En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

"Abattues par la terre battue, les petites fleurs ne seront plus"

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Veaux, vaches, cochons

Adieu Paris, Lyon ou Lille ? Le mirage d’un exode urbain post-Coronavirus

il y a 2 min 33 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Generation Slack : comment les outils de productivité pourraient nous aider à construire de nouvelles solidarités
il y a 37 min 15 sec
décryptage > Europe
Chancelière immuable

Angela Merkel, sainte patronne de l’Europe, vraiment ?

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Economie
Taux d'épargne

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 18 heures 38 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 19 heures 47 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 20 heures 54 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 22 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 1 jour 1 min
décryptage > Economie
Nomination

Cour des Comptes : Pierre Moscovici, un nouveau président si accommodant pour ceux qui l’ont nommé...

il y a 14 min 45 sec
décryptage > Société
Impact du confinement

Sommes-nous tous dépressifs ?

il y a 57 min 14 sec
décryptage > High-tech
Promesse (ou caprice ?) de milliardaires

Dans les coulisses du plan de la Silicon Valley pour faire échouer l’élection de Donald Trump

il y a 1 heure 44 min
décryptage > International
George Floyd

Émeutes aux Etats-Unis : des émeutes sociales plus que raciales

il y a 2 heures 21 min
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 17 heures 52 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 19 heures 13 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 20 heures 27 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 23 heures 23 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 1 jour 11 min
© REUTERS/Afolabi Sotunde
© REUTERS/Afolabi Sotunde
A bout

François Hollande au Sommet du Nigeria sur la sécurité de l’Afrique : chef des armées ou chef désarmé dans la lutte contre Boko Haram ?

Publié le 20 mai 2016
Ce samedi 14 avril, François Hollande est à Abuja pour un sommet sur la sécurité régionale largement consacré à la lutte contre Boko Haram. Il est le seul chef d'Etat occidental à assister à cette rencontre. Le signe que la France, en dépit d'une armée et d'un budget de la défense sous pression, est en première ligne pour assurer la sécurité du continent africain.
Ancien fondateur de La Lettre du Continent, Antoine Glaser est spécialiste de l’Afrique. Son dernier ouvrage, Arrogant comme un Français en Afrique, est paru chez Fayard.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Glaser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien fondateur de La Lettre du Continent, Antoine Glaser est spécialiste de l’Afrique. Son dernier ouvrage, Arrogant comme un Français en Afrique, est paru chez Fayard.   
Voir la bio
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce samedi 14 avril, François Hollande est à Abuja pour un sommet sur la sécurité régionale largement consacré à la lutte contre Boko Haram. Il est le seul chef d'Etat occidental à assister à cette rencontre. Le signe que la France, en dépit d'une armée et d'un budget de la défense sous pression, est en première ligne pour assurer la sécurité du continent africain.

Atlantico : François Hollande est actuellement au Nigeria pour un sommet sur la sécurité. Quels sont les acteurs en présence et quel est l'enjeu de cette rencontre ? 

Antoine Glaser : François Hollande est le seul chef d'Etat d'un pays occidental à être présent à ce sommet. Dans la mesure où le Nigeria est une ancienne colonie britannique, on s'attendait davantage à voir David Cameron que François Hollande. Cela renforce l'idée que les partenaires occidentaux de la France, et en particulier européens, laissent cette dernière jouer le rôle de gendarme de l'Afrique contre les mouvements radicaux djihadistes, de la même façon que la France était le gendarme de l'Afrique contre les soviétiques à l'époque de la Guerre froide. 

Certains pays européens comme la Grande-Bretagne sont représentés au niveau ministériel. Sont également présents les chefs d'Etat africains (Tchad, Cameroun, Niger), engagés dans une coalition pour lutter contre Boko Haram (et soutenue par l'Union Africaine) sur le pourtour du bassin du lac Tchad.   

