En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
"La puissance conquérante"

Quand l'Unesco se penche sur la "Palestine occupée" : sérieux rififi archéologique au Moyen-Orient

Publié le 22 mai 2016
En avril 2016, l'Unesco a publié une résolution intitulée "Palestine occupée". Dans le cadre de cette dernière, l'Onu est accusée de ré-écriture historique, ayant ignoré le lien entre judaïsme et le Mont du Temple à Jérusalem, renommé Esplanade des Mosquées.
David Elkaïm est fonctionnaire détaché au ministère des Affaires étrangères, chargé de conférences à Sciences Po Paris et chercheur au CF2R. Il est notamment l'auteur aux côtés de Eric Dénécé de l'ouvrage Les Services secrets israéliens ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Elkaïm
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Elkaïm est fonctionnaire détaché au ministère des Affaires étrangères, chargé de conférences à Sciences Po Paris et chercheur au CF2R. Il est notamment l'auteur aux côtés de Eric Dénécé de l'ouvrage Les Services secrets israéliens ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En avril 2016, l'Unesco a publié une résolution intitulée "Palestine occupée". Dans le cadre de cette dernière, l'Onu est accusée de ré-écriture historique, ayant ignoré le lien entre judaïsme et le Mont du Temple à Jérusalem, renommé Esplanade des Mosquées.

Atlantico : Le 16 avril 2016, l'UNESCO a rendu une résolution intitulée "Palestine occupée" et accusée depuis d'effacer totalement les origines de la civilisation judéo-chrétienne. Dans quelle mesure l'UNESCO a-t-elle outrepassé sa mission de neutralité ? Comment faire la part des choses entre maladresse d'écriture et volonté effective de réécrire l'histoire ?

David Elkaïm : Il faut d’abord rappeler que, déclarés patrimoine mondial en 1981, la Vieille Ville de Jérusalem et ses abords ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril en 1982. Cette inscription a explicitement pour but de condamner les travaux de fouille, de restauration ou de construction entrepris par Israël, qui exerce une souveraineté de facto sur l’ensemble de Jérusalem et de la Cisjordanie depuis la guerre de 1967 et est donc appelé "puissance occupante".

En effet, le Waqf jordanien (la Transjordanie, créée en 1947, a annexé la Cisjordanie pour devenir la Jordanie, et administrait donc la Vieille Ville avant Israël) qui administre les lieux saints musulmans considère que ces travaux conduisent à valoriser les éléments "juifs" au détriment des éléments "musulmans".

La Jordanie et la Palestine (membre de l’UNESCO depuis 2011) réclament régulièrement le retour au statu quo qui avait cours avant le déclenchement de la deuxième Intifada. Jusqu’en septembre 2000, le Waqf contrôlait en effet toutes les portes permettant d’accéder à l’Esplanade de Mosquées (située au sommet du Mont du Temple) alors qu’il doit aujourd’hui partager cette responsabilité avec la police israélienne et a perdu tout contrôle sur la Porte des Maghrébins, réservée aux visiteurs non-musulmans.

Chaque centimètre carré de la Vieille Ville - et même chaque centimètre cube puisqu’il faut rajouter une dimension dès que l’on creuse ! -  fait donc l’objet de contestations !

La résolution en question porte sur l’ensemble des points de discorde sur le site de l’Esplanade des Mosquées, qui n’est autre que le lieu où se dressait le Temple de Jérusalem et que les juifs préfèrent donc appeler Mont du Temple : la Mosquée al-Aqsa, le Centre pour la restauration des manuscrits islamiques, la Porte de la Miséricorde, la Rampe des Maghrébins pour ne citer que les plus célèbres.

Elle mentionne également d’autres sujets relatifs au conflit israélo-palestinien tel que les conséquences de la guerre de Gaza en 2014 et les lieux saints de Hébron (Tombeau des Patriarches/Mosquée d’Abraham) et de Bethléem (Tombe de Rachel).

