En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 4 heures 55 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 15 heures 45 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 16 heures 26 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 7 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 12 heures 7 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 16 heures 41 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 10 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 11 heures
© wikipédia
© wikipédia
L’alchimiste

Quand la Cour des comptes révèle comment François Hollande a transformé 300 millions d’euros d’économies en 15 milliards

Publié le 26 mai 2016
La Cour des comptes a remis son rapport sur la gestion du budget étatique de 2015 ce mercredi 25 mai 2016. Alors que Bercy se targuait encore récemment de 15 milliards d'euros d'économies budgétaires en 2015, la Cour des comptes épingle sévèrement le gouvernement.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes a remis son rapport sur la gestion du budget étatique de 2015 ce mercredi 25 mai 2016. Alors que Bercy se targuait encore récemment de 15 milliards d'euros d'économies budgétaires en 2015, la Cour des comptes épingle sévèrement le gouvernement.

Atlantico : Selon le rapport de la ​C​our des comptes publié ce mercredi 25 mai 2016 relatif à la gestion du budget de l'Etat en 2015, le déficit budgétaire aurait reculé de 15 milliards d'euros par rapport à 2014, mais seuls 0,3 milliards sont attribuables à des économies réelles. Comment l'explique-t-on ? Dans quelle mesure peut-on parler d'efforts en trompe-l’œil, le cas échéant ?

Philippe Crevel : La Cour des comptes insiste sur le fait que la rigueur revendiquée par le gouvernement n'est pas exactement au rendez-vous. Entre le chiffre affiché par celui-ci il y a quelques semaines (15 milliards) et celui calculé par la Cour des comptes (0,3 milliard), il y a un écart conséquent. Cela résulte premièrement du fait que la Cour des comptes sort de sa comptabilité les engagements qu'a la France en matière européenne. Or, en 2014 nous avons doté le mécanisme européen de stabilité financière (MESF), qui vient en aide aux Etats. Cela ne s'est pas produit en 2015. De facto, il y a donc eu moins de dépenses à cet égard... Cependant, il s'agissait là d'une dépense exceptionnelle en 2014, qui n'avait donc évidemment pas à être prise en compte à titre de base de comparaison. Un autre aspect primordial dans l'explication est celui des programmes d’investissements exceptionnels (eux aussi !) qui ont grévé 2014 plus que cela n'était prévu, comme ce fut le cas en 2010. Il s'agit de programmes qui durent dans le temps : les fameux emprunts pour l'investissement. Là encore, si on retranche les coûts exceptionnels, il est clair que le gouvernement a fait très peu d'efforts en 2015.

Pire que cela en vérité, puisque la Cour des comptes note que les dépenses du budget général sont supérieures de 400 000 millions d'euros, dès lors qu'elles sont comparées aux prévisions. De même, à l'inverse de ce qui a été dit, les embauches de fonctionnaires sont en nette hausse par rapport à ce qui avait été prévu. Ce qui signifie évidemment que les dépenses courantes ont fortement augmenté, quand bien même le gouvernement bénéficiait d'un contexte très favorable puisqu'il a gagné 2 milliards d'euros sur le service de la dette, relativement au paiement des intérêts. C'est pourquoi notre Cour des comptes juge que l'année 2015 n'est pas une année aussi saine budgétairement que certains le prétendent dans l'exécutif.

Rappelons que ces économies ne sont en aucun cas reconductibles. Il s'agit évidemment d'efforts en trompe-l’œil. Nous savons tous que les taux d'intérêts ont atteint un niveau historiquement bas, en-dessous duquel il sera difficile (si pas impossible) de descendre. Ces deux milliards gagnés en 2015 ne seront donc pas gagnés en 2016, cela va sans dire. D'autre part, il est important de souligner qu'une partie de ces économies ont été réalisées par les collectivités locales. Les concours aux collectivités locales ont très fortement diminuées en 2015. C'est prévu et cela continuera sur les années à venir mais cela traduit comment l'Etat les appelle au secours pour parvenir à un semblant d'équilibre. A charge, ensuite, pour les collectivités locales de réduire elles-même leurs dépenses ou d'augmenter les impôts.

