En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 51 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 16 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 6 heures 14 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
Le rouge au front

Et revoilà le droit de vote des étrangers ! Le PS aime repasser les vieux plats...

Publié le 27 mai 2016
La mesure refait son apparition dans le projet du Parti socialiste pour 2017. Dans une version allégée car le parti de M. Hollande marche sur des œufs.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mesure refait son apparition dans le projet du Parti socialiste pour 2017. Dans une version allégée car le parti de M. Hollande marche sur des œufs.

"Coucou, on est de gauche !". "Oui, on est vraiment de gauche !"."Venez à nous, petits enfants des quartiers sensibles !". Ce rappel s'imposait. Il fallait en effet que le Parti socialiste, soutien obligé d'un pouvoir hollandisé, vallsisé, macronisé, manifeste son attachement à ses fondamentaux. Et quoi de plus fondamental que le droit de vote des étrangers aux élections locales ?

Depuis très longtemps, depuis 1981 donc, cette mesure constitue pour la gauche un indispensable marqueur identitaire. François Mitterrand, maître dans l'art de brouiller les pistes, sortait régulièrement de sa poche ce projet. Puis, il l'y remettait aussitôt en gémissant – il le faisait très bien – que le pays n'était pas mûr pour cette belle et généreuse réforme. Résultat recherché et obtenu : le Front national progressait, ce qui affaiblissait la droite.

En 2012, le droit de vote des étrangers figurait dans le programme de François Hollande. Car en cette année-là, le candidat socialiste cultivait avec amour dans son jardin les roses rouges. Un homme qui détestait la finance et aimait les étrangers ne pouvait être que de gauche ! Il fut élu et s'empressa aussitôt d'oublier ces enfantillages. Des députés socialistes bêtes et méchants rappelèrent sa promesse au président de la République. "Quoi, quoi, comment ?", répondit Hollande qui avait débranché son appareil auditif. Il n'était quand même pas fou au point de se suicider...

Une autre élection approche, celle de 2017. Et par les temps difficiles qui courent, il convient de montrer qu'on est quand même un peu de gauche. Et pour cela, le meilleur marqueur c'est, bien sûr, le droit de vote des étrangers. Il figure donc dans un projet remis à Jean-Christophe Cambadélis. Oh, pas de quoi casser la baraque ! Un épais cache-sexe le recouvre. Mais il est quand même là, tout petit, un peu honteux, en tenue camouflée.

Le projet prévoit que seuls les étrangers "ayant un lien réel" avec la France pourront bénéficier de ce droit. Ils devront montrer patte blanche avec une carte de séjour en bonne et due forme. Et avec une carte de résident d'une durée de 10 ans. Seront donc exclus de cette faveur tous ceux dont "la pérennité du séjour en France n'est pas garantie".

Autant dire qu'on atteint ici le comble de l'hypocrisie et de la malhonnêteté. Qui pourra bien accéder à ce nirvana électoral ? Mais l'essentiel est que dans le projet figurent les mots magiques "droit de vote des étrangers". On s'avance en rasant les murs. On s'exhibe mais pas trop. On susurre. On murmure, mais on ne le crie pas sur les toits. On montre le haut mais pas le bas. Et c'est comme ça qu'on est de gauche...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/05/2016 - 19:52
à quoi se mesure le "lien réel avec la France"?
en socialie, c'est à la longueur du relevé des prestations de la caisse d'allocations familiales qu'on le juge...
Leucate
- 27/05/2016 - 18:21
@clint - maximes orwelliennes !
votre formule de "programme Cégétiste du FN" fait tout de suite penser aux slogans orweliens de l'Angleterre de Big Brother (1984):
"- La guerre, c'est la paix
- La liberté, c'est l'esclavage
- L'ignorance, c'est la force"
Le programme du FN, c'est de la vraie droite débarrassée de toute scorie marxiste, totalement a-marxiste, alors que ce qu'on appelle encore improprement la "droite" s'est couchée depuis longtemps devant les socialos-communistes, depuis 1981 en fait, où les dirigeants UMP et LR font le beau comme de gentils chien-chiens devant leurs maîtres à penser marxistes qui les grondent au moindre écart, à la moindre velléité de penser à droite.
C'est cette droite couchée que vous mettez en avant ? vous voulez un susucre ?
cloette
- 27/05/2016 - 17:00
@clint
Eh bien moi non , Tout sauf Hollande ! D'autant qu'il n'y a pas à s'inquiéter pour MLP , elle ferait comme tout le monde s'adapterait aux contraintes du pouvoir , de la démocratie, de l'économie , de l'Euro et l'Europe , ce serait un gv de centre droit finalement , en moins ennuyeux !