En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L'affiche qui embarrasse le MJS

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 9 heures 14 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 11 heures 44 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 13 heures 36 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 14 heures 11 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 14 heures 57 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 16 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 18 heures 6 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 18 heures 41 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 9 heures 33 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 13 heures 7 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 13 heures 48 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 14 heures 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 heures 35 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 17 heures 30 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 18 heures 12 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 18 heures 54 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 19 heures 17 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 19 heures 54 min
© Capture d'écran Instagram
© Capture d'écran Instagram
Séparation géographique

Inégalités : l’impact insoupçonné des stratégies des parents riches dans le choix de l’école de leurs enfants

Publié le 13 mai 2016
En choisissant leurs lieux d'habitation en fonction des établissements scolaires, les parents aisés renforcent les inégalités de revenus géographiques. C'est en tout cas ce que prouve une étude réalisée outre-Atlantique. Les grandes métropoles françaises ne semblent pas échapper au phénomène.
François Dubet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Dubet est sociologue spécialiste de l'éducation, professeur à l'Université Bordeaux II et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En choisissant leurs lieux d'habitation en fonction des établissements scolaires, les parents aisés renforcent les inégalités de revenus géographiques. C'est en tout cas ce que prouve une étude réalisée outre-Atlantique. Les grandes métropoles françaises ne semblent pas échapper au phénomène.

Atlantico : Dans une étude publiée ce 10 mai, Ann Owens montre que les familles aisées qui ont des enfants, soucieuses de l'éducation de ces derniers, font plus attention à leur lieu d'habitation que les autres ménages. Il en résulterait une amplification des inégalités géographiques. Comment cette étude a-t-elle été menée et qu'apporte-t-elle de nouveau ?

François Dubet : Cette étude confirme des études menées depuis le milieu des années 1960 aux Etats-Unis. Un rapport très célèbre d'une sociologue du nom de James Coleman montrait en 1966 que les familles choisissent les établissements scolaires qui ont la sélection sociale la plus favorable, parce qu'elles font l'hypothèse qu'ils seront mieux pour l'éducation de leurs enfants. Ce processus a pour conséquence de déterminer les choix résidentiels des familles. En désirant s'installer près des bonnes écoles, ces dernières impactent le prix du foncier. Nous voyons en France que les agences immobilières ont tendance à vanter la qualité des établissements du quartier. Il y a donc mécaniquement une séparation géographique entre les élèves les plus favorisés et les moins favorisés qui s'opère. C'est une chose très largement connue de tous les travaux sur l'école. 

Le même phénomène est-il observable en France ? Chez nous, des études ont montré que certains lycées, comme Henri IV (Paris Vème), Louis-le-Grand (Paris Vème), Pasteur (Neuilly-sur-Seine) ou Condorcet (Paris IXème), pouvaient doper les loyers de 5 % à 15 % dans les quartiers où ils sont situés. Le phénomène dépasse-t-il ces quelques cas célèbres ?

Ce phénomène vaut pour toutes les grandes villes. Dès que dans une ville il y a de nombreux établissements scolaires hiérarchisés, les stratégies familiales vont s'opérer en conséquence et mécaniquement les prix de certains loyers vont augmenter. Nous l'étudions souvent à Paris, car la capitale est emblématique de cette situation. Mais le même phénomène vaut à Toulouse avec le lycée Pierre-de-Fermat, à Bordeaux avec le lycée Michel-Montaigne, à Lyon avec le lycée du Parc, à Marseille avec le lycée Thiers. Dans toutes ces grandes villes les familles les plus favorisées tentent d'habiter des secteurs donnant accès à ces lycées, ce qui fait grimper les prix des loyers. Dans le même temps, beaucoup de parents utilisent de fausses adresses, louent des boîtes aux lettres, etc. Il y a des choses un peu plus étranges, comme choisir des options rares, pour avoir accès aux bonnes écoles. D'une certaine façon, les parents choisissent l'inégalité. 

Cela vaut pour les lycées, mais également pour les collèges. Il y a une sorte de confiance dans l'égalité de l'école élémentaire, qui fait que cela joue moins à ce niveau. De plus, les gens en France jouent massivement sur le privé et le public. Si le secteur ne convient pas, le privé est choisi. Il y a parfois des allers-retours : le privé est choisi pour le collège, parce que celui du secteur ne convient pas, mais si le lycée du secteur est bon, a de bonnes options, ou possède de bonnes classes prépas, les parents reviennent au public.  

