En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

06.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

07.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

ça vient d'être publié
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 7 heures 10 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 7 heures
© REUTERS / Yves Herman
© REUTERS / Yves Herman
Élégance technocratique

Objectif 3% de déficit public : quand les recommandations économiques de la Commission européenne épargnent les forts mais frappent les faibles

Publié le 19 mai 2016
Ce mercredi 18 mai, la Commission européenne a rendu publiques ses recommandations économiques pour chaque pays de l'Union. Alors que l'Espagne et le Portugal, dont les déficits sont supérieurs à 3% du PIB, ont été sanctionnés pour avoir enfreint le pacte de stabilité et de croissance, l'Italie, avec une dette de 132% du PIB, a été épargnée. Une décision qui révèle la nature politique des avis rendus par Bruxelles.
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi 18 mai, la Commission européenne a rendu publiques ses recommandations économiques pour chaque pays de l'Union. Alors que l'Espagne et le Portugal, dont les déficits sont supérieurs à 3% du PIB, ont été sanctionnés pour avoir enfreint le pacte de stabilité et de croissance, l'Italie, avec une dette de 132% du PIB, a été épargnée. Une décision qui révèle la nature politique des avis rendus par Bruxelles.

Atlantico : Ce mercredi 18 mai, la Commission européenne a rendu publiques ses recommandations économiques pays par pays. Alors qu'elle n'a accordé qu'une année supplémentaire à l'Espagne et au Portugal pour ramener leurs déficits publics sous la barre des 3%, elle a été beaucoup plus clémente vis-à-vis de l'Italie (dont la dette représente pourtant 132% du PIB) puisqu'elle n'a pour l'instant engagé aucune procédure d'infraction. Comment expliquez ce différentiel de traitement ?

Philippe Waechter : Les histoires ne sont pas les mêmes entre les différents pays. Elles sont différentes dans les profils de croissance, dans les trajectoires de leur finances publiques mais aussi de façon récente dans le risque politique. L’Espagne a connu une reprise significative de sa croissance depuis 2013 mais sans pour autant réduire son déficit public. Celui ci ne s’est pas résorbé de façon significative en dépit des engagements pris. Il est encore loin du seuil de 3% puisqu’en 2015 le déficit était de 5.1%. En d’autres termes, en dépit de sa forte croissance les finances publiques espagnoles restent fortement déficitaires et loin des objectifs que le gouvernement espagnol s’était fixé. Pour le Portugal, l’écart entre ce qui avait été annoncé et ce qui a effectivement été observé en 2015 est fort malgré une reprise de l’activité économique. Pour ces deux pays, les engagements n’ont pas été tenu malgré une croissance robuste. 

Pour l’Italie la question est différente. Il n’y a pas franchement de reprise de l’activité et la commission est inquiète quant à l’évolution à moyen terme de la croissance et de la productivité de l’Italie. En outre le déficit public italien en 2015 était sous le seuil des 3% et ne réclamait pas de mesures d’urgence.

C’est cet écart entre le réalisé et l’objectif qui est pénalisant pour l’Espagne et le Portugal alors que ces deux pays, notamment l’Espagne, ont connu une croissance plus solide. Si les anticipations de croissance sont réalisées en 2016, la commission espère bien noter un rééquilibrage des finances publiques de ces deux pays. 

Pour l’Italie, l’absence d’une accélération durable de la croissance ne permettra pas spontanément une réduction du déficit. C’est pour cela que ces pays ont des traitements différentiés.

La France est également visée par les recommandations de la Commission, notamment au travers d'une liste de 5 points concernant le coût du travail, la formation, ou les baisses d'impôts. Les mesures prises par le gouvernement sont-elles en conformité avec les recommandations bruxelloises ? Celles-ci sont-elles pertinentes au regard du contexte actuel ? Peut-on considérer que la France est à l'abris de toute sanction de la part des autorités européennes, et ce, malgré son incapacité à tenir les objectifs fixés ?

La commission est là pour faire appliquer un certain nombre de règles que les pays eux mêmes ont adopté. Elle doit s’appliquer à faire respecter les objectifs fixés sur les déficits publics. Il n’est donc pas anormal qu’elle indique à la France les mesures qu’elle considère comme souhaitables. 

Le plan de stabilité budgétaire présenté par le ministère des finances table sur une réduction progressive du déficit. Bercy s’y est engagé et la commission lui rappelle et souhaite que ces engagements soient tenus en dépit de l’approche des élections présidentielles ou de possibles bonnes surprises sur la croissance. La commission rappelle simplement que les engagements se tiennent dans la durée. Cet élément est toujours nécessaire car les plans de stabilité budgétaire n’ont jamais été, sous une forme ou sous une autre, respecté par les gouvernements français depuis des lustres. Beaucoup reste à faire si l’on suit l’agenda de Bruxelles mais l’on voit que les mesures prises ont permis une réduction du coût des bas salaires. C’est notamment le cas avec le CICE et le pacte de responsabilité. 

Les recommandations ne sont pas franchement une surprise. La formation est au cœur de l’amélioration du capital humain et cela doit être un élément clé de toutes les politiques économiques. C’est ce que souhaite le gouvernement mais avec une efficacité qu’il faudrait renforcer davantage. Ce point est majeur car la formation doit permettre à tous les salariés d’évoluer et d’avoir la capacité de bouger dans sa trajectoire professionnelle. Ce point n’est pas encore assez développé en France malgré les engagements. C’est une faiblesse à moyen terme. 

La France n’aura pas de sanctions car le mécanisme de stabilité budgétaire à un côté pervers. La commission souhaite davantage de croissance un peu partout en Europe. Ce n’est pas en sanctionnant les pays leader que cela fonctionnera. La France est un peu en retard par rapport aux grands pays européens à l’exception de l’Italie. Est il nécessaire de tout faire pour retarder ce redémarrage de la croissance ?

Plus surprenant, la Commission a également demandé à l'Allemagne d'utiliser son "espace fiscal disponible" pour augmenter ses investissements publics dans les infrastructures, l'éducation, la recherche et l'innovation. Quels sont les arguments développés par la Commission pour demander à l'Allemagne d'user un peu plus de ses déficits ? Le gouvernement mené par Angela Merkel est-il à l'écoute de ces propositions ?

L’économie de la zone Euro a une demande interne insuffisante et l’Allemagne dégage des excédents extérieurs absolument considérables. Elle dispose aussi de marges budgétaires significatives. Le souhait de la commission est que Berlin utilise une partie de ces excédents pour dynamiser la demande interne de la zone pour créer une dynamique plus vertueuse et plus autonome afin de rendre l’Europe capable d’amortir d’éventuels chocs négatifs en provenance du reste du monde. 

L’Allemagne à la capacité de tirer la croissance de la zone, comme le faisait la zone Euro vis à vis de l’Allemagne il y a une dizaine d’année. Cela aurait du sens car l’accumulation des excédents n’est pas nécessaire et peu nuire à la dynamique de croissance et à la convergence vers une dynamique plus vertueuse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

06.

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

07.

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 19/05/2016 - 09:09
Pourquoi 3% de déficit
À partir du moment où l'on a du déficit meme 3% on ne peut pas rembourser notre dette. L'objectif devrait superieur a 1% afin de se désendetter. Ce chiffre de 3% est débile car nous continueront à nous endetter.