En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 18 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 10 heures 57 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 13 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 14 heures 45 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 15 heures 51 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 16 heures 56 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 17 heures 49 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 18 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 17 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 9 heures 50 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 31 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 7 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 36 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 3 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 18 min
© wikipédia
© wikipédia
L’alchimiste

Quand la Cour des comptes révèle comment François Hollande a transformé 300 millions d’euros d’économies en 15 milliards

Publié le 26 mai 2016
La Cour des comptes a remis son rapport sur la gestion du budget étatique de 2015 ce mercredi 25 mai 2016. Alors que Bercy se targuait encore récemment de 15 milliards d'euros d'économies budgétaires en 2015, la Cour des comptes épingle sévèrement le gouvernement.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes a remis son rapport sur la gestion du budget étatique de 2015 ce mercredi 25 mai 2016. Alors que Bercy se targuait encore récemment de 15 milliards d'euros d'économies budgétaires en 2015, la Cour des comptes épingle sévèrement le gouvernement.

Atlantico : Selon le rapport de la ​C​our des comptes publié ce mercredi 25 mai 2016 relatif à la gestion du budget de l'Etat en 2015, le déficit budgétaire aurait reculé de 15 milliards d'euros par rapport à 2014, mais seuls 0,3 milliards sont attribuables à des économies réelles. Comment l'explique-t-on ? Dans quelle mesure peut-on parler d'efforts en trompe-l’œil, le cas échéant ?

Philippe Crevel : La Cour des comptes insiste sur le fait que la rigueur revendiquée par le gouvernement n'est pas exactement au rendez-vous. Entre le chiffre affiché par celui-ci il y a quelques semaines (15 milliards) et celui calculé par la Cour des comptes (0,3 milliard), il y a un écart conséquent. Cela résulte premièrement du fait que la Cour des comptes sort de sa comptabilité les engagements qu'a la France en matière européenne. Or, en 2014 nous avons doté le mécanisme européen de stabilité financière (MESF), qui vient en aide aux Etats. Cela ne s'est pas produit en 2015. De facto, il y a donc eu moins de dépenses à cet égard... Cependant, il s'agissait là d'une dépense exceptionnelle en 2014, qui n'avait donc évidemment pas à être prise en compte à titre de base de comparaison. Un autre aspect primordial dans l'explication est celui des programmes d’investissements exceptionnels (eux aussi !) qui ont grévé 2014 plus que cela n'était prévu, comme ce fut le cas en 2010. Il s'agit de programmes qui durent dans le temps : les fameux emprunts pour l'investissement. Là encore, si on retranche les coûts exceptionnels, il est clair que le gouvernement a fait très peu d'efforts en 2015.

Pire que cela en vérité, puisque la Cour des comptes note que les dépenses du budget général sont supérieures de 400 000 millions d'euros, dès lors qu'elles sont comparées aux prévisions. De même, à l'inverse de ce qui a été dit, les embauches de fonctionnaires sont en nette hausse par rapport à ce qui avait été prévu. Ce qui signifie évidemment que les dépenses courantes ont fortement augmenté, quand bien même le gouvernement bénéficiait d'un contexte très favorable puisqu'il a gagné 2 milliards d'euros sur le service de la dette, relativement au paiement des intérêts. C'est pourquoi notre Cour des comptes juge que l'année 2015 n'est pas une année aussi saine budgétairement que certains le prétendent dans l'exécutif.

Rappelons que ces économies ne sont en aucun cas reconductibles. Il s'agit évidemment d'efforts en trompe-l’œil. Nous savons tous que les taux d'intérêts ont atteint un niveau historiquement bas, en-dessous duquel il sera difficile (si pas impossible) de descendre. Ces deux milliards gagnés en 2015 ne seront donc pas gagnés en 2016, cela va sans dire. D'autre part, il est important de souligner qu'une partie de ces économies ont été réalisées par les collectivités locales. Les concours aux collectivités locales ont très fortement diminuées en 2015. C'est prévu et cela continuera sur les années à venir mais cela traduit comment l'Etat les appelle au secours pour parvenir à un semblant d'équilibre. A charge, ensuite, pour les collectivités locales de réduire elles-même leurs dépenses ou d'augmenter les impôts.

