En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 31 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 6 heures 22 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 9 heures 40 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 11 heures 25 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 4 heures 16 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 6 heures 18 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 11 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 11 heures 32 min
© POOL New / Reuters
© POOL New / Reuters
N'importe quoi pourvu que tu me dises que c'est socialiste...

L’étrange défaite de François Hollande : ce social-libéralisme dont les Français veulent bien tant qu’on ne lui donne pas de nom

Publié le 27 mai 2016
Alors que le quinquennat Hollande touche à sa fin, force est de constater les deux principales erreurs commises par le président : un travail de vocabulaire relatif à ses dernières réformes totalement omis et un calendrier politique mis en oeuvre "à l'envers".
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Raul Magni-Berton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni-Berton est actuellement professeur de science politique à Sciences Po Grenoble. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le quinquennat Hollande touche à sa fin, force est de constater les deux principales erreurs commises par le président : un travail de vocabulaire relatif à ses dernières réformes totalement omis et un calendrier politique mis en oeuvre "à l'envers".

Réforme du code du travail, CICE, etc. : les dernières réformes du gouvernement Hollande ont suscité/suscitent une forte levée de boucliers, aussi bien dans l'opinion qu'au sein de la majorité. Pourtant, l'électorat de gauche semble prêt à un passage vers "la modernité", mais celui-ci semble être opposé à la rhétorique "sociale-libérale". Peut-on en conclure que l'erreur de François Hollande aura été de suivre un agenda social-libéral sans jamais avoir expliqué à son électorat qu'un tel programme était bien "de gauche"comme en témoignent les exemples de Gerhard Schroder ou de Tony Blair ? 

Yves Roucaute : François Hollande n'a pas réussi à mener de front des discours et des réformes qui soient "liberal" au sens américain du terme, renvoyant ainsi à la gauche outre-Atlantique. Celle-ci est tout aussi bien favorable à des mesures du type lois Macron ou El Khomri, mais également au Mariage pour tous. Dans ce cas, nous aurions été dans une stratégie cohérente de la part de François Hollande, mais qui aurait nécessité, bien-sûr, une révolution théorique, idéologique et culturelle par rapport au PS ; cela aurait constitué la victoire de ce qui a été appelé, il y a une vingtaine d'années, "la gauche américaine". Malheureusement, François Hollande n'a pas eu la clairvoyance de mener cette bataille "liberal" au sens américain du terme, qui aurait consisté en une synthèse à la française des idées défendues en leur temps par Schröder, Blair et Obama. Cela s'explique par le fait qu'il lui a manqué la cohérence idéologique nécessaire parce que le PS est en état de déliquescence intellectuelle. Celle-ci se paye très chère aujourd'hui. Le PS n'a pas été capable de nettoyer devant sa porte, de se débarrasser de son extrême-gauche, alors que le chemin lui était pourtant ouvert. Il aurait fallu accomplir cet effort dès le début du quinquennat, ce qui aurait facilité la transmission de cette ligne idéologique qu'on peut appeler "sociale-libérale".

François Hollande a pêché sur le plan idéologique et culturel. Il a été obligé de continuer à tenir un discours archaïque, et même réactionnaire je dirais, par rapport aux réformes politiques et économiques dont le pays a besoin, de même qu'un discours qu'il croit "progressiste", celui à l'américaine qui consiste à soutenir toutes les minorités. Cela ne constitue pas une vraie ligne politique mais une culture idéologique qui est celle du politiquement correct. Si le PS avait entrepris dès le début de son quinquennat les réformes actuelles, elles seraient probablement passées, et il aurait probablement bouleversé le paysage culturel du pays, et contraint par conséquent la droite à se remettre également en question. Or le résultat actuel, c'est une gauche incohérente et éclatée, et un François Hollande qui essaye de rattraper son extrême-gauche parce qu'il a peur d'une éventuelle motion de censure qui pourrait être déposée par cette dernière et qui risque fortement d'emporter le gouvernement. Le PS est actuellement explosé entre une gauche et une extrême-gauche dont l'origine remonte à l'extrême-gauche socialiste-révolutionnaire du XIXème siècle ; on a également une gauche communiste extérieure au parti ; des ancêtres du PSU encore présents ; des ancêtres de la social-démocratie, la vraie, qui s'était incarnée à un moment donné dans Guy Mollet ; des ancêtres des réformistes qui se sont incarnés dans François Mitterrand pendant un temps. La confusion d'esprit de François Hollande tient au fait qu'à l'ENA, il n'y a pas de pensée structurée et forte. C'est une institution qui produit des gestionnaires qui naviguent un peu à vue et qui essayent de prendre le pouls du pays : un coup on fait dans la démagogie politiquement correcte, un coup on fait dans le social-libéralisme, un coup on fait dans l'archaïsme. Le projet de loi El Khomri le montre bien : on a eu des reculs incessants pour au final aboutir à une réformette qui ne représente pas grand-chose. 

