En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 37 min 16 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 5 heures 30 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 16 heures 18 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 17 heures 3 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 19 heures 46 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 1 heure 42 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 5 heures 13 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 14 heures 25 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 15 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 16 heures 43 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 17 heures 34 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 20 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Hypocrites

Au-delà de l’idéologie, ces autres raisons bien plus prosaïques qu’ont les syndicats de s’opposer à la loi Travail

Publié le 13 mai 2016
Alors que les syndicats sont dans la rue depuis des semaines pour protester contre la loi El Khomri, les motifs de cette opposition, au-delà du volet idéologique, sont également à chercher du côté de la structure même de ces syndicats.
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les syndicats sont dans la rue depuis des semaines pour protester contre la loi El Khomri, les motifs de cette opposition, au-delà du volet idéologique, sont également à chercher du côté de la structure même de ces syndicats.

Atlantico : Au-delà de leurs motivations idéologiques, certains syndicats n'ont-ils pas des raisons pragmatiques de s'opposer farouchement à la loi El Khomri, au regard de la perte de pouvoir que cette réforme engendrerait pour les sièges nationaux des grandes centrales syndicales ?

Hubert Landier : La loi El Khomri va dans le sens d’un renforcement de la négociation sociale au niveau des entreprises. C’est là en effet que se concentrent les accords les plus innovants, que les syndicats CGT ne sont d’ailleurs pas les moins nombreux à signer. Il en résulte que les négociations au niveau des branches professionnelles ont perdu de leur importance, même si elles conservent leur utilité en tant que "voitures balais".

Or, c’est au niveau des branches professionnelles et au niveau national interprofessionnel que se concentrent les appareils syndicaux. C’est là que l’on trouve notamment les locaux et les permanents rémunérés par les centrales syndicales. Pour eux, laisser les négociations filer au niveau des entreprises, c’est perdre du pouvoir. Indépendamment de leurs options idéologiques, ils y voient nécessairement un danger qui explique leur peu d’enthousiasme devant le renforcement de la négociation d’entreprise.

Les positions des différentes organisations face aux réformes en cours dissimulent donc un problème lié à leur pouvoir, ou plutôt au pouvoir des appareils. Leurs représentants y voient en effet un risque qui porte sur leur raison d’être. Ne viendra-t-il pas un temps où les syndicats affiliés pourront se passer d’eux ? C’est déjà en partie le cas. Les services rendus par les appareils en termes de formation ou de conseil ont en effet perdu de leur importance. Nombre de militants d’entreprise comptent davantage sur les conseils des experts désignés par les comités d’entreprise et les CHSCT, où ils peuvent compter sur de vrais professionnels.

Cette résistance corporatiste des syndicats ne se fait-elle pas, in fine, au détriment de l'intérêt des salariés ? Ces derniers ne bénéficieraient-ils pas d'une représentation plus juste avec des accords d'entreprises ?

Les accords d’entreprise collent davantage avec la réalité concrète de l’entreprise, mais on ne peut pas généraliser. Les très petites entreprises se réfèrent à la convention collective de branche faute d’une représentation du personnel à leur niveau, et c’est quelque chose qui satisfait tout le monde. Par ailleurs, les centrales syndicales craignent, non sans raison, que leurs représentants dans les entreprises ne se laissent entraîner dans des accords à la baisse. Il est donc nécessaire de prévoir une sorte de filet de sécurité au niveau des branches professionnelles. Mais ce n’est pas là que l’essentiel se passe.

Ce qu’on observe, en effet, c’est que c’est au niveau de l’entreprise que l’on observe la majorité des innovations sociales. Et celles-ci se diffusent ensuite selon le principe de la tâche d’huile jusqu’au moment où elles font l’objet d’une généralisation, que ce soit par voie d’accord au niveau professionnel ou national interprofessionnel ou par la voie légale. Le progrès social part d’abord du bas, par voie d’expérimentation, non du haut, comme on se l’imagine souvent. En haut, on se contente souvent de généraliser ce qui a marché ici ou là.

