En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

ça vient d'être publié
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 10 min 36 sec
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 10 heures 13 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 12 heures 55 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 13 heures 45 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 15 heures 53 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 17 heures 1 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 18 heures 25 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 19 heures 32 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 21 heures 19 min
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 9 heures 38 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 10 heures 35 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 13 heures 17 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 14 heures 43 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 16 heures 36 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 17 heures 53 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 18 heures 50 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 20 heures 37 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 21 heures 45 min
© REUTERS/Afolabi Sotunde
© REUTERS/Afolabi Sotunde
A bout

François Hollande au Sommet du Nigeria sur la sécurité de l’Afrique : chef des armées ou chef désarmé dans la lutte contre Boko Haram ?

Publié le 20 mai 2016
Ce samedi 14 avril, François Hollande est à Abuja pour un sommet sur la sécurité régionale largement consacré à la lutte contre Boko Haram. Il est le seul chef d'Etat occidental à assister à cette rencontre. Le signe que la France, en dépit d'une armée et d'un budget de la défense sous pression, est en première ligne pour assurer la sécurité du continent africain.
Ancien fondateur de La Lettre du Continent, Antoine Glaser est spécialiste de l’Afrique. Son dernier ouvrage, Arrogant comme un Français en Afrique, est paru chez Fayard.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Glaser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien fondateur de La Lettre du Continent, Antoine Glaser est spécialiste de l’Afrique. Son dernier ouvrage, Arrogant comme un Français en Afrique, est paru chez Fayard.   
Voir la bio
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce samedi 14 avril, François Hollande est à Abuja pour un sommet sur la sécurité régionale largement consacré à la lutte contre Boko Haram. Il est le seul chef d'Etat occidental à assister à cette rencontre. Le signe que la France, en dépit d'une armée et d'un budget de la défense sous pression, est en première ligne pour assurer la sécurité du continent africain.

Atlantico : François Hollande est actuellement au Nigeria pour un sommet sur la sécurité. Quels sont les acteurs en présence et quel est l'enjeu de cette rencontre ? 

Antoine Glaser : François Hollande est le seul chef d'Etat d'un pays occidental à être présent à ce sommet. Dans la mesure où le Nigeria est une ancienne colonie britannique, on s'attendait davantage à voir David Cameron que François Hollande. Cela renforce l'idée que les partenaires occidentaux de la France, et en particulier européens, laissent cette dernière jouer le rôle de gendarme de l'Afrique contre les mouvements radicaux djihadistes, de la même façon que la France était le gendarme de l'Afrique contre les soviétiques à l'époque de la Guerre froide. 

Certains pays européens comme la Grande-Bretagne sont représentés au niveau ministériel. Sont également présents les chefs d'Etat africains (Tchad, Cameroun, Niger), engagés dans une coalition pour lutter contre Boko Haram (et soutenue par l'Union Africaine) sur le pourtour du bassin du lac Tchad.   

L'enjeu de ce sommet est la lutte contre Boko Haram. En effet, jusqu'à présent, cette lutte concernait surtout le nord du Nigeria. Or maintenant, Boko Haram veut contrôler tout le bassin du lac Tchad pour se sanctuariser. 

Par ailleurs, au Nigeria comme en Centrafrique (où s'est rendu François Hollande hier), la France a très peu d'intérêts économiques. En effet, le marché nigérian est plutôt dans les mains des Anglo-saxons. Au travers du renforcement de sa présence militaire, la France compte vendre au Nigeria des véhicules blindés légers, des drones, des engins explosifs, des équipements pour lutter contre les engins explosifs et équiper les Alphajets de l'armée nigériane etc. Si dans les pays du Sahel où la France est engagée militairement, les retombées économiques à court terme sont quasi nulles, la puissance du Nigeria (même si le Nigeria, important producteur de pétrole, souffre de la chute du prix du baril) laisse entrevoir de belles retombées économiques pour l'Hexagone. 

Jean-Bernard Pinatel : La France n’est historiquement pas présente dans ce pays de culture anglo-saxonne. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne oui. Les Etats-Unis ont aussi déployé 300 soldats au Cameroun dans le cadre d’opérations de renseignement et de surveillance, notamment avec des drones. Washington envisage aussi de vendre au Nigeria des avions spécialement destinés à la lutte anti-terroriste. Ces deux pays ont d’ailleurs aussi été conviés au sommet régional d’Abuja sur la sécurité mais Obama, en fin de mandat, et Cameron, en pleine campagne pour éviter le Brexit, ne seront pas présents.

Depuis juillet 2009 une rébellion salafiste menée par deux groupes djihadistes, Boko Haram et Ansaru, sévit au Nord-Est du Nigéria. Elle a pour objectif d’établir un califat et d’instaurer la charia dans l’ensemble du pays. Cette rébellion est dirigée par Abubakar Shekau qui après la mort du fondateur de Boko Haram, Mohamed Yusuf, a radicalisé la lutte en utilisant les massacres de population et les attentats comme modes d’action contre le pouvoir central. La rébellion et sa répression par les forces de sécurité ont fait 17.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009. Selon l’Index mondial du terrorisme, un rapport publié par l’Institute for Economics and Peace basé à New York, Boko Haram "est devenu l’organisation terroriste la plus meurtrière au monde".

