En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Transformer l’essai
Ratification de la COP21 : pourquoi la conjoncture économique pourrait rapidement limiter la portée de l'accord de Paris sur le climat
Publié le 18 mai 2016
Si l'accord de Paris a bien été ratifié par l'Assemblée nationale, c'est désormais aux collectivités locales et aux acteurs privés de faire respecter ces engagements. Une adaptation qui s'annonce délicate dans un contexte de resserrement des budgets et de croissance morose.
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'accord de Paris a bien été ratifié par l'Assemblée nationale, c'est désormais aux collectivités locales et aux acteurs privés de faire respecter ces engagements. Une adaptation qui s'annonce délicate dans un contexte de resserrement des budgets et de croissance morose.

Atlantico : Ségolène Royal a appelé mardi 17 avril les membres de l'Union européenne à soumettre les engagements pris à Paris fin 2015 à leurs parlements respectifs. Concernant la France quelles sont les prochaines étapes, que reste-t-il à définir ?

Henri Landes : L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi pour la ratification de l’accord de Paris. C’est maintenant au tour du Sénat, l’examen est prévu le 8 juin. Si tout se passe bien, la France sera le premier pays industrialisé à le faire, et le premier pays de l’Union européenne. Nous pouvons nous en féliciter et c’est un signal très positif envoyé à la communauté internationale, notamment avant la COP22 au Maroc.

La France présidera la COP21 jusqu’à la COP22. Jusqu’à novembre, elle doit continuer à mobiliser les pays dans la signature et la ratification de l’accord (177 pays l’ont signé, seulement 16 pays l’ont ratifié).

La France peut aussi encourager les pays qui n’ont pas encore rendu leur contributions nationales (« Intended Nationally Determined Contributions ») à le faire le plus rapidement possible. Ce sont elles les vrais outils des négociations climatiques. Il est pertinent à terme d’y inclure plus que des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation au changement climatique. Par exemple, les INDC pourraient inclure dans l’avenir des objectifs sur la transition écologique de l’agriculture. C’est en ce faisant que nous accélèrerons le décloisonnement de la question climatique et que les décideurs percevrons davantage le nécessaire lien entre l’impératif climatique et les différents secteurs fonctionnement de l’économie.

La France doit continuer à valoriser l’action de la société civile, des collectivités locales et des entreprises dans le cadre de l’Agenda des solutions. Ce dernier était un grand facteur dans la réussite de la COP21.

Enfin, la France a sa propre transition écologique et énergétique à mener, autant pour montrer son exemplarité à la communauté internationale que pour redresser son économie et pour favoriser le progrès social. Une société plus écologique est une société plus résiliente sur le plan économique et plus juste sur le plan social.

Si c'est le gouvernement qui a signé ces accords, ce seront aux émetteurs de gaz à effets de serre de s'adapter à la réglementation. A quelles difficultés les acteurs publics locaux et la société civile seront-ils confrontés ?

Pour les collectivités locales, une première difficulté sont les moyens financiers et techniques à leur disposition pour opérer la transition écologique et énergétique. La France est un pays très centralisé aux niveaux des décisions politiques, des compétences techniques et des moyens financiers. La réalité est que parmi les grandes puissances économiques, ce sont les pays davantage décentralisés qui avancent plus vite. L’Allemagne, les Etats-Unis sont deux exemples. Certes, ils doivent respectivement régler des problèmes sur le charbon et sur les gaz de schiste, mais ils sont indépendamment de cela tous les deux champions du développement des énergies renouvelables. Dimanche dernier, l’Allemagne a atteint 100 % d’énergie renouvelable dans sa consommation.

La principale difficulté pour les entreprises aujourd'hui est l’absence d’un prix mondiale du carbone. S’il y avait un prix à plus de 150 euros la tonne de carbone émise au niveau mondial, les entreprises et les investisseurs seraient incités à privilégier les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique plus rapidement parce qu’ils auraient une garantie de retour sur leur investissement. Un prix mondial sur le carbone ferait aussi en sorte que certains acteurs et d’autres pays ne pourraient plus continuer à polluer en toute impunité. Nous supprimerions ainsi le phénomène du passager clandestin qui tire l’effort global de lutte contre le changement climatique vers le bas.

Perspectives économiques moroses, baisse des dotations aux collectivités locales... Par quels moyens l'Etat peut-il encadrer ces baisses d'émissions de gaz à effet de serre ? Dans un contexte économique difficile, existe-t-il des solutions pour les encourager dans ce sens, et le gouvernement vous donne-t-il l'impression de vouloir aller dans ce sens ?

Le Gouvernement donne des signaux contradictoires sur la transition énergétique. Récemment, Ségolène Royal a fait des annonces positives sur le financement des énergies renouvelables. Cependant, les décisions prises sur le nucléaire ne vont pas dans le même sens. Ce n’est même pas une question d’être pour ou contre le nucléaire, il s’agit de respecter les objectifs fixés dans la loi transition énergétique votée au parlement. Réduire le nucléaire de 75 % à 50 % dans la production électrique nécessiterait la fermeture d’une vingtaine de réacteurs d’ici 2025. Or, EDF a annoncé la fermeture de seulement deux réacteurs dans la décennie à venir. Investir des milliards dans le maintien de la majorité de nos centrales nucléaires freine la transition énergétique non seulement parce que ce sont des fonds qui ne sont pas consacrés aux énergies renouvelables ou à la rénovation énergétique des bâtiments et des réseaux de transport de l’énergie, mais aussi parce que cela maintiendrait le modèle énergétique dans un modèle centralisé qui ne libère pas le potentiel des énergies renouvelables produites et consommées localement. Or, ce dernier modèle permettrait justement aux collectivités de faire des économies et susciterait davantage d’acceptabilité sociale et de participation citoyenne dans les projets, notamment à travers des coopératives et du financement participatif.

Il y a pleins de solutions. En termes de technologie, elles sont toutes à portée de main. Par ailleurs, l’argent privé est beaucoup plus abondant qu’on ne le croit. Mais il faut encourager les projets qui dynamisent l’économie locale et l’économie réelle. Si les gens savent dans quoi ils investissent et que leur argent reste dans un circuit court et fermé, ils le font plus volontairement. La transition énergétique est une opportunité de récréer du lien social.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Européennes : soulagement teinté d’inquiétude pour les milieux d’affaires français
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 19/05/2016 - 23:33
A quand les chiffres REELS du coût de la COP 21 ?
très difficile, apparemment d'avoir un BILAN digne de ce nom et, actuellement, avec ROYAL aux manettes et sa façon de gérer les choses, TOUT peut arriver
Anguerrand
- 19/05/2016 - 07:17
Et Ségolène de se faire mousser avec cet accord
Juste 2 petits problemes Ségolène Royale n'a pas négocié et les USA qui ont signé ne le suivront pas, le congrès tout puissant a déjà voté contre. Pour les autres pays chacun continuera à faire ce qu'il veut comment contrôler par ex. en Chine ?
vangog
- 18/05/2016 - 19:27
Vous pourrez toujours réaliser des milliers de COP...
tant qu'on n'aura pas réalisé le bilan humain, économique et social des 21 COP, on ne saura jamais si ce bilan est positif ou négatif...Sachant que les obligations écologistes entraînent, lorsqu'elles sont mal pensées ( voir le massacre des écologistes de salon Dullflot, Beaupin, Cosse, Placé...) plus de dégâts collatéraux que d'effets positifs, il est urgent d'avoir enfin le courage des politiques coercitives écologistes, avant de décider de nouvelles coercitions...