En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 15 min 28 sec
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 46 min 20 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 14 heures 41 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 15 heures 51 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 17 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 18 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 35 min 15 sec
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 14 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 14 heures 27 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 16 heures 22 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 17 heures 33 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 20 heures 48 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 22 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 22 heures 59 min
Une société de plus en plus robotisée menace-t-elle nos emplois ?
Une société de plus en plus robotisée menace-t-elle nos emplois ?
La guerre des mondes

En nous piquant nos boulots, les robots nous obligeront à changer de modèle économique

Publié le 22 janvier 2012
Autrefois cantonnés à des tâches répétitives, les robots gagnent aujourd'hui du terrain jusqu'à menacer les emplois des classes moyennes. Et si demain, ils nous mettaient tous au chômage ?
Ingénieur et chercheur, François Bugeon est aussi militant au Parti socialiste. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bugeon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ingénieur et chercheur, François Bugeon est aussi militant au Parti socialiste. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Autrefois cantonnés à des tâches répétitives, les robots gagnent aujourd'hui du terrain jusqu'à menacer les emplois des classes moyennes. Et si demain, ils nous mettaient tous au chômage ?

Atlantico : Il n’y encore pas si longtemps, Oscar Wilde estimait qu’il serait indispensable, dans le futur, d’avoir des esclaves robots. Aujourd’hui, ce sont non seulement les ouvriers mais aussi les cols blancs qui risquent d’être remplacés par des machines. Les robots nous prendront-ils nos emplois ?

François Bugeon : Dans l’imaginaire d’Oscar Wilde et de tous ceux qui ont parlé de robots, c’était un phénomène qui arrivait soudainement. Cela correspondait à un changement de paradigme. En réalité, c’est une très lente évolution qui est en cours depuis plus d’une trentaine d’années.

Jusqu’à présent, les automates ont remplacé les ouvriers. Ce sont des tâches spécialisées, simples et répétitives. Dès que l’on a pu remplacer un ouvrier par un automate, on l’a fait. C’est le début de la robotisation. Dans un pays comme la France, avec une forte charge sur les salaires, ce recours à la machine est une opportunité pour augmenter la productivité.

Ce qui est nouveau avec les robots, c’est qu’ils sont devenus polyvalents et génériques. Les robots pourront cueillir une pomme, servir un café ou bien porter un carton. C’est finalement la même chose que d’enfiler une pièce sur une autre dans une usine. Les gestes se ressemblent d’ailleurs.

Toutes les tâches de services sont donc à présent concernées. Elles peuvent être robotisées. Et je ne parle pas d’un horizon à un siècle mais à trente ans. Au-delà, des métiers comme ceux du domaine de la médecine sont concernés. La chirurgie du cerveau est totalement assistée par des outils d’imagerie indispensables. Un robot sera beaucoup plus précis qu’un homme pour accomplir ces tâches, même s’il faudra encore un médecin pour superviser.

 

Si demain, les robots peuvent effectuer notre travail, quelles seront les conséquences sur notre société ?

La question est effectivement de savoir comment notre société peut s’adapter à la transformation rapide de pans entiers de son salariat. Prenons l’exemple des voitures robotisées. La technologie existe. Le jour où les dispositions légales seront prises, nous pourrons faire rouler de tels véhicules dans les rues de Paris, que deviendrons les taxis, les routiers ou les livreurs ? Ils seront potentiellement au chômage sur un délai extrêmement court.

Plus largement, comment une société peut résister à la disparition du travail d’une grande partie de ses citoyens ? Aujourd’hui, le travail est la meilleure façon de redistribuer les plus values. Les robots remettent cet équilibre en cause. L’Etat va devoir trouver un nouveau moyen de subvenir aux besoins de sa population, sans passer par la notion de travail. Pour l’instant, il n’existe aucune solution autre que la planification massive de l’économie, solution marxiste par excellence.

Il faut imaginer un nouveau modèle de nation avec très peu de citoyens travailleurs. Faut-il limiter le temps de travail des robots ? Réserver certains emplois au genre humain ? Autant d’objets de réflexion que les politiques ne cherchent pas à s’accaparer, malgré l’urgence de la situation.