En 2014 Boko Haram a étendu ses actions au Cameroun, Tchad et Niger ce qui a conduit la France à initier un partenariat militaire en décembre 2014 qui s’est traduit par l’échange croissant de renseignements militaires. La présence du chef de l’Etat français est d’autant plus importante que la mise sur pied de la force internationale mixte d’environ 8.000 hommes décidée en 2015 par le Nigéria, le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Bénin pour pacifier les régions que Boko Haram tente de contrôler se met sur pied lentement et manque cruellement de logistique, de moyens de communication et de transport. "Plusieurs engagements ont été pris par les bailleurs de fonds internationaux et les partenaires stratégiques en vue d’un soutien à la force, mais on n’a rien vu de concret sur le terrain", déplore le général nigérian Lamidi Adeosun, chef de la force régionale.

La plupart des discussions tourneront autour de Boko Haram, où en est la lutte contre le groupe terroriste ? Dans quelle mesure la France y est-elle associée ? 

Antoine Glaser : Deux aspects seront au cœur des discussions de ce sommet de sécurité régionale : la lutte contre Boko Haram et la lutte contre la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée. 

Au Nigeria, l'arrivée au pouvoir du général Muhammadu Buhari qui est un musulman du nord a relancé la lutte contre Boko Haram -qui semblait avoir été abandonnée par son prédécesseur, Goodluck Jonathan, qui s'occupait principalement du Nigeria "utile" du sud avec le pétrole-. 

Muhammadu Buhari a une vraie volonté de lutter contre Boko Haram. Mais le combat contre Boko Haram est aujourd'hui beaucoup plus difficile à mener car le groupe radical djihadiste est dorénavant engagé dans un mode de lutte asymétrique. En effet, Boko Haram s'attaque bien moins à l'armée nigériane qu'auparavant et privilégie les attentats ciblés très meurtriers. 

La France a son état-major de l'opération Barkhane à Ndjamena au Tchad. Du fait de la position géographique de cette ville, elle est donc en contrôle de l'ensemble du bassin du lac Tchad. Elle est par ailleurs très active, en particulier en ce qui concerne le renseignement.  

Jean-Bernard Pinatel : Le président actuel du Nigeria, Muhammadu Buhari, est un ancien général. Il a été élu le 28 mars 2015 face au président sortant Goodluck Jonathan. Il a déclaré jeudi dernier à la BBC que son pays avait techniquement gagné la guerre contre Boko Haram. "Boko Haram s’est remis à utiliser des engins explosifs artisanaux", a expliqué le président Buhari, "mais les attaques conventionnelles contre des centres de communication et la population… ils ne sont plus capables d’en mener efficacement".

Effectivement et contrairement à son prédécesseur, le président Buhari a réussi à reprendre le contrôle des principales villes du Nord Est du Nigéria où Boko Haram développe ses actions. La diminution du nombre de raids meurtriers dans les villes et les villages est effective. Mais en réponse, les jihadistes ont multiplié les attentats-suicides dont certains sont commis par des jeunes, parfois des filles et fillettes.

La France fournit au Nigeria des images satellitaires ainsi que des images prises par ses avions Rafale qui survolent la zone du lac Tchad où agit Boko Haram. Selon l’entourage du ministre français de la Défense, 2000 dossiers images auraient déjà été remis aux autorités d’Abuja. Des Nigérians sont aussi formés à l’interprétation d’imagerie par le renseignement militaire français. Le document opérationnel signé par les armées française et nigériane détaille plusieurs actions à mener d’ici à la fin 2016. Elles portent notamment sur la lutte contre les engins explosifs artisanaux, le sauvetage au combat et aux exercices militaires transfrontaliers et maritimes conjoints avec les pays voisins du Nigéria.

Quel bilan peut-on faire des opérations militaires françaises en Afrique depuis 2013 : Serval, Sangaris, Barkhane… La France a-t-elle vraiment les moyens d'"assurer" la sécurité du continent africain ?

Antoine Glaser : Sur le plan militaire, la France est au bout de ce qu'elle peut faire. Le chef d'Etat-major de l'armée française, Pierre de Villiers, disait qu'ils étaient "au taquet". La France ne peut pas faire plus, ni sur le plan des équipements ni sur le plan financier. La France essaie d'ailleurs par tous les moyens de faire financer l'opération Barkhane par l'Europe (ce qui est loin d'être acquis)

Néanmoins, la présence militaire de la France en Afrique -ainsi que son statut de puissance nucléaire- justifient son statut de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU : c'est ce qui lui permet de tenir son rang à l'international.

