En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 7 min 28 sec
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 1 heure 40 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 2 heures 49 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 3 heures 30 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 18 heures 19 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 21 heures 37 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 23 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 23 heures 41 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 57 min 54 sec
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 1 heure 54 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 3 heures 43 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 21 heures 46 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 23 heures 22 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 23 heures 53 min
© Capture d'écran Instagram
© Capture d'écran Instagram
Séparation géographique

Inégalités : l’impact insoupçonné des stratégies des parents riches dans le choix de l’école de leurs enfants

Publié le 13 mai 2016
En choisissant leurs lieux d'habitation en fonction des établissements scolaires, les parents aisés renforcent les inégalités de revenus géographiques. C'est en tout cas ce que prouve une étude réalisée outre-Atlantique. Les grandes métropoles françaises ne semblent pas échapper au phénomène.
François Dubet est sociologue spécialiste de l'éducation, professeur à l'Université Bordeaux II et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Dubet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Dubet est sociologue spécialiste de l'éducation, professeur à l'Université Bordeaux II et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En choisissant leurs lieux d'habitation en fonction des établissements scolaires, les parents aisés renforcent les inégalités de revenus géographiques. C'est en tout cas ce que prouve une étude réalisée outre-Atlantique. Les grandes métropoles françaises ne semblent pas échapper au phénomène.

Atlantico : Dans une étude publiée ce 10 mai, Ann Owens montre que les familles aisées qui ont des enfants, soucieuses de l'éducation de ces derniers, font plus attention à leur lieu d'habitation que les autres ménages. Il en résulterait une amplification des inégalités géographiques. Comment cette étude a-t-elle été menée et qu'apporte-t-elle de nouveau ?

François Dubet : Cette étude confirme des études menées depuis le milieu des années 1960 aux Etats-Unis. Un rapport très célèbre d'une sociologue du nom de James Coleman montrait en 1966 que les familles choisissent les établissements scolaires qui ont la sélection sociale la plus favorable, parce qu'elles font l'hypothèse qu'ils seront mieux pour l'éducation de leurs enfants. Ce processus a pour conséquence de déterminer les choix résidentiels des familles. En désirant s'installer près des bonnes écoles, ces dernières impactent le prix du foncier. Nous voyons en France que les agences immobilières ont tendance à vanter la qualité des établissements du quartier. Il y a donc mécaniquement une séparation géographique entre les élèves les plus favorisés et les moins favorisés qui s'opère. C'est une chose très largement connue de tous les travaux sur l'école. 

Le même phénomène est-il observable en France ? Chez nous, des études ont montré que certains lycées, comme Henri IV (Paris Vème), Louis-le-Grand (Paris Vème), Pasteur (Neuilly-sur-Seine) ou Condorcet (Paris IXème), pouvaient doper les loyers de 5 % à 15 % dans les quartiers où ils sont situés. Le phénomène dépasse-t-il ces quelques cas célèbres ?

Ce phénomène vaut pour toutes les grandes villes. Dès que dans une ville il y a de nombreux établissements scolaires hiérarchisés, les stratégies familiales vont s'opérer en conséquence et mécaniquement les prix de certains loyers vont augmenter. Nous l'étudions souvent à Paris, car la capitale est emblématique de cette situation. Mais le même phénomène vaut à Toulouse avec le lycée Pierre-de-Fermat, à Bordeaux avec le lycée Michel-Montaigne, à Lyon avec le lycée du Parc, à Marseille avec le lycée Thiers. Dans toutes ces grandes villes les familles les plus favorisées tentent d'habiter des secteurs donnant accès à ces lycées, ce qui fait grimper les prix des loyers. Dans le même temps, beaucoup de parents utilisent de fausses adresses, louent des boîtes aux lettres, etc. Il y a des choses un peu plus étranges, comme choisir des options rares, pour avoir accès aux bonnes écoles. D'une certaine façon, les parents choisissent l'inégalité. 

Cela vaut pour les lycées, mais également pour les collèges. Il y a une sorte de confiance dans l'égalité de l'école élémentaire, qui fait que cela joue moins à ce niveau. De plus, les gens en France jouent massivement sur le privé et le public. Si le secteur ne convient pas, le privé est choisi. Il y a parfois des allers-retours : le privé est choisi pour le collège, parce que celui du secteur ne convient pas, mais si le lycée du secteur est bon, a de bonnes options, ou possède de bonnes classes prépas, les parents reviennent au public.  

