En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 3 min 42 sec
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 1 heure 6 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 37 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 39 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 49 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 17 heures 19 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 19 heures 11 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 24 min 38 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 15 heures 7 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 42 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 19 heures 23 min
© Allociné / Le Pacte
© Allociné / Le Pacte
7 samouraïs

G7 de Tokyo : pourquoi une bonne vieille guerre des monnaies serait la meilleure nouvelle de l’année

Publié le 25 mai 2016
Les 26 et 27 mai, les chefs d'Etat se réuniront dans le cadre du G7 de Tokyo, notamment pour débattre des moyens à adopter pour revigorer la croissance mondiale. Face aux derniers soubresauts des marchés de changes, certaines nations craignent une nouvelle "guerre des monnaies" qui pourrait faire s'effondrer leurs économies.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les 26 et 27 mai, les chefs d'Etat se réuniront dans le cadre du G7 de Tokyo, notamment pour débattre des moyens à adopter pour revigorer la croissance mondiale. Face aux derniers soubresauts des marchés de changes, certaines nations craignent une nouvelle "guerre des monnaies" qui pourrait faire s'effondrer leurs économies.

Atlantico : Le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew craint que les grandes nations s'amusent à baisser leur monnaie par rapport au dollar afin de rester compétitives. Il invite le Japon, ainsi que le Canada et le Royaume-Uni à ne pas déprécier leur monnaie, ce qui pourrait, selon lui, nuire à la croissance mondiale. Ses doutes sont-ils fondés ? Doit-on craindre un effet domino ? 

Mathieu Mucherie : Le secrétaire américain se moque du monde. C’est la FED elle-même qui fait monter le dollar par une politique de remontée des taux qui ne s’impose pas du tout (et que les marchés financiers combattent, comme en attestent les taux longs, les courbes forward, les anticipations d’inflation, etc.). Le yen devrait être à 120 contre le dollar (son prix à l’été 2007, avant la crise) et non à 109, parce que la Banque du Japon s’en tient au strict minimum depuis plus d’un an dans son programme de détente monétaire (cf. la rechute de l’inflation nippone). Le dollar canadien baisse logiquement en lien avec la chute des prix des matières premières, et la livre sterling baisse en raison des incertitudes liées au scénario de Brexit. Rien que de très normal. C’est la banque centrale américaine qui, depuis la fin du QE3, introduit sur cette planète un suspense pénible et préjudiciable, avec une visibilité de sa politique monétaire qui se compte en jours et une cohérence intellectuelle qui commence à ressembler à un discours de Michel Sapin. 

Il n’y a pas d’effet domino, et depuis 2008 toutes les craintes de "guerre des monnaies" se sont avérées vaines ou conspirationnistes, comme les craintes de guerres commerciales. Il y a simplement une crise monétaire qui consacre la mort de l’inflation en Occident, et chaque banque centrale tente, maladroitement et avec plus ou moins de conviction, d’y répondre, par des achats d’actifs, par des taux négatifs, par diverses initiatives, sans pour autant réussir à ajuster l’offre de monnaie à une demande très forte mais difficile à mesurer. Les gesticulations diplomatiques au G7 n’y changent rien : les cibles d’inflation s’éloignent, de sorte que presque toutes les monnaies occidentales mériteraient une dévaluation, et ça ce n’est pas possible en termes nominaux. 

Quelles pourraient être les répercussions à la longue d'une baisse de l’ensemble des monnaies sur l'économie mondiale ?

Par définition, du point de vue du prix, si des monnaies baissent, d’autres doivent monter, donc la question n’a pas de sens. Et tout ceci est plutôt un débat de court terme : "à la longue", la technologie et la démographie dominent. Mais il est vrai que des mésalignements de taux de changes peuvent déstabiliser une trajectoire de croissance et engendrer de lourdes conséquences sociales : l’Angleterre de 1925, la France de 1992, la zone euro entre 2007 et 2014, les exemples sont nombreux (et pathétiques quand on est économiste et qu’on observe les mêmes erreurs reproduites encore et encore, l’hubris des banquiers centraux indépendants, l’illusion nominale, la passivité des brave gens).

Du point de vue de la valeur, les choses sont différentes. On confond trop souvent en France monnaie forte et monnaie chère. Avec les pressions déflationnistes depuis 2008, on en est arrivé au stade où plusieurs grandes monnaies seraient plus fortes (plus de crédibilité de la cible d’inflation, en particulier) si elles étaient moins chères. L’euro en particulier, qui a gravité pendant des années de crise autour de 1,40 contre le dollar, ce qui était et reste consternant.    

Les grandes nations du G7 craignent la hausse du dollar américain, consécutive à une probable hausse des taux dès ce mois de juin 2016. Qu'est-ce que l'économie mondiale a à redouter d'une potentielle hausse du dollar ? 

La hausse du dollar a quelques mérites : elle fait baisser le prix des matières premières, et nous redonne quelques marges dans la compétition sur les marchés mondiaux. Encore faut-il que cette hausse se fasse pour de bonnes raisons : dans le cas contraire, c’est une situation dangereuse, comme fin 2008 dans le pire des cas. Or, le dollar ne remonterait pas à court terme en raison d’une économie américaine en grande forme, comme à la fin des années 1990 : depuis cet hiver, la croissance US progresse au même rythme que la croissance eurolandaise, c’est dire à quel point elle fait du sur-place.