L'enjeu de ce sommet est la lutte contre Boko Haram. En effet, jusqu'à présent, cette lutte concernait surtout le nord du Nigeria. Or maintenant, Boko Haram veut contrôler tout le bassin du lac Tchad pour se sanctuariser. 

Par ailleurs, au Nigeria comme en Centrafrique (où s'est rendu François Hollande hier), la France a très peu d'intérêts économiques. En effet, le marché nigérian est plutôt dans les mains des Anglo-saxons. Au travers du renforcement de sa présence militaire, la France compte vendre au Nigeria des véhicules blindés légers, des drones, des engins explosifs, des équipements pour lutter contre les engins explosifs et équiper les Alphajets de l'armée nigériane etc. Si dans les pays du Sahel où la France est engagée militairement, les retombées économiques à court terme sont quasi nulles, la puissance du Nigeria (même si le Nigeria, important producteur de pétrole, souffre de la chute du prix du baril) laisse entrevoir de belles retombées économiques pour l'Hexagone. 

Jean-Bernard Pinatel : La France n’est historiquement pas présente dans ce pays de culture anglo-saxonne. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne oui. Les Etats-Unis ont aussi déployé 300 soldats au Cameroun dans le cadre d’opérations de renseignement et de surveillance, notamment avec des drones. Washington envisage aussi de vendre au Nigeria des avions spécialement destinés à la lutte anti-terroriste. Ces deux pays ont d’ailleurs aussi été conviés au sommet régional d’Abuja sur la sécurité mais Obama, en fin de mandat, et Cameron, en pleine campagne pour éviter le Brexit, ne seront pas présents.

Depuis juillet 2009 une rébellion salafiste menée par deux groupes djihadistes, Boko Haram et Ansaru, sévit au Nord-Est du Nigéria. Elle a pour objectif d’établir un califat et d’instaurer la charia dans l’ensemble du pays. Cette rébellion est dirigée par Abubakar Shekau qui après la mort du fondateur de Boko Haram, Mohamed Yusuf, a radicalisé la lutte en utilisant les massacres de population et les attentats comme modes d’action contre le pouvoir central. La rébellion et sa répression par les forces de sécurité ont fait 17.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009. Selon l’Index mondial du terrorisme, un rapport publié par l’Institute for Economics and Peace basé à New York, Boko Haram "est devenu l’organisation terroriste la plus meurtrière au monde".

En 2014 Boko Haram a étendu ses actions au Cameroun, Tchad et Niger ce qui a conduit la France à initier un partenariat militaire en décembre 2014 qui s’est traduit par l’échange croissant de renseignements militaires. La présence du chef de l’Etat français est d’autant plus importante que la mise sur pied de la force internationale mixte d’environ 8.000 hommes décidée en 2015 par le Nigéria, le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Bénin pour pacifier les régions que Boko Haram tente de contrôler se met sur pied lentement et manque cruellement de logistique, de moyens de communication et de transport. "Plusieurs engagements ont été pris par les bailleurs de fonds internationaux et les partenaires stratégiques en vue d’un soutien à la force, mais on n’a rien vu de concret sur le terrain", déplore le général nigérian Lamidi Adeosun, chef de la force régionale.

La plupart des discussions tourneront autour de Boko Haram, où en est la lutte contre le groupe terroriste ? Dans quelle mesure la France y est-elle associée ? 

Antoine Glaser : Deux aspects seront au cœur des discussions de ce sommet de sécurité régionale : la lutte contre Boko Haram et la lutte contre la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée. 

Au Nigeria, l'arrivée au pouvoir du général Muhammadu Buhari qui est un musulman du nord a relancé la lutte contre Boko Haram -qui semblait avoir été abandonnée par son prédécesseur, Goodluck Jonathan, qui s'occupait principalement du Nigeria "utile" du sud avec le pétrole-. 

