En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Un référendum peut en cacher un autre
Et si le plus gros risque politique et économique pour l’Europe n’était pas le Brexit mais le référendum constitutionnel italien dont personne ne parle ?
Publié le 18 mai 2016
Un échec du référendum pourrait mener à une crise politique, et de là à une crise financière et économique.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un échec du référendum pourrait mener à une crise politique, et de là à une crise financière et économique.

Le monde entier parle du Brexit. Barack Obama s'est déplacé à Londres pour expliquer aux Britanniques que c'était une mauvaise idée. Les singeries de Boris Johnson, ancien maire de Londres, chef de file du camp "Leave", et spécialiste de l'humour politique, font le tour du monde. Et économiquement, le Brexit serait un risque très important — pour l'économie britannique, mais également pour les économies européennes et la construction européenne.

Pourtant, personne ne parle d'un autre référendum qui aura lieu cette année, celui-ci en Italie. Et selon un rapport des analystes de Deutsche Bank, relevé par le site Business Insider, ce référendum serait en réalité le plus gros risque politique pour l'Union européenne cette année.

De quoi s'agit-il ? L'instabilité politique du régime constitutionnel italien, avec ses élections à la proportionnelle et ses coalitions de gouvernement instable, qui font penser à notre IVème République, est proverbiale. L'objectif de Matteo Renzi, le nouveau et jeune Premier ministre progressiste italien, ne fut pas tant un programme économique et social qu'un changement des institutions italiennes afin de leur donner plus de stabilité et de donner plus de marge d'action au gouvernement.

En jeu, une réforme de la loi électorale visant à donner au parti arrivé en premier aux élections un "bonus" de sièges, comme en Allemagne, afin de renforcer sa position et de permettre une coalition stable, et, surtout, une réorganisation du Sénat — la réforme soumise à référendum. En effet, une des causes de l'instabilité politique italienne est son bicaméralisme parfait — contrairement à la plupart des systèmes parlementaires (France, Royaume-Uni, Allemagne…), dans le système italien, le gouvernement est responsable devant les deux chambres du Parlement et doit avoir la confiance des deux. Le référendum, qui doit être tenu avant le mois d'octobre 2016, va transformer le Sénat en "Sénat des régions" composé de 100 sénateurs, principalement des conseillers régionaux et des maires. Et surtout, le gouvernement ne sera plus responsable devant le Sénat.

Bref : Matteo Renzi a engagé sa responsabilité sur le résultat du référendum. S'il échoue, son gouvernement chutera, et il s'en suivra une période d'instabilité gouvernementale très profonde. "Il sera extrêmement difficile, encore plus que d'habitude pour l'Italie, de former une majorité de gouvernement stable, avant ou après une éventuelle nouvelle élection", écrivent les analystes de Deutsche Bank sous la direction de Marco Stringa.

Et une crise politique peut rapidement devenir une crise financière et économique. Un échec d'un référendum pourrait convaincre les investisseurs que l'Italie est irréformable, et créer une nouvelle flambée de sa dette. Avec des conséquences potentiellement systémiques pour l'Europe entière, comme il s'est vu lors de la crise de l'euro…

L'Italie a pourtant besoin de réformes. Comme le rappelle Deutsche Bank, sa croissance est souvent plus faible que les attentes et que son potentiel, comme le montre ce graphique où on voit les résultats de la croissance italienne par rapport au consensus des analystes…

…et ça fait vingt ans que la croissance italienne est plus faible que celle de ses pairs, comme le montre ce graphique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fondation pour l'innovation politique
- 20/05/2016 - 10:56
Que le Royaume-Uni sorte ou
Que le Royaume-Uni sorte ou non de l’Union Européenne, les conséquences seraient grandes. Retrouvez l'analyse d'Emmanuel Blézès sur le blog Trop Libre : http://goo.gl/qSvsjg