En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

07.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 13 heures 31 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 14 heures 31 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 15 heures 6 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 16 heures 57 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 18 heures 29 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 14 heures 18 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 14 heures 50 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 16 heures 41 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 17 heures 17 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 18 heures 4 sec
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 19 heures 47 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 9 heures
Victimes collatérales

Quand l'Occident piège les réformateurs musulmans avec ses discours bisounours sur l'islam

Publié le 23 mai 2016
Depuis les attentats de l'année dernière, un certain nombre de faiseurs d'opinion et autres intellectuels appellent les musulmans à faire un travail de réforme de l'islam afin de l'arrimer à la modernité. Une initiative qui ne pourra voir le jour que si les pays musulmans démocratisent, au préalable, leurs vies politique et intellectuelle.
Malik Bezouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis les attentats de l'année dernière, un certain nombre de faiseurs d'opinion et autres intellectuels appellent les musulmans à faire un travail de réforme de l'islam afin de l'arrimer à la modernité. Une initiative qui ne pourra voir le jour que si les pays musulmans démocratisent, au préalable, leurs vies politique et intellectuelle.

Atlantico : Les attentats de Paris et de Bruxelles, et plus globalement l'essor de l'Etat islamique en Irak et en Syrie, ont mis la question d'une "réforme" de l'islam au cœur des débats. Pour certains commentateurs occidentaux pourtant, cette question ne doit pas se poser car ils considèrent que l'EI et le djihadisme sont des déviances qui n'ont rien à voir avec le véritable islam. Quelle image cela renvoie-t-il à ceux qui en Arabie saoudite, en Algérie ou ailleurs dans le monde musulman, appellent pourtant à une réforme de leur religion ? Ce discours pourrait-il, au contraire, renforcer les gouvernements les plus extrémistes, en leur laissant croire que l'Occident les soutient ?

Malik Bezouh : La réforme de l’islam est devenue un sujet d’actualité. Beaucoup s’en sont emparés, du reste. Pourtant, il y a encore peu, la plupart des observateurs s’en souciait comme d’un fétu. Cependant, les épisodes terroristes, d’une sauvagerie inouïe, frappant mortellement notre pays, ont amené nombre de faiseurs d’opinions à s’interroger et à orienter leur regard, un rien suspicieux, vers cet islam rétif à toute réforme. Marchant sur les pas du regretté penseur Abdelwahab Meddeb pointant hier de son doigt accusateur "la maladie de l’islam", mère de tous les intégrismes "verts", certains de ces faiseurs d’opinions, aussi déterminés qu’inquiets, pressent à présent les musulmans à mettre en branle un processus de réformation afin d’arrimer l’islam à la modernité que son intransigeance dogmatique en aurait trop longtemps éloigné. D’autres, situés nettement plus à gauche, ne ménagent pas leurs efforts en vue d’éviter toute dérive populiste amalgamant les agissements de Daech avec les valeurs fondamentales de l’islam.

La réalité est plus complexe. Notons en premier lieu que Daech est bel et bien en rupture théologique avec l’islam classique. D’ailleurs, ce groupe d’obédience takfiriste peut être considéré comme hérétique. Au reste, dans sa fuite en avant, Daech vient de condamner à mort la célèbre confrérie des Frères musulmans (dans son journal N° 14, Dabiq), alors que cette dernière est l’incarnation même de l’islamisme et ce depuis le début du XXéme siècle. C’est dire à quel point Daech est marginal tant sur le plan doctrinaire que sur le plan de l’islamisme.

Doit-on en conclure que Daech est sans lien aucun avec l’islam ? La réponse est non. En effet, lorsque Daech condamne à mort un homosexuel en le jetant du haut d’un bâtiment, il ne fait qu’appliquer une sentence juridique reconnue et admise par certaines écoles classiques de l’islam sunnite. De la même façon, la mise à mort d’un apostât, pratiquée par Daech, n’est pas en contradiction avec les textes juridiques musulmans. C’est même une recommandation émanant du Prophète de l’islam...

L’intrication de nos liens géopolitiques avec les pays arabes, notre dépendance aux hydrocarbures, à la base de nos économies, ont poussé les chancelleries occidentales à soutenir les régimes arabes régnant le plus souvent par la terreur politique. Or, il est illusoire de croire qu’une réflexion sur la réformation de l’islam dans des pays arabes, prétendument laïques ou religieux, puisse éclore sans une démocratisation de la vie politique et intellectuelle, elle-seule capable de jeter les ferments d’un renouveau de la pensée religieuse musulmane. L’immense théologien soudanais, Mohammed Mahumd Taha, réformiste dans l’âme, l’a appris à ses dépens. Pour ses écrits théologiques audacieux, il sera condamné à mort par le régime despotique de Khartoum, puis pendu en 1983, à la grande joie des conservateurs religieux du pays...

Alors que ces commentateurs sont souvent invités sur les plateaux de télévision, certains citoyens constatent quotidiennement en France des phénomènes de radicalisation, de montée du salafisme et de prosélytisme islamique. Quel risque y a-t-il à entretenir ce décalage entre discours et réalité vécue ? Cela ne risque-t-il pas d' "hystériser" encore un peu plus le débat ?