Muhammadu Buhari a une vraie volonté de lutter contre Boko Haram. Mais le combat contre Boko Haram est aujourd'hui beaucoup plus difficile à mener car le groupe radical djihadiste est dorénavant engagé dans un mode de lutte asymétrique. En effet, Boko Haram s'attaque bien moins à l'armée nigériane qu'auparavant et privilégie les attentats ciblés très meurtriers. 

La France a son état-major de l'opération Barkhane à Ndjamena au Tchad. Du fait de la position géographique de cette ville, elle est donc en contrôle de l'ensemble du bassin du lac Tchad. Elle est par ailleurs très active, en particulier en ce qui concerne le renseignement.  

Jean-Bernard Pinatel : Le président actuel du Nigeria, Muhammadu Buhari, est un ancien général. Il a été élu le 28 mars 2015 face au président sortant Goodluck Jonathan. Il a déclaré jeudi dernier à la BBC que son pays avait techniquement gagné la guerre contre Boko Haram. "Boko Haram s’est remis à utiliser des engins explosifs artisanaux", a expliqué le président Buhari, "mais les attaques conventionnelles contre des centres de communication et la population… ils ne sont plus capables d’en mener efficacement".

Effectivement et contrairement à son prédécesseur, le président Buhari a réussi à reprendre le contrôle des principales villes du Nord Est du Nigéria où Boko Haram développe ses actions. La diminution du nombre de raids meurtriers dans les villes et les villages est effective. Mais en réponse, les jihadistes ont multiplié les attentats-suicides dont certains sont commis par des jeunes, parfois des filles et fillettes.

La France fournit au Nigeria des images satellitaires ainsi que des images prises par ses avions Rafale qui survolent la zone du lac Tchad où agit Boko Haram. Selon l’entourage du ministre français de la Défense, 2000 dossiers images auraient déjà été remis aux autorités d’Abuja. Des Nigérians sont aussi formés à l’interprétation d’imagerie par le renseignement militaire français. Le document opérationnel signé par les armées française et nigériane détaille plusieurs actions à mener d’ici à la fin 2016. Elles portent notamment sur la lutte contre les engins explosifs artisanaux, le sauvetage au combat et aux exercices militaires transfrontaliers et maritimes conjoints avec les pays voisins du Nigéria.

Quel bilan peut-on faire des opérations militaires françaises en Afrique depuis 2013 : Serval, Sangaris, Barkhane… La France a-t-elle vraiment les moyens d'"assurer" la sécurité du continent africain ?

Antoine Glaser : Sur le plan militaire, la France est au bout de ce qu'elle peut faire. Le chef d'Etat-major de l'armée française, Pierre de Villiers, disait qu'ils étaient "au taquet". La France ne peut pas faire plus, ni sur le plan des équipements ni sur le plan financier. La France essaie d'ailleurs par tous les moyens de faire financer l'opération Barkhane par l'Europe (ce qui est loin d'être acquis)

Néanmoins, la présence militaire de la France en Afrique -ainsi que son statut de puissance nucléaire- justifient son statut de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU : c'est ce qui lui permet de tenir son rang à l'international.

Jean-Bernard Pinatel : La France dispose d’un siège permanent au conseil de sécurité et, par la même, est capable de s’opposer à des résolutions de l’Assemblée Générale qui ne seraient pas conformes à ses intérêts. Mais son influence dans cette assemblée est aussi liée à sa capacité d’entrainer dans son sillage d’autres Etats et notamment ceux de l’ensemble francophone. Cette capacité d’influence dépend donc directement de l’appui militaire qu’elle est capable d’apporter à ces Etats dont l’intégrité est menacée par le terrorisme islamique. Il devrait être clair pour nos responsables politiques que c’est en priorité en Afrique que la France doit être capable de projeter des forces car elle est la seule puissance à y disposer encore de plusieurs bases permanentes et à y maintenir des relations de confiance et de savoir-faire qui lui permettent de coopérer efficacement avec les armées locales. En tout état de cause, c’est sur ce théâtre africain que la France a vocation à être le fer de lance d’une éventuelle coalition.

Dans un contexte de gel du budget de la défense française et alors que l'Allemagne investit désormais plus que la France dans son armée, de quels moyens véritables la France dispose-t-elle pour lutter contre Boko Haram ? 

Jean-Bernard Pinatel : La France doit éviter à tout prix que Boko Haram étende durablement ses actions au Tchad, au Cameroun et au Niger et réalise ainsi sa "jonction" avec les groupes djihadistes AQMI et Mujao qui cherchent à contrôler toute la bande désertique qui s’étend du Sud de la Libye et de l’Algérie jusqu’à la Mauritanie. C’est par une meilleure coordination du renseignement que la France peut apporter son aide ainsi que par la formation et la livraison d’armements. Cela impliquera donc l’engagement d’effectifs supplémentaires en faible nombre.

Alors que la France est en perte de vitesse au Moyen-Orient, ses engagements militaires en Afrique lui permettent d'y apparaître comme une puissance influente. Pour autant, est-ce vraiment le cas ?

Antoine Glaser : De Paris à Bamako, l'expression "guerre contre le terrorisme, tous ensemble" est employée. Or, d'une part, la France est seule et d'autre part, la guerre contre le terrorisme n'est pas une politique. La militarisation de la politique africaine n'a qu'un temps et masque tous les autres problèmes sociaux, économiques. C'est une politique qui fonctionne à court terme mais qui est largement insuffisante si elle n'est pas accompagnée d'une réengagement politique et d'une aide financière au développement. 

En outre, alors que la France met tous les moyens sur la sécurité et sur ses capacités militaires, tous ses partenaires traditionnels mais aussi les puissances émergentes (Chine, Turquie, Maroc -qui entre d'ailleurs de plus en plus en concurrence avec la France-) font du business. La France perd des parts de marché absolument incroyables y compris dans un pays comme la Côte d'Ivoire -qui est pourtant le "fief gaulois" de la France en Afrique- : Pierre Gattaz qui était en Côte d'Ivoire il y a 15 jours a souligné qu'en une dizaine d'années, la part de marché de la France en Côte d'Ivoire est passée de 28% à 11%. Cette situation est d'autant plus paradoxale qu'un pays comme la Grande-Bretagne a atteint l'objectif de l'aide au développement des pays occidentaux de 0,7% du PNB, alors que la France est toujours à 0,35%. 

Finalement, cette politique militaire française hypertrophiée, si elle peut à court terme profiter à l'influence de la France et de François Hollande au niveau international, sert en réalité de cache-misère à une présence française globalement en déshérence sur ce continent. 

 

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

"Abattues par la terre battue, les petites fleurs ne seront plus"

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 14/05/2016 - 21:11
Ridicule
Y a plus qu'en Afrique que le fessu peut se la péter en public sans se faire conspuer.
Jean-Benoist
- 14/05/2016 - 15:20
En octobre 2014
Moi president pour se faird mousser avzit annoncer la libération dew lycéennes.
Mais ce fut enord un mensonge
Quil degage cet incompétent
vangog
- 14/05/2016 - 15:09
David Cameron pas le bienvenu au Nigéria...
...depuis qu'il a dénoncé, lors du sommet anti-corruption londonien du 12 Mai, les Présidents afghan Ashraf Ghani, et le Président nigérian Muhammadu Buhari...en échange d'amabilités, ce dernier lui a rétorqué que la GB devrait rapatrier au Nigéria tout l'argent investi par des societés off-shores dans l'économie de son pays.... Ceci ressemble fort à un large marché de dupes, dont la France est totalement perdante, obligée d'assurer la défense de l' Afrique de l'ouest contre les velleités islamistes sub-sahariennes, alors qu'elle ne participe déjà plus (merci Mitterand!) à l'économie de ces pays-là, hormis quelques niches...Vivement le front National, afin que nous échngiions la défense de ces pas contre des débouchés pour nos marchés! Ho, le gros mot! les gauchistes vont hurler contre le retour de la francafrique, mais tant pis!...