En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 15 heures 31 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 8 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 23 heures 37 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 23 heures 48 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 1 jour 10 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 1 jour 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 1 jour 55 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 15 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 17 heures 53 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 20 heures 47 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 23 heures 30 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 23 heures 45 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 1 jour 29 sec
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 1 jour 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 1 jour 52 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 1 jour 56 min
© Reuters
© Reuters
Faillite du chavisme

Venezuela, le grand gâchis : jamais un pays aussi naturellement riche n'est devenu aussi pauvre

Publié le 27 mai 2016
Alors que le Venezuela dispose de réserves de pétrole parmi les plus importantes du monde, le pays traverse une crise économique et sociale profonde : chômage, hyperinflation, croissance économique catastrophique, forte criminalité, etc. A l'origine de cet énorme gâchis : les choix économiques opérés sous les gouvernements socialistes d'Hugo Chavez et de Nicolas Maduro.
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Venezuela dispose de réserves de pétrole parmi les plus importantes du monde, le pays traverse une crise économique et sociale profonde : chômage, hyperinflation, croissance économique catastrophique, forte criminalité, etc. A l'origine de cet énorme gâchis : les choix économiques opérés sous les gouvernements socialistes d'Hugo Chavez et de Nicolas Maduro.

Atlantico : Alors que le Venezuela dispose des plus grandes réserves mondiales de pétrole,  sa situation économique et sociale est désastreuse. Comment expliquer ce qui semble être un gigantesque gâchis, transformant un pays au potentiel économique immense en un tel désastre ?

Christopher Dembik : Le Venezuela, c'est l'histoire d'un gâchis économique. En l'espace de quinze ans, la politique désastreuse d'Hugo Chavez et de son successeur Nicolas Maduro a fait d'un pays possédant un potentiel incroyable de développement économique l'une des nations les plus pauvres au monde. Le Venezuela figure au premier rang mondial de l'indice de misère qui dresse un panorama de l'économie à partir de la somme du taux d'inflation et du taux de chômage. Depuis 2015, le Venezuela est aussi entré dans le club très fermé des pays victimes d'hyperinflation en en devenant le 57ème membre. 

Le Venezuela est le parfait contre-exemple de l’Arabie saoudite. Possédant les premières réserves de pétrole prouvées selon l’OPEP, le pays n’a pas réussi à mettre en place au cours des quinze dernières années un nouveau modèle économique qui, s’appuyant sur la manne pétrolière, aurait pu diversifier le tissu industriel et permettre la constitution d’un coussin de sécurité afin de faire face aux périodes de conjoncture défavorable. Le modèle chaviste a eu l’effet contraire en accentuant la dépendance du pays au pétrole. En 1998, juste avant l’arrivée d’Hugo Chavez au pouvoir, le pétrole représentait 74% des exportations du pays contre environ 95% de nos jours. Les revenus du pétrole ont été accaparés par une nouvelle bourgeoisie issue de la révolution bolivarienne, les boliburgueses. Une partie a servi à financer une ambitieuse politique sociale, les misiones bolivarianas, qui a permis de sortir de 2003 à 2010 un pan important de la population de la pauvreté, et que personne ne remet en cause aujourd’hui. Cependant, ces missions ne sont plus en mesure de fonctionner correctement à cause de la dégradation économique et de la chute prolongée et durable du prix du baril de pétrole. Un violent retour en arrière est en train de s'opérer. La baisse du taux de pauvreté n'est désormais plus qu'un lointain souvenir. 
 

Depuis l'arrivée du "chavezisme", quels sont les choix de politique économique qui ont conduit à cet état de déliquescence ? Quelle part de responsabilité est-il possible d'attribuer à Hugo Chavez et Nicolás Maduro dans cet état de fait ?

Il est évident qu'Hugo Chavez et Nicolas Maduro sont responsables du désastre économique. Les expropriations réalisées sans plan concerté de développement économique ont fait fuir les investisseurs étrangers dont les capitaux sont cruciaux pour le tissu industriel vénézuélien. Mais la vraie erreur fut d'avoir détruit la seule industrie, le secteur pétrolier en l'occurrence, capable d'assurer l'avenir économique du Venezuela. A partir de 2003-2004, le président Hugo Chavez a décidé de transférer la majorité des recettes de PDVSA, la compagnie pétrolière nationale, vers le budget de l’Etat afin de financer les missions sociales bolivariennes, plutôt que d’investir pour garantir la compétitivité de l’appareil productif de l’entreprise. L’insuffisance d’investissements ne remettait pas en cause la viabilité financière à moyen terme de PDVSA tant que le prix du baril de pétrole était élevé, au-dessus de 100 dollars.  Le coût de production d’un baril au Venezuela, qui est parmi les plus importants au monde, autour de 23,50 dollars contre environ 10 dollars dans les pays de la péninsule arabique, était largement couvert. La baisse du prix du baril à partir de mi-2014 a entraîné une baisse de la production massive dans le pays et une réduction des marges de l’entreprise qui s’est répercutée directement sur la capacité d’intervention budgétaire de l’Etat. Le résultat de ce choix politique est désastreux: le Venezuela n'est plus en mesure de produire du pétrole, sa principale source de revenus, dans un contexte de prix bas du baril, ce qui précipite le risque de défaut de paiement du pays. 

