En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 3 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 5 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 6 heures 56 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 13 heures 34 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 3 heures 28 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 6 heures 30 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 9 heures 58 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 11 heures 57 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 13 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 14 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
L'édito de Jean-Marc Sylvestre

Les trois raisons pour lesquelles la droite n’aidera pas Manuel Valls à étouffer la CGT (même si elle y aurait intérêt à moyen terme)

Publié le 28 mai 2016
Alors que la CGT continue d’enfermer le pays dans un blocage qui peut entraîner un beau chaos, que le gouvernement hésite entre la fermeté et le recul, l’opposition de droite est d’une discrétion assourdissante.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la CGT continue d’enfermer le pays dans un blocage qui peut entraîner un beau chaos, que le gouvernement hésite entre la fermeté et le recul, l’opposition de droite est d’une discrétion assourdissante.

La droite ne dit rien, les candidats à la primaire ne disent rien, alors que pourtant, tous les programmes s’appuient sur les réformes à lancer. Souvent des réformes radicales. Pas un mot chez Juppé, Fillon, Le Maire ou NKM... Tout se passe comme si les leaders de la droite laissaient le système exploser en pensant qu’il sera plus facile de recueillir un pays en miette pour repartir à zéro.

Nicolas Sarkozy a laissé pointé son étonnement d‘une telle confusion, histoire de rappeler qu’en 2010, il n’avait pas hésité une seule seconde à envoyer les grues et stopper dès le début les risques de blocage. Mais passons, Nicolas Sarkozy ne s’est toujours pas déclaré candidat à la prochaine présidentielle et n’a pas dévoilé de programme.

Ceci étant, il y a une opposition parlementaire, qui ne s’est manifestée pour l'instant que par son refus de voter la loi Travail tout en souhaitant que la réforme passe, pour plus de flexibilité.

La droite est d’un cynisme total. En privé, elle aurait souhaité que la gauche réussisse à faire voter une réforme du droit du travail qui de toute façon s’impose, mais en public ou dans l'hémicycle, la droite était contre. Forcément contre. Moins sur le fond que sur la forme.

Le vrai problème aujourd’hui, c’est qu’on est bien au-delà d’un débat politicien qui porterait sur la loi Travail.

Quoi qu’on pense de la loi El Khomri, dont il ne reste pas grand-chose. Quoi qu’on pense de la façon dont cette loi a été expliquée, et écrite... Quoi qu’on pense de Manuel Valls ou de François Hollande, dont il est évident qu’il aura complètement raté son quinquennat... Ce problème strictement politique n’est plus le sujet.

Le sujet est de savoir si on peut aujourd’hui accepter qu’une organisation syndicale comme la CGT puisse bloquer le pays, assécher les réserves de carburant, couper l’électricité, imposer sa règle à l’ensemble de la presse écrite en arrêtant les imprimeries sous le prétexte que la presse n’obéit pas à ses injonctions éditoriales. Et empêcher par exemple le bon déroulement de l’Euro. A terme, accepter cette lente asphyxie d’un pays qui ne va pourtant pas très bien.

Est-ce qu'on peut accepter qu’un syndicat comme la CGT se drape dans une légitimité démocratique auto-déclarée pour imposer sa loi au gouvernement alors qu'elle ne doit représenter que 2,5% des salariés ? Conception inquiétante de la démocratie.

Le strict bon sens nous conduit à refuser tout cela. La CGT n'est aucunement légitime à accuser le gouvernement d’instaurer une dictature, s’il utilise le 49-3 qui est quand même dans la Constitution... La CGT ne peut pas arguer que selon les sondages 70% des Français seraient contre cette loi Travail. Les sondages n'ont jamais eu de dimension constitutionnelle. Sinon, la CGT aurait exigé qu'Emmanuel Macron, qui bénéficie aussi de 70% d’opinions favorables, soit nommé président de la République.

La Constitution reconnaît et protège le droit d’association et le droit de grève, mais jamais la Constitution n’a prévu le droit de bloquer le pays, et de détruire l’outil de travail pour s'opposer à un projet législatif.


Pour que la CGT en arrive à ces extrémités, il faut que le texte soit quand même très dangereux pour elle.

Dans l’ADN de la CGT, le texte est effectivement dangereux pour l’avenir de l’organisation CGT. Parce que le texte précipite une évolution qui a déjà valu à la CGT de perdre plusieurs de ses bastions de pouvoir.