Ce que je crains, ce n’est pas tant une nouvelle erreur de Yellen vectrice de hausse du dollar (la FED est assez craintive et divisée, ce qui devrait limiter ses capacités destructives, et puis une partie de ce mouvement est déjà "dans les prix") qu’une hausse du dollar induite par sa rareté relative : la création de dollars est trop faible depuis la fin du QE3 et depuis la baisse un peu partout des réserves de changes, trop faible en particulier pour des pays qui pourraient rapidement se retrouver à sec (Brésil, Turquie).  

La "guerre des monnaies" n'est-elle pas qu'une expression fourre-tout ? Chacun s'agite dès que l'expression ressurgit. Qu'aurait-on à craindre réellement d'une guerre des monnaies ?

C’est un truc journalistique, comme "réformes structurelles" ou "compétitivité". C’est lié au très faible niveau culturel sur ces questions, terreau d’une vision très agonistique de l’économie. On ne veut voir que des rapports de force entre nations, là où les joueurs sont des banquiers centraux, et on ne veut voir que des décisions conscientes, là où des forces de rappel économiques agissent à moyen terme. L’expression est très utilisée par ceux qui considèrent qu’on ne doit pas toucher à la monnaie, même en phase de déflation : comme les pacifistes des années 1930, qui craignaient qu’on attise le bellicisme germanique si on réunissait des chars dans des divisions blindées. Ils veulent faire croire qu’une dévaluation est une funeste manipulation (quand liront-ils Jacques Rueff ?), et que des représailles auront lieu, comme si tout ceci était une course aux armements douaniers, comme si tout ceci était un jeu à somme nulle : pourtant, si un ou plusieurs pays font ce qu’ils doivent faire pour rétablir une inflation à 2% par an, et ainsi pour rembourser leurs dettes, en quoi leurs voisins seraient-ils appauvris ? On agite le spectre du protectionnisme, alors que dévaluer quand il n’y a pas d’inflation à l’horizon (rien à voir avec 1968 ou 1981 !) n’est pas hétérodoxe, et peut permettre justement de conjurer des tentations protectionnistes.

Finalement, dans le cas où les Etats-Unis auraient à décider d'une hausse des taux, quelle serait la réaction adéquate des autres pays ? Et l'Europe en particulier ?

Si l’Amérique resserre à nouveau les conditions monétaires globales, comme en 2014-2015, la logique serait de contrecarrer le mouvement par plus d’activisme monétaire : plus de QE, mais surtout un meilleur QE (plus de visibilité : bien au-delà de mars 2017 ; plus de détermination : des achats d’actions ; plus de solidarité : fin de la mise en quarantaine monétaire de la Grèce). Il faudrait aussi que le Japon s’en mêle, et puis peut-être aussi la Chine dont les marges de manœuvre sont importantes. Sinon, ce sera un nouveau ralentissement du commerce international (facturé en dollars), et une nouvelle fournée d’articles idiots dans la presse sur l’alignement des astres et tout ce magnifique pouvoir d’achat que va nous procurer la baisse du prix du baril (je rappelle aux passionnés de géologie et de géopolitique que le dollar et le prix du baril évoluent en quinconce depuis les années 1970 ; sur ce point comme sur de nombreux autres, tout est monétaire). 

Hélas, en zone euro nous sommes encore bien placés pour être les cocus du bal monétaire global. Comme d’habitude lorsqu’elle n’a pas le couteau sous la gorge et en particulier lorsque l’opinion publique allemande se braque, la BCE s’est mise en "stand-by" pour plusieurs mois, prétextant qu’elle doit attendre de mesurer l’impact de ses mesurettes sur l’économie (léger renforcement des achats mensuels d’actifs, dispositifs de relance du crédit, c'est-à-dire de la monnaie empruntée pour des gens qui ne veulent pas de la monnaie empruntée mais de la monnaie nouvelle) : elle ferme la porte à ce stade à des achats d’actions, à une vraie "forward guidance", à des taux plus négatifs (quelle horreur, cela pourrait perturber les banquiers allemands), à un discours sur les taux de changes (quelle horreur populiste ma bonne dame), à la "monnaie hélicoptère" (quelle horreur, cela risquerait de faire coopérer les deux branches du policy-mix…) et surtout à une cible de croissance du PIB nominal (quelle horreur, cela ferait des banquiers centraux des êtres responsables et transparents). Nous allons donc tranquillement assister, les bras ballants, comme en 2008 et comme en 2011, à des choses que nous n’avons pas décidé et que pour l’essentiel nous ne comprendrons pas, avec la vague impression de se faire encore avoir, ce qui j’imagine n’est pas la meilleure façon de limiter la vague populiste en 2017.

Il y a pourtant dans toute cette séquence quelque chose de si énorme que cela devrait nous choquer. Regardez l’Amérique. Trois vagues de QE, soit 4,5 trillions d’actifs achetés par la FED, et des taux à 0% pendant plus de 7 ans. Une inflation (core PCE deflator) systématiquement très en-dessous de la barre des 2%. La zone euro a pris 6 ans de retard sur le QE et achète trois fois moins, elle a attendu 2012 pour les taux à 0% et pour le "whatever it takes", son inflation ne risque pas de revenir de sitôt. Dans ces conditions, quel est l’argument contre une baisse de 20% au moins de l’euro contre un panier large de monnaies ? Le marché aurait déjà fait ce travail depuis longtemps (compte tenu de la faible rentabilité des capitaux investis en zone euro comparativement aux autres zones) s’il n’était pas retenu par la BCE et sa politique de monnaie chère. Nous irons vers les 0,90 contre le dollar, mais seulement quand les Allemands lèveront leur veto : après les élections de l’automne 2017 ? Ou, plus probablement, quand ils redécouvriront les avantages d’une monnaie à sa juste valeur quand les coûts unitaires du travail dans l’industrie progresse trop depuis plusieurs années ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires