financiers (obligations, monnaies, produits dérivés…). 

À l'inverse, quels sont ceux qui ne peuvent se contenter d'un tel prix ? Quels sont les moyens dont disposent ces pays pour pouvoir peser sur une hausse des prix ? 

Sur un plan strictement industriel, la majeure partie des gisements sont rentables à ce prix. Le problème se pose surtout pour les États dont les ressources budgétaires sont liées à la rente pétrolière : le Venezuela, l’Iran, l’Irak, l’Algérie, le Nigeria et d’autres pays africains, ainsi que la Russie, dans une moindre mesure. Ceux-là prennent la hausse des cours comme une bouffée d’oxygène et ne se plaindraient pas d’une hausse au-delà de 80$ le baril. Mais, comme nous l’avons vu, leurs moyens d’action sont faibles face à l’ampleur des flux financiers sur les marchés. Leur seule arme est l’entente sur le niveau de production. Mais, comme nous venons de le constater lors de la réunion de Doha, une telle entente est de plus en plus incertaine en raison des divergences politiques entre les pays producteurs. 

Un prix de 50$ le baril est-il susceptible de rassembler à nouveau les membres de l'OPEP autour d'une position commune ? En quoi les différents accords, qui ont pu inclure la Russie, ou concerner directement l'Iran, ont-ils changé la donne pétrostratégique ? Une normalisation de ces relations est-elle possible sur de nouvelles bases ?  

Pour le moment, ces tentatives d’accord sont restées vaines et l’actuelle dynamique haussière des prix est peu propice à une entente. On a vu que les producteurs n’arrivaient déjà pas à s’entendre alors que les prix étaient au plancher, alors s’ils montent, ils n’auront aucune raison de brider leur production au profit de leurs concurrents (pays externes à l’alliance : USA, Canada, Mexique, Norvège, Brésil, Chine…). L’Iran a annoncé clairement son souhait d’augmenter sa production. Donc, si les monarchies sunnites du Golfe venaient à restreindre leur production, l’Iran, mais aussi l’Irak, en bénéficieraient immédiatement, perspective insupportable pour Riyad. De surcroît, l’Agence Internationale de l’Énergie vient de rehausser sa perspective de hausse de la demande mondiale pour l’année 2016, qui devrait augmenter de +1,4 million de barils par jour, contre +1,2 précédemment. Parallèlement, la production américaine continue de baisser en raison de la chute des investissements dans les hydrocarbures non conventionnels, ce qui conforte la stratégie saoudienne. Ce contexte n’incitera aucun producteur à modérer ses exportations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

05.

Le prince William est "inquiet" pour son frère

06.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

07.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pessimiste actif
- 30/05/2016 - 14:28
Fâché avec la grammaire?
Bien qu'il SOIT remonté récemment!??....