Il y a en effet une poussée du conservatisme musulman que certains apparentent à du salafisme, ce qui n’est pas faux. Ceci dit, ce salafisme de dévotion, contrairement à ce qui est affirmé à longueurs de temps, n’est pas une porte ouverte vers le salafisme révolutionnaire abusivement appelé "jihadisme". Notons d’ailleurs que la plupart des terroristes d’origine européenne, qui épousent les vues de Dach, se caractérisent par une misère théologique déconcertante ;  ce n’est pas le cas des salafistes dévots ou piétistes. En outre, le processus de radicalisation observé chez bon nombre de militants français de Daech est souvent antérieur à leur islamisation, somme toute très superficielle.

Il convient donc de distinguer l’émergence incontestable d’une pratique musulmane dévote du phénomène "jihadique" qui ne concerne, en France, qu’une poignée d’individus (deux milles personnes, approximativement). Ceci dit, ce retour visible à une pratique orthodoxe de l’islam, conséquence aussi d’une crise profonde de la pensée islamique et de l'intégration, semble questionner, voire inquiéter, cette France soucieuse de son identité ; cette France qui, depuis les grandes manifestations contre le mariage homosexuel, a repris du poil de la bête. Se dirige-t-on vers ce que j’appelle un "choc des identités" ?

Aujourd’hui, deux identités en crise se font face, s’observent. Aussi, pour éviter toute crispation communautariste préjudiciable à l’unité du pays, il incombe à ceux qui ont en charge la destinée de notre nation de dire la réalité, même si elle n’est pas des plus agréable à entendre. Hélas, la médiocrité intellectuelle des uns, l’opportunisme politique des autres, tend à enfermer le débat tantôt dans un  politiquement correct de gauche, tantôt dans un prêt-à penser de droite.

Les musulmans qui appellent à une réforme de l'islam se retrouvent souvent ensevelis sous une pluie d'injures de la part de leur coreligionnaires, notamment sur les réseaux sociaux. N'est-ce pas là la preuve que pour certains, l'islam est encore sanctifié, supérieur même à l'expression des idées ? Comment désamorcer ce débat, et que gagnerait pourtant l'islam à avoir un débat dédramatisé ? 

Relevons tout d’abord que les Français musulmans qui se répandent sur les réseaux sociaux en fulminant contre leurs coreligionnaires suspectés de porter atteinte à la pureté des textes saints de l’islam ne sont pas représentatifs de la communauté musulmane de France, caractérisée par une forte hétérogénéité. Cela étant, il est vrai que l’islam s’est englué dans un conservatisme rigoriste et stérile, et ce depuis la victoire au XIIIème siècle des exégètes traditionalistes sur les "rationalistes" appelés encore mu’tazilites.


Il est absolument urgent de dépassionner le débat sur l’islam ! Hélas, la guerre des mémoires héritée de l’histoire coloniale, les discriminations à l’emploi dont certains Français musulmans sont victimes, l’ignorance par bon nombre de musulmans de France de la culture anticléricale qui fit tant gémir les catholiques naguère, et les préjugés qui entourent le culte musulman depuis des temps immémoriaux sont autant d’éléments contribuant à enfermer une partie des Français musulmans dans une posture victimaire peu constructive. L’un des symptômes de cet enfermement étant cette sensibilité à fleur de peau ou sur-réactivitée observée dès qu’un sujet ayant trait à l’islam est abordé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 23/05/2016 - 18:30
LA REFORME DE L'ISLAM.......
Ou la version orientale de l'arlésienne. Tout le monde en parle mais personne n'en aperçoit, et n'en apercevra jamais le moindre essai de début de proposition réelle.... et pour cause.... .Olivier 62 a parfaitement compris le problème
vangog
- 23/05/2016 - 17:47
des "faiseurs d'opinion"?????
non! l'opinion est diverse et changeante, sous l'influence des évènements, et personne ne la "fait", excepté les prétentieux mégalomanes, genre BHL ou Cohen (wouah!, wouah!)
Olivier62
- 23/05/2016 - 13:38
Débat stérile
Ce débat sur la réforme de l'Islam est vieux de centaines d'années. En réalité l'Islam "officiel" est figé depuis au moins le Xème siècle et n'a plus bougé depuis dans ses fondements. La violence des islamistes ne vient pas d'eux-mêmes, elle vient de l'Islam et de ses préceptes (par exemple prés de 500 sourates sur les 3000 du Coran appellent à la violence). C'est un problème fondamentalement théologique et idéologique. Demander la "tolérance" à l'Islam, c'est lui demander de se contredire lui-même. Cela reviendrait à lui demander de coexister pacifiquement avec d'autres religions, ce qui serait à l'encontre du coeur même du message coranique. L'Islam projette sur l'extérieur la violence même faite à ses fidèles; en réalité il n'est qu'une forme de contrainte ritualisée (le musulman, éthymologiquement, est "le soumis").