En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Flexichic

Contrat unique : pourquoi la proposition du prix Nobel d’économie Jean Tirole mérite plus d’attention qu’un simple débat théorique

Publié le 14 mai 2016
Dans son dernier livre "Economie du bien commun", le prix Nobel Jean Tirole propose de mettre en place un contrat unique. Cette procédure de simplification mérite d'être regardée de près.
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier livre "Economie du bien commun", le prix Nobel Jean Tirole propose de mettre en place un contrat unique. Cette procédure de simplification mérite d'être regardée de près.

Atlantico : Suite à la publication du livre de Jean Tirole "Economie du bien commun", la proposition de réforme visant à instaurer la miser en place d'un contrat unique refait surface en France, et ce, plus de 10 ans après les travaux d'Olivier Blanchard et de Jean Tirole sur le sujet. Qu'est ce que la France aurait à gagner avec un tel dispositif ?

Gilles Saint-Paul : Le contrat unique mettrait fin, selon ses promoteurs, au dualisme tant décrié du marché du travail français. Celui-ci est en effet caractérisé par la coexistence de travailleurs précaires en CDD et de travailleurs surprotégés en CDI. Les premiers supportent tout le poids de l’ajustement de l’emploi et leur existence augmente la protection des seconds et leur capacité à obtenir des salaires élevés. 

Malgré les inconvénients de cette situation, il n’est pas clair qu’il soit politiquement possible de passer à un contrat unique qui améliorerait la situation. Si ce contrat est plus rigide que le système actuel, il pénalisera les entreprises et sera nuisible à l’embauche et à la croissance. Si au contraire il est plus flexible, les syndicats s’y opposeront. Si enfin il est associé à des coûts de licenciement croissant avec l’ancienneté, on risque de se trouver à nouveau dans une situation duale, où les entreprises licencieront les travailleurs de peu d’ancienneté en priorité, et même afin d’éviter que leur niveau de protection augmente si on les garde dans l’entreprise. Ces travailleurs joueraient le même rôle que les détenteurs actuels de CDD. Au total, il est probable qu’un contrat unique améliore les choses, mais, compte tenu des marges de manœuvre politiques, les effets risquent d’être plutôt marginaux.

Plus largement, le Prix Nobel d'économie Jean Tirole développe également un argumentaire en faveur d'une flexibilisation du travail en France, et ce, notamment, afin d'accompagner "la révolution digitale" dont l'effet est d’accélérer la vitesse de transformation des emplois. Comment est-il possible d'équilibrer le rapport de négociation entre employeurs et salariés dans un monde aussi mouvant ?

Le pouvoir de négociation des salariés ne leur profite qu’à court terme. A long terme, il réduit les profits, donc l’investissement, la productivité et l’embauche. Sous l’effet du chômage, malgré leur pouvoir élevé, les syndicats se retrouvent contraints de consentir à la modération salariale. Ainsi, depuis 1990, les salaires réels ont cru plus vite au Royaume-Uni "thatchérien" qu’en France où les salaires sont fixés au niveau des branches par des syndicats puissants quoique peu représentatifs. J’en conclus qu’un assouplissement de la législation sur le licenciement réduirait effectivement le pouvoir de négociation des travailleurs à court terme, mais que, une fois les excédents de main d’œuvre résorbés, ceux-ci s’y retrouveraient à moyen terme. Et Jean Tirole a raison de faire observer que plus les transformations technologiques sont rapides, plus les entraves à la flexibilité de l’emploi sont coûteuses en termes de productivité et de bien-être. 

Selon vous, et au delà de la proposition technique, un tel projet a t il la moindre chance d'être mis en place ? Au regard de l'opposition suscitée par la Loi El Khomri, est il possible d'instaurer le contrat unique, tout en protégeant les droits des salariés ?

Comme je l’ai dit plus haut, le contrat unique se heurterait à une opposition politique importante, à moins de reproduire plus ou moins les caractéristiques du système actuel. Ceci étant posé, la loi El Khomri et les tentatives précédentes de réforme du marché du travail montrent que de telles réformes sont très difficiles à mettre en œuvre. Il est donc important de choisir ses combats et il n’est pas clair que le combat unique soit un combat prioritaire ; l’enjeu est moins important que celui de la durée du travail, du niveau de négociation collective, ou des charges sociales. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

06.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

07.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vauban
- 15/05/2016 - 09:18
D accord avec CLINT
Il faut y aller sans trembler
Accepter 6 à 12moîs de désordre et de bazar entretenus par les médias de gauche(en profiter pour également les remettre à leur niveau de lectorat en supprimant avantage postauX et fiscaux exonération
En tout genre et subventions)
Malheureusement accepter la ou les bavures dont ces mêmes médias feront leur chou gras
Traiter les corps dits intermédiaires actuels à leur niveau de représentativité etc etc etc
Lourde tâche mais c est la seule issue
clint
- 14/05/2016 - 21:22
En France aucun politique n'a le courage de M. Thatcher !
Il faut supporter des grèves dans les services publics, des blocages de plusieurs semaines et oser surtout dans la période des 100 jours ! C'est une période juste avant les vacances d'été : en France le social passe après les vacances ! Il n'y en a aucun qui le ferait : pas Juppé qui a déjà peur, Sarkozy ne prendra pas de front (qui va mobiliser avec une retraite à 65 ans disait il en parlant du programme de Fillon). Quant à Le Pen c'est le programme de la CGT : retraite 60 ans, augmentation significative du SMIC, sortie de l'euro, donc tout payé en monnaie de singe, sauf le remboursement de la dette, etc !!
Borgowrio
- 14/05/2016 - 17:41
Une balle dans le pied
En somme les emplois surprotégés et surpayés , c'est grâce aux précaires et mal payés . Tout à fait d'accord . Comme les exploités ne comprennent rien , l'information , du coté des trop payés se garde bien de leur ouvrir les yeux . Si un politique prend la défense des précaires ( Sarko ) ceux ci sont assez bêtes pour voter contre leur intérêt ( à gauche)