En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 14 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 4 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 16 heures 55 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 17 heures 26 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 18 heures 46 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 19 heures 45 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 29 sec
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 12 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 8 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 11 sec
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 4 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 19 heures 24 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 9 min
© Reuters
© Reuters
Transformer l’essai

Ratification de la COP21 : pourquoi la conjoncture économique pourrait rapidement limiter la portée de l'accord de Paris sur le climat

Publié le 18 mai 2016
Si l'accord de Paris a bien été ratifié par l'Assemblée nationale, c'est désormais aux collectivités locales et aux acteurs privés de faire respecter ces engagements. Une adaptation qui s'annonce délicate dans un contexte de resserrement des budgets et de croissance morose.
Henri Landes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'accord de Paris a bien été ratifié par l'Assemblée nationale, c'est désormais aux collectivités locales et aux acteurs privés de faire respecter ces engagements. Une adaptation qui s'annonce délicate dans un contexte de resserrement des budgets et de croissance morose.

Atlantico : Ségolène Royal a appelé mardi 17 avril les membres de l'Union européenne à soumettre les engagements pris à Paris fin 2015 à leurs parlements respectifs. Concernant la France quelles sont les prochaines étapes, que reste-t-il à définir ?

Henri Landes : L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi pour la ratification de l’accord de Paris. C’est maintenant au tour du Sénat, l’examen est prévu le 8 juin. Si tout se passe bien, la France sera le premier pays industrialisé à le faire, et le premier pays de l’Union européenne. Nous pouvons nous en féliciter et c’est un signal très positif envoyé à la communauté internationale, notamment avant la COP22 au Maroc.

La France présidera la COP21 jusqu’à la COP22. Jusqu’à novembre, elle doit continuer à mobiliser les pays dans la signature et la ratification de l’accord (177 pays l’ont signé, seulement 16 pays l’ont ratifié).

La France peut aussi encourager les pays qui n’ont pas encore rendu leur contributions nationales (« Intended Nationally Determined Contributions ») à le faire le plus rapidement possible. Ce sont elles les vrais outils des négociations climatiques. Il est pertinent à terme d’y inclure plus que des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation au changement climatique. Par exemple, les INDC pourraient inclure dans l’avenir des objectifs sur la transition écologique de l’agriculture. C’est en ce faisant que nous accélèrerons le décloisonnement de la question climatique et que les décideurs percevrons davantage le nécessaire lien entre l’impératif climatique et les différents secteurs fonctionnement de l’économie.

La France doit continuer à valoriser l’action de la société civile, des collectivités locales et des entreprises dans le cadre de l’Agenda des solutions. Ce dernier était un grand facteur dans la réussite de la COP21.

Enfin, la France a sa propre transition écologique et énergétique à mener, autant pour montrer son exemplarité à la communauté internationale que pour redresser son économie et pour favoriser le progrès social. Une société plus écologique est une société plus résiliente sur le plan économique et plus juste sur le plan social.

Si c'est le gouvernement qui a signé ces accords, ce seront aux émetteurs de gaz à effets de serre de s'adapter à la réglementation. A quelles difficultés les acteurs publics locaux et la société civile seront-ils confrontés ?

Pour les collectivités locales, une première difficulté sont les moyens financiers et techniques à leur disposition pour opérer la transition écologique et énergétique. La France est un pays très centralisé aux niveaux des décisions politiques, des compétences techniques et des moyens financiers. La réalité est que parmi les grandes puissances économiques, ce sont les pays davantage décentralisés qui avancent plus vite. L’Allemagne, les Etats-Unis sont deux exemples. Certes, ils doivent respectivement régler des problèmes sur le charbon et sur les gaz de schiste, mais ils sont indépendamment de cela tous les deux champions du développement des énergies renouvelables. Dimanche dernier, l’Allemagne a atteint 100 % d’énergie renouvelable dans sa consommation.