Tout cela favorise évidemment le prix du foncier. Henri IV renchérit des prix du foncier déjà chers dans le Vème arrondissement. Ce n'est pas une hypothèse économique absurde que d'imaginer que ce phénomène renforce les inégalités entre les quartiers. Si vous avez une concentration de familles favorisées autour d'un établissement prestigieux, mécaniquement, il y a une mise à distance des gens défavorisés. L'école joue donc un rôle dans la formation des inégalités urbaines.

Le gouvernement a-t-il des moyens de contrer un tel phénomène ? Pour quelles raisons n'a-t-on pas réussi jusqu'à présent à le juguler ?

C'est très compliqué. D'une part tout le monde joue. Le choix fait autour des grands lycées parisiens se retrouve à échelle plus modérée dans les petites villes et petits lycées. Le nombre de personnes concernées est donc très élevé. Mais les gens qui se trouvent piégés par leur secteur ressentent une forme d'injustice. L'argument est donc réversible. Nous pouvons nous dire d'un côté qu'il est injuste que l'établissement accueille les plus fortunés et de l'autre côté, il est également injuste que les plus pauvres n'aient pas accès eux aussi à ces établissements. Les catégories défavorisées vont donc désirer pouvoir elles aussi placer leurs enfants dans les écoles qui les intéressent. C'est pour cela que personne ne revient sur la dérégulation de la carte scolaire.

Les Américains ont pourtant tenté des choses radicales. A la suite du rapport Coleman que j'ai déjà évoqué, ils ont par exemple fait du "busing". C'est-à-dire qu'ils ont par exemple pris des élèves d'établissements riches pour les placer dans des établissements pauvres. Les parents des deux catégories sociales n'ont pas été ravis. Alors que faudrait-il faire pour limiter cela ? Il faudrait faire en sorte que les établissements choisis ne fassent pas complètement leur marché. Que les parents se comportent comme des acteurs rationnels sur un marché, au fond nous pouvons le comprendre. Que des établissements publics se comportent de la même manière, cela pose un petit problème. Car l'établissement riche est aussi payé par les impôts des pauvres. Ce qui pourrait être fait, c'est d'instaurer des quotas de boursiers. Nous pourrions empêcher la concentration de manière excessive des élèves les plus favorisés. 

La seconde chose serait d'accroître très sensiblement l'offre éducative des établissements où se trouvent les élèves en difficulté, pour que les gens n'aient pas intérêt à fuir leur quartier. Par exemple une étude sur les "bobos" à Aubervilliers (93) révèlait qu'ils sont assez contents de la mixité sociale. En revanche, dès qu'il s'agit de choisir le collège, cela se complique, car ils n'ont pas confiance dans l'établissement du quartier. Là, nous pourrions imaginer que l'action publique fasse un effort pour enrayer le mouvement, en accroissant l'offre éducative. Pour dire les choses simplement, si je suis convaincu de la qualité de l'hôpital qui se trouve à proximité de chez moi, je n'irai pas me soigner ailleurs. Mais cela demande des moyens. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ndecham@gmail.com
- 14/05/2016 - 08:58
A toujours existé
Ma belle-mère qui vient de fêter ses 90 ans m'explique que son père,officier, choisissait quand mûté leur logement en fonction niveau écoles du quartier. C'est un consel qu'a suivi son gendre, militaire également qui se renseignait et allait faire les sorties d'école.
Anguerrand
- 14/05/2016 - 07:55
Égalité, je ne peux plus supporter ce mot
Dans la nature ça n'existe pas. Chez les humains non plus, et on ne peut pas mettre à égalité tout le monde, meme les communistes n'y sont pas arrivé. Égalité physique, égalité de QI, égalité de volonté à réussir, volonté d'éducation par les parents, égalité d'opinion, ça n'existe pas, àlors pourquoi vouloir y croire. La gauche a toujours voulu y parvenir. C'est comme si l'on voulait arrêter le vent ou la pluie, c'est impossible
tubixray
- 13/05/2016 - 13:46
Une étude pour quoi faire ?
Quels sont les parents - salariés + diplômés - qui rêvent de voir leur enfants intégrer un collège poubelle ZEP ?????