En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 47 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 6 heures 9 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 26 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
© Capture écran
Le groupe Eagles of Death Metal.
© Capture écran
Le groupe Eagles of Death Metal.
Deux poids, deux mesures

Black M - Eagles of Death Metal : dis-moi sur qui tu tapes et je te dirai si l'intelligentsia française se scandalise de l'annulation de tes concerts

Publié le 21 mai 2016
S'il fallait une preuve que le mépris des Kouffars est moins grave que celui des Arabes, la cascade d'annulations que connaît Eagles of Death Metal en est l'illustration. Le premier est considéré comme une faute vénielle par le Président de la république. Le second comme un crime.
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'il fallait une preuve que le mépris des Kouffars est moins grave que celui des Arabes, la cascade d'annulations que connaît Eagles of Death Metal en est l'illustration. Le premier est considéré comme une faute vénielle par le Président de la république. Le second comme un crime.

Pour n'avoir jamais été dans la peau d'un grand américain chanteur de rock blond et tatoué, j'ignore le genre de regard qu'ils s'attirent chez la population méditerranéenne, mais apparemment ceux qui en ont fait l'expérience n'ont pas le droit de raconter ce qu'ils ont vécu, surtout s'ils ont le malheur de faire allusion à l'origine ethnique de celui qui les a regardés de travers. C'est du moins l'une des leçons qu'il faut tirer des propos du chanteur vedette de Eagle of Death Metal qui a échappé à la mort au Bataclan, épisode qui l'a marqué, un peu comme si, prenons un exemple au hasard, il avait vu ce soir là l'un de ses copains homosexuels émasculé, dépecé, puis laissé mort sur le périphérique, oui là sous ses yeux, comme l'a suggéré dix ans plus tôt, à la jeunesse de France, un autre chanteur qui s'en est mieux tiré puisqu'il a failli chanter à Verdun. Le quart de l'opinion française qui penche encore à gauche était prêt à le laisser chanter à la mémoire des morts alors qu'il a prôné l'assassinat. Le même quart continue de s'insurger au nom de la liberté d'expression en faveur des pousse-au-crime. Le président de la République s'en est même mêlé mollement comme à son habitude, pour défendre l'auteur, alors que le groupe Eagles of Death Metal, qui certes ne brille pas par sa finesse, se voit interdire en ce moment scènes de province et festivals pour ce qui relève principalement de la faute de goût. Dire que certains étaient animés à leur égard de mauvaises intentions visibles avant le concert "comme tous leurs coreligionnaires" c'est interpréter les choses de manière trop générale certes, mais la nature des intentions, après le massacre, n'a fait aucun doute.

Si vraiment les responsables de festivals voulaient voir chanter chez eux de bons Américains qui ne disent jamais fuck, qui adorent les populations orientales et qui vont à l'église, il ne fallait pas faire appel à ce que l'Amérique compte de plus sommaire musicalement et de plus vulgaire socialement. Les Eagles of Death Metal en Californie font avant tout frissonner les illettrés au regard noyé de bière et de fatigue qui viennent d' assister à une course de Monster Trucks. Tandis que chez nous c'est le public haut de gamme qui adore. Il se donne l'illusion de faire de la sociologie façon I-télé à chaque fois qu'il prend le pouls de l'Amérique profonde. Chez ces gens-là la vie n'est qu'un immense journal de Bruce Toussaint. Les petits marquis de l'opinion française les trouvaient jusqu'ici absolument délicieux ces grands garçons tatoués, comme tout ce qui mélange les têtes de mort et la bannière étoilée dans l'imagerie du Rock. Mais là, ils s'aperçoivent que l'Amérique de Trump n'est pas exactement celle du Starbucks Café.

Il y a pire, dans la cascade des annulations, on voit se dessiner une armature en train de s'effondrer, tout un système stalinien de programmation et de financements à la française, où le conseil général, la Région, la communauté de communes, contribuent pour moitié au budget d'un concert, et où de crainte de déplaire idéologiquement à ceux qui vont verser les subventions, les acteurs sur le terrain s'écrasent au dernier moment en méprisant totalement le public à qui le concert était destiné. "De toute façon la billetterie ne suffisait pas à en assurer l'équilibre", vous dit-on avec lassitude. Il s'agit donc avant tout d'entretenir, à perte, la flamme festive et l'illusion qu'on se démène pour faire bouger la région. Il s'agit de montrer au ministère concerné qu'on a pris des initiatives afin de contribuer à la gloire du ministre, le tout sur le dos de contribuables qui seraient stupéfaits de voir quel genre de demeurés traversent les océans en jet privé pour chanter à leurs dépens. Mais à la moindre embrouille, il n'y a plus personne, plus de responsable, rien que le sentiment d'avoir affaire à un système moribond, confit dans la lâcheté et l'auto-contradiction.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas V
- 21/05/2016 - 19:59
Erratum
"Assommer les gens d'impôts", mais c'est vrai, ils assument.
En fait, les LR vont finir de liquider la classe moyenne.
Nicolas V
- 21/05/2016 - 19:56
@Septentrionale
Il est le porte-coton de Bruno Le Maire. Mais c'est tous même combat. LCI ce soir, comparaison des "programmes" LR. Hallucinant! Fin de l'Etat, stop Impots pour les entreprises (lisez du CAC, exclusivement) contrat de travail , le CDI refait, licenciement comme un mouchoir à jeter. Un journaliste s'inquiète : ms on ne peut pas assumer les gens d'impôts (tous sauf Sarko) détruire le contrat de travail, retraite à 65 ans, sans rien offrir en échange, c'est un programme pour les plus riches, on ne peut pas proposer ça. Conclusion, comme c'est terminé pour le PS et qu'il y aura les alliances av le PS contre le FN, la droite a un boulevard. À notre santé. Pas un mot sur l'éducation, le sociétal , stop LGBT, Non, pourquoi faire ?si un journaliste est inquiet !!!!
Septentrionale
- 21/05/2016 - 18:19
@Nicolas V
Benoît Apparu est porte-parole de Juppé. Logique.