Jérôme Fourquet : Comme souvent pour la gauche au pouvoir, la difficulté aura été de faire à la fois son agiornamento idéologique et de gérer le pays dans des circonstances très compliquées. Comme on put le dire Mitterand ou Blum, François Hollande affirme également que la gauche arrive au pouvoir lors de moments de crise, ce qui n'est pas tout à fait faux. Face à cette difficulté d'agenda, la gauche doit adapter son logiciel sous la pression des évènements, ce qu'on a pu constater à nouveau avec François Hollande notamment lorsqu'il a reconnu avoir sous-estimé les effets de la crise. Proposer le projet de loi El Khomri tout en connaissant l'état actuel des rapports de force politique, c'est assurément prendre un risque. Il le prend délibérément afin de mettre toutes les chances de son côté pour relancer l'économie, quitte à prendre des risques politiques. Le fait qu'il mette cette réforme en oeuvre à la fin de son quinquennat révèle une erreur d'analyse de la gravité de l'ampleur de la crise. François Hollande sort de l'ambiguité à ses propres dépens. Si l'on reprend le discours du Bourget, celui-ci a bien été rédigé afin de prendre en compte toutes les composantes de la gauche et leur faire ainsi entendre ce que chacune avait envie d'entendre. Une fois arrivé au pouvoir, il lui a fallu choisir, et il a choisi ce que l'on pourrait qualifier de composante "sociale-libérale". Si l'on reprend sa trajectoire personnelle, il s'agit là du fil rouge de son positionnement historique depuis l'époque Jacques Delors.

Ce que l'on pourrait qualifier de "coming-out" social-libéral remonte à ses voeux prononcés le 31 décembre 2013 lorsqu'il avait annoncé la nécessité de relancer la machine économique. Il faut aussi se rappeler que lors de sa campagne, il avait déjà évoqué les problèmes de compétitivité de la France et du coût du travail. Il revient dessus et accompagne ainsi le mouvement de conversion d'une partie de l'électorat de gauche à cette idéologie "sociale-libérale". Ce n'est qu'à partir de ce coming-out qu'on peut estimer qu'il a commencé à faire un travail pédagogique auprès de l'électorat de gauche et qui explique ce mouvement de conversion, ce qui est déjà beaucoup dans l'évolution des grands rapports de force idélogiques dans notre pays. Passer des charges sociales et du coût du travail avec le pacte de compétitivité et de responsabilité à la réforme du code du travail semble être un pas trop ambitieux pour les Français dans le cadre de la politique de l'offre du président, au regard des chiffres du chômage. Il a réussi à convaincre une partie de l'électorat de gauche qu'il fallait faciliter les possibilités d'embauche et d'investissement pour les entreprises. Or, dans le cas de la réforme du code du Travail, la pédagogie consistant à dire qu'il faut faciliter la procédure de licenciement pour embaucher est beaucoup plus problématique. Cet effort idéologique est, à mon avis, hors de portée pour les socialistes. 

Raul Magni-Berton : Je crois que le problème est plus profond qu'une simple erreur de pédagogie. Les partis politiques et l'électorat français diffèrent sur ce point de leurs homologues allemands ou britanniques, car ils sont, depuis très longtemps, beaucoup plus hostiles au libéralisme économique. Si on analyse les programmes politiques des partis, les références positives au libéralisme sont très faibles, y compris chez les partis de droite. Les sondages montrent également que l'électorat français est moins séduit par les mesures libérales. Et même au niveau des politiques menées, le "tournant néo-libéral" est bien moins accentué en France qu'en Allemagne ou au Royaume-Uni. En fait, le social-libéralisme - comme le néo-libéralisme - est très en vogue en Europe, mais en France beaucoup moins. Il me parait donc électoralement périlleux de suivre les pas de Blair et de Schröeder. 

Comparativement à François Hollande et Emmanuel Macron, Manuel Valls semble être la personnalité du gouvernement ayant le plus assumé ce travail sur les mots lié aux différentes réformes mises en oeuvre. Quels bénéfices politiques aurait pu en tirer François Hollande ? A l'inverse, l'incapacité de Macron à faire ce travail de vocabulaire ne tient-il pas à la nature même de ce mouvement "ni gauche, ni droite" ?

Raul Magni-Berton : Vous pourriez avoir raison, mais, à ma connaissance, les "mots justes" ne jouent qu'à la marge. Valls a l'avantage, par rapport à Hollande, d'avoir globalement garder la même position depuis qu'il peut régulièrement s'exprimer à un large public. Il n'a donc pas déçu ceux qui étaient avec lui, ce qui n'est pas le cas de Hollande. Cela dit, même Valls paye la politique qu'il mène. Quant à Macron, il est à la place la plus délicate pour la gauche actuelle: l'économie. 