La principale difficulté pour les entreprises aujourd'hui est l’absence d’un prix mondiale du carbone. S’il y avait un prix à plus de 150 euros la tonne de carbone émise au niveau mondial, les entreprises et les investisseurs seraient incités à privilégier les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique plus rapidement parce qu’ils auraient une garantie de retour sur leur investissement. Un prix mondial sur le carbone ferait aussi en sorte que certains acteurs et d’autres pays ne pourraient plus continuer à polluer en toute impunité. Nous supprimerions ainsi le phénomène du passager clandestin qui tire l’effort global de lutte contre le changement climatique vers le bas.

Perspectives économiques moroses, baisse des dotations aux collectivités locales... Par quels moyens l'Etat peut-il encadrer ces baisses d'émissions de gaz à effet de serre ? Dans un contexte économique difficile, existe-t-il des solutions pour les encourager dans ce sens, et le gouvernement vous donne-t-il l'impression de vouloir aller dans ce sens ?

Le Gouvernement donne des signaux contradictoires sur la transition énergétique. Récemment, Ségolène Royal a fait des annonces positives sur le financement des énergies renouvelables. Cependant, les décisions prises sur le nucléaire ne vont pas dans le même sens. Ce n’est même pas une question d’être pour ou contre le nucléaire, il s’agit de respecter les objectifs fixés dans la loi transition énergétique votée au parlement. Réduire le nucléaire de 75 % à 50 % dans la production électrique nécessiterait la fermeture d’une vingtaine de réacteurs d’ici 2025. Or, EDF a annoncé la fermeture de seulement deux réacteurs dans la décennie à venir. Investir des milliards dans le maintien de la majorité de nos centrales nucléaires freine la transition énergétique non seulement parce que ce sont des fonds qui ne sont pas consacrés aux énergies renouvelables ou à la rénovation énergétique des bâtiments et des réseaux de transport de l’énergie, mais aussi parce que cela maintiendrait le modèle énergétique dans un modèle centralisé qui ne libère pas le potentiel des énergies renouvelables produites et consommées localement. Or, ce dernier modèle permettrait justement aux collectivités de faire des économies et susciterait davantage d’acceptabilité sociale et de participation citoyenne dans les projets, notamment à travers des coopératives et du financement participatif.

Il y a pleins de solutions. En termes de technologie, elles sont toutes à portée de main. Par ailleurs, l’argent privé est beaucoup plus abondant qu’on ne le croit. Mais il faut encourager les projets qui dynamisent l’économie locale et l’économie réelle. Si les gens savent dans quoi ils investissent et que leur argent reste dans un circuit court et fermé, ils le font plus volontairement. La transition énergétique est une opportunité de récréer du lien social.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 19/05/2016 - 23:33
A quand les chiffres REELS du coût de la COP 21 ?
très difficile, apparemment d'avoir un BILAN digne de ce nom et, actuellement, avec ROYAL aux manettes et sa façon de gérer les choses, TOUT peut arriver
Anguerrand
- 19/05/2016 - 07:17
Et Ségolène de se faire mousser avec cet accord
Juste 2 petits problemes Ségolène Royale n'a pas négocié et les USA qui ont signé ne le suivront pas, le congrès tout puissant a déjà voté contre. Pour les autres pays chacun continuera à faire ce qu'il veut comment contrôler par ex. en Chine ?
vangog
- 18/05/2016 - 19:27
Vous pourrez toujours réaliser des milliers de COP...
tant qu'on n'aura pas réalisé le bilan humain, économique et social des 21 COP, on ne saura jamais si ce bilan est positif ou négatif...Sachant que les obligations écologistes entraînent, lorsqu'elles sont mal pensées ( voir le massacre des écologistes de salon Dullflot, Beaupin, Cosse, Placé...) plus de dégâts collatéraux que d'effets positifs, il est urgent d'avoir enfin le courage des politiques coercitives écologistes, avant de décider de nouvelles coercitions...