Tout cela favorise évidemment le prix du foncier. Henri IV renchérit des prix du foncier déjà chers dans le Vème arrondissement. Ce n'est pas une hypothèse économique absurde que d'imaginer que ce phénomène renforce les inégalités entre les quartiers. Si vous avez une concentration de familles favorisées autour d'un établissement prestigieux, mécaniquement, il y a une mise à distance des gens défavorisés. L'école joue donc un rôle dans la formation des inégalités urbaines.

Le gouvernement a-t-il des moyens de contrer un tel phénomène ? Pour quelles raisons n'a-t-on pas réussi jusqu'à présent à le juguler ?

C'est très compliqué. D'une part tout le monde joue. Le choix fait autour des grands lycées parisiens se retrouve à échelle plus modérée dans les petites villes et petits lycées. Le nombre de personnes concernées est donc très élevé. Mais les gens qui se trouvent piégés par leur secteur ressentent une forme d'injustice. L'argument est donc réversible. Nous pouvons nous dire d'un côté qu'il est injuste que l'établissement accueille les plus fortunés et de l'autre côté, il est également injuste que les plus pauvres n'aient pas accès eux aussi à ces établissements. Les catégories défavorisées vont donc désirer pouvoir elles aussi placer leurs enfants dans les écoles qui les intéressent. C'est pour cela que personne ne revient sur la dérégulation de la carte scolaire.

Les Américains ont pourtant tenté des choses radicales. A la suite du rapport Coleman que j'ai déjà évoqué, ils ont par exemple fait du "busing". C'est-à-dire qu'ils ont par exemple pris des élèves d'établissements riches pour les placer dans des établissements pauvres. Les parents des deux catégories sociales n'ont pas été ravis. Alors que faudrait-il faire pour limiter cela ? Il faudrait faire en sorte que les établissements choisis ne fassent pas complètement leur marché. Que les parents se comportent comme des acteurs rationnels sur un marché, au fond nous pouvons le comprendre. Que des établissements publics se comportent de la même manière, cela pose un petit problème. Car l'établissement riche est aussi payé par les impôts des pauvres. Ce qui pourrait être fait, c'est d'instaurer des quotas de boursiers. Nous pourrions empêcher la concentration de manière excessive des élèves les plus favorisés. 

La seconde chose serait d'accroître très sensiblement l'offre éducative des établissements où se trouvent les élèves en difficulté, pour que les gens n'aient pas intérêt à fuir leur quartier. Par exemple une étude sur les "bobos" à Aubervilliers (93) révèlait qu'ils sont assez contents de la mixité sociale. En revanche, dès qu'il s'agit de choisir le collège, cela se complique, car ils n'ont pas confiance dans l'établissement du quartier. Là, nous pourrions imaginer que l'action publique fasse un effort pour enrayer le mouvement, en accroissant l'offre éducative. Pour dire les choses simplement, si je suis convaincu de la qualité de l'hôpital qui se trouve à proximité de chez moi, je n'irai pas me soigner ailleurs. Mais cela demande des moyens. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
phillis
- 14/05/2016 - 08:58
A toujours existé
Ma belle-mère qui vient de fêter ses 90 ans m'explique que son père,officier, choisissait quand mûté leur logement en fonction niveau écoles du quartier. C'est un consel qu'a suivi son gendre, militaire également qui se renseignait et allait faire les sorties d'école.
Anguerrand
- 14/05/2016 - 07:55
Égalité, je ne peux plus supporter ce mot
Dans la nature ça n'existe pas. Chez les humains non plus, et on ne peut pas mettre à égalité tout le monde, meme les communistes n'y sont pas arrivé. Égalité physique, égalité de QI, égalité de volonté à réussir, volonté d'éducation par les parents, égalité d'opinion, ça n'existe pas, àlors pourquoi vouloir y croire. La gauche a toujours voulu y parvenir. C'est comme si l'on voulait arrêter le vent ou la pluie, c'est impossible
tubixray
- 13/05/2016 - 13:46
Une étude pour quoi faire ?
Quels sont les parents - salariés + diplômés - qui rêvent de voir leur enfants intégrer un collège poubelle ZEP ?????