Yves Roucaute : Pour ce qui est d'Emmanuel Macron, ce n'est pas tout à fait exact : il se situe assez clairement au niveau du centre-gauche. Il vient d'obtenir le soutien du maire de Lyon ; il a également autour de lui toute une partie de la gauche libérale proche du patronat, sensible à la nouvelle économie. Bien qu'il n'aille pas très loin, il dépasse quand même la plupart de ses concurrents socialistes. Et c'est sur cette ligne-là, un peu à l'américaine du type Obama, qu'il pourrait se présenter à la présidentielle de 2017, surtout qu'elle n'est pas occupée. Reste à voir s'il sera capable d'aller jusqu'au bout de ce qui a fait la force de Tony Blair, à savoir allier la force du Royaume-Uni avec les idéaux de gauche et un véritable libéralisme. Tony Blair n'a pas du tout défait ce qu'a fait Thatcher, alors que la première chose qu'a faite François Hollande, avant même le Mariage pour tous, c'est de défaire ce qu'a fait Nicolas Sarkozy. Cela a été la grande force de Tony Blair : prendre en compte les mesures de modernisation adoptées par Thatcher, en les réorientant, et même parfois en les poussant davantage. 

Aurait-on pu envisager un scénario plus favorable pour ces réformes si le travail de vocabulaire adéquat autour d'elles avait été réalisé ? En quoi ce "malentendu" a-t-il également pu favoriser l'émergence des frondeurs ?

Raul-Magni Berton : Je ne peux qu'insister sur le fait que le fond de la critique, ce sont les réformes, et non le vocabulaire utilisé. Si nous voulons nous diriger vers un système plus proche de la flexi-sécurité des Scandinaves, il faut commencer par la sécurité et non par la flexibilité. Du moins, si on est un parti de gauche. Les réformes économique conduites par ce gouvernement sont trop dans la ligne de celles faites par nos voisins, et leur impact, en France, ne peut qu'être mauvais. 

Mariage pour tous en premier, puis CICE et réforme du code du Travail : ne peut-on pas dire que François Hollande a mis en oeuvre un calendrier politique "à l'envers", favorisant d'abord une mesure jugée "de gauche" et terminant sur des réformes positionnées dans l'imaginaire collectif "à droite" ? Dans quelle mesure aurait-il été possible pour lui d'inverser cet ordre ? Cela lui aurait-il permis d'augmenter ses chances pour 2017 ?

Jérôme Fourquet : Pour ce qui est du mariage pour tous, nul à droite comme à gauche n'avait anticipé l'ampleur de la mobilisation contre, ni la durée de celle-ci ; cela les a accaparé pendant des mois.

D'une manière plus générale, la lecture que je fais de ce quinquennat, c'est une course perpétuelle pour rattraper le temps perdu lié à l'erreur de diagnostic que j'ai mentionnée dans ma première réponse concernant la situation économique du pays. Le projet de loi El Khomri en est l'illustration malgré le coup politique que cela représente pour François Hollande, d'autant plus que les résultats d'une telle loi - si elle était votée - ne pourraient pas être observés avant 1 ou 2 ans  - ce qui accroît le risque. Le nouveau tournant social-libéral paraît être pris de manière un peu brouillone, comme en témoigne le fait que la CFDT n'a pas été concertée sur le projet de loi El Khomri - sans doute parce qu'il y avait urgence. 

Raul-Magni Berton : Il est vrai que, dans la mesure où nous, électeurs, sommes relativement amnésiques, il faudrait faire les réformes désagréables en début de mandat, puis les réformes plus populaires qui soudent l'électorat, à la fin. Pourtant, la plupart des reformes qui sont fortement voulues par l'électorat du parti qui gagne sont menées en début de mandat. Cela s'explique par le fait que c'est à ce moment là que la clientèle électorale des partis leur demande des comptes. 

Par contre, il est vrai que mener la réforme du code du Travail en fin de mandat est, à mes yeux, bizarre. D'autant plus que la popularité du gouvernement avait bénéficié des attentats. Il me semble inexplicable qu'au lieu de finir le mandat en restant sur des questions de sécurité et politique extérieure - qui auraient été les plus avantageuses pour le PS - le gouvernement ait choisi de lancer un projet qui est électoralement casse-gueule. Il est probable qu'il doit y avoir une raison, mais je n'en vois pas.  
 
 
Propos recueillis par Thomas Sila
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Yves3531
- 22/05/2016 - 20:29
Langue de Pivert a parfaitement décrit ...
la catastrophe pour la France de la nullité et superficialité du personnage, du néant de sa pensée, et malgré tout de l'innommable égoïsme de son egoicentrisme. Ce type est à vomir ... http://compte-a-rebours-francois-hollande.fr/
Hilario
- 22/05/2016 - 18:25
France n'est ni social ni
France n'est ni social ni libéral ni social-libéral : il est Jacobin!
langue de pivert
- 22/05/2016 - 18:16
Va t'en ! Tu sers à rien ! ☺
Ce type est une erreur ! Il n'a jamais eu ni projet ni idée ni stratégie ! C'est un fainéant entré par ruse à l’Élysée ! Lui prêter des erreurs de stratégie et de chronologie c'est le sur-estimer. Il improvise au jour le jour depuis 4 ans, essayant de faire plaisir à tout le monde pour durer, disant tout et le contraire en fonction des circonstances, des publics, du moment, du lieu. Il n'est ni social ni libéral ni social-libéral : il est hollando-hollandais !