François Hollande s'était engagé à réaliser 50 milliards d'économies d'ici à 2017. Concrètement, cette promesse est-elle encore tenable ? Où en est le gouvernement sur ce point précis ?

Le programme d'économie de 50 milliards d'euros a été décidé dans le cadre du pacte de responsabilité, qu'il est supposé financer. Il s'agit d'alléger les prélèvements obligatoires, notamment sur les entreprises et sur les particuliers. Pour l'heure, ce programme est appliqué depuis 2 ans. On a constaté, cependant, quelques reports de mesures sur les exonérations de charges sociales tout spécifiquement. Cela traduit clairement les difficultés que l'Etat peut rencontrer à économiser et à quel point il peine à trouver des gisements d'économies en la matière. En 2015, le gouvernement a bénéficié d'un peu plus de croissance. En 2016, celle-ci est attendue aux alentours de 1,3% du PIB, ce qui devrait naturellement aider le gouvernement à réaliser les économies pour lesquelles il s'est engagé. Ici également, il y aura fort probablement des économies réalisées en trompe-l’œil et non de véritables efforts, puisque la croissance devrait venir à la rescousse du gouvernement.

Néanmoins, demeure un petit accroc : le gouvernement multiplie les cadeaux fiscaux, les cadeaux électoraux et les dépenses. Et pour cause, les échéances électorales de 2017 arrivent à grand-pas... Tout cela a contraint Bercy à demander un nouveau plan de réduction des dépenses de 2 milliards d'euros. Cependant, on voit clairement que le navire de l'Etat prend l'eau de toute part... Rien ne dit que nous arriverons à bon port. Avec des artifices signalés (les taux d'intérêts historiquement bas, le transfert d'une partie des charges sociales sur les collectivités locales, un certain jeu de bonneteau entre l'Europe, les collectivités et l'Etat...) nous n'arrivons qu'à peu près à parvenir à l'alignement. Tout cela risque de se compliquer. Mais le gouvernement espère le retour de la croissance, qui finit (enfin !) par arriver, bien que modeste. Il lui sera possible de jouer dessus.

Comment expliquer une telle situation ? Quelles sont les causes réelles qui ont conduit le gouvernement à de tels résultats ? ​

L'abandon de la revue générale des finances publiques, mise en place par Nicolas Sarkozy, est probablement la première des raisons. Derrière celle-ci s'organisait un processus réel de rationalisation des dépenses publiques, qui a été abandonné en 2012. Cela constitue évidemment une très grosse incitation à reprendre le chemin des dépenses. L'embauche, en parallèle, d'un certain nombre de fonctionnaires (notamment à l'Education nationale), couplée à un "petit" laisser-aller sur les dépenses courantes qui, au fur et à mesure des années, entraîne de "légers" dérapages et l'abandon de la feuille de route décidée originellement. En outre, François Hollande n'a pas été en mesure de réformer réellement les structures publiques. Qu'il s'agisse du ministère de l'Education nationale, de Bercy... Tout ceci contribue à l'explication. Enfin, les dépenses militaires, liées aux interventions françaises et à la lutte contre le terrorisme, grèvent également les dépenses, sans avoir pour autant été prévues au préalable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 26/05/2016 - 23:53
vivement 2017 pour virer
Ces magouilleurs qui ruinent le pays..
sarko, reviens!,,
Vincennes
- 26/05/2016 - 23:22
Ils mentent sur tout......même sur les chiffres du chomage
pourquoi ne parlent ils QUE DE la catégorie A. 3.511.000 facile de jongler avec B/C/D/E/ . Pour ceux qui veulent la vérité http/by-jipp.blogspot.fr .........écœurant cette manipulation des chiffres, la aussi et triste que les médias soient complices de cette arnaque. Il les tient bien avec cette très chère NICHE FISCALE
Vincennes
- 26/05/2016 - 20:12
"les fourberies de.......SAPIN and co
agréable de lire : "l'abandon de la revue générale des finances publiques mise en place par N.SARKOZY est probablement la première des raisons car, derrière celle-ci s'organisait un processus réel de rationalisation des dépenses publiques qui a été ABANDONNE en 2012 par ce "Gvt de NAZES" !!..........encore 11 mois !!