Le Venezuela est-il un Etat failli ? Quelles sont les mesures qui permettraient au pays de se relever ? Combien de temps cela prendrait-il ? Une opposition est-elle en place pour assumer un tel rôle ?

Il est évident que le Venezuela est un pays failli. La question désormais n'est plus de savoir s'il fera faillite mais plutôt quand est-ce que cela va se produire. Il ne faut pas appréhender ce scénario. Ce serait même plutôt une bonne nouvelle puisqu'un défaut de paiement pourrait enfin apporter les réformes trop longtemps repoussées par l'Etat et favoriser un changement de régime qui est déjà en marche depuis la victoire obtenue par l'opposition gouvernementale lors des élections législatives de 2015.
 
Il faudra passer par une thérapie de choc, similaire à celle mise en place par beaucoup de pays d'Europe de l'Est à la chute du communisme, pour reconstruire l'économie et faire revenir les investisseurs. Un retour à la normale prendra, vraisemblablement, longtemps. Au moins une décennie.
Pour reconstruire l'économie, il faudra rétablir la confiance et faire revenir les investisseurs étrangers dont les capitaux sont cruciaux pour rétablir la capacité productive de l'industrie pétrolière. Cela passera par une libéralisation des prix et des salaires, le strict respect du droit de propriété, l'arrêt des subventions de l'essence et, enfin, la réforme la plus cruciale de mon point de vue, la fin du financement du déficit budgétaire par la Banque centrale. Cette politique dangereuse a conduit à une inflation de près de 700% selon les calculs d'organismes indépendants et à un effondrement de la monnaie sur le marché noir à environ 1 050 bolívars pour un dollar contre un taux de change officiel fixé à 6,3 bolívars.
 
Sans surprise, l'opposition, regroupée autour d'une plateforme politique, la Mesa de la Unidad Democrática (MUD), profite largement du discrédit du gouvernement mais elle ne suscite pas pour autant d'enthousiasme dans la population. Le problème, c'est que l'opposition rassemble une myriade de partis, de l'extrême-gauche à la démocratie chrétienne, dont le programme politique se résume à l'antichavisme et au maintien des programmes sociaux initiés par Hugo Chavez. Ces partis n'ont pas de vraie socle idéologique commun qui leur permettrait de gouverner. Lorsque le chavisme s'effondrera, ce qui est inévitable au regard de l'incurie du gouvernement, il est probable qu'on assiste à une recomposition profonde du pays politique vénézuélien et à l'implosion de la MUD. Le clivage traditionnel droite-gauche reprendra certainement le dessus. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 23/05/2016 - 23:53
Ganeshia dans son froc nous prend encore pour des cons
Le Venezuela que je connais bien n’a pas un problème de prix d’extraction du pétrole, ils ont un prix de raffinage très élevé. Car leur pétrole est très lourd et les seules raffineries capables de le raffiner en un produit exploitable sont aux Etats-Unis. Ils viennent d’ailleurs, enfin pas eux mais les sociétés américaines, de découvrir un nouveau gisement mais le pétrole y est tellement lourd que pas une raffinerie ne sait le raffiner. Comme ils se sont ruinés dans des programmes débiles socialopes et vu l’instabilité de ce régime corrompu personne n’est prêt à investir, même pas le Soros agitateur. Seul un changement de régime pourrait ramener la confiance nécessaire.
Liberdom
- 23/05/2016 - 21:33
OPEP
C'est la politique de l'OPEP emmenée par l'Arabie Saoudite qui produit, et même surproduit pour essayer de couler les gaz de schiste nord-américains qui a pour effet collatéral d'asphyxier le Vénézuéla. Evidemment, comme partout le nacional-socialismo bolivarien a bien préparé le terrain à la dégringolade. Merci quand-même à la monarchie Wahhabite d'être si sympa avec ses copains producteurs.
Ganesha
- 23/05/2016 - 20:04
Différences
Comme d'habitude, il n'y a ici que des commentaires venant de lecteurs qui n'ont pas lu cet article. Dommage, il essaye d'apporter des informations intéressantes. Ce qui me parait faux, c'est d'affirmer que l'Arabie Saoudite a réussi à promouvoir et diversifier sa production industrielle. La principale différence entre ce pays et le Venezuela semble être le coût de production du pétrole. Quant à savoir le pays où l'oligarchie est la plus corrompue...