En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

07.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 1 heure 52 sec
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 4 heures 37 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 5 heures 49 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 8 heures 38 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 8 heures 41 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 1 heure 32 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 4 heures 41 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 5 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 6 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 7 heures 45 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 8 heures 41 min
© REUTERS/Stephane Mahe
© REUTERS/Stephane Mahe
Ca va péter

Derrière le mouvement social anti loi Travail, une stratégie pré-insurrectionnelle de l’extrême-gauche ?

Publié le 28 mai 2016
Alors que la CGT multiplie les appels à la grève contre le projet de loi Travail, certaines de ses méthodes (blocages de raffineries et de l'électricité) s'apparentent au registre pré-insurrectionnel.
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la CGT multiplie les appels à la grève contre le projet de loi Travail, certaines de ses méthodes (blocages de raffineries et de l'électricité) s'apparentent au registre pré-insurrectionnel.

Atlantico : Alors que les organisations syndicales multiplient les appels à la grève et aux manifestations, quelle est l'ampleur de la mobilisation sociale ? Peut-on vraiment parler d'un mouvement social au sens traditionnel du terme ? 

Hubert Landier : Le mouvement, si on regarde les chiffres, est assez peu suivi. Pour la journée d’action du 26 mai, la police parle, pour toute la France, de 150 000 participants, dont 20 000 environ à Paris. Or, la CGT compte environ 600 000 adhérents. Si on ajoute ceux de Force ouvrière, de Solidaires et de la FSU, on arrive à un million. Cela veut donc dire que 15% seulement de leurs adhérents se seront mobilisés. Et si on raisonne en termes de pourcentage par rapport au nombre total de salariés en France, on arrive à un pourcentage beaucoup plus faible encore, certainement inférieur à 1%. 

Si on raisonne maintenant en termes de nombre de sites en grève, bloqués ou occupés, on arrive à quelques dizaines seulement. Mais ce ne sont pas n’importe lesquels : il s’agit des raffineries, des centrales nucléaires et des imprimeries de presse. Cela suffit évidemment à perturber sérieusement le pays. En revanche, on peut constater que jusqu’à présent, la mobilisation a été très faible à la SNCF et dans les réseaux de transports urbains. Cela changera peut-être, mais en attendant, on peut constater que, jeudi 26 mai, les trains roulaient et les autobus circulaient malgré l’appel à la journée d’action.

Dès lors, comment qualifier la situation actuelle ? Dans quel registre la stratégie de la CGT (blocages de raffineries, de l'électricité, chantage auprès de la presse pour qu'elle publie une tribune de Philippe Martinez) s'inscrit-elle ? 

Les méthodes de la CGT sont très semblables à celles qui avaient été mises en œuvre à l’automne 1947. Rappelons que le socialiste Paul Ramadier venait d’exclure les ministres communistes de son gouvernement. Pour le Parti communiste, il s’agissait de prouver que le gouvernement dirigé par les socialistes ne pouvait pas gouverner en l’absence des communistes. D’où un appel à la grève insurrectionnelle. Cela n’avait pas été un succès : non seulement le ministre de l’Intérieur, Jules Moch, qui faisait partie de la SFIO, avait créé, pour l’occasion, les compagnies républicaines de sécurité (CRS), mais une partie des adhérents de la CGT avaient fait sécession pour créer la CGT-Force ouvrière.

Dans un cas comme dans l’autre, on constate que les désordres sociaux visaient à servir une cause politique. En 1947, il s’agissait de servir la cause du Parti communiste dans un contexte qui était celui du début de la Guerre Froide. Aujourd’hui, il s’agit pour la CGT d’accompagner la démarche de "la gauche de la gauche", telle qu’elle s’oppose à la démarche social-démocrate proclamée de François Hollande. Il faut savoir en effet que les trotskistes et le Parti de gauche sont influents au sein de la CGT et que leur présence explique en grande partie la ligne radicale suivie par Philippe Martinez, qui lui-même vient de la CGT Renault. Or, celle-ci, avant d’être marginalisée en raison de sa politique ringarde et jusqu’au-boutiste, n’a jamais hésité à bourrer les urnes.

Dans quelle mesure les actions menées par la CGT sont-elles comparables, toutes proportions gardées, aux méthodes des révolutionnaires communistes tels que les soviétiques de 1917 ?

Ce sont des méthodes insurrectionnelles classiques. A défaut de pouvoir mobiliser la masse, on s’en prend aux points névralgiques : les communications, les moyens d’information, bref, tout ce qui peut contribuer à paralyser un pays. Le fait que la CGT n’ait pu bloquer la SNCF ou les chaînes de radio et de télévision montre à quel point sa démarche est fragile. Philippe Martinez n’a pas beaucoup de ressources dans son bras de fer avec le gouvernement.

A cela s’ajoute la lutte d’influence en vue de capter l’opinion. Les blocages peuvent avoir pour effet, à la longue, d’exaspérer les Français. Mais le gouvernement, tout en manifestant de la fermeté, doit se garder de toute intervention qui pourrait apparaître comme de la provocation. Bien entendu, d’un côté comme de l’autre, on se réclame de la démocratie.

Comment le gouvernement pourrait-il réagir ? Que risque-t-il en ne réagissant pas ? 

Il aurait été maladroit de réagir avant la journée du 26 mai. Bien entendu, si Manuel Valls manifestait tant d’assurance verbale, c’est qu’il avait en main les pronostics de la police sur la faible ampleur de la mobilisation. Il faut maintenant qu’il sonne la fin de la récréation, mais pas trop tôt pour éviter que l’opinion ne se retourne contre lui.

Par ailleurs, il lui faut prendre en considération un deuxième front : celui des députés socialistes contestataires, sachant que le projet de loi devra repasser devant l’Assemblée nationale. Il lui faut donc montrer à quel point il s’est montré patient avant d’agir fermement. Ceci dit, on ne saurait sous-estimer la capacité de l’exécutif national à commettre des erreurs…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 28/05/2016 - 12:48
On espère le Waterloo de Martinez
On espère le Waterloo de Martinez qui se prend pour Napoléon et lance ses troupes dans la bataille. L'infanterie du Général Dépôt de Carburants, puis la cavalerie légère du général Erratépet. Les lanciers du Général Essenecéeffe chargent ensuite. Les boulets de l'artillerie commandée par le Général Dédé Heffe menacent de tomber en faisant de nombreuses victimes et les voies d'approvisionnement sont coupées par les troupes du Général Docker de Port Autonome qui ne reculent pas devant le suicide économique. Les troupes du Régent Valls sont mises à mal et le 49-3 semble sur le point de s'effondrer, mis, surgit de nul part, l'armée de la réquisition qui va faire basculer l'issue de la bataille.
zouk
- 28/05/2016 - 10:42
CGT, méthodes pré ou franchement innsurrectionnelles
Et un gouvernement tout occupé à ses manœuvres, Hollande torpillant Valls, Macron en embuscade (quel traitre!) et.... qui?