Certes, il y a des maladresses : la double dénomination juive/musulmane des lieux n’est pas toujours respectée ; certes, il y a des formulations malheureuses qui nourrissent la polémique : la résolution parle d’installations de "fausses tombes juives" dans des cimetières musulmans ; certes, Israël est systématiquement placé en position d’accusé ; certes, rien n’est dit sur les actions du Waqf pour dissimuler les éléments "juifs" ; mais à aucun moment dans la résolution le lien entre Jérusalem et le judaïsme ou le christianisme n’est nié.

Et pour cause : qui peut imaginer que l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Brésil, l’Espagne, la France ou la Russie, pour ne citer que quelques-uns des pays qui ont voté la résolution, auraient laissé passer un texte qui se livrerait à une telle réécriture de l’Histoire ?

Ce qui est regrettable, c’est que cette résolution, incontestablement maladroite sur certains points, a été instrumentalisée par le gouvernement israélien pour discréditer l’initiative française sur l’organisation d’un sommet sur le Proche-Orient.

Dans cette région du monde, et d'autant plus à Jérusalem, l'archéologie et le passé ne constituent-ils pas en eux-mêmes des enjeux politiques ? Dès lors, quel est le risque que cette étude soit instrumentalisée, politisée et utilisée ? Quel impact cela pourrait-il avoir ?

Jérusalem est le lieu le plus saint du judaïsme, l’endroit où Jésus venait prier et où il a été crucifié, et le troisième lieu saint de l’islam, parce que Mahomet y a été transporté sur le dos de sa monture al-Buraq avant de monter au paradis lors de la Nuit du Destin. C’est à la fois ce qui unit les trois religions monothéistes dans une continuité spirituelle et les divise dans une logique de revendication exclusive.

C’est le cas pour quasiment chaque découverte archéologique au Proche-Orient : chaque "camp" accuse l’autre de vouloir s’approprier tel ou tel artefact, tel ou tel site pour affirmer son antériorité ou sa prééminence.

Il faut donc bien reconnaitre que, dans une entreprise de légitimation de la (re)-création de l’Etat dans le cadre du projet sioniste, les autorités israéliennes font prévaloir les éléments démontrant l’ancienneté de la présence juive. C’est ce qui se passe dans le cadre du projet de parc archéologique dit de la "Cité de David" située à l’extérieur des murailles de la Vieille Ville (qui datent du XVIème siècle) : il n’y a pas de doutes sur le fait que les éléments qui y ont été trouvés sont largement antérieurs à Jésus et à Mahomet mais c’est une association proche des mouvements nationalistes religieux et coutumière de la négation du passé non-juif des sites (Elad) qui en est un des pilotes. D’où les inquiétudes exprimées par les Palestiniens. Il en va de même en ce qui concerne le site de Sabastiyah, identifié à Samarie, l’ancienne capitale du royaume d’Israël. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

05.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 23/05/2016 - 05:51
Avérée ? Fantasmée ? Que nenni : le seul déni !
Le problème n'est pas dans la véracité ou le fantasme : il n'y a pas de véracité ! C'est le total déni, et seulement le déni de ce que fait l'autre : pour l'un, ce que dit l'autre est faux. Un point, c'est tout. Il n'y a même pas de fantasme : l'autre a tort. Résultat ? sauf à écarter tout le monde (musulmans et juifs, puis chrétiens suspects pour les musulmans ou de culture insuffisante pour les juifs), je ne vois pas qui pourrait apporter une neutralité acceptée par les trois parties. Pas un athée non plus, voyons ! Un chinois ? Ils ne traitent que de choses sérieuses, c'est-à-dire l'histoire de la Chine. Il ne reste donc personne !
vangog
- 22/05/2016 - 16:51
De l'art de se battre pour la propriété de
quelques pierres...et le désert, personne n'en veut?
vangog
- 22/05/2016 - 16:50
De l'art de se battre pour la propriété de
quelques pierres...et le désert, personne n'en veut?