Jean-Bernard Pinatel : La France dispose d’un siège permanent au conseil de sécurité et, par la même, est capable de s’opposer à des résolutions de l’Assemblée Générale qui ne seraient pas conformes à ses intérêts. Mais son influence dans cette assemblée est aussi liée à sa capacité d’entrainer dans son sillage d’autres Etats et notamment ceux de l’ensemble francophone. Cette capacité d’influence dépend donc directement de l’appui militaire qu’elle est capable d’apporter à ces Etats dont l’intégrité est menacée par le terrorisme islamique. Il devrait être clair pour nos responsables politiques que c’est en priorité en Afrique que la France doit être capable de projeter des forces car elle est la seule puissance à y disposer encore de plusieurs bases permanentes et à y maintenir des relations de confiance et de savoir-faire qui lui permettent de coopérer efficacement avec les armées locales. En tout état de cause, c’est sur ce théâtre africain que la France a vocation à être le fer de lance d’une éventuelle coalition.

Dans un contexte de gel du budget de la défense française et alors que l'Allemagne investit désormais plus que la France dans son armée, de quels moyens véritables la France dispose-t-elle pour lutter contre Boko Haram ? 

Jean-Bernard Pinatel : La France doit éviter à tout prix que Boko Haram étende durablement ses actions au Tchad, au Cameroun et au Niger et réalise ainsi sa "jonction" avec les groupes djihadistes AQMI et Mujao qui cherchent à contrôler toute la bande désertique qui s’étend du Sud de la Libye et de l’Algérie jusqu’à la Mauritanie. C’est par une meilleure coordination du renseignement que la France peut apporter son aide ainsi que par la formation et la livraison d’armements. Cela impliquera donc l’engagement d’effectifs supplémentaires en faible nombre.

Alors que la France est en perte de vitesse au Moyen-Orient, ses engagements militaires en Afrique lui permettent d'y apparaître comme une puissance influente. Pour autant, est-ce vraiment le cas ?

Antoine Glaser : De Paris à Bamako, l'expression "guerre contre le terrorisme, tous ensemble" est employée. Or, d'une part, la France est seule et d'autre part, la guerre contre le terrorisme n'est pas une politique. La militarisation de la politique africaine n'a qu'un temps et masque tous les autres problèmes sociaux, économiques. C'est une politique qui fonctionne à court terme mais qui est largement insuffisante si elle n'est pas accompagnée d'une réengagement politique et d'une aide financière au développement. 

En outre, alors que la France met tous les moyens sur la sécurité et sur ses capacités militaires, tous ses partenaires traditionnels mais aussi les puissances émergentes (Chine, Turquie, Maroc -qui entre d'ailleurs de plus en plus en concurrence avec la France-) font du business. La France perd des parts de marché absolument incroyables y compris dans un pays comme la Côte d'Ivoire -qui est pourtant le "fief gaulois" de la France en Afrique- : Pierre Gattaz qui était en Côte d'Ivoire il y a 15 jours a souligné qu'en une dizaine d'années, la part de marché de la France en Côte d'Ivoire est passée de 28% à 11%. Cette situation est d'autant plus paradoxale qu'un pays comme la Grande-Bretagne a atteint l'objectif de l'aide au développement des pays occidentaux de 0,7% du PNB, alors que la France est toujours à 0,35%. 

Finalement, cette politique militaire française hypertrophiée, si elle peut à court terme profiter à l'influence de la France et de François Hollande au niveau international, sert en réalité de cache-misère à une présence française globalement en déshérence sur ce continent. 

 

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 14/05/2016 - 21:11
Ridicule
Y a plus qu'en Afrique que le fessu peut se la péter en public sans se faire conspuer.
Jean-Benoist
- 14/05/2016 - 15:20
En octobre 2014
Moi president pour se faird mousser avzit annoncer la libération dew lycéennes.
Mais ce fut enord un mensonge
Quil degage cet incompétent
vangog
- 14/05/2016 - 15:09
David Cameron pas le bienvenu au Nigéria...
...depuis qu'il a dénoncé, lors du sommet anti-corruption londonien du 12 Mai, les Présidents afghan Ashraf Ghani, et le Président nigérian Muhammadu Buhari...en échange d'amabilités, ce dernier lui a rétorqué que la GB devrait rapatrier au Nigéria tout l'argent investi par des societés off-shores dans l'économie de son pays.... Ceci ressemble fort à un large marché de dupes, dont la France est totalement perdante, obligée d'assurer la défense de l' Afrique de l'ouest contre les velleités islamistes sub-sahariennes, alors qu'elle ne participe déjà plus (merci Mitterand!) à l'économie de ces pays-là, hormis quelques niches...Vivement le front National, afin que nous échngiions la défense de ces pas contre des débouchés pour nos marchés! Ho, le gros mot! les gauchistes vont hurler contre le retour de la francafrique, mais tant pis!...