 

Le travail, privilège des robots. Il faut s’en réjouir ou en avoir peur ?

En plus des classes ouvrières, toutes les professions du secteur tertiaire peuvent commencer à s’inquiéter. Pour les Coréens et les Japonais, la première utilité des robots, c’est le service à la personne. Avec des populations vieillissantes, ils trouvent là une solution pertinente pour s’occuper des personnes âgées.

A l’opposé, pour un chef d’entreprise, c’est un superbe moyen de devenir très riche. Il concentrera la plus-value sans avoir besoin de la redistribuer. Sans système de taxe adaptée, vos anciens ouvriers ou salariés, faute de moyens de subsistance, seront réduits à la misère. Ils n’auront d’autre choix que de se révolter en cassant ses robots comme les canuts avaient cassé les métiers à tisser de Jacquard.

Il faut penser une société où le travail a une place différente et où la redistribution de la richesse repose sur d’autres critères. Nous ne renoncerons pas à cette évolution mais il faut l’intégrer à notre modèle économique, politique et social. Ce n’est pas si choquant finalement : il y a de nombreux métiers qui ne fabriquent rien qui soit destiné au marché. L’armée par exemple, ne produit qu'une sécurité non palpable. Personne ne s’étonne que les militaires soient correctement payés. Une redistribution de la richesse est donc bien une chose possible.

Avec l’arrivée d’Internet, la question de la distribution de la musique et de la vidéo s’est posée. Nous savions pourtant bien depuis dix ans que cette situation arriverait. Médias et producteurs ont eu le temps de se préparer et n’ont pourtant pas réussi à l’anticiper. Il y a un problème sur le plan politique : on ne sait pas écouter les scientifiques.

Nous sommes dans une société scientifique. La science et la technique sont en train de modifier nos façons de vivre. Il est temps que les politiques s’en emparent. Les décideurs et les commentateurs ne doivent plus regarder la société uniquement sous l’angle de la réalité sociale mais aussi sous celui de la réalité scientifique.

 

Que feraient les hommes dans un monde sans travail ?

Je n’en sais rien. Peut-être qu’ils rêveraient. Nous pourrions nous consacrer à des activités non lucratives. Il pourrait y avoir des endroits où le travail perdure afin de donner une utilité sociale à l’homme, plus que pour produire. Nous pourrions refuser une robotisation totale de la société. Une telle décision ne pourrait s’effectuer que dans le domaine du service, pas de la production.

Finalement, nous avons déjà des robots aujourd’hui : ce sont les ouvriers des pays en développement. Demain, un pays comme le Qatar pourrait acheter de grandes quantités de robots et produire à un coût bien inférieur à ceux de la Chine ou de l’Inde. La production industrielle est dans tous les cas vouée à être robotisée.

Propos receuilis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
elcondor
- 23/01/2012 - 11:40
mais oui ya du taf!!!!!!
Par exemple avoir des classes de 15 élèves. Des hôpitaux avec plus de médecins et infirmières. Des éducateurs pour le suivi de personnes en difficultés. Des créateurs .Donc des boulots à l'utilité sociale qui seraient financés par les gains de productivités de l'industrie. Donc des taxes sur la VA élevées, ce qui est 100 % contradictoire avec le dogme UMPiste

donc engager pleins de professeur
zinou
- 23/01/2012 - 01:49
Souci !
Je reviens d'Angleterre où j'ai été très surprise de trouver certaines grandes surfaces dépourvues de caissières ! Il y a des rangées de caisses mais elles sont automatiques et parlent même ! La question maintenant n'est plus de savoir si les machines remplaceront l'homme (car c'est sûr ...) mais de savoir quelle genre de société voulons-nous ? Un monde rempli de robots ??? Non, merci !!!
LeditGaga
- 22/01/2012 - 22:52
Au secours John !
A terme, le robot supplantera l'homme et s'apercevra que celui-ci est le plus gros parasite de la nature, alors il lui faudra l'éliminer !Heureusement John Connor sera là pour sauver le monde contre les machines, c'est Sarah qui me l'a dit !