François Hollande s'était engagé à réaliser 50 milliards d'économies d'ici à 2017. Concrètement, cette promesse est-elle encore tenable ? Où en est le gouvernement sur ce point précis ?

Le programme d'économie de 50 milliards d'euros a été décidé dans le cadre du pacte de responsabilité, qu'il est supposé financer. Il s'agit d'alléger les prélèvements obligatoires, notamment sur les entreprises et sur les particuliers. Pour l'heure, ce programme est appliqué depuis 2 ans. On a constaté, cependant, quelques reports de mesures sur les exonérations de charges sociales tout spécifiquement. Cela traduit clairement les difficultés que l'Etat peut rencontrer à économiser et à quel point il peine à trouver des gisements d'économies en la matière. En 2015, le gouvernement a bénéficié d'un peu plus de croissance. En 2016, celle-ci est attendue aux alentours de 1,3% du PIB, ce qui devrait naturellement aider le gouvernement à réaliser les économies pour lesquelles il s'est engagé. Ici également, il y aura fort probablement des économies réalisées en trompe-l’œil et non de véritables efforts, puisque la croissance devrait venir à la rescousse du gouvernement.

Néanmoins, demeure un petit accroc : le gouvernement multiplie les cadeaux fiscaux, les cadeaux électoraux et les dépenses. Et pour cause, les échéances électorales de 2017 arrivent à grand-pas... Tout cela a contraint Bercy à demander un nouveau plan de réduction des dépenses de 2 milliards d'euros. Cependant, on voit clairement que le navire de l'Etat prend l'eau de toute part... Rien ne dit que nous arriverons à bon port. Avec des artifices signalés (les taux d'intérêts historiquement bas, le transfert d'une partie des charges sociales sur les collectivités locales, un certain jeu de bonneteau entre l'Europe, les collectivités et l'Etat...) nous n'arrivons qu'à peu près à parvenir à l'alignement. Tout cela risque de se compliquer. Mais le gouvernement espère le retour de la croissance, qui finit (enfin !) par arriver, bien que modeste. Il lui sera possible de jouer dessus.

Comment expliquer une telle situation ? Quelles sont les causes réelles qui ont conduit le gouvernement à de tels résultats ? ​

L'abandon de la revue générale des finances publiques, mise en place par Nicolas Sarkozy, est probablement la première des raisons. Derrière celle-ci s'organisait un processus réel de rationalisation des dépenses publiques, qui a été abandonné en 2012. Cela constitue évidemment une très grosse incitation à reprendre le chemin des dépenses. L'embauche, en parallèle, d'un certain nombre de fonctionnaires (notamment à l'Education nationale), couplée à un "petit" laisser-aller sur les dépenses courantes qui, au fur et à mesure des années, entraîne de "légers" dérapages et l'abandon de la feuille de route décidée originellement. En outre, François Hollande n'a pas été en mesure de réformer réellement les structures publiques. Qu'il s'agisse du ministère de l'Education nationale, de Bercy... Tout ceci contribue à l'explication. Enfin, les dépenses militaires, liées aux interventions françaises et à la lutte contre le terrorisme, grèvent également les dépenses, sans avoir pour autant été prévues au préalable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 26/05/2016 - 23:53
vivement 2017 pour virer
Ces magouilleurs qui ruinent le pays..
sarko, reviens!,,
Vincennes
- 26/05/2016 - 23:22
Ils mentent sur tout......même sur les chiffres du chomage
pourquoi ne parlent ils QUE DE la catégorie A. 3.511.000 facile de jongler avec B/C/D/E/ . Pour ceux qui veulent la vérité http/by-jipp.blogspot.fr .........écœurant cette manipulation des chiffres, la aussi et triste que les médias soient complices de cette arnaque. Il les tient bien avec cette très chère NICHE FISCALE
Vincennes
- 26/05/2016 - 20:12
"les fourberies de.......SAPIN and co
agréable de lire : "l'abandon de la revue générale des finances publiques mise en place par N.SARKOZY est probablement la première des raisons car, derrière celle-ci s'organisait un processus réel de rationalisation des dépenses publiques qui a été ABANDONNE en 2012 par ce "Gvt de NAZES" !!..........encore 11 mois !!