Alors que le taux de syndicalisation français est parmi les plus faibles en Europe, les organisations syndicales n'auraient-elles pas elles-mêmes intérêt à remettre en question leur structure encore très centralisée ? Dans quelle mesure est-ce envisageable à l'avenir ?

Les centrales syndicales devront nécessairement repenser leur organisation, qui est actuellement à la fois très centralisée et très décentralisée. Très décentralisée parce que le principe de la démocratie syndicale, comme celui de la démocratie tout court, fait partir le pouvoir de l’adhérent, ou du citoyen. Très centralisée dans la mesure où leur organisation reste très pyramidale. Or, cette organisation est aujourd’hui remise en cause pour deux raisons.

La première, c’est que Internet facilite aujourd’hui une organisation en réseau. Les "bonnets rouges", il y a deux ans, n’ont pas eu besoin d’une structure nationale pour s’organiser. Par ailleurs, les militants peuvent de plus en plus trouver sur le net les informations, juridiques notamment, dont ils ont besoin. Les sites sociaux ou syndicaux tendent à se multiplier. La seconde raison, c’est que les gens sont de plus en plus individualistes et capables de se déterminer par eux-mêmes, y compris les militants. Ils n’ont plus besoin de recourir à une organisation qui leur dirait ce qu’il faut faire ou ce qu’il faut penser.

Les centrales syndicales devront donc de plus en plus se constituer en structures d’accompagnement au service des syndicats affiliés. Dans le langage de l’entreprise, on dirait qu’elles doivent constituer leur "back office". Encore faut-il que ce "back office" soit efficace. Si ce n’est pas le cas, les syndicalistes d’entreprise iront de plus en plus chercher ailleurs les informations, les formations et les conseils dont ils ont besoin, et c’est déjà largement le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/05/2016 - 21:21
@Juvenal Merci pour ces infos...
qui n'ont pas traversé le filtre de la censure gauchiste, et qu'aucun média ne relate...
HdH
- 12/05/2016 - 18:53
La Démocratie, ennemi à abattre
Nous avons ici la belle démonstration de la haine de la démocratie manifestée par les structures "héritées" de la pensée trotsko-marxiste ( cf comme autre exemple, la révulsion du PS face à l'expression autonomiste des souhaits méprisables du peuple de gôche ).
Le prolétariat doit rester à sa place, en bas, et suivre les strates appartchiques dans la voie du progrès qu'elles seules peuvent montrer !
Juvénal
- 12/05/2016 - 18:12
les turpitudes de la CGT / EDF
TRIBUNAL CORRECTIONNEL PARIS 1/10/14
2 mois à 18 mois avec sursis, des amendes de 4.000 à 75.000 euros

• Jean Lavielle, ex président du Comité d’entreprise EDF : 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 4 000 euros d’amende – principal inculpé, présidait le Comité d’entreprise EDF, la CCAS
• Son ancien directeur général, Jean-Paul Blandino : 8 mois de prison avec sursis

• La sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin : 10 mois de prison avec sursis pour emploi fictif rémunéré par le CE alors qu’elle travaillait pour la fédération du PC des Hauts-de-Seine.
Elle siège toujours sans vergogne !

• Jacques Lefèvre, ex-président de l’IFOREP : 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
• Jean-Paul Escoffier, ex-président de l’IFOREP, 12 mois d’emprisonnement avec sursis,
• Pascal Aubrée, ex-président de l’IFOREP, 6 mois avec sursis,
• Pascal Lazarre, ex-vice-président de la CCAS, 8 mois avec sursis,
• La CGT a été condamnée à 20 000 euros d’amende,
• La fédération des Mines et de l’Énergie CGT, 20 000 euros d’amende,
• L’Iforep, qui a détourné plus d’un million d’euros avec l’Humanité : 75 000 euros d’amende,
• L’Humanité : 75 000 euros d’amende !!!