A partir du moment où ce qu'il reste de la loi El Khomri inverse ce qu(on appelle la hiérarchie des normes (article 2), le pouvoir de négociation va progressivement revenir au niveau des entreprises, au plus près du terrain. Les accords nationaux, les conventions collectives, vont perdre de leur importance au profit des accords d’entreprise.

Cette réforme-là redonne du pouvoir aux salariés de terrain. C’est un argument que le gouvernement n’a pas avancé dans sa pédagogie, ce qui fait que l’opinion s’est braquée et s’est arrêtée aux résistances corporatistes et syndicales.

Cette évolution-là, qui correspond aux besoins de la vie économique et qui nécessite une adaptation permanente aux changements, prive les grandes syndicales comme la CGT ou FO du pouvoir de faire la loi au niveau de la branche professionnelle.

Et ceux qui récupèrent ce pouvoir sont les syndicats plus présents au niveau de l’entreprise, plus réformistes comme la CFDT qui est en train de devenir le premier syndicat de France devant la CGT.

Cette situation-là justifie un débat, mais ne justifie en aucun cas qu on s’assoit sur les principes et les valeurs les plus élémentaires de la démocratie. Normalement, tous ceux qui sont amis de la démocratie, qu’ils soient de droite ou de gauche, ne peuvent pas accepter le comportement de la CGT.

Or, la droite ne dit rien. Pourquoi ? La réponse tient en trois points.

1) La droite ne dit rien parce qu’elle est dans le jeu politique. Elle considère que tout ce qu'il se passe aujourd’hui est de nature à mettre le gouvernement à genoux. Donc c’est bon pour elle. La droite n’a pas tort. Quand la CGT s’abrite derrière un sondage qui donne 70% des Français opposés à la loi Travail, en réalité cette opposition vise beaucoup plus François Hollande que sa loi. La majorité de ceux qui manifestent n’ont même pas lu le texte du projet. La preuve, c’est que la France profonde a découvert cette semaine que le point de blocage portait sur l’article 2 et rien d’autre.

2) La droite n’a guère les moyens de donner des leçons de fermeté. Alain Juppé et François Fillon ont vécu des expériences semblables peu glorieuses. Le blocage actuel appellerait une réforme globale du modèle social et du mode de production des règles sociales. Tout le monde bloque sur la méthode. La tradition régicide du peuple de France a traversé les siècles, du moins nos souverains républicains le croient.

3) La droite, elle, n’est pas unanime sur une réforme de la hiérarchie des normes. Comme la gauche qui est divisée entre les frondeurs qui défendent les positions de la CGT et les socialistes libéraux, la droite est très partagée entre des étatistes qui pensent que l’Etat central, souverain, doit établir des normes définies et négociées avec des centrales syndicales nationales et une droite plus libérale, plus décentralisatrice, qui considère au contraire que le pouvoir social doit être décentralisé au niveau des salariés de l’entreprise parce qu'ils sont plus à même de connaître et de répondre aux besoins de celle-ci.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 29/05/2016 - 18:26
@toupoilu
Votre objection serait valable si l'alternative n'était pas de laisser des syndicalistes totalement hors sol, vivant de subventions, n'ayant aucune considération pour l'intéret de l'entreprise (employés et patrons) qui adopte pour ligne de conduite systématique une lutte des classes qui se trompe de combat quitte a détruire l'entreprise qu'elle serait censée défendre. Référez vous aux dockers qui ont détruit les ports français, au livre a qui les imprimeurs polonais doivent tout et aux accords systématiquement dénoncés, l'inversion ne peut pas être pire.
langue de pivert
- 29/05/2016 - 09:06
Les seules bonnes lois sont celles qui donnent des résultats qui profitent à l'intérêt général (aux citoyens que sont également les actionnaires, les entrepreneurs et les salariés) et national (qui sont bons pour la France) ! En ce qui concernent le travail les résultats sont 1) la création de richesses pour 2) une juste distribution de cette richesse entre ses différents producteurs (actionnaires, entrepreneurs, salariés. Par ordre alphabétique) et une juste part imposable pour l'état et ses missions républicaines (et non régaliennes comme en l'entend trop souvent) Conclusion ? J'sais pas ! ☺ c'est pour faire avancer le schmilblick !
bb423
- 29/05/2016 - 00:11
Ce qui n'est ps dit
Le but est de remettre la France au travail et donc d'en finir avec les 35h.
Cette loi temporise cette échéance pour le privé et laissera à terme les agents de l'état aux 35h. Cette inversion de la hiérarchie des norme est à mon avis une arnaque qui va permettre et rendre normal des écarts de traitement public/privé. La droite va avoir du travail...